Pic du Frêne, Grand Miceau, crêtes de Merlet

crêtes dominant la Maurienne entre Saint-Rémy et Saint-Etienne-de-Cuynes ; sources du vallon de Bens.

Le Pic du Frêne, qui est le sommet le plus élevé de la partie nord du massif d'Allevard avec ses 2807 m., se trouve, sur la crête principale (qui se poursuit au nord par le Grand Miceau), à un noeud d'arêtes divergentes, entre les vallons du haut Veyton, de Bens, de la Pierre (Lescherette) et de Merlet.

image sensible au survol et au clic

Le haut vallon de Bens vu du sommet des Grands Moulins
La partie du massif visible sur cette photo est formée en totalité par le granite des Sept Laux. En premier plan l'amas de blocs de teinte claire, qui forme le sommet des Grands Moulins, est également constitué de granite des Sept Laux.
La limite avec les gneiss du revers oriental du pluton* passe peu au delà du bord gauche du cliché. L'accident médian passe peu à l'extérieur du bord droit du cliché.


La crête principale et son versant ouest, y inclus les crêtes menant au Grand Charnier et aux Grands Moulins, sont entièrement formés par le granite des Sept Laux.

image sensible au survol et au clic

Le haut vallon de Bens, vu du NW, depuis le sommet occidental de la crête des Plagnes (station du Grand Collet).
ac.mB = accident médian de Belledonne.


 

Au contraire les arêtes qui s'en détachent vers l'est sont découpées, presque tout de suite, dans les roches métamorphiques qui s'intercalent entre le granite des Sept Laux et le granite de Saint-Colomban.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental de la basse vallée des Villards, vu de l'E-SE, d'avion depuis l'aplomb du Grand Châtelard.
"gn.a" = bandes alternantes d'amphibolites et de gneiss amphiboliques ; "s-chl" = micaschistes chloriteux et faciès associés (conglomérats et schistes graphiteux) ; "gn.b" = gneiss biotitiques (anciens) ; d.sR = décrochement de Saint-Rémy ; f.BE = faille de Belledonne orientale.

En fait cet ensemble métamorphique intercalaire est traversé en biais par le grand décrochement de Saint-Rémy (voir la page "Sept-Laux, généralités"), qui est orienté SW-NE et franchit obliquement la crête faitière du chaînon au Pic sud du Merlet.

Cet accident constitue plus à l'ouest, dans le versant septentrional du chaînon, la limite méridionale des affleurements de granite des Sept-Laux (voir la page "Puy Gris"). Ici il coupe une largeur de plus en plus grande de l'encaissant oriental du granite des Sept Laux, depuis les gneiss biotitiques anciens de sa partie basse jusqu'aux amphibolites qui les recouvrent.

image sensible au survol et au clic

Détails de la crête orientale du Pic nord du Merlet (rive gauche de la Combe du Merlet) vue du nord-est, depuis l'arête est du Grand Jarnalet (point 2248)
Le décrochement de Saint-Rémy (d.SR), qui passe au col de la Lavoire (masqué par la crête) sépare le granite des Sept Laux, qui forme les crêtes du Pic du Frêne, des bandes alternées de gneiss et des diverses variétés de micaschistes que coupe transversalement l'arête de la Lavoire et le vallon du Merlet.

Du côté méridional de ce grand décrochement les bandes de roches métamorphiques qui sont intercalées entre les deux granites sont également sectionnées à tour de rôle d'ouest en est mais globalement décalées vers le SW. La plupart des termes de cette succession sont encore représentés presque au complet dans les vallons de la Reisse et de Merlet, qui descendent de la ligne de partage des eaux vers la vallée des Villards et les tranchent presque transversalement.

image sensible au survol et au clic

Le versant oriental du Pic du Frêne vu de l'est, depuis le col de Valbuche (rive droite de la vallée de l'Arc)
d.SR = décrochement dextre de Saint-Rémy (le compartiment des Clochers des Pères et décalé vers la gauche par rapport à celui du Pic du Frêne).
"gn.biot." =gneiss anciens, à mica biotite, de l'encaissant du pluton* des Sept Laux ("série brune"). La limite entre le granite des Sept Laux et ces gneiss, indiquée par une ligne de tirets rose, est en réalité floue car elle correspond à une zone transitionnelle de gneiss injectés de granite.
N.B. : le sommet occidental du Grand Miceau (2618), situé sur la crête principale et où aboutit l'arête nord du Pic du Frêne, est invisible, masqué ici par son sommet oriental (2669).


Par contre à l'est du débouché de la vallée des Villards, dans le versant oriental de la crête menant du Pic du Frêne aux Clochers des Pères, la succession méridionale de roches métamorphiques est complètement supprimée par ce biseautage, et c'est le granite de Saint-Colomban qui est sectionné par le décrochement de Saint-Rémy : c'est clairement lui qui détermine le tracé du grand vallon rectiligne de La Vallette.


Page d'introduction à la géologie de la chaîne de Belledonne au sens large.
aperçu d'ensemble sur le massif d'Allevard - Sept Laux

Cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles La Rochette et Saint-Jean de Maurienne


Carte géologique simplifiée des abords du Pic du Frêne (revers oriental du massif d'Allevard).

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest ; cartes voisines : plus à l'est ;
plus au sud


Collet d'Allevard

Val Pelouse , Grands Moulins

(Gd Pic de la Lauzière)

Périoule , Gleyzin
LOCALITÉS VOISINES
(Saint- François sur Bugeon)

Aup-du-Pont , Saint-Colomban

(Vallée des Villards)

(Grand Chatelard)

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Belledonne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 8/05/17