alpages et crêtes du haut Rouchouse
les hauts vallons suspendus entre l'Ubayette et la crête frontière (à l'est du chainon de Tête Dure)

Le cours du torrent du Rouchouse est formé de deux parties :
- son cours inférieur, assez raide, rejoint l'Ubayette à Larche. Il est dirigé orthogonalement aux couches de l'unité de Tête Dure (bande d'affleurements les plus occidentaux de la nappe du Rouchouse). Ces couches plongent vers le SW, plus vite que la pente topographique, et s'enfoncent sous les nappes de l'Embrunais avant d'atteindre la vallée de l'Ubayette.
- le vallon supérieur, très ouvert et garni d'alpages. Il est installé sur les couches peu inclinées de la voûte de l'anticlinal du Rouchouse et le fond de la dépression suit assez exactement le tracé de la faille du Ruburent. Les collines qui accidentent cette dépression et les petites montagnes qui la bordent le long de la crête frontière sont sculptées dans les terrains de la nappe du Rouchouse. Ils y sont ployés en un large anticlinal et abaissés, par le jeu de la faille du Ruburent, par rapport au chaînon de Tête Dure, de sorte que le Trias du coeur anticlinal n'y perce guère et reste le plus souvent masqué sous le Jurassique (essentiellement du Dogger), qui disparaît lui-même très souvent sous les marbres en plaquettes (ce qui explique la mollesse du relief).

image sensible au survol et au clic

Le vallon du Rouchouse et les crêtes qui le ferment du côté oriental vus du nord-ouest, depuis le sommet de la Viraysse.
n.S = nappe de Sautron ; n.Ro = nappe du Rouchouse ; a.R = anticlinal du Rouchouse ; f.Ru = faille du Ruburent ; u.TD = unité de Tête Dure (compartiment occidental de la nappe du Rouchouse).
Noter le contraste de relief entre la dépression du Haut Rouchouse et les montagnes du chaînon de Tête Dure, qui la bordent du côté ouest (droit ). Il est dû à ce que la première est ouverte dans les marbres en plaquettes (cs) de la partie haute de la succession de la nappe du Rouchouse, tandis que les secondes sont formées par la partie inférieure de la succession de cette nappe, surélevée par la faille du Ruburent.
À la voûte de l'anticlinal du Rouchouse (a.R) le Trias et le Jurassique de la nappe du même nom n'émergent qu'à peine de leur épaisse couverture de marbres en plaquettes, où l'érosion a sculpté des montagnes en forme de taupinières (coiffées même d'un chapeau de flysch noir à la Tête de la Costa del Col).
Une faille NW-SE, mineure (f.L), longitudinale par rapport à la voûte du pli, abaisse son flanc est.
Plus au nord cet ensemble schisteux s'enfonce sous le chevauchement de la nappe de Sautron.
(suite du panorama, vers la gauche, à la page Sautron)



Coupe de la partie septentrionale de la dépression du Rouchouse, passant peu au sud-est de Larche (orientée comme le cliché ci-dessus) :
la moitié gauche de la coupe coupe les crêtes du haut Rouchouse ; la moitié droite correspond à la rive sud du cours inférieur du torrent du Rouchouse.
Nappes briançonnaises (de bas en haut de l'empilement) : n.Ro = nappe du Rouchouse ; n.S = nappe de Sautron.
a.Ro = anticlinal du Rouchouse ; f.R = faille du Ruburent ; u.S = unité de Serenne ; s.M = synclinal de Meyronnes ; n.P = nappe du Parpaillon.
extrait de la publication n° 024, 1958, (retouché) légende des figurés (nouvelle fenêtre)


Du côté méridional, à partir du col de la Gipière, la dépression du Rouchouse s'étrangle, car les terrains tendres de la partie supérieure de la nappe du Rouchouse s'y enfoncent doucement sous les calcaires triasiques de la nappe de Sautron, qui forment le chaînon de la Tête de Moyse.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes frontalières du haut Rouchouse et du versant Maira, vues d'avion depuis le sud-est, dans l'axe de la voûte anticlinale du Rouchouse .
Les alpages du haut vallon du Rouchouse sont installés sur les marbres en plaquettes et le Dogger du sommet de la succession de la nappe du Rouchouse (NRo). Ces terrains sont mis à nu par l'érosion qui a enlevé une large portion de la nappe de Sautron (NS) à la voûte de l'anticlinal du Rouchouse, en y ouvrant une fenêtre*.
En avant plan les reliefs dolomitiques des crêtes de la Tête de Moyse appartiennent à la nappe de Sautron. L'anticlinal du Rouchouse y dessine des ondulations secondaires : s.E = synclinal d'Enchiausa : a.PT = anticlinal de la Punta Le Teste.



Coupe de la partie méridionale de la dépression du Rouchouse (partie gauche passant en rive droite du torrent de l'Orrenaye), orientée à l'inverse de la coupe précédente.
légende des figurés (nouvelle fenêtre)
n.P = nappe du Parpaillon ; u.S = unité de Serenne ; s.M = synclinal de Meyronnes ; f.R = faille du Ruburent ; a.Ro = anticlinal du Rouchouse.
Nappes briançonnaises (de bas en haut de l'empilement) : n.Ro = nappe du Rouchouse ; n.S = nappe de Sautron.
(extrait de la publication n° 024, 1958, retouché)



 Carte géologique simplifiée des montagnes entre Acceglio et le col de Larche.
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

carte cliquer sur les imagettes Légende
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Larche et Aiguille de Chambeyron
consulter l'aperçu structural général sur lesmontagnes de l'Ubayette
consulter l'aperçu structural général sur la zone briançonnaise méridionale

Viraysse

Tête de Sautron

Chiappera
Larche

LOCALITÉS VOISINES

sources de la Maira

Tête Dure

Orrenaye

Tête de Moyse

 accueil HAUTE UBAYE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 18/04/16