Aiguille Grande, Plate de Chauvet

le promontoire nord-occidental du chaînon de l'Aiguille de Chambeyron

  vue d'ensemble sur les gorges de la Haute Ubaye

L'Aiguille Grande est un sommet secondaire de rive gauche de l'Ubaye qui accidente l'arête qui se détache vers le nord-ouest depuis l'Aiguille de Chambeyron. Du côté nord elle tombe par de hauts abrupts sur la partie aval du vallon de Chillol. Du côté sud elle est séparée par le vallon de Chauvet de la crête principale de l'Aiguille de Chambeyron, qui court plus au sud jusqu'à la Pointe de Chauvet avant de tomber sur les gorges de l'Ubaye.

image sensible au survol et au clic

La partie médiane de la rive gauche des gorges de l'Ubaye (massif de Chambeyron) vue depuis la partie supérieure du vallon des Houerts.
ØFS (bleu foncé) = surface de base de la nappe de la Font-Sancte.
n.aC = nappe des Aiguilles de Chambeyron (unité de Chauvet = corps principal de la nappe) ; u.sR = unité du Sommet Rouge (digitation inférieure de la nappe des Aiguilles de Chambeyron) ; f.H = faille des Houerts : elle recoupe en biseau la surface de charriage de l'unité de Chauvet ; a.aC = anticlinal de l'Aiguille de Chillol.


Elle culmine par une puissante tour ruiniforme car entièrement formée de calcaires dolomitiques du Trias moyen, qui repose du côté ouest sur un soubassement également calcaire, garni de maigres alpages. Il s'agit de la Plate de Chauvet, qui est une grande dalle, relativement peu inclinée essentiellement constituée de calcaires du Malm et garnie de minces placages de marbres en plaquettes néo-crétacés.
image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest de l'Aiguille Grande, vu de l'ouest depuis la partie basse de la Plate de Chauvet.
La klippe est logée dans un berceau synclinal des couches de la nappe de Chambeyron ; plus au sud (à droite) ces couches dessinent un repli anticlinal secondaire, a.aC = anticlinal de l'Aiguille de Chillol, dont l'érosion a mis à nu le cœur de dolomies ladiniennes à l'aplomb sud du sommet.


L'extrémité ouest (aval) de cette grande dalle est brutalement tranchée en rive gauche de la gorge de l'Ubaye par des abrupts qui barrent le pied du vallon de Chauvet.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche des gorges de l'Ubaye en amont du Pont du Châtelet (hameau de Saint-Antoine), vue d'aval depuis la route D.25.
ØaC = surface de charriage de la nappe des aiguille de Chambeyron ; f.Ch = faille extensive de Chauvet (compartiment doit abaissé).


L'examen à distance des pentes qui s'élèvent, en rive gauche de l'Ubaye, vers la Plate de Chauvet permet de voir, dans les bosses boisées inférieures (rochers de Peyre Chavia, non dénommés sur la carte topographique), que les marbres du Malm y reposent en discordance angulaire sur les dolomies zonées du Trias moyen (Ladinien) (voir localisation sur le cliché et détails sur le schéma ci-après).

Discordance angulaire du Malm sur le Ladinien, aux rochers de Peyre Chavia (localisation ci-dessus), vue depuis la route D.25 en amont du Pont-Voûté.
(dessin extrait de la publication n° 024)

CR. = couches rouges de la base du Malm à faciès Marbre de Guillestre ; tdns, tdb, tdni = les 3 niveaux de dolomies successivement noires, blanches et noires du Ladinien.


La pyramide sommitale de l'Aiguille Grande correspond à une klippe* car les calcaires triasiques dont elle est formée sont ceinturés à leur pied, de tous côtés (depuis la Plate de Chauvet jusqu'au Pas de Chauvet), par les calcaires massifs du Malm qui prolongent ceux de la Plate de Chauvet et qui se poursuivent vers l'est par ceux des crêtes de l'Aiguille de Chillol et de l'Aiguille de Chambeyron.

image sensible au survol et au clic
Le versant sud de l'Aiguille Grande : vue plongeante, du sud depuis la pointe de Chauvet
Les calcaires triasiques de la klippe sont ployés en un anticlinal déversé vers l'ouest, qui représente probablement un crochon de chevauchement. Le soubassement appartient à la nappe de Chambeyron (digitation de Chauvet) ; les couches immédiatement sous le chevauchement sont ployées en un anticlinal couché vers l'ouest, que l'on peut interpréter comme un pli d'entraînement.
ØFS = surface de chevauchement de la nappe de la Font-Sancte ; la charnière déversée du flanc du vallon de Chauvet est celle de l'anticlinal de l'Aiguille de Chillol (a.aC).
On distingue particulièrement bien la différence d'aspect entre les falaises de calcaires ladiniens (tcL), massives et celles, rubanées de lits dolomitiques jaunes, des calcaires anisiens (tcA).
En arrière-plan droit on distingue les crêtes et le vallon de Chillol

Ce soubassement appartient à la nappe de Chambeyron, de sorte que la klippe elle-même doit sans doute être rattachée à la nappe de La Font Sancte, par analogie de situation avec ce qui s'observe en rive droite de l'Ubaye, bien que l'absence de couches post-triasiques ne permette pas de le confirmer par le critère de la succession stratigraphique.

Les abrupts orientaux de l'Aiguille Grande, vus de l'est depuis le point coté 2710 au sud du vallon de Chillol.
Les calcaires triasiques reposent sur une barre continue de Malm que coiffe une vire de marbres en plaquettes.
A l'aplomb du sommet cette superposition anormale est dénivelée par une petite faille qui est visible aussi sur le cliché précédent (elle y est notée f1)
ØFS = surface de chevauchement de la nappe de la Font-Sancte.


En fait il s'avère que cette klippe est logée dans un repli synclinal qui fait suite du côté nord à l'anticlinal de l'Aiguille de Chillol (voir la page "Aiguille de Chambeyron") et qu'elle est affectée par une cassure extensive transversale à la crête.

figure agrandissable

Coupes successives, du nord-ouest (1) vers le sud-est (5), au travers du vallon de Chauvet et de la crête de l'Aiguille Grande.

1 = surface de chevauchement de la nappe de la Font Sancte.

Le repli anticlinal du soubassement de la klippe de l'Aiguille Grande correspond à l'anticlinal de l'Aiguille de Chillol.


consulter la légende générale des abréviations ou sa version de grande taille
extrait de la publication n° 024 (retouché)


version plus grande

Panorama de la rive gauche de la gorge de la Haute Ubaye (croquis pris depuis la Tête du Seingle).
NB : Le tracé Ø1, qui traverse la moitié droite de la figure, en diagonale descendante, se confond en partie avec celui de la faille des Houerts, qui le recoupe. Ce dernier accident, tardif, a un rejet de rétrocharriage, dont la vergence (vers la gauche) est attestée par les charnières qui affectent les abords de la surface de cassure dans les abrupts encadrant les pentes des Chalanchassas.
(extrait de la publication n° 024 , retouché)
consulter la légende des abréviations / / dans sa version de grande taille



Coupe en rive gauche des gorges supérieures de l'Ubaye entre Serennes et Maurin (confins du massif de Chambeyron).
La coupe est orientée conformément à la vue que l'on en a depuis la rive opposée ; les couleurs distinguent les formations stratigraphiques, désignées par les notations de la carte géologique Aiguille-de-Chambeyron au 1/50.000° ; voir la Légende stratigraphique (nouvelle fenêtre !).


 


Carte géologique simplifiée du massif de Chambeyron
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

la structure d'ensemble, révélée par l'entaille la gorge de la Haute Ubaye
consulter l'aperçu structural général sur la zone briançonnaise méridionale
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Aiguille de Chambeyron

Tête du Seingle

Chillol

Marinet
Becs de la Grand Roche

LOCALITÉS VOISINES

Aiguille de Chambeyron

Pont du Châtelet

lacs de Chambeyron

Brec de Chambeyron

 accueil HAUTE-UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/04/16