Saint-Gervais - Fessole

Rebord occidental du Vercors entre La Rivière et Saint-Gervais

A la latitude de L'Albenc mais en rive opposée de l'Isère, entre La Rivière et Saint-Gervais, le bord occidental du Vercors, à peu près rectiligne et orienté presque N-S, s'écarte progressivement du cours de la rivière. Il dessine un rentrant qui s'accroît avant de se terminer du côté sud par les reliefs qui s'avancent vers l'ouest en rive gauche de la vallée de la Drevenne. Il se présente alors comme une haute barrière dont les escarpements comportent plusieurs lignes parallèles de falaises étagées et correspond à un front d'érosion non pas conforme mais oblique aux structures tectoniques.

En fait depuis la vallée la perpective, en contre-plongée, ne laisse souvent pas deviner que les deux lignes de falaise supérieures sont en réalité séparées par un vallon N-S. Ce vallon des Molières des Égouges court en contrebas de la ligne de crête, dont il est séparé par l'accident majeur qu'est le chevauchement de Rencurel. C'est en réalité la crête des Rochers du Malade, du Raillet et de la Fessie, située en avant de ce vallon qui couronne le versant qui tombe sur Le Lignet et Saint-Gervais.

image sensible au survol et au clic

même fenêtre
< image plus grande, commentée > nouvelle fenêtre
Le front occidental du Vercors au nord de la vallée de la Drevenne vu du sud-ouest, depuis les coteaux de Beaulieu.
ØR = chevauchement de Rencurel ; ØF = chevauchements (imbrications) de Fessole ; ØPa = chevauchement du Pied Aigu ; f.V = faille de Voreppe
a.Co = anticlinal des Coulmes ; s.M = synclinal du Moléron ; a.N = anticlinal du Nant.
Noter le très fort plongement axial vers la gauche (vers le nord) du synclinal de Moléron et de l'anticlinal du Nant. La vallée de la Drevenne est masquée par l'éperon saillant constitué par cette extrémité septentrionale du mont jurassien que détermine de l'anticlinal du Nant (voir la page "Cognin").


A/ Les pentes qui tombent sur la vallée de l'Isère et que couronne la falaise urgonienne des Rochers de Paillet se rattachent à l'anticlinal des Coulmes (voir les pages "Malleval" et "Coulmes"), qui est ici complètement éventré par l'érosion. On ne voit guère en fait que la succession du flanc oriental de ce pli, où s'individualise en contrebas une falaise basse, moins massive et moins continue (car partiellement garnie de bois), qui est celle des calcaires du Fontanil moyens, les plus massifs.
La succession de ces couches de ce niveau y est très proche plus de celle qu'on leur connaît en Chartreuse occidentale, aux abords de la localité type (qui diffère de celle, moins épaisse, des abords de Grenoble).

Le talus, semé de prairies, qui court du village des Monts au nord jusqu'à celui de Moléron au sud, montre surtout du Berriasien marno-calcaire ainsi que quelques pointements de Tithonique (surtout à la faveur des entailles de ravins). Il correspond grossièrement au coeur de l'anticlinal des Coulmes, même s'il s'y montre affecté de multiples cassures mineures. Il est notamment parcouru dans toute sa longueur, peu en contrebas ouest de sa charnière, par une cassure subverticale dans laquelle il faut certainement voir le prolongement septentrional ultime de la faille de Presles (voir la page "Coulmes").

image sensible au survol et au clic

Les pentes du versant oriental de la vallée de l'Isère, au nord de Saint-Gervais, vues du sud-ouest, depuis le village de Riquetière (Rovon), en rive ouest de l'Isère.
f.V = prolongement méridional de la faille de Voreppe ; f.G = faille des Gailleux ; a.Co = anticlinal des Coulmes ; s.A = synclinal d'Artets.

Les ressauts qui soutiennent ce talus représentent le flanc ouest de l'anticlinal des Coulmes. Mais ils sont traversés en biais par la faille de Voreppe, qui aboutit dans la plaine alluviale au village de Saint-Gervais. Du fait du rejet dextre de cet accident le versant est partagé obliquement en deux parties :
- au nord de Saint-Gervais, dans le compartiment décalé vers le NE, affleure l'Urgonien de la carapace du pli : il y forme les dalles structurales du coteau d'Artets, entaillées par une très disgracieuse carrière qui a l'avantage de bien mettre en évidence leur fort pendage en direction de la plaine ;
- à l'est et au sud de Saint-Gervais le décalage vers le SW, par la faille de Voreppe, de ce même flanc de pli a fait que l'érosion l'a plus profondément attaqué : elle y a enlevé l'Urgonien et décapé jusqu'aux calcaires du Fontanil, qui affleurent jusqu'à la vallée de la Drevenne (
voir la page "Écouges").

Le pied des ressauts inférieurs montre en outre que les couches commencent à y dessiner un synclinal du Moléron, qui fait donc suite vers l'ouest à l'anticlinal des Coulmes. Ce pli, accompagné de complications nouvelles se poursuit plus au sud en rive gauche de la Drevenne, dans la crête de Pied-Aigu (voir la page "Écouges").

B/ Le haut vallon des Molières et de Fessole:

L'Urgonien du crêt à regard ouest du Rivet et du Paillet est garni, au revers oriental de ce dernier, par un peu de Sénonien. Son épaisseur qui s'amenuise vers le nord sous la molasse miocène conglomératique du fond du vallon et il disparaît à la latitude du Rivet.

Au sud de ce lieu le chevauchement de Rencurel court à mi-hauteur du versant oriental du vallon en faisant reposer des calcaires du Fontanil supérieurs sur ce Miocène. Mais au nord du Rivet la structure se complexifie par un système d'imbrications qui débute par une rampe* coupant en biseau l'Hauterivien chevauchant, ce qui fait passer la surface de chevauchement plus haut que les prairies de Fessole. Celles-ci installées sur du Miocène appartiennent à une écaille à semelle d'Urgonien qui repose sur le Miocène du Rivet .

image sensible au survol et au clic

Le rebord occidental du Vercors à la latitude du signal de Nave vu du sud-ouest, d'avion, depuis l'aplomb de Saint-Gervais.
a.Co = anticlinal des Coulmes ; f.V = faille de Voreppe (prolongement méridional).
ØR = chevauchement de Rencurel ; ØR' = faille secondaire du chevauchement de Rencurel ; ØF et Ø" = chevauchements (imbrications) de Fessole.
Ce cliché montre bien comment le chevauchement de Rencurel se termine vers le nord
- en se partageant entre plusieurs surfaces (dispositif en rampes et paliers *), qui délimitent des écailles imbriquées

- en butant contre le prolongement méridional de la faille de Voreppe, qui fonctionne ici en sens décrochant dextre.

Vers le sud l'espace entre ces falaises s'ouvre pour donner la combe monoclinale de Romeyère, qui s'allonge vers le sud en marge orientale de la Forêt des Écouges. A la naissance nord de cette combe s'en échappe latéralement du côté ouest le cours supérieur de la Drevenne, qui franchit la plus basse des deux lignes de falaises urgoniennes par le spectaculaire canyon des Écouges. La D35 s'y engage puis s'en échappe par le vertigineux encorbellement du Balcon des Écouges qui traverse la falaise urgonienne en diagonale.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Grenoble et Vif

Carte géologique très simplifiée des environs de Malleval.
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs

(Poliénas)

(Tullins, Moirans)

Bec de l'Orient
(Vinay) LOCALITÉS VOISINES Autrans

Malleval

Ecouges

Romeyère
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Vercors

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 15/07/18