vallée de Corbel

la rive droite du Guiers Vif en aval du Petit Frou

Le large vallon de Corbel s'ouvre brutalement au pied des falaises W-E de la Cime de La Cochette. D'amblée très large il est limité du côté ouest par la crête de la Pointe de Thivelet et du côté est par les falaises de la Roche Veyrand.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de Corbel, vu du sud, depuis le sommet du Petit Som.
Le vallon de Corbel est ouvert dans les marno-calcaires, garnis de prairies, du coeur de l'anticlinal médian (a.M) et fermé au nord, en une sorte de cirque, par la voûte anticlinale des calcaires du Fontanil (qui culmine à la cime de la Cochette).
La coupe naturelle du fond du cirque montre que le flanc est du pli est rompu par une faille d'effondrement orientée N-S, la faille du Col du Mollard (f.CM). Elle se prolonge dans le vallon de Corbel mais ne s'y exprime par aucun trait du relief car la faille traverse là des couches qui sont, dans l'ensemble, plutôt marneuses.
Ø2W = chevauchement de la Chartreuse médiane (cassure occidentale) ; Ø2E = chevauchement de la Chartreuse médiane (cassure orientale) ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.
(croquis interprétatif ci-après)
N.B. c'est par erreur que la carte au 1/50.000° feuille "Montmélian" représente la nervure rocheuse qui descend à l'ouest de Corbel jusqu'au Guiers comme formée uniquement de calcaires du Fontanil.


Le vallon de Corbel est une combe anticlinale qui éventre l'anticlinal de la Chartreuse médiane sans atteindre le cœur de Tithonique. C'est cependant là une combe assez atypique, car les deux crêtes qui l'encadrent ne sont pas formées des mêmes roches, les bancs calcaires du Fontanil verticaux de la crête de Thivelet ne pouvant pas être considérés comme constituant le symétrique occidental du crêt urgonien du Roc de Gleisin. Bien que son fond soit aussi constitué de roches d'âge différent selon qu el'on se trouve à l'ouest où à l'est,celles-ci sont également marneuses.

 Coupe du vallon de Corbel

Ø2 = chevauchement de la Chartreuse médiane.

Il est à noter enfin qu'un important colmatage d'éboulis (sur les pentes) et d'alluvions fluvio-glaciaires (en fond de vallon) masque en outre assez largement ce substrat de terrains déjà peu résistants à l'érosion. Tous ces facteurs contribuent à donner à la plus grande partie de la vallée un relief doux et ouvert, qui est inhabituel à l'ouest de la Chartreuse orientale.


figure plus grande / / voir le cliché de la partie centrale à la page "Sermes"
Le vallon de Corbel et la rive gauche de la vallée du Guiers Vif vus du nord, depuis le sommet de La Cochette.
La vallée de Corbel résulte de l'éventrement, par l'érosion, de l'anticlinal de la Chartreuse médiane (AM). Une certaine dissymétrie morphologique existe entre les deux flancs de ce pli :
- du côté gauche le flanc est de l'anticlinal ne laisse guère voir d'abrupt correspondant aux calcaires du Fontanil ; cela tient à ce qu'ils sont abaissés par la faille du col du Mollard (FCM), jusqu'au niveau des marno-calcaires du Berriasien qui forment le coeur du pli du côté ouest de cette faille.
- du côté droit le flanc ouest de l'anticlinal montre une crête (crête de Thivelet) formée non par l'Urgonien mais par les calcaires du Fontanil à litage vertical (l'absence de l'Urgonien est dû à ce qu'il est laminé le long de la surface de chevauchement de la Chartreuse médiane : voir la coupe ci-dessus).

Par dessus la crête de Roche Veyrand on distingue, à l'arrière plan, les principaux plis de la Chartreuse orientale. Le synclinal du Sappey et l'anticlinal de l'Écoutoux ne sont pas localisés avec précision car la perspective ne le permet pas ; les charnières dessinées le long de la crête du Grand Som correspondent aux replis secondaires qui affectent ce dernier anticlinal au niveau de l'Urgonien, le long du chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3).
On a grossièrement localisé le passage des divers décrochements : DT désigne le décrochement de la Tournette, satellite septentrional de celui de l'Alpette.
A l'arrière plan droit la vue porte jusqu'au massif de la Grande Sure, témoin le plus lointain des chaînons de la Chartreuse occidentale, dominant la plaine molassique de Saint-Laurent-du-Pont - Les Échelles.


 Le matériel fluvio-glaciaire qui tapisse le fond de vallée et qui sert de support aux prairies et aux cultures s'observe jusqu'en amont des Cruz, c'est-à-dire à plus de 1100 m. Cette altitude s'accorde avec celle du barrage créé, dans la vallée du Guiers Vif, par la langue diffluente émise par le bras du glacier rhodanien qui passait au dessus des Échelles lors du maximum d'extension wurmien. On note que ces alluvions ne forment pas de moraines : la raison en est qu'à cette époque la haute vallée de Corbel devait constituer une dépression lacustre, obturée par la glace à l'aval (au sud) et recevant, outre les ruissellements de pentes, des eaux de fonte provenant de la dépression d'Entremont par le col de la Cluse (voir plus de précisions à la page "col Cluse").

La largeur du vallon de Corbel vient en grande partie de qu'il est parcouru dans le sens de la longueur par le prolongement méridional de la faille du col du Mollard, Cette faille extensive abaisse son compartiment oriental, de sorte que les calcaires du Fontanil affleurent en rive gauche (orientale) à une altitude bien inférieure à celle des marno-calcaires du Berriasien de la rive droite. Il en résulte que cette barre calcaire disparaît assez vite vers l'amont (vers le nord), dès Les Perrucons, faisant place au talus hauterivien alors que, du côté ouest de la faille (en rive droite) c'est toujours le Berriasien qui forme les basses pentes de la crête de Thivelet.

Du côté aval le vallon est tranché orthogonalement par les gorges du Guiers Vif entre le défilé urgonien du Petit Frou et celui des Sermes qui entaille le cœur tithonique de l'anticlinal médian : le cours aval du ruisseau de Gringalet, qui draine le vallon, s'inscrit également dans ces couches.

image sensible au survol et au clic

Les pentes inférieures de la rive droite du vallon de Corbel, vues de la rive gauche du Guiers Vif, depuis Les Sermes.
s.E = synclinal des Égaux ; Ø2' = surface occidentale (secondaire) du chevauchement de la Chartreuse médiane ; Ø2 = surface orientale (principale) du chevauchement de la Chartreuse médiane (les ondulations de son tracé sont des effets de perspective) ; a.M = anticlinal de la Chartreuse médiane ; f.S = faille des Sermes (voir la page "Sermes") ; f.cM = faille du col du Mollard.


Le village de Corbel lui-même, presque perché, bénéficie d'une magnifique exposition ainsi que d'une vue splendide sur la Roche Veyrand et sur la rive opposée du Guiers Vif, en particulier sur la gorge du Petit Frou. Il est installé sur les bancs de marno-calcaires du Berriasien inférieur de la voûte de l'anticlinal de la Chartreuse médiane. Ces derniers dessinent, en contrebas et à l'ouest de l'église, la charnière du pli (en forme de genou). Plus bas les pentes, boisées mais raides, qui descendent vers la gorge du Guiers Vif atteignent assez vite le Tithonique du coeur du pli qui est entaillé en trait de scie dans le fond de la gorge.

 L'église de Corbel, devant la Roche Veyrand, vue depuis l'entrée ouest du village.

Les constructions se profilent devant le ressaut des calcaires du Fontanil (moins boisé que le talus hauterivien), alors qu'au village, à même altitude, affleurent les bancs de calcaires argileux du Berriasien inférieur.

La raison de ce décalage vertical est que le vallon qui passe an arrière du village est déterminé par le passage du prolongement méridional de la faille du col du Mollard : le compartiment oriental de cette faille (celui de la Roche Veyrand) est abaissé par rapport à son compartiment occidental (celui de Corbel), comme on le voit sur la coupe et sur les autres clichés de cette page.

À l'ouest du village, la route D45, qui relie Corbel à Saint-Jean-de-Couz (par le col des Égaux), traverse le flanc ouest de l'anticlinal médian, dont les calcaires du Fontanil arment la crête de Thivelet. A la faveur de son entaille on peut y observer en détail la façon dont les couches de ce flanc de pli sont disloquées et étirées par le passage du chevauchement de la Chartreuse médiane (on trouvera plus de détails sur cette montagne et sur ces affleurements à la page "crête de Thivelet").

Ce secteur est visité par les itinéraires du fascicule1J


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian

Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)


Pointe de Thivelet

La Cochette

col de la Cluse
col des Égaux LOCALITÉS VOISINES Roche Veyrand

Guiers Vif (Grand Frou)

Guiers Vif (Sermes)

Guiers Vif (Petit Frou)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 13/04/17