Sixt : au cœur du Haut-Giffre

la dépression du confluent des deux Giffre

La localité de Sixt est située à l'amont d'une cluse qui sépare le cours amont du Giffre de son cours aval, beaucoup plus ouvert, qui s'épanouit à partir des abords de Samoëns. Elle garde ainsi l'entrée aval (occidentale) du cirque du Fer-à-cheval, que draine le Giffre, mais donne aussi accès, plus au sud-est, à un cirque jumeau, mais beaucoup plus refermé, le cirque des Fonds.

Vue d'ensemble du Haut Giffre, d'avion, depuis l'aplomb de Megève.

La plupart des villages autour du chef-lieu de Sixt sont établis dans la vallée du Giffre des Fonds, relativement large et ouverte. Elle correspond fondamentalement à une combe monoclinale*, ouverte dans les couches du Berriasien - Valanginien, dominées à l'ouest par les abrupts hauteriviens et urgoniens que franchissent les vallons du Gers et de Sales. Mais elle s'élargit au niveau de Sixt car la vallée du Giffre y suit la combe des couches du Crétacé inférieur qui plongent là vers le NW au flanc d'un anticlinal SW-NE dont le Tithonique forme la montagne de Commune.

image sensible au survol et au clic

La vallée du Giffre des Fonds, en amont de Sixt, vue du nord-est, depuis le vallon de Salvadon.
Les grandes ondulations NE-SW sont figurées en rouge : s.P = synclinal de Platé ; a.P = anticlinal des Platières ; s.Cr = synclinal du Criou.
a.Ch = anticlinal du Chantet ; s.C = synclinal de Commune ; ØFo = chevauchement des Fonds ; f.D = faille du Déchargeux ; f.B = faille des Bénés.

Du côté occidental, c'est-à-dire en rive gauche de la vallée du Giffre des Fonds, tous les vallons qui descendent du Massif de Platé et des crêtes de Flaine s'inscrivent dans les cœurs synclinaux nummulitiques de plis similaires, orientés de la même manière. En fait ils sont tous suspendus car à leur débouché aval ils sont abruptement tranchés par ce versant qui oblige leur torrents à rejoindre la vallée par un cours cascadant.

L'orientation N-S de cette ligne d'escarpements prolonge sensiblement celle des abrupts orientaux de la chaîne des Fiz. Ce tracé correspond en fait à la limite orientale des affleurements crétacés, enlevés plus à l'est par l'érosion et il n'est guidé par aucun accident tectonique. Ceci suggère que cette ablation ait été liée au relèvement général des structures tectonique en direction de l'est, laquelle a pu être cause de l'arasion de leurs parties ainsi surélevées dans une étape ancienne d'érosion par aplanissement dont d'autres massifs subalpins montrent les indices (voir la page "aplanissement").

Par ailleurs la carte géologique suggère que ce versant soit en partie parcouru par le prolongement septentrional du chevauchement des Fonds. Toutefois cet accident, qui prend naissance dans les pentes d'Anterne qui tombent dans le cirque des Fonds (voir à la fin de la présente page) ne se suit réellement que jusqu'à sa traversée du torrent de Sales. Au delà vers le nord il disparaît sous la couverture quaternaire du versant (essentiellement ébouleuse) de sorte que l'on ne peut déterminer s'il s'y amortit au sein des niveaux marneux du Crétacé inférieur ou s'il s'y poursuit réellement.

Dans cette seconde hypothèse on se demande à quel endroit il affecte les termes supérieurs de la couverture (notamment sa barre de calcaires urgoniens à nummulitiques) : on n'a le choix qu'entre deux accidents, la faille du Déchargeux qui se perd dans le Nummulitique du vallon de Gers ou plus au nord la faille des Bénés, sous les chalets de Porte. Mais, si l'une et l'autre de ces cassures ont bien un rejet compressif, ce rejet n'est que de faible ampleur, surtout en ce qui concerne le second de ces accidents. On peut donc s'étonner de la modestie de leur flèche de chevauchement, au niveau de ces couches (d'autant qu'elles s'y amortissent au sein du Nummulitique), même si on peut l'attribuer à un partage du rejet de chevauchement entre ces deux accidents.

Quoi qu'il en soit il est intéressant d'observer que ces deux cassures correspondent à des failles anté-nummulitiques qui étaient initialement sub-verticales (car elles coupent presque orthogonalement les couches) ; c'est le cisaillement général de la succession des couches qui les a tordues en les déversant vers l'ouest au point de leur faire acquérir à un pendage se rapprochant de l'horizontale (voir la figure ci-après).


figure plus grande (nouvelle fenêtre)

Coupe de la faille des Bénés
Le dessin originel a été modifié pour lui donner l'orientation qui est celle de la coupe naturelle de la vallée de Sixt, amont étant à gauche (cf. photos ci-dessus).
Noter la différence d'épaisseur du Sénonien et des couches de base du Nummulitique (Lutétien) entre le compartiment surélevé (maintenant chevauchant, à gauche), où la série est réduite, et le compartiment abaissé (maintenant chevauché, à droite), où la succession est épaisse et complète. Cela démontre qu'il s'agit d'une faille anté-nummulitique qui a été ultérieurement déformée en contrainte cisaillante.

Du côté nord-ouest de la localité de Sixt s'élèvent les rudes pentes de la montagne des Avoudrues (voir la page "Avoudrues"). Elles sont couronnées falaises urgoniennes du flanc sud-oriental du grand synclinal du Criou, qui s'abaissent vers le SW jusqu'au niveau de la vallée. Le Giffre s'échappe de la large dépression de Sixt par une entaille pratiquée dans cette barrière rocheuse à son point bas, juste en aval de son confluent avec le Giffre des Fons.

Cette entaille ne correspond à aucun accident tectonique, mais elle se situe moins de 1000 mètres au nord du tracé du chevauchement des Bénés et lui est parallèle : on peut penser que c'est cette cassure qui à guidé la localisation initiale du cours du Giffre, puis que l'entaille de ce dernier à dérivé" vers le nord au fur et à mesure de son encaissement.


image sensible au survol et au clic

Sixt et le chaînon des Avoudrues, vu du sud, depuis le Collet d'Anterne.
Sous cet angle on distingue bien le plongement vers la gauche (vers l'ouest) de tout l'édifice structural, notamment du synclinal du Criou (s.Cr),du chevauchement du Criou (ØCr), du chevauchement des Avoudrues (ØA) et du chevauchement de Sans Bet (ØSB). En avant du cours du Giffre les pentes (qui descendent de la crête de Commune) sont installées aussi sur des couches qui pendent dans le même sens, conformément à la pente topographique ; elles sont sans doute traversée par les prolongements (à pendage vers le NW) des chevauchements ci-dessus mais l'importance de la couverture quaternaire ne permet pas d'y préciser leur tracé.

Du côté nord-est la vallée du Giffre se resserre, en franchissant successivement deux barres rocheuses de Tithonique, qu'elle tranche presque perpendiculairement et qui s'élèvent en rive nord jusqu'à la pointe de Sans Bet. À ce redoublement tectonique, occasionné par le "chevauchement de Sans Bet", correspond en rive gauche (sud) un redoublement similaire de la barre du Bajocien calcaire à la faveur d' un chevauchement de la Finive (voir la page "Fer à Cheval").

image sensible au survol et au clic

Sixt et la rive droite (septentrionale) du Giffre vus du sud-ouest, depuis Englène.
ØSB = chevauchement de Sans Bet (prolongé en rive gauche du Giffre par celui de Finive ; ØAv = chevauchement des Avoudrues ; ØCr = chevauchement du Criou (prolongé par celui de Commune).



 Le chevauchement de Sans Bet - Finive est une imbrication de niveau inférieur à celle du chevauchement d'Anterne. De fait il traverse en biais le versant oriental du chaînon du Buet en passant nettement en contrebas de l'anticlinal du Buet. Du fait de cette position, immédiatement inférieure dans l'édifice tectonique, il apparaît en outre comme le prolongement vraisemblable du chevauchement de Magland de la coupe de l'Arve.

Du côté oriental les pentes de rive gauche de la vallée du Giffre proprement dit sont plus modérées et plus régulières car elles ont installées sur les dalles structurales du Berriasien, qui descendent de la Montagne de Commune et plongent sous la vallée (voir la page "Commune").

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la Montagne de Commune, et la vallée du Giffre, vus du sud-ouest (vers le N70), depuis l'altitude de 1720 dans le vallon des Foges (est du lac de Gers)
s.Cr = ondulation synclinale du Criou ; a.P = ondulation anticlinale des Platières
s.C = synclinal couché de Commune (détail de ses replis non représenté) ; a.B = anticlinal couché du Buet. Ces plis sont vus pratiquement selon leur axe (ici N70).
"Bj-L" = ensemble Bajocien - Lias, sans détails.
On trouvera à la page "Buet" une vue du versant SE de la montagne.

Du côté méridional la vallée du Giffre des Fonds se ferme par une profonde entaille due au franchissement de la barre tithonique qui ferme ce cirque du côté septentrional en s'abaissant depuis la crête de Commune. La rive gauche de la gorge de ce torrent met en évidence le fait que ce Tithonique y dessine un beau pli, l'anticlinal du Chantet, qui se développe dans le soubassement du chevauchement des Fonds (voir la page "Anterne").

image sensible au survol et au clic

Détails de la rive gauche du Giffre des Fonds, vus de Sixt (sortie aval du village).
ØFo= chevauchement des Fonds. Le nom imagé des "Faucilles du Chantet" désigne la charnière de l'anticlinal couché du Chantet (a.Ch), qui affecte le Tithonique de la retombée de la grosse voûte anticlinale dans laquelle est creusé le cirque des Fonds (en arrière gauche).
La coupe de rive gauche de la gorge du torrent étant orientée W-E elle coupe en biais la charnière anticlinale (d'axe NW-SE), ce qui lui donne, par l'effet de la perspective, un aspect de pli-couché qui est un peu usurpé : en effet le flanc inférieur du pli n'est pas complètement renversé mais seulement basculé un peu au delà de la verticale.

Au total, si l'on se base sur leurs directions axiales, on peut essayer de retrouver dans les structures des environs de Sixt les prolongements de celles que l'on déchiffre dans la coupe de l'Arve:

L'anticlinal du Buet représente sans doute le prolongement de l'anticlinal de l'Arpenaz ; le synclinal de Commune, qu'il recouvre, correspondant alors, quant à lui au synclinal de l'Arpenaz .
En ce cas le chevauchement d'Areu-Vange peut sans doute correspondre, après un passage "en tunnel" sous la chape du flysch des crêtes de Véret - Pré les Saix, à celui des Fonds ; de fait dans le prolongement septentrional supposé de ce chevauchement la faille des Bénés dessine un crochon anticlinal qui se place assez bien dans le prolongement de celui de l'Arbaron et en a les caractéristiques.

 

aperçu général sur le massif de Sixt
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Chamonix et Cluses



.

Carte géologique très simplifiée des environs de Sixt
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074.

Samoëns

Les Avoudrues

Fer à Cheval
Flaine

LOCALITÉS VOISINES

Commune

Sales

Anterne

Buet
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section CHABLAIS

retour au début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 20/04/18