Pormenaz, vallée de la Diosaz

partie la plus occidentale du massif des Aiguilles Rouges

La vallée de la Diosaz, affluent de rive droite de l'Arve au niveau de Servoz, pénètre assez profondément dans la partie sud-ouest du massif des Aiguilles Rouges. Elle comporte deux parties assez différentes : une gorge aval, profondément encaissée dans le socle cristallin, suivie d'un coude brutal - d'E-W à N-S - en amont duquel elle s'ouvre entre les montagnes de Pormenaz à l'ouest et du Brévent à l'est.
Ce brutal changement de direction ne correspond a aucun accident tectonique et a donc une origine inconnue. Par contre le cours inférieur de la rivière traverse transversalement des bandes de terrain de diverses natures, orientées N-S, sans en être influencé : on voit par cet exemple que la liaison entre accident tectonique et lignes du relief n'a rien d'automatique.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la montagne de Pormenaz, vu des dernières pentes du col d'Anterne.
ØM = surface de chevauchement de la nappe de Morcles (masquée, dans le ravin du Souay) ; f.P = faille N-S de Pormenaz ; M = dalle de calcaires blancs d'âge mésozoïque.


La montagne de Pormenaz est donc isolée de la partie plus orientale du massif des Aiguilles Rouges (chaînon du Brévent) par la vallée de la Diosaz, sans qu'aucune discontinuité tectonique ne l'en sépare. La partie occidentale de la montagne se singularise par de larges affleurements de grès et pélites du houiller. Ils ne sont pas pincés dans un fossé tectonique mais forment des dalles à faible pendage dans lesquelles l'érosion glaciaire à surcreusé plusieurs lacs. Une importante cassure hercynienne (la faille de Pormenaz) qui partage en deux le massif selon une direction N-S, surélève les gneiss du versant oriental par rapport à ces affleurements houillers . Elle est d'âge hercynien car elle est cachetée*, à l'extrémité nord de son tracé (sur l'épaule dominantles chalets de Moëde) par la surface de la pénéplaine anté-triasique, qu'elle ne décale en aucune manière.


La rive sud du Lac de Pormenaz, vue du nord (cliché original obligeamment communiqué par M. Matthieu Petetin).
Les ondulations qui affectent les couches du Houiller concernent également la galette des calcaires mésozoïques : il s'agit donc de déformation d'âge alpin.
Le contact entre Houiller et granite de Pormenaz est vraisemblablement une petite faille sub-verticale (satellite de la grande faille de Pormenaz ?).


 

Sur le flanc ouest de montagne, immédiatement au sud du lac de Pormenaz, affleure une galette rocheuse de quelques centaines de mètres de côté qui est formée de calcaires blancs assez massifs ; ils reposent sur les couches du Houiller, pratiquement sans différence de pendage ("en accordance") et par l'intermédiaire d'un peu de grès triasiques. Ces calcaires ont un aspect très proche de ceux que l'on trouve tout le long de la bordure occidentale du massif des Aiguilles Rouges, depuis les affleurements du ravin du Souay (immédiatement plus au nord) jusqu'à Salanfe (beaucoup plus au nord-est). Toutefois, alors que ces derniers, qui recouvrent (également en accordance) des couches triasiques, sont datés du Jurassique terminal (notamment au Souay), ceux du lac de Pormenaz ont livré des microfaunes du Crétacé supérieur.

Dans tous les cas ces couches représentent la couverture sédimentaire propre du socle cristallin des Aiguilles Rouges, caractérisée par une extrème réduction, comme il est logique pour un sommet de bloc resté surélevé durant la sédimentation mésozoïque. Il n'est guère étonnant que leur faciès soit identique, malgré la différence d'âge, puisqu'il s'agit de sédiments de hauts-fonds, déposés par conséquent à l'abri des apports notamment terrigènes pouvant provenir des domaines voisins.
Toutefois la pertinence de cette remarque est remise en cause par le fait que les sédiments d'âge jurassique moyen, déposés dans le même contexte à l'emplacement actuel de l'Aiguille du Belvédère, ont des faciès très différents, beaucoup plus terrigènes ...

Au nord de Moëde, et jusque très haut, la partie tout-à-fait amont de la vallée de la Diosaz continue à être entaillée dans le socle cristallin. Le tracé de la surface de la pénéplaine anté-triasique y dessine, en rive droite, un épaulement très marqué (d'origine structurale plus que glaciaire par conséquent), en contrebas de la crête des Frettes de Moëde. Le torrent ne traverse cette surface qu'au niveau des chalets de Villy et prend sa source, immédiatement en amont, dans l'éventail de ravines qui rayonne dans les couches sédimentaires de l'épaule sud-occidentale du Buet (ou Grenier de Villy). Ce dernier sommet se rattache donc, par ses roches et sa structure, au massif du Haut Giffre tandis que les sommets moins élevés qui forment ses arc-boutants orientaux (Aiguille de Bérard, Mont Oreb), bien que situés au nord-ouest de la profonde vallée de Bérard, se rattachent au massif cristallin.

image sensible au survol et au clic

Le haut vallon de la Diosaz vu du sud-ouest, depuis l'Aiguillette des Houches
s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique ; ØM = surface de chevauchement de la nappe de Morcles
Noter les coeurs de synclinaux couchés qui dessinent des vires de Terres Noires à flanc des escarpements du Buet ;
f.Arlevé = faille d'Arlevé (commentaires à la page "Brévent").
Pour plus d'informations sur le versant opposé (nord-ouest) de cette montagne voir la page "Buet".


En ce qui concerne les rapports entre le socle cristallin des Aiguilles Rouges et les terrains sédimentaires du massif du Haut Giffre, que l'érosion a dénudé ici assez largement, il ne s'agit pas, contrairement aux apparences, d'un simple contact stratigraphique normal. En effet, les couches triasiques de la base de la couverture sédimentaire des Aiguilles Rouges y sont recouvertes par une lame pluri-décamétrique de terrains calcaires dont l'âge remonte au Jurassique supérieur (daté en Suisse, à Vieil Emosson) ou même au Crétacé supérieur (daté à Pormenaz).
Cette lame calcaire représente, à elle seule, la totalité de la couverture autochtone post-triasique du massif des Aiguilles Rouges. Cette extrême réduction de la succession est typique d'un haut-fond de la paléogéographie du Mésozoïque ; elle indique que l'on se trouvait là à la voûte du bloc basculé des Aiguilles Rouges.

La succession, beaucoup plus épaisse, du Buet et de Platé, qui recouvre cette série autochtone ultra réduite constitue sans ambiguité le prolongement méridional de la nappe de Morcles (la continuité étant évidente depuis la rive droite de la vallée du Rhône, où est définie cette dernière. Sa structure en vaste pli couché est moins claire qu'au nord du Rhône puisqu'ici elle est séparée de son autochtone par l'intermédiaire d'une surface de chevauchement : elle est néanmoins trahie la présence des replis anticlinaux couchés qui affectent la partie basse de sa succession stratigraphique.

Données complémentaires sur la nappe de Morcles en France.



Carte géologique simplifiée
(état provisoire)
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
N.B. le figuré "Permien" correspond ici aux couches de base (grès etc ...) du Trias.


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Cluses, Saint-Gervais et Chamonix

(Fiz ; Servoz)

(Anterne)

Belvédère
(Platé) LOCALITÉS VOISINES Brévent

Prarion

Contamines

Houches ; Chamonix
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Mt Blanc

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 30/10/16