vallon de Plate Lombarde

haut vallon de Fouillouse, entre Brec de Chambeyron et Rochers de Saint-Ours

Le vallon de Plate Lombarde, qui prolonge vers l'amont celui de Fouillouse, est clairement dirigé par la structure tectonique de ce secteur. En effet il suit, en premier lieu, une ondulation synclinale qui affecte la dalle rocheuse de la nappe du Châtelet (voir la coupe en fin de page). L'érosion a creusé le vallon en déblayant assez largement le contenu de cette dépression, formé du flysch noir briançonnais constituant la partie haute de la succession stratigraphique de cette nappe, ainsi que des argilites de la formation basale de la nappe du flysch à Helminthoïdes, qui représentent l'un comme l'autre un matériel relativement tendre.

image agrandissable

La rive droite du vallon de Plate Lombarde, en amont de Fouillouse (pentes de la Couletta et du Brec), vue d'amont, du sud, depuis les pentes du Pra de Balces, au sud du col du Vallonnet (dessin extrait de la publication n° 024).
désigne la surface de chevauchement de la klippe du Brec sur la nappe du Châtelet (Ø5 de la coupe ci-dessus),
On a noté F les multiples cassures (surtout transverses, NE-SW) qui affectent la nappe du Châtelet dans le versant sud de la plate des Génisses (= Plate des Manzes).
consulter la légende générale des abréviations / / en version de grande taille.


Les terrains calcaires sous-jacents, plus résistants, affleurent largement sur le versant nord-oriental du vallon dans les pentes d'alpages que dominent les abrupts du chainon du Brec, où ils arment l'échine d'alpages du Replat des Génisses ("Plate des Manzes" en langage local). Ils s'y montrent affectés d'un assez grand nombre de cassures mineures qui décalent verticalement les couches du Malm et des marbres en plaquettes, seules mises à nu par l'érosion. Elles y dessinent surtout la voûte anticlinale des Passets, qui montre un plongement axial vers le SE, de sorte que ces couches s'abaissent dans cette direction et y affleurent de façon assez capricieuse, essentiellement en dalles structurales coupées de petits abrupts qui correspondent à des cassures mineures.

Aux abords du col du vallonnet, c'est-à-dire au point le plus haut du vallon, là où l'érosion a le moins creusé, ces terrains disparaissent par enfoncement vers le SE et sont couronnés par un chapeau gréseux qui culmine à la Tête de Chalvet. Ils n'appartient pas à la succession de la nappe du Châtelet mais représente une klippe* de la nappe de flysch à Helminthoïdes (qui possède là un faciès surtout gréseux).

image sensible au survol et au clic

La partie haute du vallon de Plate-Lombarde (versant nord-oriental), vue du nord-ouest, depuis le ravin des Baumes, au pied des Rochers de Saint-Ours.
ØB = surface de chevauchement de l'unité ("digitation") du Brec ; a.P = anticlinal des Passets ; ØH = surface de chevauchement des nappes de flysch de l'Embrunais (c'est également un témoin de cette nappe  qui constitue, au sud du col de Stroppia, la crête septentrionale de la Rocca Blanca.
(fH = flysch à Helminthoïdes).


La structure de ce vallon est surtout dominée par la présence d'une très grande faille qui détermine les puissants escarpements de sa rive gauche (sud-occidentale). Cette "faille du Ruburent", orientée NW-SE, surélève brutalement le matériel briançonnais de la nappe du Châtelet par rapport au flysch à Helminthoïdes de la Tête de Chalvet.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de Plate Lombarde, vu presque d'enfilade, du nord-ouest, depuis les pentes dominant le village de Fouillouse (sentier des lacs de Chambeyron, vers 2300 m).
f.R (en rouge) = faille du Ruburent ; ØH (en vert acide) = surface de chevauchement des flyschs à Helminthoïdes (elle est décalée verticalement de près de 800 m par la faille du Ruburent) ; f.C = faille de la Courbe (faille tardive, à rejet sans doute décrochant sénestre, car elle décale dans ce sens la faille du Ruburent).
fn (olist) = flysch noir briançonnais et schistes de l'unité de Serenne, mélangés en un olistostrome*.


À la faveur de son rejet vertical, qui est proche de 1000 m, elle détermine la mise au jour d'une belle section verticale de la succession stratigraphique des Rochers de Saint-Ours.

image sensible au survol et au clic

Le versant est des Rochers de Saint-Ours vu du nord, depuis la Pointe de Chauvet (3320).
Le fond du vallon de Plate Lombarde (prolongement amont de celui de Fouillouse) est masqué derrière les bosses de la Plate des Génisses et de la Tête Viturière.
f.R = faille du Ruburent ; ØH = surface de chevauchement de nappes de flyschs à Helminthoïdes (elle est décalée verticalement de plus de 800 m par la faille du Ruburent) ; f.C = faille transversale de la Courbe (faille tardive, à rejet sans doute décrochant sénestre, car elle décale dans ce sens la faille du Ruburent) ; f.E = faille transversale de l'Eyssilloun (elle décale ØH avec un fort rejet vertical).
Explications complémentaires à la page "Rochers de Saint-Ours".


Cette faille du Ruburent est visiblement une cassure majeure, par son rejet mais aussi par le fait qu'on la suit longuement et sans difficulté en direction du sud-est, par le vallon du Pinet puis celui du Rouchouse, jusque aux lacs du Ruburent.

A ce dernier endroit elle s'amortit progressivement, mais se connecte du côté SW, par des branches orientées plus N-S, au faisceau des cassures satellites de la faille de Bersezio, qui pénètre avec un rejet dextre jusque dans le socle cristallin de l'Argentera.

En direction du nord-ouest on perd cependant son tracé au nord du village de Fouillouse (voir la dicussion à ce sujet, page "Fouillouse")

Coupe SW-NE, transversale au vallon de Fouillouse au niveau de Plate Lombarde (vu d'amont :le sud-ouest est à gauche) ; extrait de la publication n° 024 (retouché).
FR = faille du Ruburent, F = faille du Pinet, Ø5 = chevauchement de la nappe du Châtelet , Ø'5 = chevauchement de la klippe du Brec. ; ? = situation approximative, au sein des marbres en plaquettes, de la surface tectonique séparant l'unité des Aiguilles de Chambeyron de la nappe de Sautron (cette dernière correspondant au bord inférieur droit de la coupe).



consulter l'aperçu structural général sur la zone briançonnaise méridionale
consulter l'aperçu d'ensemble sur les montagnes au sud-est de la Haute Ubaye


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée du massif de Chambeyron
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Fouillouse

lacs de Chambeyron

Brec de Chambeyron
col de Mirandol

LOCALITÉS VOISINES

Rocca Blanca

Rochers de Saint-Ours

La Viraysse

La Meyna
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 13/04/16