La Mure

l'agglomération principale de la Matheysine

La ville de La Mure (5000 habitants) est la capitale de la Matheysine. Elle se fait remarquer par son entrecroisement de rues NE-SW presque horizontales avec d'autres fortement pentées vers le SE. Cela est dû à ce qu'elle est installée au sommet d'une déclivité qui constitue le rebord méridional du plateau de la Matheysine. Ces pentes, qui s'abaissent doucement jusqu'à dominer les gorges du cours de la Bonne en amont de son confluent avec le Drac, sont uniformément garnies d'alluvions quaternaires ; elles sont bordées à l'ouest par l'extrémité méridionale des reliefs rocheux du "Dôme de la Mure" (voir la page "Signaraux") qui s'interromptent à la latitude de Prunières.

image sensible au survol et au clic

Le site de La Mure vu d'avion, du nord-est, depuis l'aplomb de Nantes en Ratier.
On a indiqué en bleu le tracé des deux arcs morainiques les plus externes qui ont été abandonnés, au wurmien, par l'extrémité de la langue glaciaire de la Bonne (laquelle arrivait par l'angle inférieur gauche du cliché).
a.SJ = anticlinal de Saint-Jean-d'Hérans (enveloppe, au niveau du Jurassique moyen, des ondulations du Lias du Dôme de La Mure) ; a.m.B = accident du Mont Cimon et de Nantison (prolongement le plus méridional observable de l'accident médian de Belledonne) ; s.M = synclinal dessiné par le Jurassique moyen, au plus creux de l'hémigraben de la Matheysine.

Les alluvions les plus basses, donc les plus anciennes, qui reposent sur le bedrock du fond de vallée sont indurées en poudingues, sont considérées comme des dépôts de progression glaciaire datant du début de l'époque de Würm. Elles ont été recouvertes, à l'époque du maximum d'extension de cette glaciation, par une langue glaciaire qui descendait de vallée de la Bonne jusqu'à 2 kilomètres en aval du confluent Drac-Bonne.

L'agglomération elle-même s'appuie du côté nord sur le bord interne de la moraine latérale abandonnée par cette langue glaciaire (site du "calvaire"). En contrebas sud-est les terrasses anciennes ont été recouvertes par un tapis de matériel pendant le retrait de cette langue de glace.

Le quaternaire des abords septentrionaux de La Mure, vu de l'est depuis le Haut Siévoz.
La crête morainique masque le Marais de La Mure, dans lequel débouche le vallon de Nantison (la structure du versant montagneux en arrière-plan est analysée plus bas dans cette page).

Au nord de la moraine du calvaire s'étend une zone plate et marécageuse, le Marais de la Mure, actuellement colonisée par les implantations industrielles. Elle résulte du comblement d'un lac qui s'étendait, au maximum de Würm, entre le front de la langue du glacier de la Bonne et celui de la langue issue du glacier de la Romanche (qui a creusé les lacs de Laffrey) et il était donc alimenté par des eaux provenant de ces deux langues. Son trop-plein ne pouvait s'écouler qu' en s'échappant par le col de la Festinière puis en empruntant la vallée d'Aveillans, au creusement de laquelle il a fortement contribué.


Coupe d'ensemble du plateau matheysin
Cette coupe est orientée en sens opposé du cliché ci-dessus.
(N.B. une erreur de la légende originelle a été retouchée).

voir la carte d'ensemble des dépôts quaternaires de la Matheysine

image sensible au survol et au clic

Le site de La Mure, devant l'enfilade de la Matheysine. vus du sud depuis l'échine sommitale du Châtel (promontoire nord du Dévoluy)
La trouée du col de la Festinière sépare les buttes du Cimon (en avant) et de la Pierre Percée (en arrière).
amB = prolongement méridional de l'accident médian de Belledonne ; s.M = synclinal de la Matheysine.
mW3 = moraine du Würm III ; mW2 = moraine du Würm II ; all.fl-gl. = alluvions fluvio-glaciaires colmatant l'ombilic glaciaire du confluent Bonne - Drac ; cgb = conglomérats basaux de ces alluvions, sous lesquels affleure le bedrock. Ce dernier est constitué de Terres Noires au cœur du synclinal (à gauche du mot "La Bonne") et de terrains de plus en plus anciens tant vers l'amont (Roizon) que vers l'aval (Cognet).

Le soubassement des alluvions quaternaires, très largement masqué, affleure dans la gorge de la Bonne, en contrebas des ressauts rocheux dessinés par les bancs de poudingues de base (alluvions "anciennes" wurmiennes). Il est constitué par les couches argilo-calcaires sombres du Jurassique moyen (Aalénien et surtout Bajocien, ici très épais, comme dans les environs de Grenoble). Ces couches dessinent un vaste pli N-S, très ouvert, à axe plongeant doucement vers le sud, le synclinal de la Matheysine. Ce dernier est suivi du côté ouest par un anticlinal de Saint-Jean d'Hérans, de même ampleur, au cœur duquel réapparaissent, à la latitude de la Mure, les couches liasiques, triasiques et même houillères (voir la page "Cognet") .

 Le synclinal de la Matheysine est un accident d'importance régionale. En effet il se prolonge au sud du confluent du Drac et de la Bonne en constituant le berceau dans lequel se logent les couches du Jurassique supérieur puis du Crétacé inférieur du soubassement du chaînon de l'Obiou (Le Châtel), entre les deux zones anticlinales du Trièves à l'ouest et du Beaumont à l'est. C'est aussi lui qui est représenté, plus au sud encore, par le grand synclinal de Saint-Disdier - Agnières, dans lequel s'ouvre la dépression occidentale du Dévoluy.

À l'est de La Mure (Commune de Sousville, Roizon) se développe en contrebas de la moraine WII un vaste espace peu déclive qu'entaille le ruisseau de la Nantette (la N.85 le contourne par le sud avant de passer en rive gauche de la Bonne en passant par le Pont Haut). L'analyse de l'organisation et la nature des dépôts quaternaires qui le constituent montre qu'ils représentent le remplissage d'une dépression lacustre libérée par le retrait de la glace : elle a finalement été comblée par des apports plus grossiers amenés à l'occasion d'une crue plus récente (épisode du Würm III) dont la moraine, médiocrement dessinée, culmine à 834 m (maison Carron au SW de La Faurie), c'est-à-dire plus de 100 m en contrebas de celle du Würm II.


version plus grande de cette figure
Coupe le long du Ruisseau de la Nantette (extrait de G. MONJUVENT, 1978, fig.122, p.237, légende retouchée)
Il s'agit du grand ravin, entre La Mure et Roizon, à la partie basse duquel on voit des Demoiselles coiffées, depuis le Pont Haut de la N.85.
Les dépôts quaternaires, décrits ci-après de haut en bas, sont numérotés dans l'ordre d'ancienneté décroissante :
7 = terrasses glacio-lacustres du comblement de l'ombilic de Roizon, appuyées contre 6 = matériel glaciaire argileux déposé lors de la recrue glaciaire du Würm III).
5 = dépôts du comblement du lac de l'ombilic de La Mure, libéré par le retrait de la langue glaciaire du maximum d'extension (Würm II de retrait) : terrasses fluviatiles de fin de comblement du lac surmontant des argiles et sables fins lacustres
4 et 3 = alluvions glaciaires (maximum du Würm II) : 4 = matériel de fond argileux, dans lequel sont sculptées les cheminées de fées ; 3 vallum morainique du calvaire de La Mure.
2 = cailloutis de progression glaciaire (Würm I) ; 1 = cailloutis probablement rissiens.


voir le contexte plus large de cette morphologie quaternaire à la page "Drac : quaternaire"

voir l'aperçu général sur la Matheysine


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles La Mure et La Chapelle-en-Vercors


Carte géologique simplifiée,
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074


Signaraux

Pierre Châtel

Tabor
Sénépy

LOCALITÉS VOISINES

Roizonne

Mens ; Oriol

Cognet

Bonne-Drac
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil générale du
site
Dernières retouches apportées à cette page le 13/08/17