Structure du Vercors (secteur 2) :
L'extrémité septentrionale du Vercors

Le Vercors septentrional, qui englobe les vals d'Autrans et de Lans, est un vaste synclinorium*, celui d'Autrans, que limite du côté est le chevauchement du Moucherotte (prolongement du chevauchement de la Chartreuse orientale) et que la trouée de l'Isère coupe obliquement en aval (à l'ouest) de Grenoble. Ainsi défini il se rattache, du point de vue du découpage longitudinal du massif, au seul Vercors oriental, situé à l'est du "synclinal médian", de la Vernaison (voir la page générale sur la structure du Vercors).

Carte structurale schématique
du Vercors septentrional
d'après H.ARNAUD, 1976 (complété et retouché)

En jaune les affleurements de Miocène ; le trait vert correspond à la faille des Presles, le trait rouge au chevauchement de Rencurel et le trait bleu au chevauchement du Moucherotte.

Plis (d'est en ouest) :
SF = synclinal de la Fauge ; AM = anticlinal de la Moucherolle ; SSN = trans-synclinal de Saint-Nizier ; SE = synclinal des Engenières (on a omis de désigner, par manque de place le synclinal et l'anticlinal de Sassenage) ; AS = anticlinal de Sornin ; SA = synclinal de l'Achard ; au nord d'Autrans est figuré (mais non dénommé) l'anticlinal du Bec de l'Orient, qui se termine vers le sud dans le synclinal d'Autrans.
version plus grande (nouvelle fenêtre)



Coupe du Vercors septentrional, à la latitude approximative d'Autrans (assez au sud des falaises de la Buffe) (extrait de la carte géologique Grenoble, retouché)

a) Du côté ouest le Vercors septentrional est limité par une barrière d'abrupts qui suit une ligne de chevauchement, plus ou moins complexe selon les points, dont l'accident principal est le chevauchement de Rencurel. Cet accident est particulièrement bien visible au débouché ouest des gorges amont de la Bourne (voir la page "Rencurel").

Il se poursuit en direction du nord en limitant du côté oriental la vallée de Rencurel- Roméyère et se termine dans cette direction au nord du Signal de Nave en se faisant trancher par la faille de Voreppe, dont la direction NE-SW la fait se poursuivre vers le sud-ouest en direction de la plaine de la Basse Isère (voir la page "Écouges") : il représente en somme l'équivalent méridional (décalé vers l'ouest) du chevauchement de la Chartreuse occidentale.

Vers le sud cette cassure s'amortit, aux environs de Saint-Martin en Vercors, en se connectant de façon transformante* en un décrochement sénestre, la faille de Carette.

Plus au sud les molasses du flanc oriental de l'anticlinal des Coulmes ne s'enfoncent plus sous un chevauchement, mais remplissent un simple synclinal assez symétique, le synclinal de la Vernaison : il se poursuit jusqu'au bord méridional du Vercors, au col de Rousset (voir la page "col de Rousset").


b) Le rebord nord du Vercors septentrional proprement dit est marqué par une ligne d'abrupts, couronnés par des falaises urgoniennes, qui donnent une coupe naturelle de la succession de petits plis du synclinorium d'Autrans(voir détails aux pages "Autrans", "Buffe" et "Bec de l'Orient").

image sensible au survol et au clic

Panorama du versant nord-ouest de l'extrémité septentrionale du Vercors
vu du nord, depuis Charnècles (seuil de Rives) ; en avant-plan la plaine de l'Isère dans la partie aval de l'ombilic de Moirans.
a.Ra = axe de l'anticlinal du Ratz - Montaud (il plonge vers le sud et s'efface au sud du col de Montaud) ; f.V = faille de Voreppe (le tracé de cette faille passe au col de Montaud, masqué derrière la Roche du Midi) ; a.fB = axe de la terminaison septentrionale de l'anticlinal de Face Belle (prolongement probable de l'anticlinal des Coulmes). Ce pli plonge vers le nord et s'atténue en se fondant dans le flanc ouest de l'anticlinal du Ratz, qui le relaie ainsi vers le nord.
(pour ne pas surcharger la figure le tracé de la faille de Montaud a été délibérément été omis : il suit à peu près l'axe de l'anticlinal des Coulmes)
s.A = synclinal de l'Achard (branche orientale du synclinal d'Autrans) ; a.Bo = anticlinal du Bec de l'Orient ; s.N = synclinal de Nave (branche occidentale du synclinal d'Autrans) ; ØR = chevauchement de Rencurel.

Mais en contrebas de ce rebord de falaise urgoniennes le massif du Vercors se prolonge par un promontoire que le cours de l'Isère contourne par un coude à 90° en sortant de la cluse de Voreppe pour suivre, en basse Isère, la limite entre massif subalpin du Vercors et bassin molassique du Bas Dauphiné. Cette apophyse structurale est constituée par les prolongements les plus méridionaux des chaînons jurassiens du Bas Bugey (voir la page "Tectonique de l'Avant-Pays") : ils viennent se fondre là à la marge occidentale du Vercors dont ils restent séparés par la faille de Voreppe (voir la page "Échaillon") et au sud par le chevauchement de Rencurel (voir plus haut).

Par contre le revers sud de ce crêt septentrional se montre simplement constitué, au niveau d'Autrans par un large val à coeur de molasse miocène, que limite du côté est le mont jurassien de l'anticlinal de Sornin, lequel manifeste d'ailleurs éminemment le caractère jurassien de son relief.

image sensible au survol et au clic

Le val d'Autrans vu d'enfilade, du sud-ouest, depuis le belvédère du Crêt (1500 m au sud du village de Méaudre).
s.A = synclinorium d'Autrans ; a.S = anticlinal de Sornin.
Ce point de vue se situe sur le Sénonien du flanc ouest du synclinal, mais peu à l'ouest de son axe, à un endroit où le fond sénonien du pli a déjà subi une importante remontées axiale.
La carrière visible sur la droite est celle qui se trouve sur le tracé de la route du col de la Croix Perrin. C'est dans ces pentes boisées que prend naissance, au flanc ouest de l'anticlinal de Sornin, l'ondulation anticlinale des Jarrands.

En fait l'analyse de la structure de ce secteur montre qu'elle évolue en se simplifiant au fur et à mesure que l'on s'éloigne vers le sud du rebord des falaises urgoniennes. Le passage de l'une à l'autre de ces deux dispositions structurales se fait de la façon suivante :
- D'une part l'anticlinal de Sornin, qui s'accuse vers le nord, subit au contraire vers le sud un abaissement d'axe pour s'effacer finalement à la latitude de Villard-de-Lans, où il est relayé par l'anticlinal des Jarrands (voir la page "Villard-de-Lans").

- D'autre part le synclinal d'Autrans voit, au sud de Méaudre son flanc ouest développer un repli anticlinal, qui se rompt vers le sud au Gros Martel pour s'exprimer dans le gorges de la Bourne par les écailles de la Valette (voir la page "Bourne amont").

En définitive on assiste donc à une accentuation flagrante du serrage et de la déformation de la dalle urgonienne du sud vers le nord : le plissement, espacé et peu accusé au niveau de la coupe de la Bourne, devient plus serré et plus accentué en atteignant l'extrémité septentrionale du massif.
Pour l'expliquer on est tenté de mettre ceci en relation avec le fait que cette marge septentrionale du Vercors y est tranché par la faille de Voreppe (qui passe au pied nord des falaises urgoniennes les plus septentrionales et en a déterminé le tracé). Ce contexte suggère en effet l'hypothèse selon laquelle il se serait produit là, à l'emplacement de l'actuelle faille de Voreppe et en prélude à sa rupture en décrochement, un système de plis en échelons* jalonnant une zone de cisaillement horizontal dextre correspondant à cette future cassure.


c) Le val de Lans est une large dépression allongée N-S au coeur de laquelle affleurent les molasses miocènes.

image sensible au survol et au clic

Le val de Lans et le chaînon du Moucherotte vus du sud-ouest, d'avion (cliché Beaujard).
a.S = anticlinal de Sornin ; fl.E = flexure des Engenières (= charnière occidentale du fond du synclinal de villard-de-Lans) ; s.VL = synclinal de Villard-de-Lans (fond plat) ; s.sN = flanc est du synclinal de Saint-Nizier : il est rebroussé en crochon (= "synclinal de la Grande Côte") par le chevauchement du Moucherotte (ØM) qui le sectionne ; a.M = charnière anticlinale du Moucherotte (= crochon supérieur du chevauchement).
La partie du cœur miocène du synclinal qui sépare Lans de Villard de Lans a été l'objet d'un surcreusement par les anciens glaciers locaux (qui ont abandonné des dépôts morainiques sur ses flancs) ; puis elle a été barrée du côté nord par le cône de déjections du Furon : ceci l'a temporairement transformée en lac, vite comblé par les alluvions fluviatiles et drainé du côté le sud par la Bourne, qui y prend sa source. Le cours du Furon s'est ré-entaillé dans ses anciennes alluvions, pour s'évacuer vers le nord.

Il apparaît qu'elle résulte en fait de l'intersection du synclinal de Villard-de-Lans, qui est le pli majeur de ce val, par un pli oblique, le "trans-synclinal de Saint-Nizier". En effet, depuis Saint-Nizier jusqu'au sud de Villard-de-Lans, les plis de la partie ouest du Vercors oriental (anticlinal de Sassenage puis anticlinal de Sornin) plongent vers le sud en se rapprochant de l'axe de cette inflexion et s'effacent en l'atteignant. Ces plis font en outre place, au sud de Corrençon et de La Chapelle en Vercors, c'est-à-dire au delà du transsynclinal, à d'autres plis similaires (anticlinal de la Moucherolle et synclinal de la Fauge) qui plongent au contraire vers le nord.

image sensible au survol et au clic

La partie supérieure (méridionale) du val de la Fauge vue du sud, depuis le sommet sud d'Agathe (Deux-Soeurs).
a.M = anticlinal de la Moucherolle ; s.F = synclinal de la Fauge.
On voit ici le synclinal de la Fauge selon son axe. Son fond plonge vers le nord et rejoint, en arrière-plan, le val de Lans, dont on voit bien qu'il est orienté beaucoup plus NE-SW que le synclinal de la Fauge. Ceci est dû à ce que ce val correspond surtout ici au trans-synclinal de Saint-Nizier qui recoupe obliquement les plis du nord-est du Vercors (c'est sans doute par l'anticlinal de Sornin que se prolongeait initialement l'anticlinal de la Moucherolle vers le nord).
Remarquer les deux galettes isolées d'Urgonien supérieur (Bédoulien), respectées par l'érosion, dans le vallon du Clôt d'Aspres (au Pré de l'Achard) et sur le flanc de la crête du Pas de l'Oeille

On peut donc sans doute considérer que l'anticlinal de la Moucherolle représente le prolongement méridional originel de l'anticlinal de Sornin et que le synclinal de la Fauge prolonge la partie du synclinal de Villard-de-Lans située au nord de Saint-Nizier (c'est-à-dire le synclinal à fond plat qu'encadrent les deux charnières des Engenières à l'ouest et de Sassenage à l'est).

Le trans-synclinal de Saint-Nizier n'est toutefois qu'une vaste inflexion à fond peu déprimé, dont le tracé est donc très flou. Il est orienté N40, donc obliquement aux autres plis (qui sont d'ailleurs plus serrés et plus accusés que lui) ; il semble bien les avoir recoupé et tordu, donc résulter d'une déformation plus tardive qu'eux (voir notamment la page "Seyssins").


version de plus grande taille

Coupe schématique des massifs subalpins et cristallins externes à la latitude de la Chartreuse
Cette coupe correspond à la tranversale de la Chartreuse, mais elle est transposable à celle du Vercors en substituant "Taillefer" à "Sept Laux" et "Bourg-d'Oisans - Malsanne" à 'Eau d'Olle".

Le "synclinal bordier de Belledonne", représenté en Vercors par le trans-synclinal de Saint-Nizier, correspond, en profondeur, à la zone de changement de pendage de l'interface socle cristallin - couverture. Son axe passe sur cette coupe à l'emplacement de Chamechaude (où l'anticlinal de l'Écoutoux change de sens de plongement axial).

Le dessin de l'interface socle-couverture est celui fourni par les sondages sismiques de la campagne ECORS. Dans le socle les demi-flèches encadrant la ligne de tirets et de points d'interrogation indiquent l'hypothétique surface de chevauchement du massif de Belledonne (pour plus de détail voir la page spéciale consacrée à cette hypothèse).

En fait le transsynclinal de Saint-Nizier constitue sans doute l'équivalent méridional du synclinal de Serraval - Arclusaz qui traverse en long les Bornes et les Bauges orientales ; comme lui il représente probablement un "pli de fond" (c'est-à-dire affectant le socle), parallèle au pli anticlinal qui est à l'origine du soulèvement du massif de Belledonne. De fait, ce synclinal coïncide avec le raccord, en profondeur, entre la zone de socle de la partie occidentale des massifs subalpins, qui plonge vers l'est, et celle où le socle se relève vers l'est (voir la coupe ci-dessus) : on peut le qualifier à ce titre de "synclinal bordier de Belledonne".


retour au début de la page
Retour à la page générale sur la structure du Vercors
Aller à la page d'accueil
VERCORS
Aller à la page d'accueil
Géol-ALPES
Dernières retouches apportées à cette page le 19/08/18