Couniets, Pastourlet

versant septentrional de la partie orientale de la crête de Paneyron

Les multiples vallonnements de bois et surtout d'alpages qui accidentent les hautes pentes de la rive droite de la vallée de Vars culminent avec la crête du Paneyron, qui sépare le bassin versant du Chagne au nord de celui de l'Ubaye au sud. Ces pentes doivent le relief très mou au fait qu'elles sont installées sur les épaisses formations schisteuses du domaine des flyschs de l'Embrunais et plus précisément de celles de l'Unité de Serenne, qui se caractérise précisément par la très forte prédominance des schistes argileux soit noirs (formation du col de Vars) soit gris et alternés de plaquettes finement gréseuses (formation de Serenne).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale de la Crête des Couniets vue du nord-ouest, depuis les environs de Rebrun (rive gauche du Chagne en aval de Sainte-Marie)
Les flèches blanches symbolisent la trajectoire des paquets glissés.
(vue orientée à l'envers de la coupe ci-dessous)


La crête des Couniets prolonge vers le sud-est la Crête de Vars. Mais son relief est doté d'un modelé de tout-à-fait différent, car, à la différence de la Crête de Vars, formée par les calcaires et dolomies de la nappe de Peyre Haute, celle des Couniets est formée pour l'essentiel par les termes schisteux supérieurs ("flysch noir") de la nappe du Châtelet, que l'érosion à débarrassé du chapeau sous lequel elle s'enfonce au nord du col de la Coulette.

Il est à noter que ce col, dont l'altitude est de 2362 m, est occupé par deux crêtes parallèles de matériel morainique, orientées NW-SE comme la crête. Il est probable que leur présence témoigne du niveau atteint par les glaciers au maximum de la glaciation de Würm et indique que les appareils glaciaires qui descendaient du Vallon Laugier à l'est de la crête et du Paneyron, à l'ouest, s'y rapprochaient alors à se toucher, ne laissant émerger la crête qu'au nord et au sud du col.
Plus au sud le replat de la Cabane des Couniets correspond également au niveau maximal du remplissage par le matériel morainique würmien.


Coupe schématique transversale à la Crête des Couniets et au vallon Laugier
Les couleurs correspondent aux différentes unités tectoniques (voir la légende générale à la page "massif d'Escreins").


La crête des Couniets est accidentée par places d'escarpements dûs à de gros bancs de grès clairs d'aspect presque quartzitique : c'est le cas notamment à la Pointe de Pastourlet (on en voit des éboulis sur le chemin du Pas des Couniets, qui mène au lac des Neuf-Couleurs).

image sensible au survol et au clic

La crête de Pastourlet vue du sud depuis le début de l'arête des Couniets, au dessus du Pas du même nom.
(vue orientée comme la coupe ci-dessus).
Noter la crevasse de tassement qui délimite le paquet tassé du rocher 2636, abaissé vers l'ouest ; une autre crevasse abaisse dans le même sens le flysch noir du versant ouest de la Pointe de Pastourlet par rapport aux lentilles de marbres en plaquettes du versant est de son sommet.


On rencontre aussi, surtout sur le versant ouest la crête, des affleurements discontinus de matériel calcaire.
- Les uns sont des klippes* appartenant à la nappe de Peyre Haute. C'est le cas des pitons des Oliviers, au nord de la Pointe de Pastourlet, qui sont formés de dolomies noriennes et de Jurassique (Marbres de Guillestre et calcaires noirs du Dogger). Ils se singularisent d'ailleurs par leur relief en clochetons que séparent d'anciennes crevasses en partie comblées d'éboulis. Cela trahit le fait qu'ils ont été disloqués en paquets disjoints, en glissant, au quaternaire, à la surface des schistes argileux de leur soubassement (ce glissement a certainement été favorisé par le fait que le surface basale de la nappe à laquelle ils appartiennent est inclinée sensiblement comme la pente topographique).
- Les autres représentent des olistolites : c'est ainsi que les lames de marbres en plaquettes du soubassement de la Pointe de Pastourlet et les larges affleurements de marbres en plaquettes des alpages des Couniets (1 km au sud de la Bergerie), sont interstratifiés dans le flysch noir briançonnais du sommet de la série stratigraphique de la nappe du Châtelet.

- Le cas du chapelet de pitons rocheux qui forme une crête N-S entre les points cotés 2560 et 2636 du versant ouest du pas des Couniets est plus ambigü.

En effet il est constitué par une la barre de Dogger qui a visiblement glissé dans le versant en ouvrant une profonde crevasse longue de près de 500 m, dont le sentier suit le bord oriental : cela évoque la situation des pitons des Oliviers. Cependant cette barre rocheuse repose sur une lame de marbres en plaquettes et paraît faire corps avec elle, comme s'il s'agissait de deux olistolites superposés (mais on ne peut savoir si, comme le voudrait cettte hypothèse, le rocher était originellement recouvert de flysch noir ...).

image sensible au survol et au clic

Le site du Lac de l'Étoile, vu du SW, d'avion.


La portion de la crête sommitale qui se détache vers le sud pour rejoindre, depuis le col de Serenne, le sommet de la Tête de Paneyron est formée de schistes noirs qui sont, par bandes alternées, soit des schistes de la formation de Serenne, soit du flysch noir briançonnais. Quelle que soit leur nature ils sont affectés de glissement de versant qui remontent localement jusqu'à la crête de partage des eaux entre Chagne et Ubaye.

C'est l'origine du Lac de l'Étoile, qui est paradoxalement perché sur cette crête même, car il y est logé dans la crevasse d'arrachement d'un des paquets tassés du versant ouest.


Coupe passant peu au nord du col de Vars (par C. Kerckhove, légèrement retouché)
ØE = surface de charriage des nappe de l'Embrunais ; s.M = synclinal de Meyronnes ; f.P = faille du Paneyron (prolongement de l'accident de Saint-Ours).
"sVg" = niveaux gréseux de la pointe de Chatelret, intercalés dans les schistes du col de Vars.


approfondir les vues générales sur la zone briançonnaise méridionale
aperçu d'ensemble sur le massif d'Escreins

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Embrun (2° éd.) et Aiguille de Chambeyron

Carte géologique simplifiée des montagnes de Vars et d'Escreins
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



crête de Vars

val d' Escreins

Vallon Laugier
(Les Claux - La Mayt)

LOCALITÉS VOISINES

Pic des Houerts

col de Vars

Saint-Paul, Serennes

Mortice
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil Haute UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 14/04/16