Saint-Pierre-d'Entremont

l'intersection du sillon de la Chartreuse orientale par la vallée du Guiers Vif

Ce village, chef-lieu de la Chartreuse septentrionale, se trouve au carrefour de la cluse* du Guiers Vif et du sillon de la Chartreuse orientale qui est constitué ici par la vallée du Cozon au nord et celle de l'Herbetan au sud. Il se situe au sein de l'ensemble structural de la Chartreuse orientale, où il est logé au coeur du synclinal du Sappey, plus précisément sur les couches de passage entre les marno-calcaires du Berriasien et les marnes de Narbonne (mais ces dernières n'affleurent pas au village même).

image sensible au survol et au clic

Saint-Pierre-d'Entremont et la vallée inférieure du Cozon, vus du sud-ouest, depuis la route du village du Château du Gouvernement.
La vallée suit le sillon de la Chartreuse orientale, surplombé à l'est (droite) par les falaises des crêts du flanc ouest du synclinal oriental. Ses pentes occidentales (à gauche) sont dominées par les abrupts urgoniens de la montagne de la Roche Veyrand.
d.A = décrochement de l'Alpette ; s.S = synclinal du Sappey ; a.P = anticlinal de Perquelin.
Les axes de ces deux plis traversent horizontalement le champ de la photo pour aller buter contre le décrochement.


Les pentes inférieures de la dépression de Saint-Pierre-d'Entremont sont en effet tapissées par des alluvions fluvio-glaciaires, à cailloutis et à gros blocs (parfois avec lits sableux ou limoneux), qui affleurent en divers point dans les entailles de route ou de torrents.

 On note que ces alluvions contiennent des éléments "exotiques", de provenance extérieure au massif chartreux, mais qu'elles ne dessinent nulle part de crêtes morainiques. La raison en est qu'à l'époque du maximum d'extension du glacier d'âge wurmien (qui a transporté ces matériaux) les trois vallées situées en amont de Saint-Pierre-d'Entremont (Cozon, Guiers Vif et Herbétan) devaient constituer une dépression lacustre, obturée par la glace qui occupait la vallée du Guiers à l'aval de Saint-Pierre-d'Entremont. Les produits, proprement morainiques, de la fonte de la glace s'y répandaient dans l'eau et se mêlaient plus ou moins à ceux provenant des ruissellements de pentes et à ceux amenés par les eaux de fonte issues de la langue glaciaire qui occupait la dépression d'Entremont-le-Vieux (cette dernière y parvenait, grâce à une diffluence* du glacier isérois, par dessus le col du Granier).

Le village est dominé au nord-ouest par les abrupts urgoniens de la Roche Veyrand, qui appartiennent à la Chartreuse médiane. Mais ses pentes septentrionales en sont séparées par une faille NE-SW, le décrochement de l'Alpette. Le tracé de celui-ci, qui passe à mi-pente (lieu-dit "Sous La Roche"), est souligné par le contraste avec les pentes de prairies installées en contrebas sur les couches marno-calcaires berriasiennes (surélevées par le chevauchement de la Chartreuse orientale).

image sensible au survol et au clic

La partie aval de la vallée du Cozon, immédiatement en amont de Saint-Pierre-d'Entremont vu d'enfilade, du sud , depuis le village des Reys (versant ouest de la vallée du Couzon).
AE = anticlinal de l'Écoutoux ; S.s = synclinal du Sappey ; AP = anticlinal de Perquelin ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.
Système des failles de décrochement associées au décrochement de l'Alpette : dA = décrochement de l'Alpette (faille principale). Il s'en détache plusieurs branches secondaires qui sont, du sud (gauche) vers le nord (droite) : dR3, dR2, dR1 = décrochements de Sous-la-Roche ; dP = décrochement du Pin ; dT = décrochement de la Tournette.
Le Tithonique du Boucherin représente le coeur de l'anticlinal de l'Écoutoux, décalé vers l'est par le décrochement de l'Alpette.



Croquis tectonique perspectif du secteur de Saint-Pierre-d'Entremont - La Fracette
AE = anticlinal de l'Écoutoux ; Ss = synclinal du Sappey ; AP = anticlinal de Perquelin ; DA = décrochement de l'Alpette ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.

En fait l'accident majeur du décrochement de l'Alpette est accompagné par toute une gerbe de cassures satellites qui se branchent à tour de rôle, du côté nord-ouest, sur la cassure principale (conformément au schéma de Riedel). Elles s'engagent dans les couches du flanc oriental de l'anticlinal de la Chartreuse médiane et s'y amortissent progressivement, plus ou moins loin vers l'ouest (mais on ne les observe pas au delà du rebord urgonien du crêt de la Roche Veyrand).

image sensible au survol et au clic

Les pentes au nord de Saint-Pierre-d'Entremont, vues du sud, depuis la D512, sous le village de Chénevy (lacet 733).
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale
Système des failles de décrochement associées au décrochement de l'Alpette et branchées sur lui à angle très aigu : d.A = décrochement de l'Alpette (partie la plus orientale de son tracé visible) ; d.P = décrochement du Pin ; dR3, dR2, dR1 = décrochements de Sous-la-Roche ; dA1 = décrochement de l'Alpette - Ruchère (faille principale) ; dA2 = décrochement de l'Alpette (faille secondaire) ; d.D = décrochement du Pas Dinay.

Dans ce faisceau de cassures deux sont particulièrement importantes car elles se prolongent jusqu'à affecter loin vers le SW le domaine de la Chartreuse médiane (voir la page "La Ruchère"). La plus septentrionale est le prolongement direct de la faille de l'Alpette : on la suit jusqu'au hameau des Reverdys à La Ruchère ; l'autre, plus méridionale de 600 m, est la faille du Pas Dinay, qui se prolonge quant à elle jusqu'aux prairies de Riondette, au sud de La Ruchère.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est de la Roche Veyrand et Saint-Pierre-d'Entremont, en vue plongeante, du nord-est depuis le sommet du Pinet.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale
Le décrochement de l'Alpette (dA = faille non subdivisée, au NE des Courriers) se partage en plusieurs branches qui sont, du sud (gauche) vers le nord (droite) : dD = décrochement du Pas Dinay ; dA2 = décrochement de l'Alpette (faille secondaire) La Ruchère ; dA1 = décrochement de l'Alpette - La Ruchère (faille principale) ; dR3, dR2, dR1 = décrochements de Sous-la-Roche ; dP = décrochement du Pin..
Le point de vue étant presque dans l'axe des cassures de décrochement on voit assez bien le décalage qu'elles occasionnent, notamment aux dépens du tracé du chevauchement de la Chartreuse orientale (en rouge).



 Ces observations sont significatives pour qui cherche à comprendre le fonctionnement des décrochements de Chartreuse. En effet on voit sur cet exemple, qui est celui du décrochement majeur le plus septentrional du massif, que ce décrochement de l'Alpette :
- est constitué du côté NE par une cassure unique à fort rejet ;
- qu'il se fragmente vers le sud-ouest (notamment aux environs de Saint-Pierre-d'Entremont) en plusieurs cassures moins importantes entre lesquelles son rejet se partage en s'amenuisant pour chacune ;
- qu'il voit son rejet total s'atténuer du NE vers le SW, au point qu'il devient presque imperceptible en atteignant la Chartreuse occidentale.

Cela veut dire que l'effort qui a créé ces accidents a été appliqué à partir du bord oriental du massif et que son effet a été absorbé vers l'ouest avant le bord opposé du massif : ce dernier point implique qu'il a dû s'y traduire par une torsion d'ensemble de sens horaire. Cette déformation, progressive et sans rupture des couches, est observable : elle correspond clairement au pivotement qui a été permis par le rejet, croissant du nord vers le sud, du chevauchement de la Chartreuse occidentale (faille de Voreppe) (voir à ce sujet la page "Chartreuse : voisinage").



Carte structurale des pentes de rive droite du Cozon entre Saint-Pierre-d'Entremont et la Roche Veyrand.
Le détail des affleurements n'est pas représenté, afin de mieux faire ressortir la disposition cartographique des principaux accidents. A titre de repères permettant d'apprécier le décalage introduit par chacune des fractures on a marqué d'un figuré grisé soutenu le niveau des couches à Orbitolines et d'un grisé plus léger l'ensemble des couches ("L+S") plus récentes que le sommet de l'Urgonien. Enfin la lame d'Urgonien broyé (Ub) marquant le flanc inverse étiré du pli-faille frontal de la Chartreuse orientale est figurée par un grisé très sombre.
On remarquera la manière dont les failles de décrochement secondaires apparaissent à tour de rôle d'est en ouest, en se branchant sur la faille principale d.A. Cette dernière finit par se subdiviser à son tour en 2 branches (d.A1 et d.A2), là où l'essentiel du déplacement se trouve transféré, en utilisant sans doute en grande partie la surface même de chevauchement (Ø3), à la faille du Pas Dinay (d.D), qui devient à ce niveau la faille de décrochement principale.
DP = branche de décrochement du Pin ; d.R3 , d.R2 et d.R1 = les trois branches de décrochement de Sous La Roche.


La vallée du Guiers Vif en aval de Saint-Pierre-d'Entremont coupe orthogonalement les lignes structurales. La route D520c, qui suit sa rive gauche en encorbellement, offre une coupe naturelle que le versant opposé ne permet pas d'observer en raison des alluvions qui la masquent : elle est étudiée à la page "Petit Frou".


Ce secteur est visité par les itinéraires du fascicule1I
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)
carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

Corbel

Roche Veyrand

La Fracette
Petit Frou LOCALITÉS VOISINES Pinet-Alpette

Château du Gouvernement

col du Cucheron

Saint-Même
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 15/01/19