Bramousse, La Chapelue, Montbardon

La rive gauche de la partie amont de la Combe du Queyras

Les gorges du Guil (ou "Combe du Queyras") débutent peu en aval de Château-Queyras, au Rocher de l'Ange Gardien, au pied sud duquel se situe la confluence entre le Guil et la Rivière d'Arvieux (voir la page "Château-Queyras"). La partie des gorges située en aval de ce confluent, connue sous le nom de "gorges de la Chapelue", se termine au Veyer, point où la vallée s'ouvre passagèrement du fait qu'y débouche en rive gauche (du côté sud) le vallon de Bramousse.

Remarque toponymique : Le secteur entre Château-Queyras et Ceillac présente des difficultés de description en raison d'un problème de noms de lieux ; en effet deux toponymes y sont utilisés de façon répétitive et à des emplacements parfois éloignés, ce qui est source de confusions possibles ; il s'agit de :
- "Bramousse" qui désigne le village et les granges de ce nom, mais aussi une échine et un ravin à proximité sud de Château-Queyras ;
- "Riou Vert" qui désigne deux lignes de relief : la lourde échine N-S qui s'intercale entre le ravin de Riou Vert et le vallon de Bramousse et qui culmine du côté sud à la crête des Chambrettes ; mais aussi (par erreur ?) la crête E-W qui ferme le vallon de Bramousse du côté sud et qui est jalonnée par les pitons cotés 2326, 2403, 2423 et 2486.
Cette dernière est située à l'opposé de la précédente par rapport au col de Bramousse : elle devrait donc, plus logiquement, être désignée comme la "crête de Bramousse".

A/ Le Rocher de l'Ange Gardien est constitué par une barre de calcaires du Trias moyen briançonnais qui pendent vers l'aval (vers le SW) et qui se prolongent en rive sud du Guil par la bosse boisée du Mont de Bramousse, où ils sont disposés en série renversée. Immédiatement en aval du Rocher de l'Ange Gardien le Guil traverse une bande d'affleurements de gypses et de cargneules que le cours aval de La Rivière d'Arvieux suit pour parvenir au confluent avec le Guil. Elle dissocie les calcaires triasiques de l'Ange Gardien de ceux qui sont entaillés plus en aval par les gorges de la Champelue proprement dites.

 Cette bande rejoint plus au nord le village de Souliers et se développe jusqu'à atteindre une largeur de près de un kilomètre en traversant l'échine du Lac de la Roue (ce dernier est donc vraisemblablement un entonnoir de dissolution ouvert dans ces formations et colmaté par des alluvions glaciaires). Cette bande gypso-cargneulique y est considérée comme le coussinet basal de charriage de l'unité d'Arvieux car elle en ceinture également la marge orientale jusqu'à rejoindre, au NE de Brunissard, les gypses et cargneules du col d'Izoard.


image sensible au survol et au clic

La vallée d'Arvieux, vue d'enfilade, du sud, depuis les abords du col de Souillet (au sud du Guil).
Le confluent de la Rivière et du Guil est masqué derrière le rebord du replat de prairies de Montbardon.
SL+rv = schistes lustrés ligures (à roches vertes) ; SLp = "schistes lustrés" piémontais ; ØA = surface de chevauchement de l'unité d'Arvieux ; u.Rb = unité de Rochebrune) ; u.S = unité de Souliers, rapportée aux des "écailles intermédiaires" (surcharge jaune).
unités briançonnaises : u.Ch = unité de la Chapelue ; u.cC = unité de Clot la Cime ; u.cB = unité de Côte Belle - Arpelin ; u.Ch = unité de la Chapelue ; u.Ra = unité de Rasis.
Failles appartenant au faisceau du linéament briançonnais oriental : f.C = prolongement septentrional de la faille de Ceillac ; f.AW , f.AE = branches ouest et est de la faille du Laus (prolongement méridional de la faille des Acles) ; f.Fr = faille du col Fromage.
Faille de décrochement, transversale vis-à-vis des autres accidents (et de sens dextre) : f.G = prolongement oriental de la faille du Guil (à l'est de Villargaudin ce prolongement est fortement interprétatif).
Les affleurements importants de gypses et cargneules sont surchargés de rouge clair.


En rive gauche du Guil cette bande cargneulique se poursuit vers le sud en s'élevant à flanc des pentes de Montbardon puis s'épanouit largement, plus au sud, aux abords ouest de la Pointe de la Selle (rive droite du ravin de Riou vert) et pour déterminer enfin le col de Fromage.

Du côté ouest la succession des couches des gorges de la Chapelue est faiblement pentée à l'ouest et se montre disposée en succession renversée, les calcaires triasiques y étant recouverts par les quartzites eux-mêmes recouverts de Verrucano aussi bien en rive droite dans l'échine de la Pignée qu'en rive gauche dans celle du Bois de Riou Vert. Comme cet ensemble est en outre limité à l'ouest par la cassure fortement pentée du Veyer (voir la page "Croseras") on le considère comme un élément indépendant nommé l'unité de la Chapelue.

Or le bord occidental de la bande cargneulique tranche clairement, par une surface fortement redressée, les couches beaucoup moins pentées des gorges de la Chapelue, laissant voir au sud de Montbardon les couches les plus récentes (Jurassique et Crétacé supérieur) mais sectionnant directement les calcaires triasiques puis les quartzites lorsqu'on s'élève vers le sud dans le ravin de Bois Vert. C'est là un accident important qui mérite d'être appelé la faille du Col Fromage.

Du côté oriental de la faille du Col Fromage la bande gypso-cargneulique se développe en se rabattant vers l'est dans partie haute, jusqu'à envelopper la grosse échine de calcaires triasiques du Mont de Bramousse.

 Mais il ne s'agit pas d'un simple contact stratigraphique car cette surface y recoupe en discordance la succession renversée des couches, jusqu'à celles du Jurassique et du Crétacé sur la transversale des chalets de Fontantie : cette géométrie fait penser à un collapse par extravasion à partir d'une montée diapirique.

image sensible au survol et au clic

Le vallon du Riou Vert, vu du sud depuis le sommet ("observatoire") de la Crête des Chambrettes (cliché original obligeamment communiqué par Mr. B. Genre).
f.C = faille de Ceillac ; f.G = faille transverse des gorges du Guil ; f.Fr = faille de Fromage; f.FE =faille orientale de Fromage : la bande de gypses et cargneules intercalée entre les deux est surchargée d'un voile rouge clair.
u.Ch = unité de la Chapelue ; u.aG = unité de l'Ange Gardien ; u.R = unité de Rasis ; u.rC = unité de la Roche des Clots.


Dans cette partie de son tracé, méridionale par rapport au Guil, la bande cargneulique du col Fromage sépare donc les deux unités briançonnaises les plus orientales, celle de la Chapelue à l'ouest et, à l'est, celle de Rasis, à laquelle appartiennent, au nord des chalets de Fontantie, le Mont de Bramousse et les rochers de l'Ange Gardien.

  Dans le secteur du col Fromage cette bande de roches avait plutôt été interprétée comme la semelle stratigraphique de cette unité de Rasis, car les gypses semblent se compléter par des argilites du Trias supérieur au contact du Dogger des escarpements de la pointe de la selle. Il y a donc là une divergence d'interprétation concernant la signification structurale de ce matériel gypso-cargneulique selon que l'on se trouve au nord ou au sud du Guil. Cette question est examinée à la page "Rasis".


figure plus grande (nouvelle fenÍtre)

Coupe entre vallée du Guil et vallée du Cristillan (les couleurs individualisent les unités juxtaposées ; le rose brunâtre est la teinte unique correspondant aux diverses grandes bandes de gypses et cargneules)
Cette coupe est orientée conformément au cliché précédent mais à l'envers par rapport aux suivants.

B/ Le vallon de Bramousse, affluent de rive gauche du Guil, rejoint la vallée de ce dernier entre les gorges principales de la "Combe du Queyras" et le défilé de La Chapelue, qui constitue la partie tout à fait supérieure de ces gorges (voir ci-dessus).

L'origine structurale de ce vallon est très claire car il est ouvert dans la bande d'affleurements plus faciles à affouiller par l'érosion qu'est l'unité des calcschistes de Ceillac (voir la page "Ceillac"). Plus précisément la limite orientale du vallon, que suit le thalweg du torrent qui le draine, correspond au tracé de la grande faille de Ceillac. Cette cassure majeure (qui représente, à cette latitude, la principale de celles du linéament du Briançonnais oriental) est jalonnée par un alignement d'affleurements de gypses et cargneules emballant des écailles discontinues de Jurassique et de Crétacé, qui constituent les écailles de Bramousse.

Il est bordé, du côté est, par la puissante échine boisée du Bois de Riou Vert qui culmine du côté méridional à la crête des Chambrettes, entre col de Bramousse et col Fromage. Cette longue échine représente le prolongement méridional du coeur siliceux de l'anticlinal de la Chapelue que le Guil tranche orthogonalement entre le Veyer et La Chapelue (voir la page "Croseras").

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la crête de partage des eaux entre Guil et Cristillan, vu du NW d'avion.
u.R = unité de Rasis ; f.Fr = faille de Fromage ; u.Ch = unité de la Chapelue (série renversée, base à l'ouest ; u.cC = unité des calcschistes de Ceillac.


Du côté ouest ses pentes sont couronnées par les abrupts de la crête orientale du Bois d'Assan (qui culmine au point 2486 et que le profond Vallon d'Assan sépare de la crête d'Assan) laquelle appartient à la nappe de La Clapière (voir la page "Ceillac") : les marbres en plaquettes de Bramousse s'avèrent y recouvrir, en contact stratigraphique les puisssantes dalles verticales de dolomies noriennes qui constituent l'essentiel de cette crête. Leur disposition est due au fait que cette nappe est ployée avec celles qu'elle était venue recouvrir, par la retombée orientale de l'anticlinal amont du Guil.

image sensible au survol et au clic

Les pentes supérieures de la rive gauche du Guil sur la transversale de Bramousse, vues du NW d'avion.
f.C = faille de Ceillac ; f.Tr = faille de la Traverse.
u.Ch = unité de la Chapelue ; u.cC = unité de Ceillac-Chiappera .

C'est ce que montre bien, à l'ouest de Bramousse, la coupe naturelle que donne le Guil dans la partie immédiatement plus occidentale des gorges de la "Combe du Queyras") (voir la page "Assan").


voir l'aperçu général sur le Queyras.
voir la carte structurale du Briançonnais méridional.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Guillestre 

Carte géologique simplifiée des gorges du Guil et du Queyras occidental
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais


(Croseras, le Veyer)

Ratier

Château-Queyras
(Guil aval)

LOCALITÉS VOISINES

Rasis

Assan, gorges du Cristillan

Ceillac

Beaubardon

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Haute Ubaye

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/04/16