Bellefond : vallon, col et alpages
le vallon transverse le plus méridional des hauts plateaux de la Chartreuse orientale

Entre les arêtes rocheuses N-S des Lances de Malissard et de la Crête de Bellefond, l'arête E-W du col de Bellefond (transversale donc à la direction générale de la crête) barre la dépression des hauts plateaux de la Chartreuse orientale et sépare les alpages de Bellefond de ceux plus septentrionaux de Marcieu.
Cette arête herbeuse est formée par les calcaires clairs lités du Sénonien qui sont les couches le plus récentes (partie supérieure de la succession stratigraphique) du flanc oriental du synclinal oriental de la Chartreuse. À ces couches appartient aussi le vaste triangle d'alpages qui descend jusqu'au chalet de Bellefond
; par contre plus au sud, sur le versant occidental de la crête de Bellefond, elles ont été enlevées par l'érosion de sorte que ce même flanc de pli n'est représenté là que par des dalles structurales* d'Urgonien.


image sensible au survol et au clic

Les pentes méridionales du col de Bellefond, vues du sud, depuis le Prayet.
d.B = décrochement de Bellefond ; a.P = flanc est de l'anticlinal de Perquelin, dont le cœur, jurassique, forme, plus à gauche, les crêtes de la Scia (= flanc ouest du synclinal chartreux oriental)
s.or. = charnière du synclinal chartreux oriental, seulement ébauchée par l'Urgonien du rebord inférieur des pentes de Bellefond.
Les deux flancs du synclinal chartreux oriental sont vus d'enfilade, selon l'axe de ce pli. Ils semblent d'entrecroiser car ils sont décalés dans le sens dextre par le décrochement de Bellefond. La surface de cassure de ce dernier est verticale mais son tracé est incliné vers l'ouest parce que la surface de cassure n'est, elle, pas vue d'enfilade (elle est orientée très obliquement au pli, comme au regard).


Les alpages sénoniens sont limités du côté nord-ouest par le décrochement de Bellefond. Cette grande cassure a pour effet de remonter l'Urgonien du flanc ouest du synclinal, qui forme la Lance sud de Malissard, par un jeu de ce dernier en coulissement vers le nord-est. C'est pourquoi l'on voit, le long du décrochement de Bellefond, le Sénonien des prairies du col et du chalet de Bellefond (incliné vers l'ouest) buter directement contre les divers niveaux de l'Urgonien de la Lance sud de Malissard (dont les couches sont au contraire inclinées vers l'est : voir le schéma ci-après, ainsi que la carte).

 

Schéma en perspective montrant la disposition de la dalle urgonienne dans le secteur du col de Bellefond.

Ce schéma explique pour quelle raison il y a opposition du sens des pendages entre les deux compartiments du décrochement, entre le chalet de Bellefond et la Lance sud de Malissard

Ici la structure est vue du sud-est (comme si on la regardait de l'aplomb de Saint-Hilaire-du-Touvet), donc un peu en oblique par rapport à la perspective de la photo ci-dessus (par contre la perspective est presque orthogonale à celle de la photo suivante)..



image sensible au survol et au clic

Les pentes méridionales du col de Bellefond, vues du sud-ouest, depuis le sommet de Pravouta (= Roc d'Arguille méridional).
Sous cet angle le décrochement de Bellefond (d.B) est vu d'enfilade, ce qui met bien en évidence la verticalité de la surface de cassure. Par contre le synclinal chartreux oriental (s.O) est vu en biais : son axe passe dans le bord des falaises situées en avant du chalet de Bellefond (revers ouest de la butte du Prayet) obliquement au regard et parallèlement à ces falaises.
(pour mieux comprendre la structure visible ici, reportez-vous au schéma ci-dessus).
Deux cassures mineures, satellites du décrochement de Bellefond, sont également vues d'enfilade : F.s est une petite faille qui détache, du compartiment droit, une lame d'Urgonien et la rehausse jusqu'au chalet de Bellefond, où cette lame se termine en biseau contre le décrochement principal ; d.Pr est le décrochement du Prayet, dont le rejet se manifeste ici par un abaissement de l'Urgonien de son compartiment droit.

N.B. 1 : Le sentier qui monte depuis le col de la Saulce passe presque directement de l'Hauterivien à gauche au Sénonien à droite, presque sans avoir, de ce fait, à traverser le moindre abrupt. Il franchit néanmoins quelques mètres d'Urgonien supérieur ainsi que la base de la Lumachelle dans le petit escarpement qui précède son arrivée au chalet.

N.B. 2 : La charnière synclinale qui affecte les couches du Sénonien à gauche du col de Bellefond n'est pas celle du synclinal oriental mais seulement un crochon* qui a rebroussé ces couches le long du décrochement de Bellefond, lors du jeu de cet accident.

N.B. 3 : La plupart des détails structuraux des pentes occidentales du Piton de Bellefond ont été délibérément omis (ils sont décrits plus loin dans la présente page).


Dans le compartiment sud-est (par rapport à la faille de Bellefond) l'Urgonien du flanc ouest du synclinal a été totalement enlevé par l'érosion et l'axe du synclinal passait, dans ces couches, un plus à l'ouest que le rebord des falaises qui soutiennent le chalet de Bellefond (il est visible, un peu plus au sud, dans les falaises du Prayet, qui dominent les gorges de Perquelin).

 Le ravin de Bellefond
vu d'aval ( c'est-à-dire de l'ouest), depuis son confluent avec celui de La Saulce.
Seule une vue prise l'hiver permet de distinguer le fond du ravin (caché par les frondaisons pendant les autres saisons).

d.B = tracé du décrochement de Bellefond (il paraît incliné vers la droite, car on le voit de biais par la gauche).

image sensible au survol et au clic

En ce qui concerne les rapports entre tectonique et relief, on remarque que, en contrebas du chalet :
1) le compartiment gauche de la faille, qui est celui soulevé, loin de faire saillie, est érodé en creux (ce qui est une forme d'"inversion du relief"*).

2) le fond du ravin (garni de neige) ne suit pas le tracé de la cassure (ce dernier passe plus à droite, au pied des falaises).
C'est là un phénomène de "dérive" du tracé du thalweg, qui est très habituel : en s'enfonçant dans la lèvre la moins résistante à l'érosion, le thalweg tend, en effet, à s'éloigner du miroir de faille, car il est repoussé par les éboulements qui s'accumulent au pied de l'abrupt de faille.


Les pentes à l'est du Chalet de Bellefond :

Le versant sud-oriental des alpages de Bellefond montre, du nord vers le sud, la réapparition progressive, sous le Sénonien, des terrains sous-jacents du flanc oriental du synclinal : c'est même la disparition des marno-calcaires sénoniens qui correspond à limite l'extension de ces alpages. Mais l'étude des rapports entre les terrains dans ces pentes à l'est du chalet de Bellefond montre l'existence de petites complications tectoniques.

En effet la dalle urgonienne à pendage vers l'ouest qui forme le versant occidental de la crête de Bellefond - Rocheplane est parcourue par un faisceau de failles orientées à peu près N-S. Du côté septentrional, à la latitude des alpages de Bellefond, ces failles interfèrent avec un décrochement satellite de celui de Bellefond, qui les coupe et les décale.

L'examen des pentes séparant le chalet de Bellefond du pas de Montbrun, en marge sud des alpages du col de Bellefond, révèle que le fonctionnement de ces failles N-S est très ancien, antérieur au plissement de la Chartreuse (il remonte à l'Aptien c'est-à-dire à l'époque du dépôt des couches de la Lumachelle).

image sensible au survol et au clic

 
Les alpages et la crête de Bellefond, vus du nord-ouest, depuis le sommet de la Scia.
d.B = décrochement de Bellefond ; d.BE = décrochement satellite oriental ; FLi, FLm,. FLs = failles N-S inférieure, moyenne et supérieure des pentes du piton de Bellefond. Noter que la lame rocheuse qui porte la cabane de Bellefond est limité eu côté est par une faille secondaire qui se connecte à la faille principale vers le bas et sans doute vers le haut (mais au sein du Sénonien) : elle constitue une navette typique.

 

 L'extrémité sud-est des alpages de Bellefond

vue du nord, depuis le premier lacet du sentier du col.

La faille inférieure, f. Li, du faisceau de cassures longitudinales (N-S) montre son miroir d'enfilade.
En arrière-plan elle est sectionnée par le décrochement D', satellite méridional de celui de Bellefond (elle est décalée dans le sens dextre et son tracé reporté vers la droite, en dehors du champ de la photo).

La Lumachelle du compartiment abaissé (à droite, côté ouest) est rebroussée en crochon.
Les enduits de brèche et/ou de conglomérats sont peu épais sur le miroir de cette cassure ; ils sont plus développés sur les failles situées plus haut dans la pente.

On y voit en effet, sur chacune de ces failles, que les couches de la Lumachelle du compartiment inférieur, occidental, s'appuient sur l'Urgonien du miroir de faille en s'y enrichissant de fragments d'Urgonien éboulés de sa lèvre soulevée. Par ailleurs, au sommet de l'Urgonien de cette lèvre orientale, les couches plus élevées de la Lumachelle cachettent* ce même miroir de faille.
Ces cassures sont donc très anciennes, puisqu'elles se sont formées lors du dépôt des couches de la Lumachelle. Le fait qu'elles aient fonctionné alors même que ces couches se sédimentaient encore, donc en milieu sous-marin en fait un bel exemple de tectonique synsédimentaire.


Coupe transversale d'une des failles longitudinales

Schéma synthétique**, montrant à la fois le crochon dans la Lumachelle, le cachetage de la faille vers le haut et son enduit de conglomérat vers le bas.
(l'orientation est à l'envers de celle du cliché précédent mais elle est la même que pour la photo ci-après).

**[NB : il s'agit d'une coupe "synthétique" qui prend en compte des observations faites en différents points] 

 

image sensible au survol et au clic

 Le miroir de la faille moyenne
(f.Lm) vu d'enfilade depuis le sud

La surface de cassure est ici dédoublée de part et d'autre d'une lame d'Urgonien (c'est-à-dire d'une navette*).
Les deux miroirs sont entaillés d'une rigole verticale dans laquelle se loge une langue de conglomérat à éléments d'Urgonien et à ciment de Lumachelle.


L'ancienneté de ces failles explique que leur pendage soit sub-vertical, en dépit du fait qu'il s'agit de cassures de type "normal" (distensif), dont le pendage devrait être bien moindre : ce devait être originellement le cas, mais ces failles ont été basculées avec les couches, lors du plissement (lequel n'est intervenu que très ultérieurement).

version plus grande de cette figure

Les deux étapes qui ont abouti à la disposition actuelle des failles longitudinales du chaînon de la Dent de Crolles
a) Débitage de la dalle urgonienne par une extension est-ouest, à l'Aptien (époque de dépôt de la Lumachelle)
b) Plissement, à axe N-S, qui bascule (et éventuellement tord) les surfaces de failles.


C'est à cette famille de cassures qu'appartiennent aussi les failles N-S de la Dent de Crolles, notamment les failles du Prayet et du Paradis, dont les failles des alpages de Bellefond représentent le prolongement septentrional (mais sans que l'on puisse déterminer avec une certitude absolue laquelle prolonge laquelle, car il semble y avoir des relais entre fractures, du sud au nord : voir la carte).

Ce secteur est visité par les itinéraires du fascicule1B


Les pentes qui descendent de la Lance sud de Malissard, au nord du chalet de Bellefond, et celles du Chaos, au sud du chalet (à mi-distance de la butte du Prayet), présentent des particularités ne relevant pas de la tectonique, mais de l'érosion quaternaire : elles sont décrites à la page "abords du chalet de Bellefond".


Tableau général des pages consacrées aux différents secteurs du chaînon des Hauts de Chartreuse :
Granier col et Porte de l'Alpette
Pinet, plateau de l'Alpette col de l'Alpe 
 Saint-Même Aup du Seuil
Lances de Malissard crête de Bellefond 
vallon et col de Bellefond Chalet de Bellefond 
Sources du Guiers, Trou du Glas Dent de Crolles 
   Cartes du chaînon Crolles - Bellefond


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Grenoble et Domène
Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Lances de Malissard

Saint Même

La Flachère
Scia LOCALITÉS VOISINES Aulp du Seuil

chalet de Bellefond

Crête de Bellefond

Petites Roches
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 12/05/16