Coulmes : Presles, Romeyère

le plateau occidental du Vercors, au nord du cours aval de la Bourne.

Au nord de la vallée aval de la Bourne s'ouvre le vaste domaine de la Forêt domaniale des Coulmes qui occupe une grande partie du Vercors occidental à la latitude de Villard-de-Lans à l'est et de Saint-Marcellin à l'ouest. Mais il est séparé de cette dernière par le rebord occidental du massif, c'est-à-dire les pentes des environs de Saint-Pierre-de-Chérennes qui tombent sur la vallée de l'Isère (voir la page "Chérennes"). Ces dernières sont entaillées par des ravinements dont l'érosion régressive a mordu assez loin vers l'est sur cette bordure occidentale du Vercors, alors que les écoulements issus des Coulmes s'évacuent au contraire en direction du sud, essentiellement par voie souterraine karstique, où ils sont reçus par la vallée de la Bourne (voir la page "Bourne aval").
image sensible au survol et au clic
Le Vercors occidental à la latitude de la Forêt des Coulmes, vu du SW d'avion.
f.F = faille du Fay ; f.mC = faille de Mont Chardon ; f.cV = faille de Château Vieux ; f.G = faille de Gontier ; f.A = faille des Arnaux ; f.P = faille de Presles ; f.pR = faille du Pont Rouillard.

La limite entre ces deux domaines correspond à une ligne de partage des eaux assez rectiligne, orientée NE-SW, qui va du Sommet de la Lunette au nord (voir la page "Malleval") jusqu'au Serre Cocu au sud .

image sensible au survol et au clic

Le Vercors occidental au nord-ouest de Presles vues du sud, depuis le Serre Cocu
a.N = anticlinal du Nant ; f.G = faille de Gontier ; f.P = faille de Presles ; s.P = synclinal de Presles.

Le relief de la Forêt des Coulmes est effectivement très différent puisque c'est celui d'un plateau mollement ondulé que parcourt le vallon très ouvert de Presles. C'est un relief conforme, c'est-à-dire moulé à peu de chose près sur les ondulations de la carapace urgonienne, et les accidents capricieux de son modelé sont d'origine essentiellement karstique (remontant vraisemblablement à l'épisode continental éocène). L'élément tectonique principal en est l'anticlinal des Coulmes qui se développe en une très large voûte de plus de 3 kilomètres de largeur à l'est de Presles et dont l'axe se confond avec l'échine boisée presque N-S qui court depuis le Mont Noir au nord jusqu'au Grand Serre au sud.

A/ Sur le bord ouest du domaine forestier, dans le vallon des Fauries, le pendage de l'Urgonien du flanc ouest de ce pli majeur s'atténue jusqu'à l'horizontale, puis il manifeste même un basculement vers l'est, ce qui définit un pli très ouvert (en fait plutôt coffré*), le synclinal de Presles. Peu au delà le tracé de la limite occidentale des affleurements urgoniens de la forêt des Coulmes correspond à une importante cassure N-S, la faille de Presles. Cette faille abaisse son compartiment oriental de plusieurs centaines de mètres, de sorte qu'au village de Presles même elle juxtapose la Lumachelle (qui affleure, à l'est de la faille, sous les maisons du village) à l'Hauterivien supérieur du versant oriental de la butte de Serre Cocu. Un sillon N-S colmaté d'alluvions ("La Plaine") souligne, au sud du village, la tracé de la faille. Il suit les affleurements de la Lumachelle, abaissée par la cassure, et se termine vers le sud par suite d'une remontée axiale du synclinal de Presles, qui fait réapparaître l'Urgonien du fond du pli.


Le fond de la cuvette de Presles
, vu d'enfilade, du sud, c'est-à-dire selon son allongement, depuis les abords est du hameau du Gazon
Sous le colmatage alluvial sortent des pointements de Lumachelle, qui repose directement sur les couches à Orbitolines au village même (et supportent même un peu de Sénonien sous l'église)
a.N = anticlinal du Nant (flanc oriental); s.P = synclinal de Presles. Le décalage du tracé de la faille entre Presles et le sommet de La Lunette (extrémité nord-ouest de la Forêt des Coulmes) est dû à la perspective (et aussi à une inflexion dans le sens horaire du tracé de la faille, qui passe de N-S à NW-SE).

B/ Du côté septentrional l'extrémité de la dalle urgonienne de la Forêt des Coulmes correspond au rebord méridional d'érosion de la boutonnière de Malleval (voir la page "Malleval"). Mais la large sinuosité qui affecte la dalle de l'Urgonien ne se retrouve pas exactement dans le dessin des plis que l'on observe à Malleval au niveau des calcaires du Fontanil. Plutôt que de résulter d'une modification horizontale de la structure il est plus vraisemblable que c'est là un phénomène de dysharmonie* entre niveaux plus ou moins massifs de la succession des couches.

image sensible au survol et au clic

La bordure septentrionale de la Forêt des Coulmes, vue du sud, d'avion depuis l'aplomb du Serre du Jardin.
s.P = synclinal de Presles ; a.N = anticlinal du Nant ; f.G = faille de Gontier ; ØB = chevauchement des Belles ; s.P = synclinal de Picotière ; a.M = anticlinal de Malleval ; a.Co = anticlinal des Coulmes.
La dépression de Malleval se ferme en premier plan car elle est ceinturée, du côté sud, par la falaise urgonienne qui forme le rebord septentrional de la forêt des Coulmes. La voûte urgonienne de l'anticlinal des Coulmes n'est ployée que par un anticlinal très ouvert entre le Pas de l'Âne et le Pas de Pré Coquet.
Au nord de ce rebord l'érosion a complètement crevé la voûte de l'anticlinal des Coulmes et, ayant décapé l'Hauterivien, a dégagé une échine boisée, formée par les calcaires du Fontanil. Ce mont dérivé* est lui même légèrement crevé à l'emplacement du village ; il est surtout incisé, au nord de celui-ci, par la gorge d'un affluent de rive droite du torrent du Nant, ce qui met en évidence la charnière du pli.


La carte géologique Vif interprète la différence d'aspect structural entre la dépression de Malleval et la forêt des Coulmes, comme le résultat d'un décrochement passant par le Pas du Follet. Une analyse de données soutenant cette hypothèse conduit à la rejeter (voir les pages "Malleval", "Cognin" )

C/ Du côté oriental la forêt des Coulmes se termine par une pente assez raide qui constitue le versant occidental, boisé, de la vallée de Rencurel. Cette dernière a l'aspect d'un sillon rectiligne qui culmine au nord au col de Romeyère en montant depuis les gorges de la Bourne (La Balme de Rencurel). C'est une combe monoclinale* typique, dominée par le crêt* à regard ouest de la Roche de Méaudre, mais c'est par le jeu du chevauchement de Rencurel que les couches crétacées de ce dernier reposent sur remplissage de grès miocènes du bas versant oriental de la combe.

image sensible au survol et au clic

La vallée de Rencurel - col de Romeyère vue du sud, d'avion, depuis l'aplomb de la Balme de Rencurel (vallée de la Bourne). L'astérisque rouge indique la position de la carrière du cliché suivant.
a.Co = flanc oriental de l'anticlinal des Coulmes ; ØR = chevauchement de Rencurel ; s.A = synclinal d'Autrans.

Ce matériel miocène est la couverture stratigraphique normale de l'Urgonien de la Forêt des Coulmes (qui s'enfonce sous le fond du vallon). Mais ici, à la différence de ce que l'on observe souvent plus au nord, il n'y a pas repos direct du Miocène sur l'Urgonien. Entre ces deux terrains l'érosion anté-Miocène a laissé subsister des couches de l'Aptien supérieur et du Sénonien, qui sont toutefois tranchées en faible discordance* angulaire par la surface basale de dépôt du Miocène.

image sensible au survol et au clic

Discordance du Miocène sur des plis décamétriques du Sénonien : flanc est de l'anticlinal de Choranche, entre Rencurel et le col de Romeyère (voir localisation sur le cliché précédent) ; le personnage donne l'échelle.
Cette photo n'a plus qu'une valeur d'archive du passé ; en effet depuis la date de juillet 1965, à laquelle elle a été prise, la carrière a considérablement été agrandie et l'on n'y voit plus désormais, sur un front de 100 m de large, que des couches sénoniennes à pendage régulier de 30° vers la route.

La combe monoclinale de Romeyère se poursuit vers le sud jusqu'à la Balme de Rencurel, où elle est coupée orthogonalement par le cours de la Bourne (voir la page "Balme de Rencurel"). Au sud de de La Balme de Rencurel elle se prolonge, sans discontinuité structurale mais en s'ouvrant de plus en plus largement, par celle de Saint-Julien et de Saint-Martin qui est l'ultime prolongement nord du synclinal médian du Vercors (= synclinal de la haute Vernaison) avant que son flanc oriental ne se rompe par le jeu naissant là du "chevauchement de Rencurel".

 Au delà du col de Romeyère vers le nord (voir la page "Saint-Gervais"), la bande d'affleurements de Miocène qui détermine cette combe se prolonge loin, jusqu'au pied occidental du signal de Nave. Mais elle change de caractère en se transformant en une zone de vires à flanc de pente en même temps que le chevauchement de Rencurel se double d'une cassure satellite secondaire.
Plus au nord encore cette bande d'affleurements miocènes s'interrompt dans les pentes abruptes du versant nord-ouest du Bec de l'Orient, où elle est tranchée en biseau par le prolongement méridional de la faille de Voreppe.

Si l'on tient compte du jeu dextre de cette faille de Voreppe on est conduit à considérer que le synclinal médian du Vercors devait originellement se raccorder, au delà, au synclinal de Voreppe, et qu'il en représente le prolongement méridional, décalé vers l'ouest. Comme ce synclinal de Voreppe limite du côté ouest le massif de la Chartreuse on est amené à conclure que le chevauchement de Rencurel et le synclinal médian du Vercors séparent deux ensembles structuraux assez différents :
- un ensemble oriental (synclinal d'Autrans etc...) qui prolonge les structures de la Chartreuse occidentale vers le sud ;
- un ensemble occidental (anticlinal ses Coulmes etc...) jurassien, dont les plis s'enfoncent vers le nord dans le sillon molassique du Bas Dauphiné.

D/ Du côté méridional la forêt des Coulmes se termine net, tranchée par les abrupts urgoniens orientés W-E de rive droite de la Bourne (voir détails à la page "Bourne aval").

image sensible au survol et au clic

Le rebord méridional de la Forêt des Coulmes , en rive droite des gorges aval de la Bourne.
s.P = synclinal de Presles (lèvre occidentale) ; f.P = faille de Presles ; f.C = faille de Choranche ; a.Co = anticlinal des Coulmes.

 


même fenêtre < image plus grande > nouvelle fenêtre
Coupe au nord du cours de la Bourne aval (par H. Arnaud)
(couleurs comme sur la carte d'ensemble du Vercors)

 


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Romans et Vif



Carte géologique très simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
légende des couleurs


Cognin

Malleval

Autrans
Saint-Pierre de Chérennes LOCALITÉS VOISINES Balme de Rencurel

Pont-en-Royans

Choranche

Bourne aval
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Vercors

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 17/07/18