Ornon, vallée supérieure de la Lignarre

partie septentrionale de la dépression du col d' Ornon

Le col d'Ornon fait communiquer, au nord, la vallée de la Lignarre, affluent de la Romanche, avec celle de la Malsanne, affluent de la Bonne, qui se place dans son prolongement méridional. Toutes deux ont leur thalweg qui passe peu à l'est du tracé de la faille du col d'Ornon, accident majeur qui court au pied des abrupts descendant du Chaînon du Taillefer. Du fait de cette situation ces deux vallées ont la même origine structurale car l'une comme l'autre sont creusées dans le contenu du même hémigraben* que limite du côté ouest la faille du col d'Ornon.

image sensible au survol et au clic

La dépression du col d'Ornon, au nord du col vue du nord, depuis le col de la Buffe (entre Ornon et Oulles) (orientation inverse de la coupe ci-après).
a.Pg = anticlinal de Prégentil ; s.Li = synclinal de la Lignarre ; s.O = synclinal d'Ornon ; f.cO = faille du col d'Ornon ; ØT = chevauchement du Taillefer (extrémité orientale).


Toutefois, depuis les abords du col d'Ornon vers le nord, le cours de la Lignarre s'éloigne de plus en plus du tracé de cette faille pour rejoindre la vallée de Bourg-d'Oisans au cœur du contenu du fossé sédimentaire : aussi recoupe-t-elle en biais, à tour de rôle, les plis qui affectent ce matériel sédimentaire. Les villages d'Ornon sont tous implantés sur la bande de schistes plus ou moins argileux de l'Aalénien et du Toarcien qui s'appuient contre le socle cristallin constituant la lèvre occidentale de la faille.

image sensible au survol et au clic

La vallée de la Lignarre et la station de ski du col d'Ornon vus du sud-ouest, depuis la crête de la Baisse (au nord de Plan-col et à la latitude du col d'Ornon).
La partie orientale du contenu de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans, qui se développe entre les pentes du Taillefer (en premier plan gauche) et celles des Grandes Rousses, est traversé obliquement par la vallée de la Lignarre, que l'on voit ici d'enfilade.
f.cO = faille du col d'Ornon ; a.O =anticlinal d'Ornon ; s.Li = synclinal de la Lignarre ; aPg = anticlinal de Prégentil ; sV = synclinal de Villard Reymond
noter la disposition renversée (base à l'est) de la succession stratigraphique qui s'appuie presque directement contre la faille du col d'Ornon, à gauche du col de la Buffe.
Dans le lointain le tracé de la faille du col d'Ornon se coude nettement aux approches d'Allemont (mais ce coude est ici accentué par la perspective).



Coupe d'ensemble du "synclinal" de Bourg-d'Oisans au niveau du col d'Ornon.
La partie orientale du contenu de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans, qui se développe entre les pentes du Taillefer (en premier plan gauche) et celles des Grandes Rousses, est traversé obliquement par la vallée de la Lignarre, que l'on voit ici d'enfilade.
En haut on s'est surtout attaché à représenter la géométrie des plis actuellement observables ; en bas on a reconstitué l'hémigraben avant plissement et localisé (à gauche) le paquet glissé de cristallin (olistolite) de la Grenonière (qui a délibérément été omis, par simplification, sur la coupe supérieure).


Les plis qui affectent le contenu de l'hémigraben sont en général difficiles à voir dans les versants, car ils sont entaillés en biseau par la vallée. Par contre on les voit fort bien dans la partie aval de la vallée, aux abords d'Oulles et de La Paute, car son cours devient plus transverse, proche d'E-W, peu avant de rejoindre la Romanche dans la plaine de Bourg-d'Oisans.


À la latitude du hameau de la Grenonière d'Ornon le torrent du Rif Garcin descend du plateau septentrional du Taillefer en entaillant assez profondément la zone de contact des terrains sédimentaires contre le socle cristallin. La coupe naturelle qu'il en donne révèle des complications inattendues, qui témoignent de l'insuffisance des schémas simplistes que l'on utilise généralement pour représenter les limites entre blocs basculés et hémigrabens* (cf. publication085).

image sensible au survol et au clic

La retombée orientale du chaînon du Taillefer vue de l'est, depuis le sommet de Prégentil.
f.cO = faille du col d'Ornon ; ØT = chevauchement du Taillefer ; f.s = surface de cassure secondaire ; f.E = faille de l'Echaillon (voir la page "Lac Fourchu") ; cr. = lame de cristallin (amphibolites) interstratifiée, en olistolite, dans le Toarcien et coiffant la faille du col d'Ornon dans les pentes qui s'élèvent vers la droite (vers le nord) : sa surface de glissement est figurée en tirets pourpres.
td = dolomies triasiques ; qz = filon de quartz d'épaisseur pluri-métrique soulignant la faille f.s dans le flanc sud-est de la bosse cotée 1827.


En rive gauche de ce torrent la route pastorale de la Basse Montagne (par laquelle on peut accèder au plateau des lacs du Taillefer) montre, peu à l'ouest du départ du sentier du Chalet communal, le contact direct des calcschistes toarciens sur les schistes cristallins.
Mais, en contrebas de la route, l'entaille du torrent montre que ces premiers affleurements de schistes cristallins reposent sur des bancs de Lias calcaire. Ces derniers, qui affleurent dans le fond du ravin, se biseautent vers l'ouest contre le cristallin de l'amont du torrent et sont coiffés par une lame de cristallin qui, plus haut, au niveau de la route, s'appuie directement sur le reste du socle.

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive gauche de la Lignarre à la latitude d'Ornon vus du sud-est, depuis les pentes de la station de ski du col d'Ornon.
La surface de la pénéplaine anté-triasique (soulignée de tirets rouges) est dénivelée par plusieurs failles extensives, orientées à peu près N-S, qui ont sans doute fonctionné au Jurassique comme des satellites de la faille du col d'Ornon : f.E = faille du ravin de l'Échaillon ; f.cc = faille du chalet communal .
f.cO = faille du col d'Ornon. Cette cassure disparaît ici (passagèrement), en rive gauche du Rif Garcin, sous des affleurements de cristallin qui forment les pentes au dessus de la route sylvo-pastorale de la Basse Montagne et qui s'effile tant vers le bas que vers le sud. Cette disposition est interprétée comme le résultat de la mise en place d'un panneau rocheux glissé (olistolite), provenant de la lèvre ouest, surélevée, de la faille, pendant la sédimentation liasique (au Toarcien) : voir plus de détails ci-après.
ØT = chevauchement du Taillefer : il se manifeste ici par un décalage sénestre du tracé de la faille du col d'Ornon.
s.O = synclinal d'Ornon : ce pli représente le prolongement septentrional du synclinal du Lac Labarre ; comme son axe est oblique à l'allongement de l'hémigraben de Bourg-d'Oisans, il se termine peu au nord, à Oulles, en sifflet contre la faille du col d'Ornon).


Cette lame s'intercale, à ce niveau, entre le Lias calcaire et les calcschistes toarciens qui la recouvrent par l'intermédiaire de lits bréchiques. Elle est garnie d'un peu de de dolomies triasiques et se termine plus bas par effilement : elle représente donc un olistolite interstratifié dans la succession stratigraphique. Cet olistolite a dû se détacher de la partie haute du socle cristallin de la lèvre ouest de la faille, car il supporte en plusieurs autres endroits (notamment dans le haut du versant le long du sentier du Chalet communal) de minces placages de dolomies triasiques et de calcaires liasiques.

.
Coupe naturelle de la rive gauche du vallon du Rif Garcin à l'ouest de la Grenonière d'Ornon
photo depuis la rive droite (méridionale) du Rif Garcin et croquis explicatif (extrait de la publication 085).
N.B la coupe inférieure correspond à la partie basse (alt. 1400) du ravin du Clot de l'Homme, au nord-ouest du hameau du Guillard. Elle montre que sur cette transversale la lame de schistes cristallins est complètement effilée et que le Toarcien y repose directement sur la Lias calcaire.


D'autre part le Lias du fond du ravin s'appuie sur le cristallin de la masse inférieure par des biseaux de onlap* et en est séparé par un fort placage de brèches diverses. Ces dispositions attestent clairement que ce contact correspond à une faille synsédimentaire, qui n'est autre que la faille du col d'Ornon.

.
Détail du contact du Lias sur le cristallin
, en rive gauche du Rif Garcin.
Les bancs du Lias s'appuient, en onlap* et par l'intermédiaire de brèches à matériel dolomitique ou cristallin, sur la surface de cassure de la faille du col d'Ornon. ( schéma extrait de la publication085)


Vue d'ensemble sur la dépression du col d'Ornon
Pour plus de développements consulter la publication108.

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille La Mure.





(Lac Fourchu)

Oulles, La Paute

Bourg d'Oisans
(Taillefer)

LOCALITÉS VOISINES

Villard- Reymond

(Armet)

Col d'Ornon

Grand Renaud NW
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section OISANS

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 23/10/16