Tête d'Oréac, col de la Pousterle, Les Têtes

le chaînon séparant la basse vallée du Fournel de celle de la Gyronde

À l'ouest de la ville de L'Argentière la vallée du Fournel donne une coupe transversale complète des unités briançonnaises de la rive droite de la Durance. Les pentes de sa rive gauche (septentrionale) donnent notamment une belle coupe la structure du chaînon de la Rochaille et de la Tête d'Oréac, qui la sépare de la vallée de la Gyronde.

Du côté septentrional la montagne de la Rochaille, qu'une route forestière franchit par le col de la Pousterle, montre un relief plutôt mou qui s'abaisse en direction du cours de la Gyronde par quelques escarpements de calcaires triasiques briançonnais. Ils dominent les marbres en plaquettes du fond de la vallée, qui sont rattachés à la zone subbriançonnaise du fait de leur continuité d'affleurement avec ceux de l'Argentière et sont censés les chevaucher (voir cependant la remarque finale de la légende de l'avant-dernière figure de la présente page).

image sensible au survol et au clic

Le versant nord du chaînon de la Rochaille, vus du NW depuis le village ancien de Puy-Saint-Vincent.
f.Pt = faille de la Pousterle ; ØBr = surface de chevauchement des unités briançonnaises (Br = nappe de Roche Charnière ?) ; ØsB = surface de chevauchement des unités subbriançonnaises (sBr) ; Aut. = Autochtone (schistes argileux nummulitiques).


Ils garnissent plus à l'ouest les pentes du col de la Pousterle et s'étendent en douces pentes jusqu'au hameau des Prés de Puy-Saint-Vincent en laissant pointer dans les fonds de ravin des abords de ce village les schistes argileux à blocs de la formation olistolitique du sommet de la formation autochtone des grès du Champsaur (voir la page "Vallouise").

À son extrémité nord-orientale le chainon de La Rochaille se termine par les escarpements du versant oriental de la montagne des Têtes (Bois de la Pignée), qui dominent l'agglomération de L'Argentière. Ils sont formés par le matériel essentiellement gréseux (grès houillers et quartzites permo-triasiques) appartenant à la base de la succession briançonnaise, dont les couches se redressent là presque à la verticale. Les calcaires du Trias moyen affleurent plus à l'ouest, en continuité stratigraphique normale.

image sensible au survol et au clic

La rive droite de la Durance à la latitude de L'Argentière vue d'aval, du sud, depuis la route D138a (lieu-dit Les Traverses)
n.rC = unité du signal des Têtes (antérieurement attribuée à la nappe de Champcella) ; Øbr = surface de contact tectonique entre les unités briançonnaises et subbriançonnaises ; S.B.= zone subbriançonnaise : bordure occidentale de la "fenêtre de l'Argentière".
La raison du spectaculaire rebroussement vers l'ouest qui renverse les couches du Signal des Têtes est peu claire ... (voir aussi la page "Montbrison") ...


Mais en haut des pentes, autour du signal des Têtes ces couches se tordent et se renversent en dessinant un remarquable rouleau antiforme* : ce n'est toutefois pas un véritable anticlinal puisque ce sont les calcaires, couches les plus récentes, qui constituent le cœur de ce pli. Cet enroulement des couches correspond donc en fait à un synclinal déversé vers l'ouest dont le flanc inverse est complètement renversé.

figure plus grande (nouvelle fenêtre)

La rive gauche de la basse vallée du Fournel, vue du sud depuis le versant septentrional du col d'Anon (extrait de J.DEBELMAS 1955a, fig. 30)
ØsB = chevauchement des unités subbriançonnaises sur l'autochtone ; ØBr = accident "frontal" du Briançonnais ; Ø?? = surface supposée (selon J.Debelmas 1955) du chevauchement de la nappe de Champcella ; f.Pt = faille extensive de la Pousterle ; f.B = faille extensive des Rochers des Brunes.
(m.pl. = marbres en plaquettes néocrétacés-éocènes = E-Cs des coupes ci-après)


Selon l'interprétation originellement proposée (J.Debelmas, 1955), les calcaires triasiques du signal des Têtes seraient dédoublés, dans les escarpements qui en descendent vers la vallée du Fournel, par une surface de chevauchement qui ferait reposer la nappe de Champcella, en série renversée, sur celle de Roche Charnière, disposée à l'endroit (voir les coupes ci-après).

figure plus grande (nouvelle fenêtre)

Coupes des montagnes de rive droite de la Durance aux abords de L'Argentière (extrait de J.DEBELMAS 1955a, pl.V, coupes 15 à 17).
ØsB = chevauchement des unités subbriançonnaises sur l'autochtone ; ØBr = accident "frontal" du Briançonnais ; Ø?? = surface supposée (selon J.Debelmas 1955) du chevauchement de la nappe de Champcella ; f.Pt = faille extensive de la Pousterle ; f.B = faille extensive des Rochers des Brunes.
N.B. On a conservé sur ces coupes l'attribution (ici contestée) de l'unité du Signal des Têtes à la nappe de Champcella (en fait elle est sans doute à rapporter à la nappe de Roche Charnière comme le suggère d'ailleurs la comparaison des coupes 16 et 17)


Mais cette géométrie paraît en définitive peu plausible pour plusieurs raisons :

- 1° Les calcaires des Têtes étaient attribués à la nappe de Champcella (voir les coupes ci-dessus), sans doute en raison du chevauchement supposé, ci-dessus examiné. Mais il semble qu'il faille plutôt les rapporter à la nappe de Roche Charnière (voir la page "col d'Anon") notamment parce qu'ils constituent la nappe briançonnaise la plus basse de ce secteur, qui recouvre directement les marbres en plaquettes de la zone subbriançonnaise (lesquels affleurent à l'emplacement même de l'agglomération de L'Argentière). C'est d'ailleurs à cette nappe de Roche Charnière que semblent aussi se rattacher le prolongement méridional de ces calcaires en rive droite de la vallée du Fournel (voir à ce sujet la page "col d'Anon").

image sensible au survol et au clic

d'après une image extraite de "google-earth"
La rive gauche de la vallée du Fournel au niveau du signal des Têtes : vue plongeante, du sud.
Øbr = chevauchement des unités briançonnaises sur le subbriançonnais ; f.Pt = faille extensive de la Pousterle ; f.B = faille extensive des Rochers des Brunes.
s0 = surfaces de stratification au sein des calcaires triasiques ; D (tirets blancs cernés de vert) = surface probable de discordance stratigraphique des marbres en plaquettes néocrétacés sur les couches de la succession des Têtes.
En arrière-plan, vue sous cet angle, la charnière de renversement des Têtes semble plonger "en tunnel" sous le matériel subbriançonnais qui affleure dans la vallée de la Gyronde (plutôt que le chevaucher) : on peut s'interroger sur la signification et la portée de cette remarque ...


- 2° L'existence d'un redoublement de la succession des calcaires triasiques des Têtes ne parait pas vraiment étayée. Au contraire leurs couches sont apparemment disposées en accordance (contrairement au dessin de la coupe 17 de la figure ci-dessus) et en série renversée jusqu'au pied des escarpements : de fait elles s'y terminent par un contact stratigraphique avec une barre de Dogger qui est, elle aussi, renversée sur des marbres en plaquettes.
En outre, au flanc ouest de l'antiforme la succession de ces couches triasiques est tranchée sur toute sa hauteur par une surface verticale qui les met en contact avec les marbres en plaquettes néocrétacés des pentes de rive orientale du Torrent des Brunes. Cette géométrie ne semble guère pouvoir s'interpréter que comme celle d'une surface de discordance angulaire, d'origine stratigraphique, maintenant basculée vers l'ouest avec l'ensemble des couches (alors qu'elle les tranchait originellement de façon presque orthogonale).

En amont des abrupts du versant sud de la montagne des Têtes les pentes de rive droite de la vallée du Fournel sont parcourues de bas en haut par deux failles successives, la faille du Rocher des Brunes et la faille de La Pousterle ; elles délimitent un compartiment intercalaire où affleurent largement les marbres en plaquettes, ces derniers reposant en bas de versant sur la barre du Rocher des Brunes presque parallèle au fond de vallée ; elle est formée de calcaires triasiques couronnée par des calcaires du Dogger, qui se rattachent sans doute à la nappe de Roche Charnière

Plus au sud, en rive droite du Fournel, il semble que la faille du Rocher des Brunes se poursuit par le ravin de Coueimian ; mais il n'est pas exclu qu'elle coupe le lit du Fournel en biais, selon un azimut NW-SE pour traverser en oblique, en la redoublant, la barre de calcaires triasiques qui domine le Bois de Champ Pelbaud : cette interprétation a été admise dans la coupe 15 de la figure ci-dessus car elle est conforme à l'attribution, argumentée par J. Debelmas (1955, p.128), de l'extrémité ouest de cette barre à la nappe de Roche Charnière. Quoi qu'il en soit l'attitude de cette cassure suggère qu'elle représente une branche occidentale du faisceau de cassures de la grande faille de la Durance.

A l'ouest de la faille de La Pousterle qui détermine le cours inférieur du torrent des Brunes avant qu'il se jette dans le Fournel se développe l'unité de la Tête d'Oréac, que sa succession rattache clairement à la nappe de Roche Charnière : elle débute dans les basses pentes (Champ Disdier) par une semelle de quartzites qui repose directement sur les grès du Champsaur du flysch autochtone et se complète vers le haut par une succession à Trias calcaire peu épais, avec une mince barre de Dogger mais une forte épaisseur de marbres en plaquettes (lesquels constituent le sommet de la Tête d'Oréac).

image sensible au survol et au clic

d'après une image extraite de "google-earth"
La rive gauche de la vallée du Fournel au niveau du col de la Pousterle : vue plongeante, du sud.
ØsB = chevauchement des unités subbriançonnaises sur l'autochtone ; ØBr = accident "frontal" du Briançonnais ; f.Pt = faille extensive de la Pousterle ; f.B = faille extensive des Rochers des Brunes.

Les couches de cette unité sont à l'endroit et ont un pendage modéré vers l'est, moins fort que la surface de l'accident frontal sur laquelle elle repose. Vers l'ouest (plus haut dans le versant) toute la succession se biseaute et, à la Tête d'Oréac, ce sont seulement les termes les plus hauts (marbres en plaquettes) qui reposent sur l'accident frontal. Prise entre ce dernier et la faille sub-verticale de La Pousterle, cette unité affecte donc la forme d'un prisme se rétrécissant vers le bas.

C'est lorsque l'on s'élève dans le versant qu'apparaît et s'épaissit, entre cette unité et le sommet de Grès d'Annot autochtones, le coussin intercalaire de schistes noirs (contenant des olistolites et classiquement rapportés au flysch noir subbriançonnais) qui souligne là le front occidental d'extension des nappes briançonnaises (prolongement du "chevauchement pennique frontal").

Ce double biseautage des unités charriées le long de l'accident frontal du Briançonnais a longtemps été interprété comme un effet de rabotage dû à l'avancée des nappes. En fait il est sans doute plus logique d'y voir le résultat d'un rejeu de l'ancienne surface de charriage, en faille extensive abaissant le compartiment oriental et coupant en biais l'empilement originel des unités.

 


voir la carte structurale du Briançonnais méridional.

Carte géologique simplifiée des montagnes des deux rives de la Durance à la latitude de l'Argentière
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais

Voir les colonnes stratigraphiques des diverses unités tectoniques du secteur.
Voir
l'
aperçu général sur la tectonique du Briançonnais et plus précisément celui sur les chaînons à l'ouest de la Durance.
Voir aussi l'aperçu général sur la bordure orientale du Massif du Pelvoux
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Guillestre et Briançon
ouvrage à consulter : DEBELMAS J. (1955a). - Les zones subbriançonnaises et briançonnaises occidentales entre Vallouise et Guillestre (Hautes-Alpes) . Mém. Serv. Carte Géol. France, 171 p., 37 fig., 7 pl., 1 carte géol. et 1 schéma struct.


Vallouise

Tête d'Amont

Les Vigneaux
(L'Aiglière ; Fournel)

LOCALITÉS VOISINES

L'Argentière

(Dourmillouse)

col d'Anon

Aiguillons ; Peyron
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16