La montagne de Cugulet et des Prés d'Agnès

l'extrémité septentrionale du chaînon du Pic d'Escreins

Le sommet de Cugulet (ou Mont Guillestre) se situe à l'extrémité septentrionale de la crête du Pic d'Escreins, qui couronne la rive droite du vallon du Rif Bel et d'Escreins, là où elle est coupée du côté nord par le versant, orienté E-W, qui plonge vers le fond des gorges aval du Guil.
Du côté sud-ouest cette crête domine d'assez peu la dépression des Prés d'Agnès, qui est suspendue au dessus de la vallée du Rif Bel et qui se rattache déjà à la fenêtre aval du Guil. Du côté nord-est elle tombe sur les profonds ravins de la Rortie, affluents de rive gauche du Cristillan, qui disséquent le matériel de l'unité de la Font-Sancte.

image sensible au survol et au clic

La situation du sommet de Cugulet, vue de l'est depuis le sommet de la Saume.
FP = faille des Pelouses ; FM = faille de la Mourière ; ØPH = chevauchement de la nappe de Peyre Haute ; ØC = surface basale de l'unité de Cugulet ; NFS = nappe de la Font-Sancte ; U.INF. = unité inférieure du Guil.
Le premier plan est occupé par la puissante masse de "marbres en plaquettes" de la crête de Pra Francès, qui remplit le coeur du synclinal de la Maison-du-Roy (nappe de la Font-Sancte).


Le sommet de Cugulet lui-même se présente comme une klippe* constituée de Trias moyen ; elle est, pour cette raison sans rapports avec celle qui forme le sommet du Pic d'Escreins car cette dernière est formée de Trias supérieur et appartient à la nappe de Peyre Haute. La klippe de Cugulet repose en outre en forte discordance angulaire sur la tranche des bancs, très redressés, du Trias moyen, du carnien argilitique et du Dogger de la nappe de la Font-Sancte.

Tandis que les couches de la nappe de la Font-Sancte ont leur base côté SW et pendent vers le NE, au contraire celles du sommet de Cugulet et de son versant nord (rive droite du ravin de Malefosse) ont leur base du côté NE et pendent d'envion 50° vers le SW.

image sensible au survol et au clic

Détail du versant septentrional du Sommet du Cugulet, vu d'avion depuis l'aplomb des gorges aval du Guil.
Voir le contexte de ce détail (versant sud de la vallée du Guil) à la page "gorges du Guil"
n.FS = nappe de la Font Sancte ; u.C = unité du Cugulet ; n.PH = nappe de Peyre Haute ; n.iG = nappe inférieure du Guil.
Ds = Dogger basal schisteux ; ts = argilites et dolomies carniennes ; tsBr = brèches massives (carniennes) de la semelle de l'unité du Cugulet ; cN+Br = calcaires et brèches de la formation basale du Norien.
ØpH représente seulement la surface par laquelle s'affrontent la nappe de la Font Sancte et celle de Peyre Haute, les successions stratigraphiques de ces deux unités étant disposées de façon antagoniste : c'est l'équivalent, sur cette transversale plus méridionale, de l'"accident du Pansier" du massif de Peyre Eyraute (voir les pages "massif de Peyre Haute" et "Crête de Catinat").


La klippe de Cugulet est en outre séparée des couches de la nappe de la Font-Sancte par une lame d'épaisseur pluri-décamétrique, formée par des brèches qui évoquent tout-à-fait celles connues ailleurs au niveau du Carnien.

image sensible au survol et au clic

Le sommet de Cugulet vu du sud-est, depuis l'arête nord du Pic d'Escreins.
ØC = surface basale de l'unité de Cugulet.


Ce matelas de brèches affleure surtout à flanc du versant NE du sommet de Cugulet, où la bande qu'il dessine traverse en biais la partie haute des ravins de la Réortie. Il est totalement discordant (presque à 90°) par rapport aux bancs (subverticaux) de son substratum mais il semble bien, par contre, être soudé au matériel de la klippe et en constituer la semelle stratigraphique.

image sensible au survol et au clic

Le versant est du sommet de Cugulet, vu du Pas de la Mourière.
N.FS = nappe de la Font-Sancte; ØC = surface basale de l'unité de Cugulet ; brC = brèches carniennes en coussinet à la base de l'unité de Cugulet : elles reposent par une surface indentée sur les dolomies blanches, fortement inclinées vers l'est, de la nappe de la Font-Sancte ; FM = faille de la Mourière (elle est vue presque d'enfilade).


Sur le versant sud-ouest de la crête de Cugulet les couches de la nappe de la Font Sancte ferment la dépression des Prés d'Agnès, en reposant sur le flysch noir et les marbres en plaquettes de l'unité inférieure du Guil (fenêtre d'Escreins). Sur son côté nord-ouest cette dépression est au contraire fermée par les escarpements de la Croix de Combe Chauve, formés de Trias supérieur appartenant à la nappe de Peyre Haute, qui y forment une autre klippe, pratiquement rattachée au corps de cette nappe dans le versant nord-ouest de la montagne de Combe Chauve.
Les deux nappes de la Font Sancte et de Peyre Haute se rejoignent là, en s'affrontant, pour donner une disposition antiforme rompue, tout-à-fait similaire à celle que l'on observe sur le versant opposé (nord) des Gorges du Guil, à altitude comparable, au revers est de la Crête des Ourgières (voir la page "gorges du Guil").

Au delà du large hiatus d'affleurements de la vallée du Guil, il semble donc que la juxtaposition de ces deux nappes est liée de la même manière au jeu d'une faille relativement tardive, l'accident du Pansier-Lauzet, qui se poursuit très loin vers le nord dans les chaînons au nord du Guil.

image sensible au survol et au clic

Le Cugulet et le replat d'alpages des Prés d'Agnès, vus du sud-ouest, depuis le sentier venant d'Escreins.
ØC = surface basale de l'unité de Cugulet ; N.FS = nappe de la Font-Sancte ; N.PH = nappe de Peyre Haute.
Les surfaces de charriage se rebroussent et aucune de ces deux nappes, affrontées par la base de leurs séries stratigraphiques, ne passe par dessus l'autre : leur surface de séparation, sub-verticale, n'est cependant pas une faille tardive post-charriage car elle n'affecte pas l'unité inférieure du Guil.
(perspective conforme à celle du schéma ci-après)


Coupe le long de la crête de Combe Chauve


 

En définitive la structure de ce secteur est encore assez énigmatique : elle rappellerait un peu, par la disposition générale de ses unités à celle observable plus au sud dans le Haut Rif Bel, où l'extrémité orientale de la nappe du Châtelet s'intercale entre celle de Peyre Haute et celle de la Font-Sancte (avec la même discordance de ses assises par rapport à celles de cette dernière qu'au Cugulet). Mais au Cugulet le matériel de la klippe ne peut se raccorder, du côté ouest avec le reste de la nappe du Châtelet, puisqu'elle ne s'engage pas sous la nappe de Peyre Haute. De plus il repose sur un coussin de brèches carniennes, par un contact qui est, selon toutes apparences, de nature stratigraphique et non tectonique ...

Aucune explication vraiment satisfaisante de ce dispositif n'a été proposée : il semble que la meilleure serait d'admettre qu'il soit le résultat de la mise en place, au Carnien, d'un gros olistolite s'appuyant sur la tranche d'un abrupt de faille.


Coupe de l'extrémité méridionale de la fenêtre aval du Guil peu au nord du sommet de Cugulet (débouché aval des gorges du Rif Bel)


aperçu d'ensemble sur le massif d'Escreins
approfondir les vues générales sur la zone briançonnaise méridionale 

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Guillestre, Embrun et Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée des montagnes de Vars et d'Escreins
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Guillestre

Gorges du Guil

Mourière
Val d'Escreins

LOCALITÉS VOISINES

Saume

Escreins

Pic d'Escreins

Vallon des Pelouses
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil HAUTE-UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 13/04/16