Saint-Jean de Belleville, Crêt Voland
vallée inférieure du Doron de Belleville

La partie inférieure de la vallée du Doron de Belleville (en aval de Saint-Martin de Belleville) est surtout parcourue pour accéder aux stations de ski des Ménuires et de Val-Thorens, qui appartiennent à sa partie supérieure. Sa rive droite correspond au versant occidental du chaînon de Crêt Voland, qui sépare la vallée du Doron de Belleville de celle des Allues.

image sensible au survol et au clic

La vallée supérieure du Doron de Belleville, vue du nord depuis l'arête septentrionale de Crève-Tête (altitude 2140 au dessus de Longecha) .
ØBh = front occidental ("chevauchement ") de la zone houillère briançonnaise ; ØGb = chevauchement de l'unité des gypses de Brides ; ØsB = chevauchement des unités subbriançonnaises.

En rive droite de la vallée l'échine sommitale du chaînon appartient encore, jusque au sommet de Crêt Voland inclus, à la marge occidentale, houillère, du domaine briançonnais. Elle n'offre, à ce titre et comme plus en amont, que des pentes plutôt molles qui sont dues à l'extrême monotonie de leur substratum, entièrement constitué de grès et schistes argileux noirs du houiller.

Par contre la terminaison septentrionale du chaînon ainsi que la partie moyenne de son versant à l'ouest de Crêt Voland appartiennent à l'unité de Brides. C'est un couloir de failles* qui est occupé en majeure partie par des gypses et cargneules et qui contient de puissantes lentilles tectoniques de divers terrains briançonnais (quartzites et calcaires dolomitiques triasiques).

 On l'interprétait classiquement, jusqu'à une date récente, comme un coussinet lubrifiant ayant facilité le chevauchement de la zone briançonnaise, plus précisément de la partie frontale de cette nappe majeure constituée par sa zone houillère. Mais sa structure et ses rapports avec celles des zones qu'il sépare présente bien des aspects suggérant un important rejet coulissant voire même à composante extensive.

Le versant inférieur de rive droite du Doron, à l'ouest et au nord de Crêt Voland, est constitué par les formation argilo-calcaires de la zone subbriançonnaise, rattachables plus précisément à l'unité de la Grande Moendaz (voir la page "Grande Moendaz").

Tout ce versant est parcouru, notamment entre les villages de Plan Villard et de Côte Derrière, par des torrents secondaires, courts mais très actifs, qui entaillent l'ensemble des formations subbriançonnaises et briançonnaises superposées ; cette activité, sans doute facilitée par l'importance des affleurements gypseux s'y manifeste par la poursuite du creusement de puissants ravins et le déclenchement associé de nombreuses coulées boueuses, occasionnant des problèmes de maintien des communications routières ...


image sensible au survol et au clic

La rive droite du Doron de Belleville, à la latitude de Saint-Jean-de Belleville
f.mT = faille de la moyenne Tarentaise ; u.GM = unité (subbriançonnaise) de la Grande Moendaz ; u.F = unité (subbriançonnaise) de Feissons (voir la page Brides) ; u.B = unité de Brides (couloir tectonique gypseux) ; ØGb = accident frontal briançonnais ("chevauchement" des gypses de Brides) ; ØBh = chevauchement de la zone houillère briançonnaise.
Les calcschistes crétacés de l'unité de Feissons ne sont pas représentés sur la transversale de Belleville, cette unité se terminant vers le sud, par biseautage tectonique, au niveau du Doron de Bozel.

En rive gauche de la vallée du Doron la bande gypseuse de l'unité de Brides se poursuit vers le sud-ouest en déterminant, à l'ouest de Saint-Martin, la vallée du torrent des Encombres. Au débouché rive gauche de cette dernière ses gypses forment un puissant placage qui garnit tout le versant sud-est de la Tête du Daillait, dernier relief appartenant à la zone subbriançonnaise (plus précisément à l'unité de la Grande Moendaz) que parcourt le vallon du Nant Brun.

Les affleurements rapportés à l'unité de la Grande Moendaz y sont surtout formés d'alternances de bancs calcaires et de lits marneux du Lias moyen (Sinémurien supérieur à Domérien). Des passées de calcschistes du Toarcien (Ls) y indiquent la présence de replis synclinaux et des bandes d'affleurements de gypse y soulignent sans doute des imbrications d'ordre secondaire.


image sensible au survol et au clic

La vallée du Doron de Belleville aux abords de Saint-Jean-de Belleville, vue du nord (d'aval) depuis la route D.915a (lacet 897 au sud de Fontaine-le-Puits).
ØGb= faille occidentale de l'unité de Brides ; u.GM = unité (subbriançonnaise) de la Grande Moendaz ; ØsB = surface de chevauchement de la nappe subbriançonnaise (unité de la Grande Moendaz) ; u.Q = unité (ultra-dauphinoise) du Quermoz.
Li = Calcaires du Lias inférieur (Rhétien, Hettangien, Sinémurien inférieur) ; jmBr = brèches du Jurassique.
N.B. : La charnière synclinale du Plan des Queux se ferme vers le sud : vue d'ici, son dessin peut faire croire qu'il s'agit d'une antiforme de série renversée. En fait cela semble résulter seulement de ce que son axe plus plonge vers le nord plus fortement que le fond du ravin qui l'évide (voir la page "Tête de Fer").

À la latitude de Saint-Jean de Belleville la vallée du Doron infléchit son cours vers le NE car elle bute contre les pentes presque structurales de grès nummulitiques du chaînon de Crève Tête. Cela est clairement dû à ce que ce cours est dévié, dans le prolongement de celui du Nant Brun, par les accidents qui marquent les confins entre les domaines briançonnais et dauphinois : il s'agit principalement de la faille de Moyenne Tarentaise, que le Doron suit à peu de chose près entre Salins au NE et Villarly au SW.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche de la vallée inférieure du Doron de Belleville
et le revers oriental du chaînon de Crève Tête, vus du NE d'avion, depuis l'aplomb de Salins.
f.mT = faille de la moyenne Tarentaise ; f.C = faille de la Coche ; u.M = unité de Moûtiers (réduite à des lambeaux de houiller et de micaschistes, disjoints au sein d'une bande de gypses) ; ØQ = surface de chevauchement de l'unité du Quermoz ; ØuD = surface de chevauchement des unités ultra-dauphinoises.

 

 

aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers
.
Carte géologique simplifiée des marges occidentales de la Vanoise

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord-ouest ; plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


(Crêve Tête)

Salins ; Brides

Courchevel
Niélard

LOCALITÉS VOISINES

Méribel

(Tête de Fer)

Les Ménuires

Aiguille. du Fruit
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 18/09/21