Massif du Haut Giffre : aperçu stratigraphique



figure agrandissable

Abréviations concernant le Haut-Giffre (autochtone subalpin) et la couverture des massifs cristallins externes :

Numm. : calcaires, marnes et grès de l'Eocène supérieur (Priabonien) [e6, e7] et de l'Oligocène [g1-2] :

f.ol. = form. olist. = formation olistolitique, correspondant à la fin de la sédimentation nummulitique (et attribuée durant longtemps à une nappe ultrahelvétique inférieure)
Nfl. = Flysch numm = Grès et schistes alternés (Flysch) du Nummulitique supérieur
Ng
= Grès du Nummulitique [eG7]
mN : marnes à globigérines et marno-calcaires nummulitiques (Priabonien)
cN (ou Nc) : calcaires nummulitiques (Priabonien) [e6].

Sén. = Sénonien (calcaires clairs) [c6-7]:

Alb = grès et calcaires glauconieux de l'Albien [n7]

U = Urg = Urgonien [n5-4] :

Us : calcaires massifs blancs de la masse supérieure de l'Urgonien [n5U]
co = c.à O. : calcaires jaunes lités, à lits marneux, des "couches à orbitolines" [n5O]
Ui : calcaires massifs blancs de la masse inférieure de l'Urgonien [n4U]
Ba i. : calcaires jaunes du Barrémien inférieur [n4a]

H : calcaires noirs siliceux de l'Hauterivien [n3]

H-V : calcaires sombres, siliceux, de l'Hauterivien-Valanginien supérieur [n3-2].

Val = marnes du Valanginien [n2]

Be : alternances de marnes et marno-calcaires du Berriasien [n1].

Ti : calcaires clairs, lités en gros bancs, du Tithonique [j9-8].

T.N. : Terres Noires (marnes noires à patine brune) [j4-2, j4-1b]

Bj = Baj. inf. : Calcaires argileux noirs, régulièrement lités du Bajocien inférieur et moyen [j1a]

Aal. = Aalénien [l9]

Ls : Lias schisteux (Toarcien - Domérien) [l8-6] :

To = Toarcien
Dom : Domérien

Lc : Lias calcaire (Carixien - Hettangien) [l5-1]

Car. = Carixien
Loth. = Lotharingien
Sin. = Sinémurien
Hett. = Hettangien

Tr : Trias (non subdivisé) :

tSp : spilites
tD
: dolomies triasiques
tK : cargneules triasiques
tG : gypses triasiques
tQ : Quartzites triasiques

Roches sédimentaires antérieures au cycle alpin :

P : Permien (en prédominance grès et schistes pourpres à violacés

Hr : Houiller (Grès sombres et conglomérats quartzeux)


Commentaires relatifs à cette succession stratigraphique

A/ Série stratigraphique autochtone

1 - Au Jurassique supérieur et au Crétacé la succession des couches du massif de Sixt est très proche de celle des Bauges orientales et des Bornes. Toutefois on observe une réduction progressive de l'épaisseur de ses termes, d'ouest en est. Celle-ci est particulièrement marquée en ce qui concerne les Terres Noires qui n'occupent plus finalement que 100 à 200 m d'épaisseur au sud-est du massif de Platé.

coupes naturelles de la colonne stratigraphique : Rochers des Fiz,

Les calcaires hauteriviens se distinguent par le fait qu'ils sont encore plus siliceux (c'est le faciès des Kieselkalks de suisse) et que leur épaisseur qui se réduit à environ 200 m. Comme, de plus, ils perdent presque leur stratification, ils forment une falaise massive, à patine brune, à la base de la falaise claire de l'Urgonien.

image sensible au survol et au clic

Les abrupts de la Pointe de Ressassat (rebord oriental de la montagne du Criou)
Entre le sommet (2220) et le bas de photo à son aplomb (alt. 1600) la dénivellation est de 600 m.

Comme dans les Bornes on note la présence au sommet de l'Urgonien d'un niveau décamétrique de marnes gréseuses sombres de l'Albien. Il sert de semelle aux calcaires du Sénonien, qui sont, dès leur base, francs et disposés en bancs d'épaisseur pluri-décamétrique, de sorte que, sans ce repère, leur limite avec l'Urgonien serait souvent difficile à situer, vue à distance.


La falaise du Sénonien et la vire de l'Albien à l'est du col de Monthieu (sud de Flaine)

 


Vue rapprochée de la vire de l'Albien, au col de Monthieu


2 - Au Tertiaire, la région fait partie du domaine franchement marin (le rivage était situé très au nord-ouest de Cluses) et la succession débute par des calcaires gréseux nummulitiques (qui recouvrent des formations saumâtres irrégulièrement réparties et minces, les couches des Diablerets).
On y voit surtout se développer, à l'Oligocène inférieur, au dessus des marnes priaboniennes (Éocène supérieur), une épaisse succession gréseuse à caractères de flysch*. Les turbidites les plus grossières sont constituées de "Grès de Taveyannaz", qui se singularisent en ceci qu'ils sont riches en fragments de roches volcaniques andésitiques (ce sont donc des "grauwackes" et ils s'opposent ainsi aux "Grès du Val d'Illiez", banals, que l'on trouve à l'ouest d'une ligne Arâches - Samoëns).



La base de la succession du flysch nummulitique
entaille de la piste de ski du vallon des Foges, à l'est du lac de Gers (station de Sixt-Morillon)
Chaque banc de grès s'est formé par décantation d'une turbidite*.



Cette sédimentation détritique relativement fine passe vers le haut à des marnes contenant des olistolites* de toutes tailles. Cette "formation olistolitique" (longtemps appelée "flysch à lentilles") a pu être considérée comme le terme basal de l'ensemble ultrahelvétique, car elle assure la transition avec l'empilement de lames véritablement tectoniques du matériel charrié de ce domaine.
C'est cet événement qui a clos l'histoire sédimentaire marine de cette région, que la mer miocène ne semble pas avoir recouvert (elle n'a laissé en tous cas aucun dépôt, ni à l'intérieur ni sur la marge même du massif de Sixt).

B/ Série stratigraphique des unités ultrahelvétiques

Elle est proche de celle de l'autochtone mais en diffère cependant par quelques traits, qui attestent de la position plus sud-orientale de la zone où ce sont déposées ces couches :
- l'érosion plus ou moins forte de la succession mésozoïque (parfois jusqu'au Lias, en Suisse, mais pas en dessous du Tithonique dans les Bornes), avant la transgression d'un flysch nummulitique (en outre ce dernier est en général pauvre en grès).
- l'absence de l'Urgonien, remplacé par des faciès calcaréo-argileux à ammonites (on était donc à cette époque au large de la plateforme carbonatée). La succession du Crétacé est monotone, sans niveaux repères, avec prédominance de calcaires argileux en petits bancs ou en plaquettes.

La Stratigraphie et la paléogéographie du domaine ultrahelvétique sont examinés à la page ultrahelvétique


FIN DE LA PAGE
Retour au début de la page
Aller à la page d'accueil CHABLAIS
Dernières retouches apportées à cette page le 2/06/16