Le Mont Rachais

le chaînon le plus méridional du massif de la Chartreuse


Le petit chaînon du Rachais est le plus méridional du massif de la Chartreuse : il se termine vers le sud à Grenoble à s'abaissant jusqu'au niveau de la piane de l'Isère par l'intermédiaire du Mont Jalla et de La Bastille. Vers le nord il se raccorderait aux chaînons plus septentrionaux de l'Écoutoux et du Saint-Eynard s'il n'en était pas séparé par le col de Vence. C'est un crêt* qui regarde vers l'est, comme beaucoup de ceux de la bordure orientale du massif (et comme celui du Néron, qui lui est parallèle) ; mais il est assez émoussé et en outre la dissymétrie de pente de ses deux versants, habituelle dans ce type de relief, est ici très atténuée par le fait que les couches de son revers (versant occidental) sont dotées d'un fort pendage vers l'ouest.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Rachais et le vallon de Narbonne-Clémencières, vus de l'ouest, d'avion.
a.E = anticlinal de l'Écoutoux ; dans les couches de son flanc ouest on a distingué deux sortes de failles (voir le schéma interprétatif en fin de page) :
failles anté-plissement : ØJ = chevauchement du Jalla ; ØR = chevauchement du Rachais ;
failles post-plissement : f.B = faille de La Bastille ; f.S = faille de La Saucisse (ce lieu-dit correspond aux affleurements de Berriasien qui se trouvent à l'aplomb du Jalla).
La petite faille de Narbonne (f.N) est affectée d'un rejet horizontal sénestre qui suggère qu'elle puisse représenter le prolongement du chevauchement du Rachais.
On n'a pas figuré (sauf sur la crête entre Mont Rachais et butte du Quichat) les limites entre alluvions et affleurements rocheux. Par contre on a indiqué, en jaune pâle, l'arrachement ancien des Combes (flèches) avec sa loupe de glissement (lunules) des hauteurs de Saint-Martin-le-Vinoux et sa crevasse de détachement (trait barbulé).


Ce crêt est constitué par la succession de couches du Jurassique supérieur du flanc occidental de l'anticlinal de l'Écoutoux ; il est, plus précisément, armé par les calcaires du Tithonique qui affleurent presque tout du long de sa ligne de crête.


Mais son escarpement oriental est peu marqué car les bancs les plus massifs du Tithonique supérieur n'affleurent en général que dans le versant ouest, sans parvenir à atteindre la crête, et seuls les bancs du Tithonique inférieur arment le haut du versant oriental. Cela vient de ce que, sur la transversale à cette crête, le Tithonique de la charnière du pli et du haut de son flanc occidental ont été totalement enlevés par l'érosion (l'axe de l'anticlinal passe plus à l'est, à peu près par Corenc et Montfleury, comme l'indique la coupe simplifiée ci-dessus).

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du chaînon du Rachais, la ville de Grenoble et le Vercors, vus du NE depuis le sommet du Mont Saint-Eynard.
N.B. : les limites de formations ne sont indiquées que de façon grossière.

On peut penser que cet écrêtement résulte d'un rabotage par les glaciers quaternaires, car ceux-ci devaient passer par dessus sa crête avant le Würm et ne devaient qu'à peine la laisser dépasser lors du maximum de cette dernière glaciation. En effet la partie septentrionale de la crête, presque aplanie entre le point 1029 et la bosse rocheuse de Quichat au NW du col de Vence, est assez largement garnie d'alluvions glaciaires (qui y ont permis le développement de prairies).

Le processus d'érosion aboutissant à une échine sub-horizontale serait sans doute celui proposé dans son site par Claude Beaudevin pour la formation des "épaules glaciaires".

image sensible au survol et au clic

Le chaînon du Rachais
vu d'avion, du sud, depuis l'aplomb de la Porte de France (Grenoble)

Cette vue montre d'enfilade la succession des couches du flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux, en amont de la Bastille, et les deux cassures qui les décalent.
ØJ = chevauchement du Jalla ; ØR = chevauchement du Rachais.


Pour interpréter plus précisément cette vue, on se reportera à la coupe d'ensemble du rebord subalpin aux abords nord de Grenoble et, pour la partie basse, à celle consacrée plus précisément au promontoire Jalla-Bastille.

La coupe naturelle du versant oriental de la montagne est parallèle (et non orthogonale) à la direction des couches. Elle montre néanmoins que la succession du flanc ouest de l'anticlinal de l'Écoutoux est accidenté de deux failles inverses.

image sensible au survol et au clic

Le versant est du chaînon du Rachais, vu d'avion, de l'est, depuis l'aplomb de Meylan.
ØJ = chevauchement du Jalla ; ØR = chevauchement du Rachais.
Ces deux cassures ont une surface fortement inclinée vers l'arrière-plan. Les demi-flèches indiquent le sens du rejet dans le plan de la surface d'érosion mais non le mouvement, qui est dirigé vers le bas et vers l'ouest, conformément à ce que montre la coupe supérieure de la figure ci-après.

Ces cassures, mieux étudiées à la page "Jalla" sont attribuables à une phase précoce de compression (phase 1 du schéma ci-dessous)


Schéma de l'évolution tectogénétique de l'anticlinal de l'Écoutoux et du chaînon Bastille - Jalla - Rachais.
1 . Étape précoce du serrage ("phase P1"), avec cisaillement d'est en ouest. créant les chevauchements longitudinaux, tels ceux du Jalla et du Rachais (C.L.) et les plis de type S".
2. Étape de raccourcissement ("phase P2") de formation des grands plis orientés N-S, par flexion de la voûte des ébauches de plis antérieurs (anticlinal de l'Écoutoux) : Basculement des plis S" antérieurement formés (en tiretés) et apparition des plis Z'.
3. Étape de cisaillement chevauchant dans le sens du NE vers le SW: formation des chevauchements transversaux, telle la faille de La Bastille (C.T.) et des plis S'; torsion des plis Z' qui deviennent des plis Z". 4. Basculement d'ensemble vers le Nord ("phase P3", associée au soulèvement de la chaîne de Belledonne), cause du plongement axial de l'anticlinal de l'Écoutoux. Sur les surfaces de chevauchement "C.L." les linéations de mouvement acquièrent un pendage SW ; celles portées par les chevauchements transversaux acquièrent un pendage vers le NE (ces linéations sont schématisées par des lignes en tiretés-points).
N.B. les 3 "phases" évoquées se réfèrent à celles définies à la page consacrée à la tectonique des massifs subalpins septentrionaux (et dans la publication GIDON M, 1981).


Détails et commentaires sur la structure de ce secteur ont fait l'objet de la publication n°094.


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Grenoble et Domène
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Quaix

L' Écoutoux

Saint- Eynard
Néron LOCALITÉS VOISINES (Domène)

(Seyssins)

Le Jalla

(Gières)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 28/12/18