Thabor nord-ouest, haute Neuvache
Partie amont des vallons de Bissorte et de la Neuvache

Les hauts vallons parallèles des sources de Bissorte et de la Neuvache s'ouvrent au nord-ouest du Thabor. Séparés l'un de l'autre par le chaînon de Roche Noire ils sont creusés dans le coeur du vaste anticlinorium* de la zone houillère briançonnaise.
image sensible au survol et au clic

Les montagnes entre le Thabor et Valmeinier, vues d'ensemble du NW vue pseudo aérienne d'après une image extraite de "google-earth".
ØT = chevauchement du Thabor ; ac.D = accident des Drayères.
hi-cg = houiller basal conglomératique ("formation de Cristol"); hm-s = houiller moyen oriental ("formation du Chardonnet" : Namurien B - Westphallien A) schisto-gréseux ; hr = houiller occidental schisto-gréseux ( "formation de Tarentaise" : Westphallien - Stéphanien inférieur) (voir la page "stratigraphie") ; h-P = Permo-houiller (assise de Courchevel et de Roche Château) ; Pe = Permien ; tq-V = Trias inférieur (quartzitique) et Permo-Trias (Verrucano) ; tc-d = Trias moyen calcaréo-dolomitique.

Le plus occidental des deux, celui de la Neuvache, est limité du côté méridional par la crête de partage des eaux entre Arc (au nord) et Durance (au sud). Elle court vers l'ouest depuis le col de Valmeinier jusqu'à l'Aiguille Noire des Rochilles en passant par sommet de Roche-Château.

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du Mont Thabor et le vallon amont de la Neuvache, vus de l'ouest, depuis le sommet de Roche-Château.
a.Ch = anticlinal du Chardonnet = voûte du vaste anticlinorium de la zone houillère briançonnaise ; ØT = chevauchement du Thabor = accident plus mineur doté d'une vergence vers l'ouest, antérieur à la formation de l'anticlinal de la zone houillère ; ac.D = accident des Drayères.
hi-cg = houiller basal conglomératique ("formation de Cristol") ; hm-s = houiller moyen oriental ("formation du Chardonnet" : Namurien B - Westphallien A) schisto-gréseux ; hr = houiller supérieur occidental schisto-gréseux ( "formation de Tarentaise" : Westphallien - Stéphanien inférieur) (voir la page "stratigraphie").

Cette crête de Roche Château, comme les vallons de ses deux versants, est essentiellement sculptée dans la puissante masse de grès, schistes pélitiques et conglomérats qui affleurent au cœur de l'anticlinorium de la zone houillère briançonnaise. Par contre ses extrémités occidentale et orientale, au Thabor à l'est et entre Roche Château et les Rochilles à l'ouest, sont formées par les couches plus récentes, permo-triasiques, du sommet de la succession siliceuse de cette zone, qui y affleurent sur les deux flancs de la voûte de l'anticlinorium.

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la crête de partage des eaux entre Isère (Neuvache) et Durance (Clarée), vu du NE depuis le sommet du Mont Thabor (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Widmer).
Sur cette vue plongeante on parvient à distinguer quelques uns des replis affectant les bancs gréseux du Houiller : si ces plis sont visibles ici on le doit en partie à la grosse taille de ces bancs, mais aussi à l'orientation de cette face de la Pointe de Névache, qui est passagèrement presque orthogonale à la direction du regard (cette coupe naturelle tranche toutefois leurs axes en oblique, ce qui exagère d'ailleurs un peu le dessin des charnières).

Du sommet de Roche Château se détache vers le nord la crête du Crey du Quart qui limite jusqu'à Valmeinier le vallon de la Neuvache du côté ouest. Cette dernière crête orientée S-N est à son tour séparée du chaînon de la Sétaz par la vallée de la Neuvachette.

Un trait important de ce secteur est le fait qu'il est traversé sur toute sa longueur par une cassure orientée NNW-SSW, l'accident des Drayères. Il prend naissance du côté sud en haute Clarée aux abords du refuge du même nom (voir la page "Muandes") et son tracé, qui met en contact des formations distinctes bien que d'âge houiller, est jalonné par un chapelet d'amas de quartz qui ont été cartographiés (il a ainsi été suivi vers le nord jusque à la latitude du barrage de Bissorte).

L'interprétation de cet accident est assez énigmatique :
Le fait qu'elle ne semble pas décaler les couches permo-werféniennes à son extrémité sud porte à envisager qu'il puisse s'agir d'une ancienne faille extensive fini-hercynienne, cachetée au Trias inférieur.
Il paraît difficile en tout cas d'y voir un grand chevauchement d'âge alpin (comme celà est admis dans la notice de la feuille Névache de la carte géologique), ne fut ce qu'en raison de son tracé, peu affecté de V topographiques au passage des crêtes et thalwegs, ce qui indique un pendage en prédominance proche de la verticale.
En fait la quasi rectilinéarité de ce tracé semble indiquer qu'il n'a pas été affecté par les effets du plissement et cela porterait à y voir plutôt une cassure relativement récente.

 

 

(page en cours de révision)

aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache

Carte géologique simplifiée des environs du Mont Thabor
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est
plus au sud

Saint Michel de M.

Valmeinier, Bissorte

Crête des Sarrasins
Valloire

LOCALITÉS VOISINES

Thabor versant NE

La Sétaz

(Haute Clarée, Muandes)

(Thabor versant sud)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/11/21