La vallée de l'Avance

Notre-Dame du Laus, Saint-Étienne-le-Laus, Avançon

La vallée de l'Avance, orientée NE-SW, traverse de part en part la retombée septentrionale du Dôme de Remollon, peu à l'ouest du sommet de sa voûte, en y pratiquant une belle trouée qui permet depuis le sillon de Gap, en partant de la Bâtie-Neuve, de rejoindre la vallée de la Durance à Valserres. Cette trouée a certainement été aménagée par les langues glaciaires du Würmien et par leurs eaux de fonte, car le débit actuel de la rivière est totalement disproportionné à la largeur de la vallée et à la profondeur de l'entaille de son cours aval aux abords de Valserres.

L'origine structurale de cette vallée est fort évidente car son tracé se superpose à celui d'un système de failles dont les principales sont orientées, comme elle NNE-SSW. Globalement il surhausse la partie occidentale du Dôme de Remollon, ployée en un vaste anticlinal d'axe NW-SE, par rapport à la partie orientale de ce dernier, où la structure est plutôt celle d'un anticlinal d'axe N-S. Mais, dans le détail, ce dispositif fracturé n'est pas simple et change notablement d'organisation entre sa partie nord et sa partie sud.

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale de la vallée de l'Avance, vue d'enfilade, du NE, depuis le sommet du Piolit (cliché original obligeamment communiqué par Mr. B. Genre).
f.Bn = faille de la Bâtie-Neuve : c'est la faille majeure dont la lèvre droite (occidentale) est surélevée et qui sépare ainsi les deux parties, occidentale et orientale, du Dôme de Remollon ; f.R = faille(s) de Remollon (prolongement approximatif de la précédente).
Les autres failles de ce secteur, également extensives sont orientées NE-SE, c'est-à-dire plus en oblique par rapport à la vallée : f.G = faille des Guérins ; f.S = faille des Santons (son rejet est un soulèvement de sa lèvre NW).


Entre la Bâtie Neuve et Avançon (donc dans sa partie amont), le lit de l'Avance s'inscrit dans un compartiment effondré, à l'est d'une faille presque N-S et à très fort pendage, la faille de la Bâtie Neuve, dont le rejet est sans doute un coulissement dextre. Les Terres Noires y affleurent en fond de vallée alors que sa rive ouest est formée par les terrains plus calcaires du Lias ou du Jurassique moyen qui y sont surhaussés par la faille . Par contre, du côté oriental (Montgardin et Avançon), c'est, pour l'essentiel, du fait de leur pendage vers l'ouest que les couches du Jurassique moyen s'enfoncent sous la vallée (bien qu'elles sont accessoirement coupées de failles généralement extensives de direction NE-SW). La plaine alluviale, à soubassement de Terres Noires, qui s'étend entre la Bâtie-Neuve et le village perché de Montgardin occupe donc une sorte de demi-graben (voir les schémas ci-après).

version plus grande de cette image

Carte géologique simplifiée du Dôme de Remollon

version plus grande

(voir aussi la page "nappe de Digne")

Carte structurale interprétative des déplacements tectoniques dans les chaînons entre Gap et Digne

  On peut considérer que le graben de l'Avance et les montées diapiriques du Laus (voir ci-après et schémas ci-dessus) sont deux conséquences corrélatives de l'ouverture d'une déchirure par étirement et pivotement que suit la vallée de l'Avance : en effet l'effondrement du graben, au N, compense vraisemblablement l'ascension de matière du diapir plus au sud.

L'ouverture de cette zone d'étirement peut, d'autre part, être mise en relation de cause à effet avec les déformations du Dôme structural de Remollon qui peuvent être attribuées à la mise en mouvement, par déplacement vers le SW de la nappe de Digne (voir la page "nappe de Digne") : le pivotement de la couverture sédimentaire autour d'un centre situé aux abords septentrionaux de Remollon entraîne, au nord de cette localité, une rupture par étirement NW-SE de la voûte du pli.

image sensible au survol et au clic

Le cours amont de la vallée de l'Avance, vu presque d'enfilade, du sud, d'avion depuis l'aplomb des abords nord de Remollon.
failles d'orientation presque N-S (N00 à N30) : f.L = faille du Laus ; f.S = faille des Santons ; f.Av = faille d'Avançon ; f.bS = faille du Bois du Seigneur.
failles d'orientation ENE-WSW (proches de N70) : f.G = faille des Guérins ; f.Bn = faille de la Bâtie-Neuve ; f.RE = faille orientale de Remollon.
Le bord oriental du diapir du Laus (voir plus loin dans cette page) apparaît en bord gauche du cliché.


En aval d'Avançon le cours de l'Avance traverse au contraire un secteur où les roches de la profondeur du dôme (Trias et schistes cristallins) remontent jusqu'à la surface du sol, en traversant à l'emporte-pièce leur couverture liasique.

En particulier, en rive ouest, ce sont des gypses triasiques qui forment la colline cotée 951, qui s'intercale entre le village de Notre-Dame-du-Laus et le fond de vallée.

image sensible au survol et au clic

La rive occidentale de la partie moyenne de la vallée de l'Avance, vue de l'est depuis les pentes du Mont Colombis (du hameau de Maugarot).
a.wR = coupole anticlinale occidentale de Remollon (vue d'enfilade) ; f.L = faille du Laus (limite occidentale du diapir).


Cette mise en relief de roches qui sont pourtant parmi les plus faciles à éroder est assez paradoxale. Elle indique sans doute que ce matériel gypseux subit, actuellement encore, une ascension diapirique* suffisante pour compenser largement l'ablation que l'érosion doit y pratiquer.

image sensible au survol et au clic

Le diapir du Laus, en rive ouest de la vallée de l'Avance, vu du sud, depuis la montagne de Saint-Maurice.
F = failles du Laus, limitant la zone diapirique ; les grosses flèches blanches symbolisent la montée du matériel triasique.


En rive orientale de la vallée on retrouve, autour de Saint-Étienne-le-Laus, un panneau effondré, où affleure du Jurassique moyen. Il est délimité par deux failles, les failles ouest et est de Remollon, ainsi désignées parce qu'elles se rapprochent en direction du sud pour délimiter un couloir effondré qui débouche dans la vallée de la Durance peu à l'ouest de Remollon : on peut voir dans ce graben le prolongement méridional de celui où s'inscrit la vallée au nord d'Avançon (mais rien n'indique leur raccord, sous les alluvions de fond de vallée, dans le secteur intermédiaire).

image sensible au survol et au clic

d'après une image extraite de "google-earth"
La partie amont de la vallée de l'Avance vue très plongeante d'enfilade (du sud-ouest).
f.BN = faille de la Bâtie-Neuve ; f.G = faille des Guérins ; f.RW et f.RE = failles occidentale et orientale de Remollon : ces deux cassures limitent le panneau de Jurassique moyen de Saint-Étienne-le-Laus.
On a surchargé de bleu les zones effondrées (= grabens*) et de rose celles surhaussées (diapirs* et horsts*)


D'autre part des couches triasiques affleurent dans les pentes qui s'élèvent à l'est de la vallée au nord et à l'est de Saint-Étienne-le-Laus. Elles occupent (un peu comme sur l'autre rive à Notre-Dame-du-Laus) une bande amygdalaire, allongée grossièrement NE-SW, qui est évidemment surhaussée par des failles (même si le tracé de ces dernières est le plus souvent masqué). On y rencontre, au gré des affleurements, les différents niveaux successifs de la série, depuis les spilites en passant par les gypses et les dolomies, jusqu'à leurs grès de base. Ces derniers reposent même, au hameau de Chaussenoire, sur des micaschistes qui témoignent, comme plus au sud ceux de Remollon, de la présence du socle cristallin au cœur de la structure anticlinale du Dôme de Remollon.

version plus grande de cette image

Coupe de l'ensemble du Dôme de Remollon
Cette coupe, transversale à la vallée de l'Avance, est orientée selon l'axe de l'anticlinal occidental de Remollon (dont elle montre le plongement vers le NW) ; elle coupe transversalement (mais un peu en biais) l'anticlinal oriental (d'Espinasses).
Noter que, globalement, la partie orientale du dôme est affaissée par rapport à sa partie occidentale.
f.R = faille de Remollon, f.V = faille de la Viste.


 Le système extensif des failles de la Bâtie-Neuve et de Remollon (qui détermine la vallée de l'Avance) semble être apparu antérieurement au charriage de la nappe de Digne. Mais il a vraisemblablement été réactivé lors du charriage. En effet l'étude de la région de Turriers montre qu'à cet endroit la nappe s'avançait sur un saillant de l'autochtone, ce qui a sans doute été cause d'un véritable poinçonnement, du sud-ouest vers le nord-est, de la série charriée du Dôme de Remollon.
Ainsi s'expliquerait la remontée de matériel cristallin qui accompagne celle du Trias gypsifère (elle ne peut être mise sur le compte du seul diapirisme). Il est à présumer que, plus au nord, ce saillant de l'autochtone s'effaçait, de sorte que la propagation de la déchirure y a, au contraire, déterminé un effondrement (lequel a dû compenser, en outre, la montée diapirique du matériel triasique).

En aval de Saint-Étienne la vallée se rétrécit en un goulet encaissé, car elle abandonne là le couloir faillé des deux failles de Remollon pour traverser, en direction de Valserres, les couches du Lias calcaire du flanc sud-ouest du Dôme de Remollon occidental. L'importance de cette entaille d'érosion ne peut s'expliquer que par le débit, très supérieur à celui de l'Avance actuelle, de l'effluent glaciaire würmien qui l'a creusée.

Pour plus de détails et pour des explications générales sur le secteur, voir la page "structure du Gapençais" et les publications113 et 183.

cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuille Chorges

Carte géologique simplifiée
de la partie septentrionale du Dôme de Remollon
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des autres cartes de la section Gap-Digne

col de Manse

Bâtie Neuve
Chorges
Rambaud

LOCALITÉS VOISINES

Serre Ponçon

Valserres

Remollon

Théus
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section GAP-DIGNE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 7/11/16