Furfande, ravins de Furfande et de Garnier

montagnes de rive droite de la partie médiane de la "Combe du Queyras"

Les alpages de Furfande occupent une dépression suspendue plus de 1000 m au dessus de la vallée du Guil, en rive droite (septentrionale) de la partie médiane de la "Combe du Queyras" (c'est-à-dire des gorges du Guil). Du fait de cette situation et de la raideur des escarpements qui soutiennent cette dépression il est même plus facile de l'atteindre par le nord-est, à partir d'Arvieux, en franchissant le col de Furfande (voir la page "Ratier") .

image sensible au survol et au clic

La partie septentrionale des alpages de Furfande vue du NE, depuis le Pic du Vaccivier (au nord-ouest du col de Furfande).
On voit que le flysch à Helminthoïdes occupe le fond d'un berceau limité du côté ouest par des escarpements au pied desquels s'appuient ses affleurements les plus occidentaux (chalets de Furfande et pied oriental du Pic 2489) ; ces escarpements sont constitués par la couverture jurassico-crétacée de la nappe d'Assan dont les couches sont froissées par des plis à axes NW-SE (presque perpendiculaires au regard de l'observateur) et décollées par la surface de chevauchement mineure de Chalve = ØC (voir en fin de page les implications découlant de ces observations).
f.Fu = faille de Furfande : branche NNW-SSE de la faille N-S de l'Échaillon (cf. pages "Clapouse" et "Clapeyto"). Le tracé de cette cassure est observable à droite des limites du cliché, dans le versant occidental du sommet du Pic du Gazon.
f.Va = faille du Vaccivier (cassure satellite de celle de Furfande, passant entre le Pic du Gazon et le Pic du Vaccivier).

Les abrupts de la rive droite du Guil doivent leur grande hauteur (en moyenne de l'ordre de 800 m.) au fait qu'ils entaillent une série redoublée de couches calcaires du Trias moyen : on y voit en effet superposées presque horizontalement les séries de l'unité de la Font Sancte et celle de l'unité d'Assan ; la première est débarrassée de ses couches post-triasiques, sans doute parce qu'elles ont été raclées (et refoulées vers l'ouest) par l'avancée de la seconde.

image sensible au survol et au clic

Les hautes pentes de rive droite du Guil, entre les ravins de Garnier et de la Lauze, vues du sud depuis les crêtes nord- occidentales des pics d'Assan
u.PH = nappe de Peyre Haute ; u.Cl = unité de la Clapière ; f.H = flysch à Helminthoïdes de Furfande et du Pic des Chalanches. Le terme "anticlinal amont" est inscrit selon l'inclinaison du plan axial du pli.
f.Fn = faille des Fouranes ; f.G = faille (décrochement) de la gorge du Guil.
légende des couleurs des tracés à la page "abréviations du Briançonnais"



La nappe d'Assan voit ses couches triasiques disparaître vers l'ouest en se biseautant contre sa propre surface de chevauchement, en même temps qu'elles dessinent une torsion anticlinale (que l'on pourrait prendre pour un crochon) : on a là un exemple particulièrement illustratif de pli de rampe* marquant le front d'avancée de la tranche rocheuse charriée.

D'autre part, plus à l'ouest, la surface de chevauchement de l'unité d'Assan ne tranche pas la succession jurassico-crétacée de la nappe de la Font-Sancte : en fait elle se prolonge sans doute encore vers l'ouest, par les Girards jusqu'au ravin de la Valette (voir cliché suivant) car on y observe des imbrications des couches du Jurassique. Mais, en ce cas, elle n'y représente plus qu'une surface de décollement et de glissement des couches du Jurassique par rapport à celles du Trias (cela correspond à un palier de chevauchement*).

Dans le lit du torrent de Garnier et, plus à l'ouest, sur l'échine de la montagne de Garnier jusqu'au hameau des Girards, la succession jurassico-crétacée qui affleure "sur le dos" de la succession triasique de l'unité de la Font-Sancte est affectée de replis dysharmoniques* complexes, souvent fermés au point d'être presque isoclinaux : le froissement de ces couches traduit à l'évidence le fait qu'elles ont été refoulées vers l'ouest et écrasées comme par la poussée d'un bulldozer.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de rive droite du Guil, entre ravins de La Valette et de Furfande, vues du sud, depuis le sommet de Cugulet.
u.PH = unité de Peyre Haute, u.FS = unité de la Font-Sancte ; f.Fn = faille des Fouranes.



Cependant, au niveau de leurs couvertures jurassico-crétacées, les deux unités affectant la succession triasique forment un ensemble apparemment unique, où l'on observe pas le redoublement des deux nappes en raison de l'amortissement frontal de la nappe d'Assan : cet ensemble avait été désigné (par J.Debelmas) du nom de "nappe de l'Agnelil - Pategou".
En fait, la formation de ces replis au sein des cette tranche supérieure de la série stratigraphique apparaît indépendante de l'avancée de la nappe d'Assan car nombre de ses plis affectent ces couches bien en arrière du front de charriage du front du corps triasique de cette nappe d'Assan. Cela veut dire que ce plissement est dû à un cisaillement par entrainement sous l'avancée d'une unité encore supérieure.

Les hauts alpages de Furfande occupent un cirque suspendu au dessus des abrupts de la Combe du Queyras. Le changement de relief avec ces derniers correspond à un changement total de nature des roches ; en effet ces alpages ont pour soubassement des alternances de lits de schistes argileux et de bancs de grès dans lesquels on reconnaît la formation du flysch à Helminthoïdes (largement répandue plus à l'ouest dans les montagnes de l'Embrunais) : en dépit de sa position non saillante de ces affleurements ils appartiennent donc à une klippe* détachée par l'érosion de la nappe du Parpaillon.

image sensible au survol et au clic

Le cirque de Furfande, vu du sud-est, depuis le col de Bramousse.
La conque d'alpages, qui coïncide sensiblement avec l'extension des affleurements de flysch à Helminthoïdes, dessine un synclinal ample et assez simple, ce qui contraste avec les plis multiples et serrés des couches jurassiques et crétacées qui affectent crêtes des flancs de la cuvette synclinale.
ØH = surface de charriage du flysch à Helminthoïdes (nappes de l'Embrunais) ; f.Fu = faille de Furfande ; f.F = faille des Fouranes.


Les couches de cette klippe reposent presque directement sur le Jurassique de la nappe d'Assan sous-jacente (avec peu de calcschistes néo-crétacés intercalaires), voire même directement sur le Trias comme on le voit au col de la Lauze. D'autre part le bord occidental de la klippe correspond à un brutal surépaississement des marbres en plaquettes et du Jurassique, lequel se fait par le jeu des plis couchés qui affectent ces couches (voir le cliché ci-dessus) : cette géométrie suggère fortement que leur reploiement est dû à ce que les marbres en plaquettes ont été râclés et accumulés par froissement en avant de l'emplacement actuellemen occupé par la klippe.

 Cette observation porte donc à penser que les replis souples qui affectent le matériel jurassico - crétacé du massif de Peyre Haute sont des plis d'entaînement qui ont été induits par le passage des nappes de flysch de l'Embrunais.

Par ailleurs, du côté est des alpages de Furfande, du col de Furfande à celui de La Lauze (en contrebas sud), le flysch à Helminthoïdes bute contre l'unité de la Clapière (qui forme la crête des Croseras). Cela se fait par l'intermédiaire d'une cassure sub-verticale qui était interprétée comme la surface de chevauchement de la nappe de La Clapière. Il s'avère (voir la page "Croseras") qu'il s'agit de la faille des Fouranes, accident qui recoupe les nappes affectées par le pli rétrodéversé de l'anticlinal amont du Guil. Cela confirme que le jeu de cette faille est bien relativement tardif, puisqu'il est intervenu postérieurement au charriage des nappes de l'Embrunais ...

 



voir la carte structurale du Briançonnais méridional.

Carte géologique simplifiée des montagnes traversées par les gorges du Guil
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Briançon
aperçu général sur la stratigraphie du Briançonnais
aperçu général sur la tectonique du Briançonnais

Chalanches ; Lauzet

Béal Traversier

Fouranes , Clapouse
Crête de Catinat

LOCALITÉS VOISINES

Croseras ; gorges amont

(Guillestre)

Guil : gorges aval

Bramousse
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/16