Mont Coua, Mont du Vallon
Sources du Doron des Allues, au nord du glacier de Gébroulaz

Dans son cours supérieur le Doron des Allues est alimenté par la langue septentrionale du glacier de Gébroulaz, dont les eaux s'écoulent vers le nord entre la crête du Mont du Vallon à l'ouest et les reliefs mal ordonnés du Mont Coua. Ces derniers, qui s'abaissent progressivement vers le nord depuis le col du Soufre se terminent par l'entaille transversale du vallon de Chanrouge (ils sont bordés à l'est par la crête des Corneillets).

image sensible au survol et au clic

Les montagnes des sources du Doron des Allues, vues du nord (vue pseudo aérienne d'après une image extraite de "google-earth").
ØR = chevauchement du Rateau ; ØcR = chevauchement du Col Rouge ; f.Cr = faille de Chanrouge ; ØF = chevauchement de la Pointe des Fonds ; ØP = chevauchement de Polset ; f.G = faille de Gébroulaz.
"tc-d" = Trias calcaréo-dolomitique ; "gnS" = gneiss du Sapey ; "gnSo" = gneiss du Sapey à faciès oeillé ; "Pcg" = conglomérats permiens ; "hrP" = conglomérats permo-houillers ; "hr" = houiller schisto-gréseux

Le Mont Coua, à l'est du vallon de Gébroulaz comporte une partie nord la moins élevée, le Mont Coua proprement dit, qui est constituée par des calcaires et dolomies du Trias moyen. Ces couches dessinent une voûte anticlinale assez ample, plongeant vers le nord, que l'on peut appeler l'anticlinal du Mont Coua mais qui ne semble pas être autre que le prolongement septentrional du flanc supérieur de l'anticlinal des Eaux Noires (voir la page "Lac Blanc"), simplement rompu en oblique par la faille de Chanrouge.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes du revers oriental du Mont Coua, vues du nord depuis le col de Chanrouge. (cliché original obligeamment communiqué par M. H. Widmer).
ØcR = chevauchement du col Rouge ; a.eN = anticlinal des Eaux Noires ; f.Cr = faille de Chanrouge ; a.mC = anticlinal du Mont Coua.

Sa partie sud occidentale ou Grand Mont Coua est parcourue par un dédale de petits vallons qui s'insinuent entre des bosses rocheuses. Sur le versant occidental de la crête ils sont sculptés dans le matériel siliceux de la semelle de la Vanoise occidentale (conglomérats stéphano-permiens et/ou gneiss du Sapey) globalement disposé à l'endroit. Ce matériel, haché de failles dessine globalement aussi un anticlinal mais il est séparé du Trias calcaréo-dolomitique par une cassure qui coupe l'anticlinal du Mont Coua en oblique en direction du sud et se prolonge au-dela par le chevauchement de la Point des Fonds (voir la page "Lac Blanc").


Les échines et vallons au nord du Mont Coua, vus du nord.
Relief sans lignes directrices affectant les faciès, variés dans le détail, des gneiss du Sapey.


Cet ensemble se poursuit vraisemblablement vers le sud par celui qui constitue les abrupts orientaux de l'aiguille de Polset : la puissante lame de gypses et cargneules du Roc du Soufre y représentant vraisemblablet le cœur du synclinal de Polset, rompu par le chevauchement de Polset (ce dernier déterminant le col du Grand Infernet).

image sensible au survol et au clic

Les pentes dominant le Lac Blanc et le cirque supérieur du glacier de Gébroulaz (état en 1994), vus du nord depuis le col du Grand Infernet (voir la suite des affleurements vers la gauche à la page "lac Blanc").
f.G = faille de Gébroulaz ; hrP = grès et conglomérats permo-houillers ; gnSf = gneiss du Sapey à grain fin ; gnSo = gneiss du Sapey à faciès oeillé.
Les gypses de premier plan droit sont ceux qui forment le Roc du Soufre.
Les gneiss à grain fin qui ceinturent à leur base les affleurements houillers de la pointe de Polset sont interprétés comme des mylonites qui jalonneraient l'ancien chevauchement des gneiss du Sapey (maintenant renversé). Les affleurements de quartzites et de Verrucano de la langue orientale du glacier (au dessus du lac 2137) se terminent sans doute par effilement vers le sud sous le glacier (les jeunes actuels en sauront plus dans quelques dizaines d'années, après la fonte de ce dernier).

C'est en tous cas la présence de cette puissante bande de roches tendres qui a déterminé l'ouverture l'orientation S-N de cette partie sommitale du vallon des sources du Doron des Allues, maintenant envahie par les moraines du glacier de Gébroulaz : elle a guidé son affouillement par la langue terminale de ce glacier, comme l'indique la présence d'affleurements discontinus de cargneules et même de gypse qui en jalonnent la rive droite de ce vallon.


La crête du Roc du Soufre, vue du sud-ouest, depuis le col du Soufre.
Revers occidental de la crête (affleurements symétriques de ceux figurant à l'extrême droite du cliché précédent)


Du côté sud-ouest du col du Soufre, cette bande gypseuse s'enfonce sous la crête de quartzites triasiques du rocher 2926, à l'est de laquelle s'engage la petit langue orientale (maintenant très réduite) qui descendait du glacier de Gébroulaz vers le Lac Blanc. Ces affleurements de quartzites représentent le flanc ouest du synclinal de Polset mais on perd au delà de cette langue glaciaire (voir la page "Lac Blanc").

Du côté nord il est assez vraisemblable que c'est le prolongement septentrional de cette barre de quartzites que l'on retrouve plus au nord, en rive gauche du vallon, aux abords du refuge du Saut (sous les gneiss du revers est du Mont du Borgne).

 Cette organisation des affleurements indique l'existence, entre ces derniers, recouverts de quartzites et de gypses, et les gneiss du Mont Coua d'une cassure assez importante : il s'agit sans doute d'un chevauchement, maintenant renversé, qui faisait originellement avancer vers l'ouest les gneiss du Mont Coua sur ceux du revers est du Mont du Borgne (voir le premier cliché de la présente page, ainsi que la page "Eaux Noires").

Il s'agit là d'un dispositif très similaire à celui du chevauchement renversé de Chavière que l'on observe au sud-est du col du Soufre. Il ne semble pas en être le prolongement septentrional, mais il semble plutôt que ces deux accidents soient branchés l'un sur l'autre dans le versant est du col du Soufre ...


image sensible au survol et au clic

Le versant nord des crêtes de Péclet-Polset (Gébroulaz), vus du nord (de loin), depuis le sommet de la Saulire.
ØC = chevaucchement de Polset ; f.G = faille de Gébroulaz ;
gnS = gneiss du Sapey ; hrP = conglomérats permo-houillers ; hr = houiller schisto-gréseux.

Le Mont du Vallon est une lourde masse de schistes houillers qui prolonge vers le nord le Mont du Borgne (voir la page "Péclet"). Comme ce dernier il est bordé, au pied de son versant oriental, par les affleurements de Permien qui sont abaissés par la faille de Gébroulaz.

 

 

 

aperçu général sur la Vanoise


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Modane


Carte géologique simplifiée des abords septentrionaux du Lac Blanc

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges



Méribel Cx de Verdon

Aiguille du Fruit

Roc de la Pêche
Vallée de Belleville

LOCALITÉS VOISINES

Génépy

Ménuires

Péclet Polset

Lac Blanc
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière..

 accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/06/20