Crêtes du Cristillan
Tête de la Cula - Roche Noire

La partie la plus haute du vallon du Cristillan s'oriente NE-SW, de sorte qu'elle court parallèlement à la vallée de l'Ubaye. Elle est séparée de cette dernière par la crête de la Montagne du Cristillan qui est orientée presque orthogonalement aux lignes structurales majeures et donne donc une coupe naturelle des unités qui s'y rencontrent.

image sensible au survol et au clic

Le versant nord-ouest de la Roche Noire vu du nord, depuis la vallée du Cristillan.
Les serpentinites et leur enveloppe de marbres jurassiques reposent ici presque partout, en série renversée, sur leur couverture de schistes lustrés (série "ligure" typique).
Les serpentinites bréchiques (srpbr = "ophicalcite") ont été exploitées jusqu'au début du XXe siècle, comme marbre d'ornement, dans les basses pentes du col sud du Cristillan. Les blocs étaient descendus à chariot par le chemin visible en premier plan.


Cette crête est formée de schistes lustrés ligures*, fortement replissés, au sein desquels se détachent des affleurements plus hardis d'ophiolites qui représentent les coeurs des anticlinaux. Mais ces plis sont disposés à l'envers (il s'agit donc de synformes anticlinales*), conformément au dessin de la moitié droite du schéma ci-après.

image sensible au survol et au clic

Le versant Cristillan du sommet sud de la Roche Noire vu du nord-ouest, depuis les pentes de Rioufenc (vallée moyenne du Cristillan).

Les marbres jurassiques (js) soulignent la charnière d'un pli synforme*, à coeur de serpentinite (srp) et à plan axial incliné vers l'ouest (vers la droite). [d'ici ce pli n'est pas vu exactement selon son axe, mais ce dernier n'est cependant que peu oblique à la direction du regard].
Des schistes lustrés néocomiens, à faciés "calcaires de la Replate" (SLc) enveloppent la charnière. Ils sont en réalité affectés de plis parasites* mineurs qui les font alterner avec des bandes de marbres jurassiques : ces dernières correspondent à des coeurs anticlinaux qui ont été aplatis au point de pouvoir être confondus avec des strates.

On pourrait interpréter ce pli comme un anticlinal couché de la phase P1, associé au charriage proverse (vers l'ouest) du domaine piémontais, puis basculé vers l'ouest par la formation, tardive, du grand synclinorium d'Acceglio (voir coupe ci-après).
Il faut plus vraisemblablement y voir un pli rétroverse de la phase P2 affectant une série préalablement renversée, ce qui est plus en accord avec le reploiement des plissotis affectant l'interface js-SLc.



Coupe schématique le long des crêtes de rive droite (septentrionale) du cours supérieur de la Haute Ubaye
en amont de Maurin.
Sur ce schéma le dessin des différentes unités de schistes lustrés ligures est très simplifié, dans le but de faire surtout apparaître leur imbrication et leur géométrie fondamentale, en synformes* de série renversée.
Tout le matériel piémontais est logé dans un vaste berceau synclinal déversé vers l'est dont la charnière se situe plus bas que la limite du dessin : le fond de ce synclinorium* du val Mollasco vient au jour,15 kilomètres plus au sud, à Acceglio.
image sensible au survol et au clic

Les deux flancs de la haute vallée de l'Ubaye vus du nord, depuis le col sud du Cristillan.
La lame de serpentinite de la Roche Noire est orthogonale à la crête de la montagne de Cristillan comme à la vallée de l'Ubaye (qu'elle traverse). On retrouve sur ce côté nord-est, comme du côté sud -ouest, les placages de marbres et/ou de calcaires néocomiens (SLc) du flanc inverse du pli dont les serpentinites représentent le coeur.
En arrière-plan, dans le vallon de Rubren (rive gauche de l'Ubaye) on observe le reploiement du coeur de l'Unité de Roche Noire.
Le premier plan est constitué par un bel affleurement de serpentinites : un épandage d'éboulis de cette roche garnit le vallon des Prises (noter la patine rouille des éboulis de la partie droite du cliché : il est fréquent que les "roches vertes" soient rouges dans le paysage (par oxydation de leur surface) !

page encore à améliorer !

voir l'aperçu général sur le Queyras.
voir la carte structurale du Briançonnais méridional.
Ce secteur a fait l'objet, en 1973 et 1974, d'une étude détaillée de P.TRICART.

Carte géologique simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Aiguilles et Aiguille de Chambeyron

Avers, Marcelettes

Saint- Véran

Aigue Blanche, Toillies
Rissace, col Albert

LOCALITÉS VOISINES

col du Longet

Péouvou

Chabrière

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

   accueil section Haute Ubaye

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 3/04/16