Tête et crête du Sanglier

partie amont de la rive droite des gorges de la Haute Ubaye

  vue d'ensemble sur les gorges de la Haute Ubaye

En amont de La Blachière, où débouche le vallon des Houerts, la constitution de la rive droite des gorges de l'Ubaye subit un changement notable. En effet, contrairement à la partie plus aval, où les marbres en plaquettes alternent avec les calcaires triasiques et jurassiques au sein d'un empilement d'unités tectoniques inclinées vers l'aval, la partie amont est entaillée dans du matériel siliceux permo-houiller qui dessine un énorme pli déversé vers l'est, l'anticlinal de Marinet.
Ce matériel, particulièrement résistant à l'érosion, arme l'imposant éperon de la Tête du Sanglier ** qui surplombe la vallée d'un millier de mètres.

** La dénomination de "Tête du Sanglier" choisie par la carte I.G.N est très critiquable (et je ne me résouds guère à l'employer) car ce nom découle en réalité de la présence d'une vire, dénommée "Le Seingle", qui permet de passer du vallon de Panestrel dans celui des Houerts (par une marche à flanc très pentue). Ce vocable dérive à l'évidence du latin "cingulum", qui veut dire "ceinture". On sait en outre qu'en Chartreuse de telles vires sont également nommées des "sangles".

image sensible au survol et au clic

La partie amont de la rive droite des gorges de la Haute Ubaye, au niveau du vallon des Houerts et de la Tête du Seingle, vue du sud-est, depuis le vallon de Chillol
f.H = faille des Houerts ; s.B = synclinal de la Blachière (crochon de la faille des Houerts) ; a.M = anticlinal de Marinet ; ØAM = chevauchement de l'écaille des andésites de Marinet (= "de Mary").


La Tête du Seingle constitue une sorte de balcon au pied de l'extrémité de l'arête rocheuse sud-orientale du Pic de Panestrel ("crête du Sanglier" I.G.N.), laquelle appartient pour l'essentiel à la nappe de la font-Sancte. En contrebas sud-ouest de cette crête les pentes plus herbeuses du revers nord-ouest de la Tête du Seingle ont un relief qui s'apparente à celui d'un mont jurassien* : en effet la surface topographique y suit la voûte des quartzites triasiques de l'anticlinal de Marinet, mise à nu par décapage des calcaires du Trias moyen qui la recouvraient (de fait on y observe des dalles structurales garnies de l'enduit gréso-carbonaté brun qui marque l'arrêt de la sédimentation des quartzites).

Le sommet de la Tête du Seingle lui-même correspond à une dalle de quartzites horizontale, car située à la voûte de l'anticlinal de Marinet : mais celle-ci appartient à une lame qui redouble les quartzites de cette voûte, par le jeu d'un chevauchement jalonné de cargneules. Ce chevauchement est ici sub-horizontal mais sa surface de base plonge de plus en plus fortement du côté nord-est, dans la profonde ravine de Combe Grande.
Il s'agit là de l'extrémité nord-occidentale de l'écaille des andésites de Marinet (ex. "écaille des Aiguilles de Mary" de M. Gidon 1962), qui est donc enroulée par l'anticlinal de Marinet avec son substratum, constitué par l'unité de Marinet. Ces deux unités se différencient aisément de celle de la Font-Sancte (qui les recouvre) par leur série stratigraphique réduite, où les formations carbonatées mésozoïques sont très amincies (seulement quelques dizaines de mètres de calcaires triasiques inférieurs, qui supportent directement du flysch noir briançonnais).

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental de la crête du Sanglier, vu du sud-est, depuis la Tête du Sanglier.
La surface de charriage de la nappe de la Font-Sancte est soulignée par un épais coussinet de cargneules (en partie glissées sur la pente). Il détermine une vire fortement déclive ("le Seingle" proprement dit) qui ceinture l'extrémité SE de la "crête du Sanglier". On y trouve, inclus dans les cargneules, deux blocs-klippes* de calcaires triasiques supportant une mince couverture de marbres en plaquettes (ces copeaux ont très vraisemblablement été prélevés à l'unité sous-jacente).
L'écaille des andésites de Marinet est imbriquée sur l'unité de Marinet proprement dite. Sa surface de charriage est masquée sur la partie droite du cliché car elle suit le fond du ravin de Combe Grande. Elle s'amincit par biseautage tectonique, de la droite vers la gauche.


version plus grande de cette image

Croquis correspondant au cliché ci-dessus, montrant en outre, en arrière-plan, les abrupts méridionaux des crêtes de la Font Sancte
(d'après la publication n° 024, légèrement retouché)


.

image sensible au survol et au clic
La partie haute de la rive droite de l'Ubaye au niveau de la Tête du Sanglier, vue de la Pointe de Chauvet.
n.PH = nappe de Peyre Haute ; u.Ch = unité du Châtelet ; u.aC = unité des Aiguilles de Chambeyron (digitation du Sommet Rouge) ; f.H = faille des Houerts ; a.M = anticlinal de Marinet ; u.aM = unité des andésites de Marinet ; f.B = faille de La Barge.

Au nord de la Tête du Seingle le sommet de la Combe Grande est traversé presque en courbe de niveau par la surface de charriage de la nappe de la Font-Sancte, matérialisée par un épais coussin de cargneules, que suit la vire du Seingle : il est remarquable qu'elle reste sub-horizontale à l'opposé des unités sous-jacentes, ployées par la voûte de l'anticlinal de Marinet.

En définitive l'étude de ce secteur montre de façon flagrante que l'anticlinal de Marinet est une structure tardive par rapport aux charriages majeurs de la région, car il reploie ensemble deux unités imbriquées : l'Unité de Marinet, originellement inférieure, et celle des andésites de Marinet, supérieure.

Par ailleurs il est clair que la surface de charriage de la nappe de la Font-Sancte est subhorizontale et qu'elle sectionne nettement la voûte de l'anticlinal de Marinet, qui est pourtant dessinée de façon très accusée dans les unités sous-jacentes, comme les plis de la bande des calcschistes de Ceillac. Il y a donc eu là un rabotage du sommet de l'édifice des nappes inférieures, déjà replissé, avant la mise en place ultime de la nappe de la Font-Sancte.

Une hypothèse envisageable est de considérer que ce rabotage a précédé ou accompagné les mouvements de rétrocharriage par lesquels cette nappe est venue reposer sur la bande des calcschistes de Ceillac-Chiappera. Au sujet de ce rétrocharriage se reporter au schéma rétrotectonique général du Briançonnais méridional.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de l'Ubaye et le massif de la Font-Sancte, vus d'avion, de l'est, depuis l'aplomb de Combe Brémond (la rive gauche de l'Ubaye est entièrement cachée par l'aile de l'avion.
Cette vue montre les rapports de l'anticlinal de Marinet avec la nappe de la Font-Sancte, qui, à la crête du Seingle, repose sur sa voûte en totale discordance par une surface de charriage (ØFS), presque horizontale.
éc. aM = écaille des andésites de Marinet ; f.B = faille de la Barge ; ØFS = surface de "rétro-chevauchement" de la nappe de la Font-Sancte sur les calcschistes de la bande de Ceillac)


Enfin il s'avère que les épais calcschistes de l'unité de Ceillac-Chiappera, qui affleurent au nord de la Barge en rive gauche du vallon de Panestrel, ne peuvent représenter la couverture stratigraphique de l'écaille des andésites de Marinet (ex. "écaille des Aiguilles de Mary" de M. Gidon 1962) puisque celle-ci, observable sous la vire du Seingle, ne comporte pas de tels calcschistes dans sa colonne stratigraphique. Ces deux unités sont séparées par un accident tectonique, ici sub-vertical, qui a été désigné du nom de "faille de La Barge" afin d'éviter toute interprétation hâtive concernant sa signification et son fonctionnement. Une hypothèse qui semble pouvoir être retenue est qu'elle représenterait le prolongement de la faille de La Traverse (voir les pages "Sainte-Anne" et plus septentrionales), tranché par la surface de rétro-chevauchement de la nappe de la Font-Sancte.

consulter l'aperçu structural général sur la zone briançonnaise méridionale


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée des montagnes de Vars et d'Escreins
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Panestrel

Font Sancte

Maurin
Houerts La Grand Roche

LOCALITÉS VOISINES

vallon de Mary

Pont du Châtelet

Fouillouse

Chauvet Aiguille Grande

 accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 14/04/16