Maurin, signal et col Girardin

vallée et rive droite (septentrionale) de l'Ubaye entre La Barge et Combe Brémond

La vallée de l'Ubaye, à la hauteur des villages de Maurin, quitte vers l'amont le domaine briançonnais pour entrer dans celui, liguro-piémontais, dit "des schistes lustrés". Cela ne se produit pas d'une façon brutale et franche, mais par l'intermédiaire de plusieurs accident tectoniques cassants appartenant à un faisceau que l'on peut qualifier de "linéament briançonnais oriental". Ce dernier comporte essentiellement deux cassures NW-SE, la Faille de La Barge et la Faille de Ceillac.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de l'Ubaye et le massif de la Font-Sancte, vus d'avion, de l'est, depuis l'aplomb de Combe Brémond (la rive gauche de l'Ubaye est entièrement cachée par l'aile de l'avion.
Cette vue montre les rapports de l'anticlinal de Marinet avec la nappe de la Font-Sancte, qui, à la crête du Seingle, repose sur sa voûte en totale discordance par une surface de charriage (ØFS), presque horizontale.
éc. aM = écaille des andésites de Marinet ; f.B = faille de la Barge ; ØFS = surface de "rétro-chevauchement" de la nappe de la Font-Sancte sur les calcschistes de la bande de Ceillac)


Les trois hameaux de Maurin (La Barge, Maljasset et Combe Brémond) sont alignés en rive droite de l'Ubaye, au sortir amont des gorges supérieures de cette rivière, dans une zone plus ouverte de la vallée. Ce changement de relief est dû à ce que la rivière y traverse la large bande d'affleurements des unités de Ceillac - Chiappera, laquelle se caractérise par la prédominance de grandes surfaces d'affleurement des calcschistes du Crétacé supérieur - Éocène ("marbres en plaquettes" au sens large). Ces couches, très épaisses, sont en outre certainement plissées en accordéon. En effet la coupe de la vallée y met à nu, dans les basses pentes des lames de terrains triasico-jurassiques qui représentent des coeurs d'anticlinaux (à Maljasset notamment) ou des écailles imbriquées.

image sensible au survol et au clic
La vallée de l'Ubaye aux environs de Maurin, vue depuis la Plate de Tuissier (pentes occidentales de la Pointe Basse de Mary)
u.M = unité de Marinet ; u.aM = unité des andésites de Marinet (= "des Aiguilles de Mary") ; f.B = faille de La Barge : ØR = surface de rétro-charriage de la nappe de la Font-Sancte ; N.FS = nappe de la Font-Sancte ; u.CC = unités de la "bande" de Ceillac-Chiappera.
Dans les calcschistes de Ceillac-Chiappera les zones sombres correspondent aux niveaux plus argileux de la partie basse de la formation, qui reposent sur le Jurassique (Malm + Dogger) à Maljasset. Les niveaux moyens, clairs et plus calcaires, dessinent un grand synclinal en contrebas du col Girardin (voir le schéma interprétatif ci-après).
même fenêtre < image plus grande, muette > nouvelle fenêtre

Coupe de la rive droite de la vallée de l'Ubaye aux abords de Maurin
Légende stratigraphique comme sur la carte géologique Aiguille-de-Chambeyron au 1/50.000° . Les couleurs, qui permettent de distinguer les unités tectoniques, sont celles du schéma d'interprétation rétrotectonique.


Schéma perspectif de la structure interne de l'unité de Ceillac-Chiappera en Ubaye : vue schématisée de la rive droite de la vallée de l'Ubaye, supposée prise du sud vers le nord
(d'après la publication n° 024, légèrement retouché)
.
Css, Csm et Csi désignent les trois niveaux (supérieur, moyen et inférieur) qui peuvent être distingués dans les marbres en plaquettes de cette bande structurale (Csm est distingué par un figuré grisé). Le figuré de moellons (j) représente la barre du Jurassique (Malm + Dogger).
Le cartouche, en bas à droite, cherche à reconstituer ce qu'a pu être la disposition des plis avant le basculement vers l'est, dû au rétrocharriage.


 L'ensemble disloqué compris entre la faille de La Barge et la faille de Ceillac se poursuit loin vers le sud jusqu'à Chiappera et au delà en Italie, en donnant un alignement de zones déprimées auquel a été donné le nom de "bande Ceillac - Chiappera". Au nord de Ceillac cette zone disloquée se poursuit, par le col Izoard et la basse vallée de la Clarée, jusqu'à Modane et au delà : c'est donc un accident majeur, que l'on peut appeler le "linéament briançonnais oriental". Son jeu, tardif par rapport aux charriages, est sans doute complexe car il semble s'exprimer par une association de traces de mouvement en extension et en rétro-chevauchement.

Le hameau de Combe Brémond se situe, quant-à-lui, aux confins du domaine des schistes lustrés piémontais. Ce secteur est caractérisé par le renversement général, vers l'est, des nappes de charriage imbriquées (les schistes lustrés piémontais s'enfoncent vers l'ouest sous les nappes briançonnaises). Mais sa tectonique n'est pas celle d'un simple chevauchement renversé, car elle comporte en outre un compartiment intermédiaire limité par deux failles parallèles, celle de Ceillac et celle du Col Fromage : c'est en fait entre ces cassures, qui les sectionnent en biseau qu'affleurent les nappes briançonnaises les plus internes, savoir celle de la Chapelue et du Roure et celle, "ultra-briançonnaise" de Combe Brémond.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de l'Ubaye à la hauteur de Combe Brémond, vue du bas vallon de Mary.
f.C = faille de Ceillac ; f.Fr = accident du col Fromage (ici contact Briançonnais - Schistes lustrés).
L'unité de la Chapelue se poursuit sans doute en rive opposée de l'Ubaye par l'unité du Roure (mais la succession de cette dernière y est privée de ses termes post-werféniens)).
En premier plan on voit pointer sous les mélèzes les quartzites triasiques du prolongement de l'unité de Combe Brémond en rive gauche de l'Ubaye).
On perçoit bien le fait que la faille de Ceillac recoupe obliquement les autres surfaces de chevauchement, qui sont moins pentées (toutes sont d'ailleurs renversées vers la droite, c'est-à-dire vers le nord-est) ; il en va de même pour l'accident du col Fromage (bien que cela apparaisse moins clairement ici).
La partie droite du cliché montre la large loupe de l'éboulement qui a obstrué le cours de l'Ubaye en amont de Combe Brémond. Sa niche d'arrachement, garnie d'éboulis récents, se dessine très nettement dans le socle des Rochers de L'Eissassa. Cet éboulement masque le contact entre les schistes lustrés de Parouart (SL) et les roches vertes (RV = prasinites à pillows) qui représentent leur soubassement (ancien fond océanique).
L'affleurement décrit plus bas dans cette page se situe entre les notations tq et cs, à l'aplomb droit de Combe Brémond.

Coupe schématique et synthétique des crêtes de rive droite du vallon du Mélezet (partie haute) et de la rive droite de l'Ubaye à la hauteur de Combe Brémond (partie basse).
Dans ce schéma le contact entre unités briançonnais et piémontaises, noté ØSL sur les clichés, est interprété comme correspondant, sur une partie de son tracé, à une faille tardive (post-charriages), la faille du col de Fromage, parallèle à celle de Ceillac et appartenant comme elle au faisceau du linéament briançonnais oriental.
ØCo = surface de chevauchement de l'unité (renversée) de Combe Brémond


En amont de Maurin la vallée de l'Ubaye change de caractère, en perdant ses pentes inférieures de prairies et en prenant un profil en V dissymétrique, lié à la différence de constitution de ses versants, roche en place en rive gauche, matériel glissé et éboulé en rive droite (voir la page "Péouvou").

image sensible au survol et au clic

La vallée de l'Ubaye en amont de Maljasset, vue du SW depuis la Tête du Seingle.
La partie centrale du cliché montre la large loupe de glissement qui a obstrué le cours de l'Ubaye en amont de Combe Brémond et créé l'ancien lac de Parouart. Sa niche d'arrachement, garnie d'éboulis récents, se situe plus à gauche dans le socle des Rochers de L'Eissassa (voir plus haut). Cet éboulement masque le contact entre les schistes lustrés de Tiéouré et de l'Alpet (SL) et les roches vertes (RV = prasinites à pillows) qui représentent leur soubassement (ancien fond océanique). L'astérique rouge localise l'affleurement décrit ci-après.
f.FR = faille du Col Fromage ; f.C = faille de Ceillac ; ØcB = chevauchement (renversé) de l'unité de Combe Brémond ; u.C = unités de Ceillac ; u.Ch = unité de la Chapelue ; u.cB = unité de Combe Brémond.


Les pentes qui dominent le village de Combe-Brémond montrent un affleurement, de visite aisée, qui est très caractéristique des successions stratigraphiques ultra-briançonnaises. (voir localisation sur les clichés ci-dessus).

  ensemble de l'affleurement de Combe Brémond (alt. 2150), vu depuis le nord-est.
Le personnage (Jacques Debelmas) donne l'échelle et désigne de sa main gauche le contact Malm - Crétacé supérieur)

 

 

Détail du contact Malm - Crétacé supérieur
(le marteau de Marcel Lemoine donne l'échelle

La croûte calcaire manganésifère qui forme la base stratigraphique des marbres en plaquettes est un enduit qui s'est formé à forte profondeur sous-marine par l'effet de la dissolution partielle des boues calcaires (il n'a subsisté que quelques centimètres de dépôt au bout de plusieurs millions d'année). Elle a livré des microfaunes fossiles (Globotruncana) qui ont permis de dater ces couches du Crétacé supérieur.
Toutes les couches calcaires ont subi un intense aplatissement syn-métamorphe*. La surface de transgression* du Crétacé supérieur sur le Malm est soulignée d'une ligne de tirets verts.

 

 


consulter l'aperçu structural général sur la zone briançonnaise méridionale

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée du cours amont de l'Ubaye
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


lac Sainte-Anne

Eissassa

Péouvou
Tête du Seingle

LOCALITÉS VOISINES

Chabrière

Chillol

Alpet - Miéjour

Pointes de Mary

 accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 14/04/16