montagne d'Izieu

le chaînon le plus méridional du Jura en rive droite du Rhône

La montagne d'Izieu représente le promontoire le plus méridional des chaînons jurassiens occidentaux du Bugey, que le Rhône est obligé de contourner par le sud, à Saint-Genix avant de s'écouler vers le NW en suivant alors, au contraire, le flanc occidental de ces chaînons .

image sensible au survol et au clic

L'extrémité sud-orientale des chaînons du Bugey occidental, vue du sud depuis les environs du village du Sougey (à l'est des Abrets).
a.T = anticlinal de Tentanet (éventré par l'érosion à l'est de Groslée : le Bathonien de son cœur y arme l'échine du Mont Pela, qui est un modeste mont dérivé) ; s.I = synclinal d'Izieu ; a.P = anticlinal de Prémeyzel.
Tous ces plis ont leurs axes qui plongent vers le SE, de sorte que leur voûte s'ennoie dans cette direction, dès la latitude de Saint-Genix, sous le Miocène du Bas Dauphiné. Toutefois la surface de transgression des molasses miocènes est masquée sous les alluvions du Rhône (elle est visible plus à l'est dans le versant sud du Mont Tournier).

À l'est de la barrière constituée par ces chaînons, le cours du Rhône, qui rejoint sa dérivation à Virignin, au sortir de la cluse de La Balme s'écoule du Nord vers le Sud en suivant à peu le flanc oriental du synclinal de Belley. En effet si le tracé du lit du Rhône est affecté d'amples méandres, le bord oriental de sa plaine alluviale longe sensiblement de façon rectiligne le pied des escarpements du crêt du Mont Tournier ; elle y masque presque partout la retombée ouest des couches affectées par l'anticlinal qui arme ce chaînon (voir la page "Mont Tournier") .

image sensible au survol et au clic

La plaine du Rhône en aval de Belley vue du sud, depuis le belvédère du Borgey (au nord-ouest de Saint-Maurice de Rotherens).
a.P
= anticlinal de Prémeyzel ; a.mT= anticlinal du Mont Tournier.


Cette partie N-S du cours du Rhône se termine peu au nord de Saint-Genix-sur-Guiers. à la latitude du sommet du Mont Tournier : le lit du Rhône s'y coude à 90° vers l'ouest en contournant , au village de Trémurs, l'éperon rocheux que constitue, en rive droite l'échine orientale du Mont Gela, dernier relief de la montagne d'Izieu.

Cette montagne est un typique mont jurassien* armé par les calcaires du Jurassique supérieur et du Néocomien ployés par l'anticlinal de Prémeyzel. Ce pli est le plus oriental du faisceau de plis de l'extrémité méridionale du Jura, qui arment les chaînons du Bugey à l'ouest de la dépression de Belley. Il flanque du côté NE le pli principal de ces chaînons, qui est le grand anticlinal de Tentanet, et en est séparé par l'étroit synclinal d'Izieu.

image sensible au survol et au clic

La montagne d'Izieu, vue du sud-est, depuis le belvédère du Borgey (au nord-ouest de Saint-Maurice de Rotherens).
a.Pr
= anticlinal de Prémeyzel : il est vu presque selon son axe, qui plonge vers l'observateur : noter sa forme coffrée bien caractérisée ; s.B = synclinal de Belley.


Comme partout à cette latitude la succession stratigraphique sur laquelle s'est déposée la molasse miocène se termine par le Valanginien ou l'Hauterivien (l'Urgonien et les terrains plus récents ont été érodés à l'Éocène. Ce chaînon se termine là parce que sa voûte anticlinale s'enfonce vers le sud, au niveau de la vallée du Rhône, sous les molasses du sillon périalpin*. Toutefois ces couches n'affleurent pas au niveau de la courbe du Rhône, sans doute masquées par les alluvions fluviatiles rhodaniennes, mais seulement 4 km plus au sud en rive gauche du Rhône, dans les pentes au SE de Champagneux (Grésin).

 En tous cas le miocène de Saint-Genix devait se connecter avec celui du synclinal de Belley par l'intermédiaire de l'étroit goulet qu'emprunte le Rhône à Trémurs. On peut se demander si, à cette latitude, les terrains mésozoïques des deux bords de ce goulet pouvaient, comme plus au nord, se raccorder par une simple flexion synclinale : il semble plus probable que l'obliquité de l'anticlinal de Prémeyzel par rapport à celui du Mont Tournier et la forte dénivellation qui sépare leurs voûtes, a dû aboutir à une rupture des couches, et probablement au chevauchement de celles, très surélevées, du Mont Tournier : c'est bien ce qu'indique l'analyse de cette montagne.

 


cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles La-Tour-du-Pin et Chambéry

.
Carte géologique très simplifiée
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074



Mont Tentanet

Belley

Yenne
...

LOCALITÉS VOISINES

Mont Tournier

...

Pont de Beauvoisin

Dullin
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Avant-Pays

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 19/11/16