Aiguille du Fruit, montagne de la Grande Val
entre les hauts vallons de Méribel et Courchevel

L'Aiguille du Fruit est le sommet le plus marquant du chaînon qui sépare les vallons de Méribel et de Courchevel. Elle y appartient à la couverture briançonnaise "carbonatée" (Trias moyen à Éocène) de la zone houillère de Vanoise occidentale.

Sa succession stratigraphique se singularise toutefois un peu par une lacune des dolomies ladiniennes et des couches du Trias supérieur : ceci la distingue quelque peu des autres unités à succession briançonnaise "classique".

Au sein de cet ensemble elle constitue une unité tectonique relativement indépendante du fait d'un certain isolement tectonique. En effet elle est séparée de ses voisines occidentales par la faille du col du Fruit qui la juxtapose aux terrains paléozoïques de La Saulire et qui prolonge vers le nord la faille de Gébroulaz du haut vallon du Doron des Allues ; elle est séparée des unités plus orientales (Roc de la Pèche) par la dépression de la Grande Val et ses larges affleurements de gypses et cargneules; du côté méridional elle est également séparée des couches sédimentaires du Mont Coua par la bande de cargneules qui détermine le vallon de Chanrouge. Enfin à l'est du col de Chanrouge et du vallon du Pêtre une zone largement garnie d'alluvions quaternaires ne permet guère de voir quels sont ses rapports exacts avec le chaînon de l'Aiguille de Chanrossa.

image sensible au survol et au clic

Le chaînon de l'Aiguille du Fruit, vu du sud depuis le Col Rouge.
f.cF = faille du col du Fruit ; s.aF = synclinal couché de l'Aiguille du Fruit (vu pratiquement dans son axe).

Sa pyramide rocheuse, d'aspect plutôt rébarbatif, est presque entièrement formée par les calcaires et dolomies triasiques. Du côté occidental ces couches donnent de hauts abrupts car leur hauteur d'affleurements est accrue du fait qu'elles y dessinent la charnière d'un grand pli d'axe presque N-S.

image sensible au survol et au clic

L'aiguille du Fruit vue du nord, depuis la Saulire
La charnière du synclinal couché de l'Aiguille du Fruit (s.aF) se voit en coupe sur l'arête ouest (à droite) et sous forme d'une dalle structurale en rouleau sur l'arête nord-est ; f.cF = faille du col du Fruit : on voit qu'elle coupe le pli transversalement ; la Pointe Émilienne est un bloc hectométrique déplacé en navettte*, le long du plan de faille.

Ce pli s'avère être un synclinal couché ouvert vers l'est, car on voit du côté est qu'il s'ouvre en laissant affleurer un coeur formé de Jurassique et de Crétacé. C'est dans ces couches, relativement faciles à affouiller, que s'est creusée la dépression des Lacs Merlet (que tendent à envahir les glaciers rocheux formés par les éboulis de pied de falaise).

image sensible au survol et au clic
 
L'aiguille du Fruit vue rapprochée, de l'est, depuis les abords du refuge des lacs Merlet (en premier plan le lac Merlet oriental).
La dépression des lacs est logée dans les marbres chloriteux du cœur du synclinal couché de l'Aiguille du Fruit (s.aF), affouillés par l'érosion glaciaire (de la moraine couronne le verrou de retenue du lac).

En outre ces couches dessinent plus à l'est un anticlinal de la grande Val dont la voûte s'ennoie vers le sud sous les cargneules du Plan du Pètre. En fait celles-ci représentent l'extrémité méridionale des affleurements de La Dent de Villard et sont donc à rattacher à la nappe des gypses.

image sensible au survol et au clic

L'Aiguille du Fruit et la rive gauche du vallon de La Rosière, vus de l'est, depuis le sommet du Petit Mont Blanc.
n.G = nappe des gypses ; s.aF = synclinal de l'Aiguille du Fruit (c'est en son cœur qu'est logée la klippe de cargneules du Plan du Pêtre) ; a.gV = anticlinal de la Grande Val.

C'est apparemment à cet ensemble qu'il faut rattacher aussi, au titre de klippe reposant sur les cargneules et conservée au coeur du synclinal de l'Aiguille du Fruit, les affleurements de matériel carbonaté briançonnais du Roc Merlet

Du côté oriental de la montagne de La Grande Val une cassure, à tracé masqué sous les cargneules du fond de vallon, qui semble avoir déterminé le tracé du torrent de La Rosière : elle surhausse en effet les calcaires triasiques de la voûte anticlinal de la Petite Val par rapport à celle de la Grande Val (voir la page "Portetta") ...

aperçu général sur la Vanoise

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Moûtiers et Modane


Carte géologique simplifiée des abords de l'Aiguille du Fruit

redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
plus au nord ;
plus à l'ouest < cartes voisines > plus à l'est
plus au sud
Autre découpage de la même carte, par coupures moins agrandies et couvrant des secteurs plus larges


Méribel

Courchevel

Dents de Portetta
Ménuires

LOCALITÉS VOISINES

Petit Mont-Blanc

Val Thorens

Mont Coua ; Gébroulaz

Roc de la Pêche
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

accueil section Vanoise

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/05/19