Bochor, Aiguille de la Vanoise
montagnes au nord-est de Pralognan

Les montagnes du Mont Bochor, qui dominent Pralognan du côté septentrional depuis les pentes de Leschaux jusqu'à la Pointe du Creux Noir représentent les contreforts du massif du Grand Bec. Leurs escarpements, qui tombent sur le vallon de la Glière, correspondent à la marge méridionale du gros bombement à coeur de socle cristallin de la Vanoise septentrionale (voir la page "Grand Bec").

image sensible au survol et au clic

Les montagnes dominant Pralognan du côté septentrional vues du sud-ouest depuis le sommet du Petit Mont-Blanc.
a.B = anticlinal du Bochor ; s.F = synclinal des Fontanettes ; a.M = anticlinal du Moriond (et de l'Aiguille de la Vanoise).
L'alignement d'affleurements de cargneules des basses pentes du Bochor se situe au coeur du synclinal de la Glière : il correspond vraisemblablement à une klippe* de la nappe des gypses (dont le contour a été cernée de tirets roses). D'autres affleurements de cargneules s'observent d'ailleurs, en position analogue, plus haut, au niveau de l'Aiguille de la Vanoise et au col de la Vanoise.

Les pentes du Mont Bochor lui-même, en amont de l'arrivée du téléphérique, se singularisent par la présence d'une sorte de plateau d'alpages, orienté SW - NE et régulièrement incliné vers le sud-ouest, qui est suspendu à mi hauteur du versant au dessus du vallon de la Glière. Garni d'un tapissage de matériel morainique il représente sans doute un fragment résiduel du bord septentrional de la grande auge glaciaire dans laquelle s'évacuaient les glaces de la coupole de la Vanoise au maximum wurmien.

Ce glacis tranche orthogonalement la bande de calcaires du Malm, à pendage sub-vertical ou renversé, qui forme les abrupts de rive droite du vallon de la Glière et il est limité du côté nord-ouest par quelques affleurements de calcaires et dolomies triasiques qui pointent en bordure du profond ravin des Pariettes. Ce dernier le sépare des vastes affleurements de quartzites qui forment les escarpements d'un blanc livide des pentes de sa rive opposée (col de Leschaux). Il est clair que ce tracé de ce ravin a été guidé par le niveau des cargneules, qui s'intercale stratigraphiquement entre les deux car on voit ce dernier affleurer verticalement à son amont oriental (Col Rosset).

image sensible au survol et au clic

Les alpages et les crêtes du Bochor vus du sud-ouest, depuis la butte 2023 supportant l'arrivée du téléphérique
a.B = anticlinal du Bochor ; "s.s" = niveau de schistes sériciteux.

Ce petit alpage suspendu se rétrécit vers l'est et se termine au Col Noir, point d'où part le sentier du col Rosset, qui traverse à flanc les escarpements inférieurs de la Pointe de Creux Noir en montrant bien les rapports entre les termes de cette succession.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est de la Pointe de Creux Noir, vu perpendiculairement au vallon de la Glière depuis les pentes supérieures de La Réchasse.
a.B = anticlinal SW-NE du Bochor : de ce pli on voit surtout les dalles structurales de son flanc SE qui pendent vers l'observateur ; s.V = synclinal NW-SE de la Vuzelle : son plan axial (tirets fins) est enroulé par le pli précédent.

Son tracé s'insinue dans la bande de cargneules qui marque la limite stratigraphique entre les quartzites du Trias inférieur et les formations carbonatées du Trias moyen.

image sensible au survol et au clic

Le col Noir et la vire qui permet de rejoindre le col Rosset, vus de l'est depuis le piton au sud du col Rosset (alt. 2575)
Les couches, ici verticales, appartiennent à la retombée du flanc SE de l'anticlinal du Bochor. L'entaille du sentier montre sur quelques mètres les bancs sommitaux de la formation des quartzites, qui sont ici de teinte violacée (il s'agit d'une ancienne croûte d'altération continentale).

En contrebas sud des escarpements qui soutiennent les alpages du Bochor s'élève régulièrement le vallon de la Glière, qu'emprunte le grand chemin d'accès au col de la Vanoise. Le fond de ce vallon suit le coeur d'une bande de marbres chloriteux crétacés et est encadré par des abrupts (surtout au nord) formés par les marbres clairs du Malm. Ce vallon donc une dépression synclinale, ce qui l'apparente à un val* (mais ce terme est peu adéquat ici car les flancs de cette bande synclinale sont très redressés et en outre accidentés de replis).

image sensible au survol et au clic

Les abrupts du versant nord du vallon de la Glière vus de l'est, depuis le sentier entre le chalet des Gardes et le lac des Vaches.
a.B = anticlinal SW-NE du Bochor ; s.V = synclinal NW-SE de la Vuzelle : ce pli est ouvert vers l'observateur ; son plan axial est enroulé par le pli précédent et son flanc inférieur (couches à l'endroit) est partiellement masqué par le gros piton rocheux d'avant-plan (effet de la perspective en contre-plongée).
Les abrupts inférieurs du col Rosset sont formés de couches à pendage proche de la verticale ; elles sont affectées par un repli qui pince une bande de marbres chloriteux en coeur synclinal.

Ce synclinal des Fontanettes correspond au pli le plus occidental du synclinorium de Pralognan et il est bordé, du côté sud, par deux autres plis, l'anticlinal du Moriond, dont la voûte marque une culmination sur la transversale de l'aiguille de la Vanoise, et le synclinal de l'Arcelin. Les couches de ces trois amples plis, presque droits, sont en outre affectées par de multiples replis de petite taille, ayant un style bien différent de plis couchés très aplatis. Les plis majeurs replissent ces microplis, qui sont donc de formation antérieure et dont la présence a pour effet que les marbres chloriteux affleurent souvent en lanières étroites au flanc des falaises de marbres du Malm.

Les basses pentes du Bochor et du vallon de la Glière sont traversées, à l'ouest des Fontanettes, par un alignement d'affleurements de cargneules : ce dernier correspond vraisemblablement à un lambeau (sorte de klippe*) de la nappe des gypses, pincé au coeur du synclinal des Fontanettes (ce qui montre sans doute que la formation de ce pli est plus tardive que le charriage de cette nappe).

 D'autres affleurements de cargneules s'observent également plus haut, au niveau de l'Aiguille de la Vanoise et au col de la Vanoise. Ils sont partout en position analogue, posés en fond de vallon sur les terrains les plus récents de la série stratigraphique ; c'est-à-dire qu'ils ne jalonnent pas une ligne de dislocation (et notamment pas la surface de chevauchement de la nappe de la Grande Motte) mais celui du fond d'une dépression synclinale tardive que l'érosion a évidée (on peut y voir des témoins de la nappe des gypses qui jalonne par ailleurs, à Pralognan, la "cicatrice de Chavière").

Plus haut, en rive gauche du vallon de la Glière, l'Aiguille de La Vanoise constitue,au pied de la Grande Casse, un relief "parasite" car séparé de cette dernière par le val orienté NW-SE du col de la Vanoise. Ce sommet, hardi mais mineur, est essentiellement armé par les marbres du Malm qui sont ployés par le prolongement NE de l'anticlinal du Moriond. Il se rattache en continuité à l'ensemble de la couverture à succession réduite du massif cristallin de la Vanoise méridionale, mais il s'individualise morphologiquement, à l'est du vallon supérieur de la Glière, par le fait qu'il en est séparé du Moriond par un ensellement synclinal de La Cha, transverse car orienté NW-SE.

En outre on peut noter que ces couches sont elles-même affectées par des replis pincés isoclinaux, à cœurs de marbres chloriteux, orientés SW-NE. De plus les axes de tous ces plis plongent assez fortement vers le SW jusqu'au sommet oriental (2777) de l'Aiguille de la Vanoise.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de la Glière vu de l'ouest, depuis le sentier balcon du Mont Bochor
s.F = synclinal des Fontanettes : déjà évidé par l'érosion, son contenu de marbres chloriteux crétacés est largement masqué par des éboulis du côté nord (gauche) et par des alluvions glaciaires du côté sud (droit).
a.M = anticlinal du Moriond : ce pli subit un ensellement au collet de La Cha mais son axe se redresse vers l'est pour culminer à l'Aiguille de la Vanoise. Ceci est dû à son entrecroisement pae un pli transvers , le synclinal de La Cha (s.C).
(Les étroites bandes de marbres chloriteux à flancs isoclibaux qui sont pincées dans les calcaires du Malm ne peuvent être distinguées à cette distance).

Dans l'interprétation communément admise (voir la page "col de la Vanoise") le charriage supposé de la nappe devrait donc passer au dessus du sommet de l'Aiguille de La Vanoise en empruntant le vallon du col de la Vanoise, qui débouche orthogonalement, du côté occidental, sur le haut vallon de la Glière.

Pourtant, bien peu à l'est du passage du Seuil de l'Ouille et du Lac Long, les marbres chloriteux et le flysch noir qui appartiennent, comme le reste de ce versant, au matériel de la nappe affleurent à moins de 2600, soit nettement en contrebas du sommet de l'Aiguille de la Vanoise. Cette altitude, jointe à la valeur de leur pendage vers le SW, rend décidément tout-à-fait invraisemblable qu'elles aient pu venir le recouvrir en chevauchement et semblent même les conduire à passer en dessous. En fait cette situation correspond au fait qu'elles doivent représenter le coeur d'un synclinal du col de La Vanoise, d'orientation transverse, NW-SE, évidé de ces couches pour donner le vallon des alpages du Col.

Par ailleurs ces couches sont aussi mises à nu dans l'auge rocheuse qu'occupait naguère la langue du Glacier des Grands couloirs. Or, tout en plongeant vers le sud-ouest, elles y dessinent en fait une voûte antiforme crevée vers le haut qui affecte le flanc inverse de l'anticlinal de la Grande Casse et dont l'axe s'aligne précisément avec celui de l'anticlinal formant l'Aiguille de La Vanoise. Il est donc très facile d'y voir la poursuite de ce dernier .

image sensible au survol et au clic

Les abords nord-occidentaux du Col de La Vanoise, vus du col Rosset.
s.F = synclinal des Fontanettes ; a.Mo = anticlinal du Moriond ; s.Ar = synclinal de l'Arpelin ; a.gC = anticlinal de la Grande Casse ; s.C = synclinal de La Cha ; s.cV = synclinal du Col de la Vanoise ; ØRé = chevauchement de la Réchasse.
Les charnières en blanc sont celles des plis NE-SW ; celles des plis transverses NW-SE sont en jaune.

En fait ce vallon du col est déterminé par un synclinal du Col de la Vanoise qui vient là interférer avec celui des Fontanettes en se branchant orthogonalement sur lui (comme le fait plus à l'ouest le synclinal de La Cha : voir plus haut). Contrairement à l'interprétation cpmmunément admise il ne semble pas correspondre au passage d'une surface de chevauchement qui superposerait la nappe (Grande Casse) à son autochtone relatif (Aiguille de la Vanoise).

Le versant tout-à-fait supérieur de rive droite du vallon de la Glière se termine par le versant sud de la crête de la Grande et de la Petite Grière puis des Aiguilles de L'Épéna. On y constate en outre l'amincissement, d'ouest en est (et même la disparition par places) des calcaires et dolomies triasiques. Ceci est attribuable aux effets d'une tectonique extensive locale d'âge jurassique, ce dont témoigne d'ailleurs l'existence d'une faille de La Glière orthogonale aux couches, qui est cachetée par le Jurassique supérieur.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes de la Glière,
vues du sud, depuis les pentes de La Réchasse.
Les couches antérieures au Malm sont décalées par la paléofaille de la Glière (f.G : indiquée en rouge), qui ne décale pas les couches du Malm du pied de falaise (c'est-à-dire les plus hautes de la succession, puisque celle-ci est renversée). Les couches du Malm et du Crétacé supérieur y sont fortement reployées en plis très aplatis de sorte que les marbres chloriteux (cs) y affleurent en lanières étroites.
s.F = synclinal des Fontanettes et du col de la Grande Casse.
En avant-plan l'aiguille de la Vanoise est formée par le Malm de l'anticlinal du Moriond (repli anticlinal du coeur du synclinorium de Pralognan).
ØgM = tracé entièrement masqué sous les glaciers et/ou leurs moraines qui est en définitive le seul envisageable pour la surface de charriage de la nappe de la Grande Motte (voir la page "col de la Vanoise").


 

aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Moûtiers


Carte géologique simplifiée des abords de Pralognan

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


Grand Bec

Glière de Champagny

Grande Casse
Dent de Villard

LOCALITÉS VOISINES

Col de la Vanoise, Réchasse

Dents de Portetta

Pralognan

Grand Marchet
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 12/01/22