Le cirque des Fonds

versant Giffre (occidental) de la montagne du Buet
(page en cours de révision)

Vue d'ensemble du Haut Giffre, d'avion, depuis l'aplomb de Megève.

Le Buet est le plus haut sommet de la crête de rive gauche du Haut Giffre. Cette montagne revêt, sur ce versant occidental comme sur celui opposé, l'aspect d'une grosse coupole, ce qui est dû au fait qu'il est exclusivement constitué d'alternances de calcaires argileux et de schistes d'âge jurassique moyen. Sur ce versant l'érosion a en outre ouvert le Cirque des Fonds, où le Giffre des Fonds prends sa source pour s'en échapper en gorge du côté ouest.

Cette importante dépression, que le sommet du Buet domine de plus de 1500 m, n'atteint cependant pas le socle cristallin. Sa partie le plis creuse est cernée de tous côtés par des abrupts qui sont, pour l'essentiel, sculptés dans les couches du Bajocien (leur épaisseur est augmentée par des reploiements et imbrications). A la partie basse de son versant occidental affleurent des calcaires qui en sont séparés du Bajocien inférieur par quelques dizaines de mètres de schistes argileux aaléniens : il s'agit de calcaires liasiques qui reposent directement sur une semelle triasique ; cette dernière pourrait en être la base stratigraphique car on ne trouve pas trace ici du niveau intercalaire de marbres du Jurassique supérieur qui recouvre le Trias au pied du versant oriental.

image sensible au survol et au clic

Le cirque des Fonds vus du sud-ouest, depuis la Pointe de Sales.
Ø.Ch = chevauchement des Chaux ; ØB = chevauchement du Buet (il prolonge vraisemblablement le précédent vers l’ouest) ; ØA = chevauchement d'Anterne (?) ; ØG = chevauchement de la Guvre** (il semble prolonger le précédent vers l’ouest) ; ØFo = chevauchement des Fonds (?); ØVi = chevauchement de la Vire du Buet (il semble prolonger le précédent vers l’ouest).
**N.B. La Guvre est une étroite et profonde entaille creusée par le torrent septentrional du Plan du Buet et dont le tracé est difficile à distinguer sur le cliché : c'est à tort qu'il est indiqué comme dû à une faille sur la carte géologique (voir la page "Commune").
s.gC = synclinal de Grasses Chèvres ; a.pC = anticlinal du Petit Col d'Anterne ; a.B = anticlinal du Buet (au niveau du Tithonique son flanc inverse constitue la crête du Grenier et des Frettes de Commune, jusqu'au refuge de Grenairon) ; s.C = synclinal de Commune : son contenu de Berriasien affleure surtout dans les pentes septentrionales, opposées, de ces crêtes ; il est visible dans le versant sud-est du Grenier de Commune parce que le Tithonique de sa charnière y est crevé par l'érosion).
Ces plis couchés sont déversés vers le nord - nord-ouest et sont vus ici presque selon leur axe (N60). Leurs plans axiaux deviennent plongeants vers le nord dans la moitié gauche du cliché car ces plis sont reployés par d'amples ondulations (en rouge) : a.P = anticlinal des Platières ; s.P = synclinal de Platé.
vues montrant la suite du paysage vers la droite et vers la gauche


Les imbrications de la succession jurassique consistent en écailles chevauchantes qui sectionnent les niveaux les plus calcaires, comme ceux du Tithonique et du Bajocien supérieur ; elles s'amortissent dans les niveaux plus marneux par la formation de couples de plis anticlinal-synclinal fortement déversés et à flancs étirés (notamment au niveau du Bajocien supérieur marneux). Ils sont de plusieurs tailles, parfois seulement décamétriques, et le couple anticlinal du Buet - synclinal de Commune est le plus volumineux particulièrement spectaculaire.

En examinant ce dispositif dans son ensemble on voit d'autre part que les surfaces de chevauchement y sont ployées en une demi-voûte antiforme déjetée vers le NW. Ceci est dû à ce que tout l'empilement de ces structures est reployé par l'ample et large ondulation de l'anticlinal des Platières. De ce fait les surfaces de glissement et les plans axiaux des plis pendent de plus en plus nettement vers le nord-ouest de la montagne. Cela a pour effet que les plis sont non seulement couchés mais que leurs têtes anticlinales "plongent" de ce côté (contrairement à leur attitude "normale" qui les ferait s'élever, dans le sens du déversement, sur le pli chevauché).

Cette attitude "paradoxale" est particulièrement illustrée, du côté nord-ouest du cirque, par la crête annexe Grenairon - Grenier de Commune, qui constitue le contrefort occidental de la montagne et dont le versant NW tombe sur la vallée du Giffre. Elle est sculptée dans les terrains plus élevés de la série stratigraphique, c'est-à-dire le Jurassique supérieur et le Crétacé inférieur, qui enveloppaient la crête du Buet mais que l'érosion a supprimés sur cette crête jusqu'au vallon d'Anterne inclus (voir la page "Anterne").

 Ce pendage vers le NW des plans axiaux est en fait celui de la surface de la pénéplaine anté-triasique du flanc occidental du bombement de socle cristallin du massif des Aiguilles Rouges et il résulte donc clairement de la formation de ce dernier, qui a basculé vers le NW des plis formés antérieurement. En fait on retrouve là un schéma d'évolution tectonique qui est général à tous les confins entre massifs cristallins externes et chaînes subalpines dans les Alpes françaises septentrionales).

Le rentrant le plus septentrional du cirque est formé d'abrupts brièvement orientés NW-SE qui sont entaillés par les gorges des torrents qui drainent les pentes d'alpages suspendus entre Frêtes de Commune et Buet (Grande Vire et Plan du Buet) .

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-oriental des Frêtes de Commune, vu du SW, depuis le Petit Col des crêtes d'Anterne.
s.Co = synclinal de Commune ; ØgC = chevauchement du Grenier de Commune ; a.B = anticlinal du Buet ; ØGu = chevauchement de la Guvre** ; ØVi = chevauchement de la Vire du Buet.
Le ploiement antiforme à large courbure qui affecte l'ensemble des couches correspond au flanc ouest de l'ondulation anticlinale des Platières.
** N.B. La Guvre est une étroite et profonde entaille creusée par le torrent septentrional du Plan du Buet et dont les deux rives sont impossibles à distinguer sur le cliché. Sa présence détermine un décalage perspectif des limites de strates, ce qui est sans doute la raison pour laquelle la carte géologique l'attribue, à tort, à une faille NE-SW.

Ils donnent ainsi une coupe orientée à peu près transversalement aux plis dans laquelle se lisent deux imbrications étagées. Elles correspondent chacune à un redoublement par chevauchement de la barre du Bajocien supérieur qui se transforme en un couple de plis dans chacun des niveaux plus déformables situés au dessus et au dessous (mais il ne se dessine que des plis relativement ouverts, nullement isoclinaux).

image sensible au survol et au clic

La partie supérieur de la gorge de la Guvre, vus du SW depuis la pointe de Sales.(cliché original obligeamment communiqué par M. M.Delamette)
Les charnières qui constituent les "crochons" du chevauchement de la Guvre (Ø ) sont relativement arrondies au niveau des calcaires du Bajocien. Au dessus (Terres Noires) comme au dessous du Bajocien la surface de chevauchement correspond en fait à une juxtaposition de couches, basculées à angle aigu et étirées parallèlement à cette surface.

Les hauts abrupts de la facade orientale du cirque, limités par le Grand Couloir au sud du Plan du Buet montrent une superposition de falaises apparemment parallèles ...

image sensible au survol et au clic
La facade orientale du cirque des Fonds, vue de l'ouest depuis les abords du Chalet-hôtel de Grenairon (cliché original obligeamment communiqué par Mr. S. GIDON)

Le chapeau sommital du Buet est porté en altitude par rapport à la combe suspendue du Plan du Buet par le jeu d'un enchaînement de deux plis couchés de grande taille, formé par l'anticlinal du Buet et le synclinal de Commune, dont le flanc commun tend à se rompre par un chevauchement du Buet. Mais diverses complications viennent se greffer sur cette structure majeure (voir plus de détails à la page "Buet")...

image sensible au survol et au clic

Détail du versant occidental du sommet du Buet vus du sud-ouest, depuis la Pointe de Sales.
s.C = synclinal de Commune ; ØCh = chevauchement du Buet ; a.B = anticlinal du Buet.
f.TE = faille de Tré les Eaux ; f.M = faille de La Mortine ; f1, f2= failles chevauchantes mineures ; f3 = faille extensive synsédimentaire ?.
Le synclinal de Commune apparaît ici comme le crochon dû à un chevauchement du Buet, ce dernier étirant presque jusqu'à le rompre le Bajocien supérieur du flanc inverse de l'anticlinal du Buet. Ce chevauchement semble bien s'amortir vers le sud (droite du cliché) plutôt que se prolonger au-delà.
Trois petits schémas montrent l'attitude de la stratification : toutes les couches (même celles du flanc supérieur de l'anticlinal couché) pendent faiblement vers l'ouest, ceci du fait que l'on est déjà là dans le flanc ouest de la grande ondulation anticlinale des Platières).


Les escarpements méridionaux du cirque sont ceux de la rive gauche du ravin des Chaux, qui entaille les pentes des alpages septentrionaux d'Anterne.

image sensible au survol et au clic


Le ravin des Chaux vu du nord depuis les abords du chalet de Grenairon (cliché original obligeamment communiqué par Mr. S. GIDON) .

Cette entaille montre une succession de falaises et de talus, dont les limites, dans l'ensemble bien parallèles entre elles, ont été soulignées (en blanc dans la partie basse où les âges sont totalement indéterminés).

Cette géométrie d'alternances multiples peut s'expliquer par des imbrications tectoniques occasionnant des redoublements de succession. Deux paraissent vraisemblables : ØMd = chevauchement de Moëde ; ØA? = chevauchement d'Anterne.

Elle peut également mettre en jeu des plis dont on ne verrait que des sections longitudinales de leurs flancs, du fait que seule la partie droite de l'entaille est perpendiculaire à la direction d'axe des plis de la région. De fait on y voit les charnières de deux plis enchaînés : a.pC = anticlinal couché du Petit Col ; s.gC = synclinal couché de Grasses Chèvres (voir image suivante).


On y voit essentiellement, sur un millier de mètres de dénivellation, une succession de répétition de vires relativement marneuses et de ressauts plus calcaires dont il est difficile, faute de données de terrain, de reconnaître avec certitude les attributions stratigraphiques et donc la signification tectonique.

On y observe toutefois, à mi-hauteur, un bel enchaînement de deux plis, tranchés presque perpendiculairement par le versant et affectant des niveaux d'attribution peu douteuse : il se dessine assez spectaculairement en contrebas du Petit Col d'Anterne.

image sensible au survol et au clic

Le rebord supérieur de la rive gauche du ravin des Chaux, vu depuis sa rive droite (pentes occidentales du Grenier de Villy). (cliché original obligeamment communiqué par Mr. M. Petetin).
a.pC = anticlinal couché du Petit Col ; s.gC = synclinal couché de Grasses Chèvres.
Ces deux plis couchés relèvent du mode de plissement de type "semblable"* (avec étirement des flancs et épaississement des charnières). Ils ont des axes presque perpendiculaires au versant, c'est-à-dire à peu près N60.

Du côté ouest du cirque le Giffre des Fonds s'échappe par une profonde entaille correspondant au franchissement de la barre tithonique qui ferme ce cirque du côté septentrional, en s'abaissant depuis la crête de Commune.

image sensible au survol et au clic
La rive gauche de la gorge du Giffre des Fonds, dans sa traversée des pentes inférieures d'Anterne, vue du nord depuis les abords de chalet-hôtel de Grenairon (clichés originaux obligeamment communiqués par Mr. Serge GIDON).
s.P (en rouge) = grande ondulation synclinale de Platé ; a.P (en rouge) = grande ondulation anticlinale des Platières.
a.pC = anticlinal couché du Petit Col ; s.gC = synclinal couché de Grasses Chèvres ; a.Ch = anticlinal du Chantet ; ØA = chevauchement d'Anterne.
p.t. = paquets tassés de Tithonique .
N.B. : c'est par suite d'une imperfection du raccord des deux clichés assemblés que la cascade de la barre tithonique supérieure d'Anterne apparaît redoublée.

La rive gauche de la gorge de ce torrent met en évidence le fait que ce Tithonique y dessine un beau pli, l'anticlinal du Chantet, qui se développe dans le soubassement du chevauchement d'Anterne (voir la page "Anterne").

image sensible au survol et au clic

Détails de la rive gauche du Giffre des Fonds, vus de Sixt (sortie aval du village).
ØA= chevauchement d'Anterne. Le nom imagé des "Faucilles du Chantet" désigne la charnière de l'anticlinal du Chantet (a.Ch), qui affecte le Tithonique de la retombée de la grosse voûte anticlinale dans laquelle est creusé le cirque des Fonds (en arrière gauche).
La coupe de rive gauche de la gorge du torrent étant orientée W-E elle coupe en biais la charnière anticlinale (d'axe NW-SE), ce qui lui donne, par l'effet de la perspective, un aspect de pli-couché qui est un peu usurpé : en effet le flanc inférieur du pli n'est pas complètement renversé mais seulement basculé un peu au delà de la verticale.

aperçu général sur le massif de Sixt



cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Chamonix et Cluse

.

Carte géologique très simplifiée des environs de Sixt
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074.

Commune

Fer à Cheval

Emosson
Sales LOCALITÉS VOISINES Buet est

Anterne

Villy

(Brévent)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section CHABLAIS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 10/11/19