Ruitor, Grand Assaly
crêtes et vallon frontaliers de rive droite de l'Isère au nord de Sainte-Foy

Le massif du Ruitor culmine en Italie avec le sommet de ce nom, qui domine du côté oriental le vallon et le village de Valgrisanche. Il est évidé par un grand cirque glaciaire qui est drainé du côté nord-ouest par la Doire Baltée (village de La Thuile). À son cœur comme dans les crêtes qui le ceinturent l'érosion a mis à nu le socle cristallin briançonnais, qui est constitué de gneiss et micaschistes variés ayant plus ou moins bien conservé les traces d'un métamorphisme anté-alpin

Ces roches ont d'abord été métamorphisées (au paléozoïque) au niveau des amphibolites de moyenne pression (600° à 6 kbars). Puis elles ont été rétromorphosées par le métamorphisme alpin, d'abord au niveau dit des "schistes bleus" de haute pression, puis à celui les "schistes verts" (450°, 4 kbars)

Les affleurements de ce socle se prolongent vers le sud jusqu’au Col du Mont (voir la page "Sainte-Foy"), en se limitant au côté italien de la crête frontière, sauf de la latitude de La Becca du Lac à celle du Bec de l'Âne ; sur le territoire français affleure au contraire en large prédominance sa couverture immédiate de dépôts houillers.

image sensible au survol et au clic

La partie nord du massif du Ruitor, vue de l'ouest, depuis le mont Belvédère (sur la frontière franco-italienne).

C'est la crête frontière qui ferme ce cirque d'abord du côté sud, à l'ouest du Grand Assaly, puis du côté ouest à partir du sommet secondaire de la Becca du Lac. Du côté français le pourtour sud-occidental du massif du Ruitor est entaillé d'ouest en est par les vallons de la Louye Blanche, de La Sassière puis de Mercuel, qui se réunissent au nord de Sainte-Foy pour former le torrent de Saint-Claude, affluent de rive droite de l'Isère sur cette transversale.

image sensible au survol et au clic

La crête frontière franco-italienne, fermant les hauts vallons au NE de Sainte-Foy, vue du sud depuis le col de la Pierre d'Arbine.
hr = grès et schistes houillers ; hcg = grès et conglomérats permo-houillers ; gnR = gneiss du Ruitor.
a.Br = anticlinal du Bec Rouge ; s.S = synclinal de la Savonne ; a.Pl = anticlinal de la Plane ; s.Dr = synclinal des Dents Rouges ; a.Oe = anticlinal des Oeillasses ; s.T = synclinal du Tachuy.

Ces vallons sont sculptés dans les couches du Houiller briançonnais, de type molassique, qui résultent de l'érosion de la chaîne hercynienne. On y distingue l'alternance de deux formations, l'une formée de grès et schistes prédominants, datée localement du Namurien et l'autre, classiquement attribuée au "permo-houiller", où prédominent au contraire des conglomérats plus ou moins massifs.

image sensible au survol et au clic

Le Grand et le Petit Assaly, vus des abords du Lac du Petit (sous le col de Tachuy, versant français).
Ces deux sommets sont formés respectivement en prédominance de conglomérats et de grès houillers.

Ces deux formations affleurent en bandes allongées SW-NE qui représentent vraisemblablement des alternances de plis respectivement synclinaux et anticlinaux.

Le fait que ce soient les niveaux conglomératiques qui reposent sur les gneiss et micaschistes anciens du Ruitor porte en effet à envisager qu'ils soient, en fait, non pas stéphaniens mais plus anciens que les niveaux schisto-gréseux. Toutefois les auteurs de la carte considèrent au contraire que cela est dû à ce que la succession houillère repose sur le socle en série renversée et par contact tectonique (ce qui est tout de même une géométrie peu compréhensible ...)
L'interprétation suggérée ici semble d'autre part confirmée par le fait que la bande conglomératique du Bec Rouge se termine vers le sud, au nord de Sainte-Foy, en dessinant (d'après la carte) un anticlinal et que la plupart des bandes de schistes houillers traversées par la crête se resserrent ou même se ferment vers le bas. Cette interprétation, sur laquelle sont basées les annotations des clichés de cette page, aboutit à considérer les bandes de conglomérats comme anticlinales et celles de schistes comme synclinales.


image sensible au survol et au clic
Les crête du versant ouest de la crête frontière, vu des pentes du col de Tachuy.
Côté français le bord occidental du bombement de socle du Ruitor s'abaisse rapidement sous sa couverture de Houiller.



image sensible au survol et au clic

Le versant sud de la crête frontière au nord des ruines du village de la Sassière.
a.Pl = flanc oriental de l'anticlinal de la Plane ; s.Dr = synclinal des Dents Rouges ; a.Oe = anticlinal des Oeillasses ; s.T = synclinal du Tachuy ; d.A? = décrochement d'Averne (prolongement hypothétique).



Roches moutonnées, au nord des chalets de la Sassière (rocher coté 2307, situé 0,5 km en aval du lac du Petit)

 

aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Sainte-Foy-Tarentaise.


Carte géologique simplifiée des abords sud-ouest du massif du Ruitor

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M. Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud

Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


La Thuile

(col du Petit Saint-Bernard)

LOCALITÉS VOISINES

Sainte-Foy

Le Clou

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 12/08/19