Crête du Rissace, vallon Albert

montagnes entre Mélezet et Cristillan au sud de La Riaille.

Entre les fortes crêtes rocheuses, orientées N-S, des Rochers de l'Eissassa et du Péouvou, qui se branchent sur la crête de partage des eaux entre Ubaye et Guil, pointe une éminence beaucoup plus discrète, la Tête du Rissace (= sommet du Longet). Il s'agit pourtant de la terminaison méridionale d'une crête qui revêt une importance comparable sur le versant opposé, en Queyras, puisqu'elle y sépare le vallon d'Albert de celui du haut Cristillan.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de rive droite de la vallée de l'Ubaye immédiatement en amont de Maurin.
u.P = unité piémontaise externe deu Péouvou ; u.rN = unité (ligure) de Roche noire ; f.FrE, f.Fr = failles orientale et occidentale de Fromage ; u.Ch = unité (briançonnaise) de La Chapelue ; u.cB = unité (ultra-briançonnaise) de Combe Brémond.
Øo = chevauchement des unités "océaniques" ligures qur les unités de la marge piémontaise ; f.Fr = faille du Col Fromage ; f.C = faille de Ceillac.
"sL" = schistes lustrés : sLcs = calcschistes du Crétacé supérieur ; sLs = schistes argilitiques du Crétacé moyen ; sLj = calcschistes et calcaires lités du Jurassique - Crétacé.


Sur ce versant septentrional la crête du Rissace se prolonge assez loin vers le nord, jusqu'à la latitude de Ceillac, par la Crête de Beaubardon. Toutefois elle ne le fait, au sommet du Queyrellet, qu'au prix d'un raccord en baïonnette orienté E-W. Cette rupture de la rectilinéarité de son tracé correspond au fait que, à cette latitude le versant oriental du vallon du Mélezet est profondément entaillé par le vallon d'Albert, qui s'embranche là au niveau de la Riaille, avant de s'intercaler plus au sud entre Crête du Rissace et Crêtes de Rochers de l'Eissassa.

image sensible au survol et au clic

Le vallon d'Albert et les montagnes qui l'entourent, vus du sommet de la Croix du Signal du Mélezet
f.C = faille de Ceillac ; f.Fr = faille du Col Fromage ; u.cB = unité de Combe Brémond ; u.Ra = unité de Rasis.


De ce fait, au sud de la section de crête orientée E-W qui relie en baïonnette la crête de Beaubardon au sommet du Queyrellet, les conditions d'affleurement des trois bandes structurales juxtaposées, reconnues plus au nord, se modifient : la série renversée de l'unité de la Chapelue n'affleure plus sur la crête principale de rive droite du vallon d'Albert, car elle est tranchée par l'entaille transversale du raccor de ce vallon avec celui du Mélezet ; le prolongement de cette série forme sans ambiguité, plus au sud, la crête de la Riche puis celle des Rochers de l'Eissassa (voir la page "Eissassa") .

image sensible au survol et au clic

Les crêtes du versant oriental du vallon d'Albert, vues de l'ouest, depuis le sommet de la Saume (massif d'Escreins).
f.Fr = faille du Col Fromage ; f.FrE = faille orientale du Col Fromage ; u.Ra = unité de Rasis ; ØsL = surface de chevauchement des schistes lustrés piémontais ; u.rC = unité de la Roche des Clots ; Øo = surface de chevauchement des schistes lustrés "océaniques" ; u.rN = unité ligure de Roche Noire ; u.cB = unité de Combe Brémond (ØcB = sa surface de contact tectonique avec l'unité de Rasis).
L'extrèmité nord de la crête des Rochers de La Riche (qui forme la rive gauche du vallon d'Albert) est presque totalement cachée par les pierrailles de premier plan.

Le fond du vallon d'Albert est largement garni par un glacier rocheux qui masque la bande de cargneules de la faille de Fromage, lesquelles ne réapparaissent qu'au col Albert (voir la page "Eissassa"). À l'est du vallon la crête principale, à partir du sommet du Queyrellet, s'avère representer le prolongement de l'unité de Rasis (voir la page "Beaubardon") et les schistes lustrés de l'unité de la Roche des Clots restent presque partout sur son versant oriental (qui tombe sur le Cristillan), sauf à la faveur de l'entaille ouverte au nord de la Crête du Rissace.

image sensible au survol et au clic

La crête séparant les vallons du Mélezet et du Cristillan vue du sud-est, depuis le sommet 2965 de la Tête du Rissace (= Le Longet).
f.C = faille de Ceillac (son tracé est presque partout masqué par les crêtes de rive droite du vallon du Mélezet) ; f.Fr = faille du col Fromage (masquée derrière les pentes occidentales de la crête du Rissace).
u.Ch = unité de la Chapelue ; u.Ra = unité de Rasis (le Dogger de la crête du Rissace passe sous les dolomies du versant ouest ; u.cB = unité ultra-briançonnaise de Combe Brémond (ØcB = sa surface de contact anormal) : cL = "calcaires en lauzes" ; csA = calcschistes de l'Alpet.
Les schistes lustrés du bord droit du cliché (SLc) sont ceux, à niveaux de débris de "roches vertes", du Crétacé des unités ligures ("océaniques") ; dans le revers est de la Crête du Rissace ils s'intriquent avec les schistes jurassiques piémontais (voir plus bas dans cette page).
Noter le très net pendage vers l'ouest des surfaces tectoniques (ØCB et ØSL), renversées par rétro-déversement.


La situation se complique par l'apparition d'un élément nouveau au sud des points cotés 2931 et 2924 de la crête du Rissace. En effet dans les pentes à l'ouest du col Allongé on observe, à l'ouest des schistes lustrés affleurant sur la crête, que se juxtaposent deux unités briançonnaises bien distinctes.

Carte détaillée des crêtes qui ferment le vallon d'Albert du côté sud-oriental

La lame de quartzites werféniens de l'unité de Combe Brémond, avec sa couverture de calcschistes de l'Alpet, s'effile vers le nord, par biseautage tectonique, sous la dalle calcaire renversée de l'unité de Rasis (Ladinien à Dogger) selon un contact tectonique renversé vers l'est.

Les "calcaires à lauzes"(notés cL sur les clichés de cette page) sont le terme inférieur des calcschistes de l'Alpet (csA) ; ils sont identiques à ceux de la coupe du ravin de l'Alpet, en haute Ubaye.


L'une et l'autre sont complètement renversées vers l'est, de même d'ailleurs que la surface tectonique qui les sépare et que souligne une bande de cargneules d'épaisseur métrique :

- l'unité calcaire, nord-occidentale, formant la crête et les escarpements largement formés de dalles structurales du versant ouest, est constituée par une succession de type briançonnais "classique", comparable à celle de la nappe de la Font-Sancte (avec Trias moyen et Dogger)., Elle se rattache tant par sa stratigraphie que par une quasi continuité cartographique à l'unité de Rasis(voir la page "Rasis") ;

- l'unité siliceuse, sud-orientale, affleurant dans la branche du haut vallon d'Albert qui descend du col Allongé, est dotée d'une succession typiquement ultra-briançonnaise, c'est-à-dire très incomplète au niveau du Jurassique et du Trias calcaire. On peut la rapprocher de celle de Combe Brémond de la coupe de l'Ubaye, en raison de leurs analogies de constitution stratigraphique et de leurs situations similaires.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-ouest de la Crête nord du Rissace et la partie supérieure du vallon d'Albert vus de la branche sud-est du vallon d'Albert.
- à gauche (unité de Rasis) succession briançonnaise "classique", renversée. Le Dogger qui affleure sur la crête passe sous les dolomies du versant ouest (le pendage des couches et un peu plus fort que la pente topographique).
- à droite (u.cB) succession ultra-briançonnaise de l'unité de Combe Brémond (cL = calcaires à lauzes ; csA = calcschistes de l'Alpet). Les quartzites de cette unité se biseautent avant d'atteindre la crête, alors que les termes calcaires se poursuivent vers le nord, à flanc de pente, sur le revers est de la crête du Rissace (une mince lame de cargneules souligne leur contact avec les dolomies de l'unité de Rasis).
ØSL = surface de contact (chevauchement renversé) des schistes lustrés piémontais et/ou ligures.



 Toutefois la succession de cette unité est plus réduite que celle de Combe Brémond car ici ce sont des calcschistes à brèches qui reposent directement sur les quartzites werféniens (sans intercalation de marbres du Malm - Crétacé), comme cela se produit en rive gauche de l'Ubaye, à l'Alpet.
Par ailleurs on n'observe pas de continuité entre ces deux unités, qui devaient pourtant se connecter originellement : en effet l'unité orientale du Rissace, après s'être épaissie dans le vallon d'Albert, au flanc ouest du sommet du Longet, s'effile vite vers le sud et disparaît avant d'atteindre le col Albert où n'affleurent plus qu'un peu de cargneules (sur la carte ses affleurements ont un dessin lenticulaire) : mais cette discontinuité est sans doute à mettre sur le compte d'un biseautage par l'accident, relativement tardif, que semble être la faille de Fromage.


image sensible au survol et au clic

Le versant ouest de la crête du Rissace et la partie supérieure du vallon d'Albert vus des abords du sommet 2924 de la Crête septentrionale du Rissace.
En premier plan la succession ultra-briançonnaise de l'unité de Combe Brémond (u.CB) : cL = calcaires à lauzes ; csA = calcschistes "de l'Alpet"; f.Fr = faille de Fromage ; u.Ch = unité de la Chapelue.


Sur cette transversale du col Allongé, l'unité de la Roche des Clots n'est plus représentée que par ses calcschistes jurassiques (qui représentent l'enveloppe d'un grand anticlinal couché déversé vers le sud). De plus ces derniers sont affectés de replis, par lesquels ils s'intriquent tectoniquement avec des Schistes lustrés ligures.

image sensible au survol et au clic

Les escarpements du versant nord-est de la Crête septentrionale du Rissace vus du lac de Clausis
U.Ra = unité de Rasis ; u.cB = unité de Combe Brémond (csA = calcschistes "de l'Alpet") ; u.rC = unité de la Roche des Clots (SLj = schistes lustrés jurassiques du domaine piémontais) ; SLcs = schistes lustrés néocrétacés (ligures) : il y a ici intrication tectonique de lames des deux formations de schistes lustrés.



 Alors qu'elle affleure largemnt dans la vallée de l'Ubaye, surtout au sud de la rivière (voir la page "Maurin RG"), l'unité de Combe Brémond n'affleure plus ici que comme une frange qui s'effile vers le nord, avant la latitude du Queyrellet, en marge orientale de l'unité de Rasis (laquelle disparaît d'ailleurs, symétriquement, comme en relai, vers le sud). On en observe toutefois un petit témoin dans les pentes de l'extrémité aval du ravin de Beaubardon.
   Par sa constitution stratigraphique très particulière, qui la rend bien reconnaissable, cette unité de Combe Brémond souligne en quelque sorte la frontière entre le domaine briançonnais et le domaine piémontais. Plus au nord les unités de constitution analogue affleurent encore plus médiocrement, mais s'alignent néanmoins en un chapelet presque continu qui se poursuit fort loin au nord de Briançon. Elles ont été rassemblées (par M.Lemoine) en un ensemble, d'ailleurs disparate, qui a été qualifié globalement d'écailles intermédiaires. La signification, tant structurale que paléogéographique, de cette entité n'est pas totalement claire. A certains égards on peut envisager d'y voir un équivalent méridional du domaine de la Vanoise proprement dite (celle qui affleure à l'est de la cicatrice de Chavière).

voir l'aperçu général sur le Queyras.
voir la carte structurale du Briançonnais méridional.
vues générales sur la zone briançonnaise méridionale

 


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Aiguilles et Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée des montagnes des sources de l'Ubaye
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Ceillac

Beaubardon

Crête des Avers
(Prés Sébeyrands)

LOCALITÉS VOISINES

Crête du Cristillan

(Maurin rive droite)

Eissassa

Péouvou
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

  accueil section Haute Ubaye

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/04/16