Le chaînon Meije - Rateau

versant septentrional

La Meije n'est, avec ses 3982 m, que le second sommet du massif des Écrins par l'altitude, mais il en est le plus emblématique, tant par sa silhouette que par sa place dans l'histoire de l'alpinisme.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon de la Meije, face nord vu du nord - nord-est, depuis les ruines de Puy Granier.
Sur ce cliché les traits essentiels de la structure sont seuls indiqués.
ØM = chevauchement de la Meije : on voit qu'il se perd, à son extrémité gauche, dans les schistes jurassiques du synclinal de Chal Vachère. Ce chevauchement n'est pas vu ici dans l'axe de son plan de fracture (dont l'azimut est proche de N50) mais selon une orientation néanmoins suffisamment proche pour que son tracé, en face nord du chaînon, apparaisse en totalité.
f.B = faille du torrent de la Béous = abrupt oriental du bloc d'En-Paris, au Jurassique.
voir le schéma interprétatif en fin de page

 La Meije, le Pic Gaspard et le Rateau
aspect d'enfilade du chaînon et de ses faces nord
vu d'avion, de l'ouest, depuis l'aplomb du glacier du Mont-de-Lans.

La très haute face nord du chaînon de la Meije (2500 mètres de dénivelée entre La Grave et le sommet) est barrée en diagonale par une bande de schistes argileux jurassiques qui y sépare deux masses de roches cristallines. Ceci est dû à ce que le bloc cristallin d'En-Paris, dont la voûte s'élève régulièrement vers le sud (depuis la rive gauche vers la rive droite de la Romanche), selon une pente de l'ordre de 20 %, est brusquement surhaussé (d'au moins 1000 m), dans la face nord du chaînon de la Meije, par une faille inverse, appelée chevauchement de la Meije. Cette cassure se termine vers le NE dans une bande de plus en plus épanouie de couverture sédimentaire, le synclinal couché de Chal Vachère, qui est en partie vidé de son contenu sédimentaire par l'érosion qui y a ouvert les vallons de la Meije : il s'agit en réalité d'un pli-faille à cœur de socle cristallin (voir à ce sujet la page "chevauchements").

image sensible au survol et au clic

La rive gauche de la Romanche et le chaînon de la Meije vus du col du Souchet (plateau d'En-Paris)
Le cours de la Romanche n'est pas visible, car situé très en contrebas, au fond de sa gorge, derrière l'épaulement du plateau d'En-Paris.
La surface de la pénéplaine anté-triasique (tirets rouges) s'élève régulièrement, sur la voûte (plongeant vers le nord) du bloc d'En-Paris, jusqu'au lac de Puy Vachier ; un lambeau en est encore conservé, plus haut, au col des Ruillans.
ØM = chevauchement de la Meije : il passe dans un vallon en arrière de la crête du Peyrou d'amont et se perd, à l'extrémité gauche du cliché, dans les schistes jurassiques du synclinal de Chal Vachère, qui s'enfonce profondément derrière l'échine de Puy Vachier. Noter la déformation par plissement du cristallin chevauchant (il s'agit sans doute d'un crochon* dû au chevauchement).
voir le schéma interprétatif ci-après

D'est en ouest le tracé du chevauchement de la Meije traverse le versant en oblique, depuis Villar-d'Arêne jusqu'au col des Ruillans (au NW du Rateau), puis traverse le plateau du glacier de la Girose pour aboutir sur la crête au col de la Lauze et, de là, plonger vers le refuge de la Selle. Cela correspond à une surface de cassure qui pend vers le SE. En cela il ressemble fortement au chevauchement du Combeynot, ce qui suggère qu'il soit anté-nummulitique, comme ce dernier).
Son effet le plus visible est de remonter jusqu'au jour le granite (masqué au nord-est de la Meije, sous la chape des gneiss) dans les faces nord de la Meije et du Rateau. Mais il est à noter que la lèvre supérieure (chevauchante) de cet accident est ployée en un crochon anticlinal d'axe E-W, que décrit aussi bien l'interface cristallin - sédimentaire que la limite granite - gneiss. C'est à la faveur de ce pli que l'on trouve, collé sur le bord du cristallin chevauchant (notamment dans les abrupts que surplombe le glacier du Tabuchet), une frange de Trias, de Lias calcaire, puis de calcschistes toarciens, en couches subverticales à renversées (elles représentent le flanc nord du pli au niveau de la couverture).

Il faut souligner que le chevauchement de la Meije à un azimut proche de E-W et un mouvement chevauchant à vergence* nord, ce qui est bien différent des caractéristiques de chevauchements à tracé N-S et à vergence W-SW que l'on rencontre plus à l'est dans les unités tectoniques plus internes. Il ne saurait donc être assimilé à ces derniers.

Il s'agit en fait du représentant le plus marquant (et le plus interne) d'une famille d'accidents de socle (comportant en particulier aussi celui du Taillefer) qui sont caractérisés par leur azimuth proche de E-W et leur vergence nord et chez qui l'on observe en outre que la flèche du chevauchement s'accroît d'ouest en est et s'annule au bord occidental du bloc de socle concerné (ici dans le secteur de saint-Christophe-en-Oisans).
Ce type d'accident n'est représenté, dans les massifs cristallins, que sur cette transversale de la chaîne, et il faut remarquer que c'est précisément celle où l'arc alpin décrit son inflexion maximale. Ces particularités portent à y voir des cassures générées par la torsion azimutale qui a affecté à cette latitude les blocs de socle qui, plus au nord, s'allongent selon la direction SW-NE : leur jeu pivotant aurait en effet absorbé le raccourcissement à l'intrados impliqué par cette torsion anti-horaire des crêtes des blocs de socle (voir la page "Arc alpin"). Le chevauchement de la Meije serait en définitive la plus importante de ces cassures, et cela en raison de la position qu'elle occupe, au cœur même de la zone de flexion des massifs cristallins externes..


image sensible au survol et au clic

L'extrémité nord-orientale du chaînon de la Meije vue du nord, depuis les abords du village des Hières.

s.CV = synclinal de Chal Vachère ; ØM = chevauchement de la Meije; s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique.
Les V blancs indiquent une zone de glissement de terrain à matériel essentiellement aalénien.
On remarque les nombreux replis qui affectent les terrains sédimentaires du synclinal de Chal Vachère : En premier plan la rive gauche du torrent du Maurian montre aussi une charnière anticlinale : elle affecte le Toarcien qui est traversé, plus en arrière, par la N.91 dans le tunnel des Ardoisières.
Noter le pli couché déversé vers le nord qui affecte le cristallin chevauchant de la Meije : on a affaire ici, en réalité, à un pli-faille à cœur de socle cristallin.

Contrairement à ce que laisserait aisément croire l'examen à distance depuis les environs de La Grave le tracé du chevauchement à l'est du ravin de Chal Vachère (vers la gauche du cliché ci-dessus) ne suit pas la limite socle - couverture. Bien que cette limite soit là le trait structural le plus facile à repérer au pied des abrupts du Tabuchet ce tracé ne correspond pourtant qu'à un contact stratigraphique renversé, parfaitement jalonné d'affleurements de Trias (même s'ils sont peu visibles à distance ...).


Coupe le long de l'arête de La Côte Longue, au NE du glacier du Tabuchet (voir localisation sur le cliché précédent).
Le relevé de détail montre une succession renversée, sans aucun accident tectonique, en amont du point coté 1806. C'est à ce dernier niveau que le redoublement de la série suggère que puisse passer le prolongement, dans la couverture sédimentaire, du chevauchement de la Meije (tracé noté ØM ?).


La surface de chevauchement se perd au contraire dans les schistes aaléniens luisants, spectaculairement contournés, qui forment le coeur du synclinal de Chal Vachère. Au delà, la question de son éventuel prolongement vers le NE sera examinée à propos du secteur compris entre La Grave et Villar-d'Arêne.

Plus bas dans les pentes on peut d'autre part remarquer que la bande de schistes jurassiques que recouvre le chevauchement de la Meije se rétrécit brutalement à l'ouest (à droite) du ravin de Chal-Vachère (torrent de la Béous) : cela est dû à ce que l'interface socle-couverture y est brutalement rehaussée par une faille N-S, pour former l'échine de Puy Vachier. Cette faille du torrent de La Béous met en contact direct l'Aalénien du cœur du synclinal de Chal Vachère, qui se rattache au remplissage de l'hémigraben d'Arsine, contre le socle cristallin de l'échine du Peyrou et de Puy Vachier, qui appartient à la voûte du bloc d'En-Paris : il s'agit donc de la paléo-cassure jurassique qui limite ce bloc du côté oriental, c'est-à-dire d'un accident bien antérieur au chevauchement de la Meije et qui s'enfonce vers le sud, masqué sous ce dernier.


version plus grande de cette image
Tectonogramme des environs de La Grave - La Meije
schéma destiné à montrer les relations entre les trois types de structures intervenant dans le dispositif tectonique.

-1 - f.B = faille de la Béous (délimitant le bloc d'En-Paris par rapport à l'hémigraben d'Arsine) : tectonique extensive jurassique ;
-2 - ØM = chevauchement de la Meije : tectonique compressive à vergence nord. Les replis du synclinal de Chal-Vachère, qui lui sont associés, sont dessinés de façon tout-à-fait symbolique ; au dessus du chevauchement le socle cristallin dessine un pli couché qui représente sans doute le crochon* induit par le chevauchement.
-3 - ØH = chevauchement des Hières : tectonique compressive à vergence ouest, post-nummulitique (formation des "écailles ultradauphinoises"). On n'a pas cherché a respecter la position précise de la surface de chevauchement par rapport à celle du chevauchement de la Meije, mais seulement à montrer leur différence d'attitude dans l'espace.


Enfin on a vu que le chevauchement de la Meije ne se contente pas de fonctionner en faille inverse mais s'accompagne d'une ample torsion anticlinale du socle dans son compartiment chevauchant. L'interface socle - couverture décrit ainsi une sorte de pli-faille qui est finalement à peine rompu par le chevauchement, de sorte que le rejet affectant l'interface socle-couverture est moindre que celui affectant le socle profond. Cela a aussi pour corollaire que la dénivellation entre la voûte du socle du compartiment chevauchant et celle du compartiment chevauché est plus importante que le rejet affectant la surface du socle le long du tracé du chevauchement (fig. ci-dessus).

Cette disposition répond assez bien au schéma des plis de rampe, car le pendage de la cassure semble effectivement s'accroître fortement si on la suit sur le versant sud du chaînon, dans le vallon de la Selle et dans la face nord de l'Aiguille du Plat de la Selle (où elle pénêtre profondément dans le socle) : cela correspond bien au schéma du passage entre un palier à l'interface socle - couverture et une rampe dans le socle.

aperçu d'ensemble sur la vallée de la Haute Romanche



carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille La Grave

En Paris oriental

nord de La Grave

Trois Évéchés
Deux-Alpes

LOCALITÉS VOISINES

Villar d'Arène

Soreiller

Meije versant sud

Arsine
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Oisans

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16