vallons amont du Charmaix
versant septentrional des cols de la Vallée Étroite et de la Roue

Les hauts vallons affluents du torrent du Charmaix (qui se jette dans l'Arc à Modane) drainent vers le nord le versant septentrional de la crête de partage des eaux entre le bassin de l'Arc et celui de la Doire Ripaire. Cette crête court d'ouest en est depuis le Mont Thabor jusqu'au sommet du Grand Argentier en passant par le col de la Vallée Étroite, la cime de Gran Bagna et le col de la Roue.

image sensible au survol et au clic

Les hauts vallons du Charmaix (vallon de Fontaine froide et le versant septentrional du col de la Vallée Étroite), vus du NE depuis le sommet du Petit Argentier.
ØSL = surface de contact entre schistes lustrés unités briançonnaises ; f.fF = faille de Fontaine Froide ; f.Cl = faille de la Clarée ; f.J = faille du Jeu ; u.C = unité du Clos ; ØC = chevauchement du Clos ; f.S = faille du Séru ; a.gM = anticlinal de la Grande Montagne (rompu par la faille du Séru) ; a.R = anticlinal de la Replanette.
"hsgm" = Houiller moyen schisto-gréseux ; "hcgi" = houiller inférieur conglomératique.


La partie la plus occidentale de ces vallons appartient à la bordure orientale de la zone houillère briançonnaise. La déformation tectonique s'y caractérise par des intrications d'écailles* de terrains post-carbonifères d'abord imbriquées puis qui ont été basculées à la verticale et même au-delà, selon le schéma ci-après.


version plus grande de cette image
Coupes schématiques du massif du Thabor - Crête des Sarrasins
État actuel (2) et état antérieur aux mouvements de rétrodéversement (1)
Légende des couleurs conforme à la carte géologique de la Maurienne : gris = houiller ; brun = permo-Trias (quartzites et Verrucano) ; jaune d'or = carbonates triasiques.
ØTh = chevauchement du Thabor ; ØRR = chevauchement du Roc Rouge ; ØC = chevauchement du Clos ; ØTu = chevauchement de la Turra
a.GM = anticlinal de la Grande montagne (charnière principale de rétrodéversement ; a.M = anticlinal du Mounioz (il affecte toutes les unités imbriquées de ce versant) ; a.Tu = anticlinal de la Turra.
Sur ce schéma on n'a pas figuré la faille du Séru, ni celles de la Clarée et des Acles, qui ont recoupé, plus tardivement, les plis qui ont basculé les chevauchements originels.


Le col de la Vallée Étroite lui même est ouvert dans une belle bande de cargneules orientée N-S qui sépare les quartzites du passage Sainte-Marguerite à l'ouest vis-à-vis des calcaires triasiques du sommet de la Gringoil, à l'est. Elle souligne le tracé de la surface de chevauchement de l'écaille du Clos du système d'imbrications des Sarrasins (voir les pages "Sarrasins" et "Thabor NE").

L'arête rocheuse du sommet de la Gringoil, qui descend jusqu'à l'échine du col de la Replanette, représente le prolongement des calcaires triasiques de l'écaille la plus orientale de l'imbrication des Sarrasins (écaille du Clos) ; les couches houillères et permo-werféniennes qui affleurent au nord du col de la Replanette en représentent la semelle siliceuse. Elles y dessinent un anticlinal de Replanette qui a la forme d'une ample voûte (sa forme rappelle d'ailleurs celle que dessine l'écaille de la Turra en rive opposée du torrent : voir la page "Sarrasins"). Sa surface de chevauchement est masquée par la bande de cargneules que suit le lit du torrent de la Grande Montagne depuis la Replanette jusqu'au col de la Vallée Étroite.

image sensible au survol et au clic

Le vallon de la Grande Montagne, vu du nord depuis les pentes de la Turra (en rive gauche).
f.Cl = faille de la Clarée ; a.R = anticlinal de la Replanette ; u.C = unité du Clos ; ØC = chevauchement du Clos ; f.S = faille du Séru.


Entre les cols de la Vallée Étroite et de la Fontaine Froide, les unités plus orientales de l'imbrication des Sarrasins ne sont pas présentes. Il apparaît que cela résulte du fait que ce dispositif est coupé en biais par le système des failles du "linéament briançonnais oriental", ici disposé selon un azimut plus NE-SW que celui, N-S, des unités de la zone houillère. Ce grand accident est représenté à cette latitude par le couloir de failles d'Arrondaz ; ce dernier est limité par deux cassures majeures, à forte inclinaison qui se prolongent au sud par celles qui délimitent le chainon des Rois Mages : ce sont, à l'ouest, la faille du Jeu et à l'est la faille d'Arrondaz, qui prolongent respectivement la faille de La Clarée et celle des Acles (voir carte et schéma en fin de page).

Sur le versant septentrional de la crête portant ces deux cols ce couloir tectonique a été fortement excavé par les deux vallons de Fontaine Froide et du Col de la Roue qui ont été - surtout le premier - largement envahis par des formations superficielles quaternaires, ce qui masque les détails de son organisation structurale. Toutefois il subsiste assez d'affleurements pour constater qu'entre ces deux cassures ces vallons sont ouverts dans des schistes lustrés en contrebas de l'éperon rocheux du Gran Bagna jusqu'au niveau de la Fontaine Froide, au pied ouest de la crête du Petit Argentier (soit sur presque 2 km).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité septentrionale du chaînon des Rois Mages vue du nord, depuis le sommet du Petit Argentier.
ØSL = surface de contact entre les schistes lustrés et l'unité briançonnaise de Gran Bagna.
f.A = faille d'Arrondaz - Pas du Roc : son tracé se prolonge très vraisemblablement par celui de la faille des Acles (f.A) en dessinant un "V topographique" à la traversée du vallon de la Roue ; f.Cl = faille de la Clarée ; f.fF = faille de Fontaine Froide = branche orientale de la faille du Jeu ; "tq gS" = affleurements de quartzites, micaschistes et gneiss du Sappey intercalés entre les deux failles précédentes.
s.GB = synclinal de l'unité de la Gran Bagna (le chevauchement basal de cette unité, masqué par la crête, est tranché, sous le col de Fontaine Froide, par la faille de Fontaine Froide).


Compte tenu de leur position en fond de vallon, on est enclin à considérer que ces schistes lustrés affleurent en fenêtre* sous ces unités briançonnaises. Cette disposition est certes un peu paradoxale, mais elle peut s'expliquer par le renversement général des structures de la marge orientale de la zone briançonnaise, celles-ci s'étant "rétrodéversées" sur la nappe des Schistes lustrés qui les avait originellement recouvertes (selon le schéma du processus donné en haut de page).

Toutefois on peut aussi envisager que le contact entre unité de Gran Bagna et schistes lustrés soit plutôt une branche de faille prolongeant celle des Acles vers le nord jusqu'à la connecter avec celle de Fontaine Froide : les affleurements sont insuffisants pour trancher entre ces deux interprétations.

Entre la latitude du Petit Argentier et des chalets d'Arrondaz la bande de schistes lustrés intercalée entre les deux cassures N-S disparaît en faisant place vers le nord à une puissante masse de gypses et des cargneules, que borde du côté est la puissante lame de Trias briançonnais de l'unité d'Arrondaz (voir la page "Valfréjus").

image sensible au survol et au clic

Les pentes de rive droite du Charmaix, au sud de la station de Valfréjus vues du sud-ouest, depuis le hameau du Jeu (route pastorale de Fréjus).
f.J = faille du Jeu (cassure la plus occidentale du couloir disloqué d'Arrondaz) ; f.A = faille d'Arrondaz (cachée derrière les rochers d'Arrondaz) ; f.C (à l'arrière-plan) = faille principale de l'accident de Chavière, prolongement probable de la faille d'Arrondaz.


Les contacts entre ces deux ensembles sont masqués, dans le vallon, sous les alluvions glaciaires ; mais il apparaît assez nettement que les calcaires triasiques du Petit Argentier ne reposent pas sur ces schistes lustrés (comme le voudrait l'interprétation en terme de fenêtre) mais s'enfoncent sous eux du sud vers le nord (au point qu'ils forment un chapeau au sommet même du Petit Argentier).


aperçu général sur la tectonique de la zone briançonnaise
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles Névache et Briançon.

Carte géologique très simplifiée de la vallée du Charmaix, en amont de la station de Val Fréjus, et de la partie septentrionale de la Vallée Étroite.

La zone briançonnaise est séparée de la zone piémontaise par le couloir tectonique d'Arrondaz. Ce dernier est limité du côté ouest par la faille de La Clarée (= faille du Jeu) et à l'est par la faille des Acles (= faille d'Arrondaz), toutes deux à pendage oscillant autour de la verticale.

De part et d'autre de ces failles et entre elles affleurent des unités qui sont des fragments des nappes qui ont été empilées, puis plissées et renversées, avant d'avoir été sectionnées par les failles verticales.

version plus grande

Bloc diagramme schématique

montrant les rapports entre les diverses unités, d'une part superposées par charriage et d'autre part juxtaposées par le jeu du faisceau des failles N-S tardives de l'accident d'Arrondaz

Faille des Acles (f.A) = faille d'Arrondaz (f.Ar) ; "faille de la Clarée" (f.Cl) = faille du Jeu (f.J).
Pour simplifier on a omis de représenter la faille du Séru - Lenlon)

Noter l'obliquité de ces failles par rapport aux axes de plis qui reploient les nappes.

Les couleurs sont celles de la carte structurale schématique, ci-dessous.


crête des Sarrasins

Valfréjus

(Aig. de Scolette)
Thabor nord

LOCALITÉS VOISINES

Grand Argentier

(Thabor sud ; Gd Séru)

(Roche Bernaude)

Bardonècchia
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 2/11/16