Grand-Bornand, Le Chinaillon, Saint-Jean de Sixt

vallée supérieure du Borne

L'agglomération principale du Grand Bornand se trouve au débouché ouest de la vallée supérieure du Borne, qui draine, plus à l'est, les pentes occidentales de la crête des Aravis au sud du col des Annes. Le Borne qui, en amont, coule d'est en ouest y reçoit le torrent du Chinaillon, qui descend du nord depuis le col de la Colombière ; il décrit, juste en aval de ce confluent, un coude à 60° qui le place dans le prolongement du vallon du Chinaillon et suit alors, comme lui, la combe monoclinale* qui longe du côté NW la dalle des calcaires urgoniens et nummulitiques du flanc oriental de l'anticlinal du Bargy. Cette combe, orientée NE - SW, est ouverte dans les calcschistes et le flysch marneux du Nummulitique autochtone entre cette dalle calcaire à l'ouest et les bosses de flysch gréseux du cœur de la dépression de Thônes (Le Danay au SE et La Liaz au NE).

image sensible au survol et au clic

La vallée des sources du Borne et le versant ouest du chaînon des Aravis
, vus de l'ouest, depuis le village de Grand Bornand.


En aval du Grand Bornand on observe un dispositif hydrographique d'une complexité étonnante. En effet la vallée du Borne ne suit cette combe des marnes nummulitiques que jusqu'à la latitude de Saint-Jean de Sixt et ne se poursuit pas au delà dans cette direction, alors que s'ouvre pourtant devant elle le vallon des Villards sur Thônes qui en est le prolongement exact (voir la page "Thônes").

image sensible au survol et au clic
Les alentours du Grand-Bornand, vus du sud-ouest (dessiné à partir d'une image extraite de "google-earth")
ØA : chevauchement des Auges - Roc de Salin ; a.B = anticlinal du Bargy : s.S = synclinal de Serraval - Le Reposoir; ØMéd = chevauchement des Préalpes médianes (klippe des Annes).
- failles longitudinales par rapport à l'anticlinal du Bargy : f.Co = faille de la Colombière ; f.A = faille d'Auferrand, se prolongeant vers le sud par f.L = faille de Lachat ;
- failles transversales perpendiculaires à l'axe du pli ; f.E = faille de l'Eton ; f.Ch = faille de Charmieux ; f.gB = faille du Grand Bornand ; f.F = faille de La Forclaz ; f.Et = faille des Étroits.
Nc = Albien - Sénonien - calcaires nummulitiques ; Nm = marnes nummulitiques ; Nfl = flysch à dominante marneuse et à olistolites ; Ngr = flysch gréseux du Danay.


Au lieu de l'emprunter elle se coude de nouveau, cette fois vers le nord, et s'échappe ainsi de la dépression de Thônes en direction d'Entremont en coupant, par le défilé des Étroits, la dalle urgonienne du flanc oriental de l'anticlinal du Bargy. Paradoxalement, la vallée du Nom, qui descend de La Clusaz (voir la page "La Clusaz") jusqu'à Saint-Jean de Sixt se dirige exactement selon la direction de ces gorges mais ce cours d'eau ne les emprunte pas : Il se coude au contraire à Saint-Jean de Sixt pour s'écouler vers le SW, en direction de Thônes, évitant ainsi de rencontrer la vallée du Borne, pourtant distante seulement de 600 m.

 Cette organisation indique presque à l'évidence que le cours supérieur du Nom devait originellement se rejoindre le Borne à l'entrée amont de la cluse des Étroits et se prolonger au delà avec la même direction presque N-S en suivant le cours actuel du Borne pour passer par Le Petit Bornand (en fait l'ancien cours du Nom, presque rectiligne, recevait comme affluent de rive droite celui du Borne supérieur). Mais cet ancien trajet est maintenant interrompu à Saint-Jean de Sixt.

Or cette interruption consiste simplement en un amas de matériel morainique accumulé là entre les deux cours de torrents maintenant divergents. Sa position et le dessin de son relief indiquent avec vraisemblance qu'il s'agit de la marge gauche (sud) d'un petit vallum frontal qui se fermait dans la partie amont de la combe des Villards-sur-Thônes (il a dû être déposé à la fin du Würm par la langue du glacier qui descendait des Aravis par le Grand Bornand). C'est ce barrage morainique qui a dû refouler les eaux du Nom au sud de la cluse et leur a fait emprunter la combe des Villards, en contrebas des dalles calcaires du versant oriental du Mont Lachat (lesquelles prolongent le flanc de l'anticlinal du Bargy : voir la page "Thônes").

À l'ouest et au nord du Grand Bornand, dans les pentes de rive droite du vallon du Chinaillon, les dalles calcaires en prédominance urgoniennes appartiennent au flanc SE de l'anticlinal du Bargy. Elles s'élèvent jusqu'à former le crêt du Roc de Charmieux, qui domine Entremont puis arment, plus au nord, la crête Roc des Tours - Aiguille Verte - Jallouvre). Mais le revers de ce crêt montre une répartition un peu capricieuse des affleurements cal il est découpé en damier par un double système de failles subverticales.
- une première famille correspond à un faisceau de failles dont la direction est grossièrement parallèle à celle du pli : elles abaissent en marches d'escalier la dalle d'Urgonien du flanc est de l'anticlinal du Bargy.
- ce système de cassures interfère avec des failles transversales, comme celle qui sépare le Roc de Charmieux du Roc des Tours, qui décalent leur compartiment sud-ouest en l'abaissant ; elles semblent bien décaler le tracé des précédentes mais la continuité des affleurements est insuffisante pour pouvoir l'affirmer.

image sensible au survol et au clic

La rive droite du vallon du Chinaillon, au niveau des Nants vue de l'est, depuis les pentes du Mont Lachat.
f.A = faille NE-SW principale, prolongement occidental de celle d'Auferrand; f.M = faille NE-SW des Mouilles ; f.E = faille de l'Eton ; f.C = faille NW-SE principale, du Roc de Charmieux ; f.C' = faille satellite de la précédente.
(voir le contexte de ce cliché dans l'image précédente et à la page "Colombière")


Il en résulte que le paysage y ressemble à une mosaïque, juxtaposant des blocs rocheux quadrangulaires, urgoniens, avec des zones de prairies qui correspondent aux affleurements de marnes nummulitiques (telles celle de Samance où ces marnes affleurent largement du fait de leur pendage conforme à la pente topographique).

image sensible au survol et au clic

Le vallon du Chinaillon, vu du NE d'avion
failles SW-NE : f.N = faille des Nants ; f.E = faille de l'Eton (et des Mouilles ?) ; f.A = faille d'Auferrand (prolongement sud-occidental probable) ; f.C = faille de la Colombière.
failles NW-SE : f.Ch = faille des Charmieux ; f.B = faille du Buclon.

À l'est du Grand Bornand la rive gauche du torrent du Chinaillon est formée par les marnes et le flysch nummulitique. Ces terrains sont surmontés, dès 1500 m, par un chapeau de nature différente, qui est constitué par le Trias et le Lias de la nappe des Préalpes médianes (extrémité méridionale de la klippe des Annes) et qui constitue le Mont Lachat de Châtillon.

Les pentes les plus hautes du versant oriental de la vallée du Chinaillon, aux abords amont du village, vues d'ouest en est, depuis les hautes pentes des alpages de Samance (en rive droite).
Au tout premier plan et surtout en arrière plan affleurent des calcaires urgoniens, qui appartiennent au domaine subalpin, autochtone, et qui arment les deux flancs du grand synclinal de Serraval (ils forment notamment, sur son flanc oriental, la Pointe percée des Aravis, que l'on voit à travers le col des Annes).
Au coeur de ce synclinal sont logées les klippes préalpines* dont font partie, à gauche du col la Pointe d'Almet, à droite le Mont Lachat de Châtillon, l'un et l'autre formés de Jurassique inférieur appartenant aux nappes médianes. Le col est ouvert dans les terrains triasiques de base de ces unités, reposant sur les flyschs argileux des unités ultrahelvétiques (zone à bosquets de conifères).


Par contre, au sud-est du Grand Bornand et du cours amont du Borne la montagne boisée du Danay (voir la page "La Clusaz") est entièrement formée par le flysch nummulitique, jusqu'à son sommet, à 1731 m, c'est-à-dire plus haut que sur la rive opposée du Borne. De plus ce flysch du Danay a une constitution beaucoup plus gréseuse que celui de cette rive nord du Borne et, à sa différence, n'héberge pas d'olistolites.
Cet ensemble du Danay forme en définitive un îlot isolé, logé entre vallées du Borne et du Nom au cœur de l'ample synclinal de Serraval - Le Reposoir : c'est ce qui a porté à l'interpréter comme une klippe, comparable à celle des Annes mais formée de matériel ultra-helvétique.

Si le flysch du Danay affleure plus bas que la surface de base de la klippe des Annes, cela peut être mis, au moins en partie, sur le compte du rejet vertical de la faille NW-SE du Grand Bornand, car le tracé de cette cassure est orienté de telle façon qu'il doit se poursuivre, à l'est du village sous les alluvions du lit amont du Borne.

 



Coupe très schématique de la dépression structurale de Thônes à la latitude du Grand Bornand


Carte géologique très simplifiée du bassin supérieur du Borne
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Carte géologique à consulter : feuille Annecy-Bonneville

Petit Bornand

Jallouvre

Almet
Entremont LOCALITÉS VOISINES Mt Lachat de Châtillon

Thônes

La Clusaz

Paccaly
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 15/06/17