chaînon du Taillefer : versant nord

escarpements septentrionaux, dominant les plateaux du Poursollet et du lac Fourchu

Les sommets du chaînon du Taillefer (Pyramide, Rocher Culasson), s'alignent au faîte d'une longue barrière, orientée E-W, formée d'abrupts hauts de plus de 500 m, dont l'extrémité occidentale (crête de Brouffier) domine le plateau boisé du Lac du Poursollet. Ils tombent, du côté nord, sur le haut plateau dénudé à végétation et relief de toundra qui s'étend au pied sud-occidental du Grand Galbert et porte une multitude de lacs petits lacs.

image sensible au survol et au clic

Les abrupts septentrionaux du Taillefer et le plateau des Lacs du Galbert, vus d'avion du Nord.
ØT = faille de chevauchement du Taillefer ; f.B = faille de La Barrière, s.pa = fragments de la surface de la pénéplaine anté-triasique.


La surface de ce plateau méridional du Galbert correspond pratiquement à celle de la pénéplaine anté-triasique car elle est garnie d'un semis d'affleurements triasiques, parfois minuscules, qui représentent les restes de sa couverture sédimentaire que l'érosion a presque complètement décapée.

image sensible au survol et au clic

Le plateau des lacs et les abrupts septentrionaux du Taillefer vus de l'ouest, d'avion, de l'aplomb de Séchilienne
(clichés tirés du site de Michel CAPLAIN, http://geo.hmg.inpg.fr/mto/jpegs/).
Les principaux affleurements de Trias sont marqués de rouge. Ils jalonnent la surface de la pénéplaine anté-triasique, qui est dénivelée par deux failles orthogonales :
ØT = faille de chevauchement du Taillefer ; f.B = faille de La Barrière (prolongement méridional de la faille des Lessines) et son prolongement hypothétique entre sommet du Taillefer et Rocher Culasson.


Or on retrouve la surface de cette pénéplaine, à l'état de fragments toujours presque horizontaux, 700 m plus haut, sur les crêtes du Taillefer : cela résulte à l'évidence du jeu d'une importante faille.

On a d'abord cru que cette faille du Taillefer était une cassure extensive, fortement inclinée vers le nord, dont le miroir aurait été mis à nu par l'érosion en formant les faces rocheuses fortement inclinées que dessinent les abrupts nord des différents sommets du Taillefer (spécialement celles de la face nord du Rocher Culasson et des Rochères).

En fait mes recherches pour en suivre le tracé m'ont montré que cette morphologie est trompeuse. En effet il s'avère que ce tracé est bien orienté est-ouest et qu'il suit assez exactement le pied des escarpements en versant sud du sillon de la Jasse. Mais l'examen des portions de miroirs de failles montre qu'il s'agit en réalité d'une faille inverse dont la surface de cassure s'enfonce vers le sud, sous le Taillefer. On doit donc parler d'un chevauchement du Taillefer, qui fait chevaucher ce dernier vers le nord.
On en suit en outre la trace jusque dans le revers est de la montagne (au dessus d'Ornon), où elle est jalonnée par les affleurements triasiques du Clot de l'Homme (non observables auparavant car masqués sous un névé persistant).

image sensible au survol et au clic

La face nord du Taillefer vue du nord-est, depuis les environs du chalet communal du Carrelet (Oulles)
ØT = faille de chevauchement du Taillefer
Les pentes herbeuses de premier plan sont constituées par la pénéplaine anté-triasique, qui s'enfonce doucement vers le sud et porte des lambeaux résiduels de dolomies triasiques (ceux-ci affleurent plus largement dans le secteur de la Basse Montagne).



Détail du ravin du Clôt de l'Homme vu du NE, depuis le col de la Buffe (Oulles)
Ø = faille de chevauchement du Taillefer.

Du côté est du chaînon, sur le versant ouest de la vallée d'Ornon, la faille du Taillefer détermine, à la latitude du village du Guillard, un décalage sénestre de quelques centaines de mètres du tracé de la faille du col d' Ornon : cela prouve au moins sa postériorité par rapport à cet accident majeur (dont l'âge est jurassique).

image sensible au survol et au clic

La retombée orientale du chaînon du Taillefer vue de l'est, depuis le sommet de Prégentil.
f.cO = faille du col d'Ornon ; ØT = chevauchement du Taillefer (f.s = surface de cassure secondaire) ; f.E = faille de l'Echaillon (voir la page "Grand Galbert") ; cr. = lame de cristallin (amphibolites) interstratifiée, en olistolite, dans le Toarcien et coiffant la faille du col d'Ornon dans les pentes qui s'élèvent vers la droite (vers le nord) : sa surface de glissement est figurée en tirets pourpres : voir à ce sujet la page "Ornon".
td = dolomies triasiques ; qz = filon de quartz d'épaisseur pluri-métrique soulignant la faille f.s dans le flanc sud-est de la bosse cotée 1827.

À l'opposé, du côté ouest on perd le tracé de la faille du Taillefer dans les pentes dominant le lac du Poursollet, où l'abrupt qu'elle déterminait perd progressivement de sa hauteur d'est en ouest (voir la page "La Morte").

Concernant l'interprétation de cette cassure et de celle, similaire, de l'Armet on peut se reporter à la vue d'ensemble de ce massif et plus précisément aux paragraphes consacrés à leur formation.

pour plus de détails sur le chevauchement du Taillefer se reporter à la publication187
Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le chaînon du Taillefer

 


Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Vizille


Carte géologique simplifiée des environs du Taillefer et de l'Armet
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



(Romanche)

Lac Fourchu ; La Jasse

(Oulles)
(Chamrousse)

LOCALITÉS VOISINES

(Ornon)

La Morte

Taillefer sud

(col d' Ornon)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/06/16