Pic de Jallouvre, Col de la Colombière

la partie méridionale du chaînon du Bargy

Le Pic de Jallouvre (2408 m.) constitue l'extrémité méridionale du chaînon du Bargy. Son soubassement méridional est tranché par les escarpement de la rive droite de la vallée du Borne au niveau d'Entremont : vus d'avion ou depuis les crêtes de rive gauche ceux-ci en donnent une coupe naturelle assez spectaculaire et qui présente le grand intérêt d'offrir une coupe assez profonde pour voir comment ce pli prend sa place dans l'édifice d'ensemble de cette transversale du massif (voir la page "Entremont").

image sensible au survol et au clic

L'arête sud-ouest du Jallouvre et les alpages de Lessy, vus du sud-ouest, depuis le sommet de l'Aiguille Verte.
a.L = anticlinal de Leschaux ; s.C = synclinal de Cenise ; a.B = anticlinal du Bargy ; f.B = faille du Buclon.
On remarque l'épaisseur et la résistance à l'érosion des calcaires argilo-siliceux de l'Hauterivien, qui forment l'arête dominant la dépression de Lessy.
Le verrou qui retient le lac de Lessy est armé par les alternances de calcaires et de marnes du Valanginien supérieur, qui forment, au coeur de l'anticlinal du Bargy, un petit mont dérivé*.
L'aspect tronqué, en chanfrein, du crêt* d'Urgonien du sommet du Jallouvre évoque les profils analogues que présentent divers sommets des massifs subalpins septentrionaux et qui sont des traces résiduelles d'un aplanissement précoce du relief.
(comparer ce paysage avec la coupe de fin de page).


Le sommet du Jallouvre et son versant oriental sont formés par l'Urgonien du flanc oriental de l'anticlinal du Bargy, mais ce dernier est totalement décapé sur son arête sud-est, qui est sculptée dans les calcaires argilo-siliceux de l'Hauterivien. Ces mêmes couches sont entaillées sur son versant nord-ouest où l'érosion a décapité la voûte de l'anticlinal du Bargy, contrairement à ce qui se passe plus au nord dans ce chaînon (voir la page "Bargy") . Au sud-ouest du sommet l'érosion a même atteint, au cœur du pli, les niveaux plus marneux du Valanginien, qu'elle a évidé en une combe suspendue et dont la médiocre perméabilité a permis de retenir les eaux du Lac de Lessy. Cependant l'Urgonien réapparaît brièvement sur la crête au petit sommet du Buclon, ceci à la faveur d'une cassure transversale (NW-SE) dont la lèvre sud est abaissée.

Le crêt urgonien du Jallouvre se poursuit vers le NE en formant, de façon d'ailleurs discontinue, la crête du chaînon jusqu'au Bargy, où il rejoint l'urgonien du flanc NW du pli en dessinant sa voûte.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Bargy sur la transversale du col de Cenise, vu d'avion, de l'ouest, en biais par rapport aux axes de plis.
a.B = anticlinal du Bargy ; d.GB = décrochement du Grand Bargy (il passe au sud du sommet)

Le revers SE de ce crêt est formé par de grands panneaux de dalles structurales que l'érosion à fragmentés, en dénudant par places l'Hauterivienet notamment en y évidant le petit cirque du Lac de Peyre.

  image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est du chaînon Jallouvre-Bargy vu d'avion, du sud.
ØM = surface de chevauchement de la nappe des Médianes (base de la klippe des Annes).
Le flanc sud de l'anticlinal du Bargy est sectionné par un certain nombre de failles : f.C = faille de la Colombière ; f.A = faille d'Auferrand (ces deux cassures sont tardives car elles recoupent la surface de chevauchement de la nappe) ; f.J = faille du Jallouvre (faille mineure, à faible rejet) ; d.B = décrochement du Buclon (il semble recoupé par la faille de la Colombière et serait donc antérieur)..
Voir la suite du paysage vers la droite à la page "Almet".

La fragmentation de cette dalle urgonienne a été facilitée et sans doute initiée par le jeu d'une succession de failles transversales au chaînon qui le décalent dans le sens sénestre (compartiment NE décalé vers le NW).

image sensible au survol et au clic  
Le versant sud-oriental des crêtes du Jallouvre, vu d'avion, de l'est.
La dalle rocheuse du flanc sud-oriental de l'anticlinal du Bargy est découpée par des failles de deux familles orthogonales :
- failles extensives d'orientation longitudinale (NE-SW) telles celle, mineure, du sommet du Jallouvre (f.J) et celle des pentes supérieures de la Colombière (f.sC), à fort rejet d'abaissement de son compartiment aval (c'est apparemment une cassure satellite de la faille principale f.C) ; les failles majeures de la Colombière (f.C) et d'Auferrand (f.A) limitent le couloir de flysch marneux nummulitique du Col de la Colombière, qui sépare la klippe des Annes de l'Autochtone.
- les failles transversales (NW-SE), à rejet sans doute décrochant) : faille du Buclon (f.B), faille du col du Rasoir (f.R) et faille des chalets de la Colombière (f.cC).
C'est en profitant de la rencontre de cette dernière avec la faille supérieure de la Colombière (dont le compartiment amont est surélevé) que le sentier du lac de Peyre parvient à atteindre les pentes d'alpage supérieures en n'ayant à franchir qu'une faible épaisseur de calcaires urgoniens.

Par places la dalle urgonienne a même été déblayée par l'érosion jusque sur la crête du chaînon, d'une part sur une faible distance entre le Jalouvre et la Pointe Blanche et, sur une plus grande largeur, entre la Pointe Blanche et la Pointe du Midi.

Le site du Lac de Peyre, vu de l'est
De ce côté la dalle urgonienne repose normalement sur les couches hauteriviennes.


En ce qui concerne ce dernier secteur, ce n'est que très en contrebas sud-est de la crête de Balafrasse, formée par les calcaires siliceux de l'Hauterivien, que l'on retrouve des affleurements d'Urgonien : ils arment un épaulement qui domine le col de la Colombière et en amont duquel est retenu de Lac de Peyre. Il est à présumer que le relief de cette ébauche de cirque est le résultat d'un surcreusement dans les couches hauteriviennes par un ancien petit glacier local.

image sensible au survol et au clic

Le site du Lac de Peyre, vu de l'ouest depuis le col de Balafrasse.
f.ext. = faille extensive presque W-E ; f.cC = faille du chalet de la Colombière, à rejet sénestre, ramenant vers la gauche la dalle urgonienne d'arrière-plan (on perd sa trace sous la jupe d'éboulis).
Les dalles structurales de la Pointe Dzérat se sont formées par le détachement de tranches successives de couches urgoniennes : leurs débris ont alimenté les éboulis à gros blocs qui garnissent les pentes à l'est du chalet de la Colombière.


Coupe de la rive droite de la vallée du Borne, montrant la constitution anticlinoriale* du massif.
C'est par un artifice graphique que le Bargy, situé en arrière-plan de la coupe a été surhaussé et projeté sur le même plan que le Jallouvre, pour montrer les relations structurales entre ces deux sommets sculptés dans le même pli, mais de façon différente.



Carte géologique très simplifiée du bassin supérieur du Borne
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
Carte géologique à consulter : feuille Annecy-Bonneville

Mt-Saxonnex; Brizon

Bargy

Romme
Petit Bornand LOCALITÉS VOISINES Almet

Entremont

Grand Bornand

Mt Lachat de Châtillon
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 17/06/17