Grand Argentier
Les confins franco-italiens au sud de la station de Valfréjus

Le chaînon du Grand Argentier se détache vers le nord de la crête frontière franco-italienne, en se dirigeant vers le vallon du Charmaix où il se poursuit par la crête des Rochers d'Arrondaz. Il représente, sur cette transversale des Alpes françaises, le chaînon calcaire le plus oriental, jalonnant ainsi la limite avec le domaine des Schistes lustrés, où de telles roches sont pratiquement absentes.

image sensible au survol et au clic

Le Grand Argentier, vu du NW depuis les Clos (crêtes des Sarrasins).
u.Arr = unité d'Arrondaz ; u.gA = unité de Grand Argentier ; u.pN = unite de la Punta Nera ; u.gB = unité (briançonnaise) de Gran Bagna ; u.fF = unité (fenêtre ?) des schistes lustrés de Font Froide.
f.Ar = faille d'Arrondaz ; f.J = faille du Jeu ; ØSL = chevauchement entre schistes lustrés et unités briançonnaises.
"sL-cs" = successions post-triasiques du Piémontais externe ; "éb." = éboulis ; "gl.r" = glacier rocheux.


Comme il est principalement armé d'une épaisse dalle de dolomies noriennes et que ces couches supportent, sans lacune, une succession liasique, on le rattache au domaine Piémontais externe, comme on le fait, plus au sud, pour le chaînon du Chaberton. Il représente en fait le témoin le plus septentrional du chapelet des unités que l'on rattache sans discussion à ce domaine.

image sensible au survol et au clic

Le versant du Grand Argentier, vu du nord dans l'enfilade des arêtes du chaînon, depuis le point coté 2599 des Rochers d'Arrondaz.
u.PN = unité de la Punta Nera (ØPN = sa surface de chevauchement, redressée ici à la verticale) ; u.gA = unité du Grand Argentier ; f.t = faille extensive transverse ; f.Ar = faille d'Arrondaz ; u.Arr = unité briançonnaise d'Arrondaz ; ØsL = chevauchement des schistes lustrés de Fontaine Froide sur l'unité d'Arrondaz.


L'élément constitutif le plus visible est la puissante dalle de dolomies noriennes à pendage fortement redressé, globalement basculée vers l'est (en série inverse), de l'unité du Grand Argentier proprement dite. Elle est sectionnée tranversalement par plusieurs failles extensives mineures, orientées E-W, qui pendent, selon le cas vers le nord ou vers le sud. Ce dernier cas est celui de la faille qui passe au nord du sommet 3020.

Du côté ouest les couches de cette dalle de dolomies sont tranchées en biseau par la faille d'Arrondaz, qui est la cassure la plus orientale du faisceau du couloir tectonique d'Arrondaz.
Du côté est l'unité du Grand Argentier est doublée par une unité de la Punta Nera qui est dotée d'une succession sensiblement différente, comportant peu de Lias et localement des marbres du Jurassique supérieur. Mais elle possède une semelle de dolomies noriennes et se rattache, par ce caractère stratigraphique, au même domaine paléogéographique, piémontais externe.

image sensible au survol et au clic

Le Grand Argentier et la crête frontière franco-italienne vus du sud-ouest, depuis le petit sommet coté 2653, à l'est du col de la Roue.
f.Ar = faille d'Arrondaz ; u.gA = unité du Grand Argentier (le tireté dans les dolomies noriennes souligne leur pendage, en série inverse) ; u.pN = unité de la Punta Nera (on remarque son enroulement en un pli déversé vers le sud - sud-est) ; f.t = failles extensives transverses.


image sensible au survol et au clic

Le versant nord du Petit col de la Roue, vu depuis les pentes orientales du vallon de la Roue.
On distingue clairement la présence d'une faille mineure synsédimentaire : elle est cachetée, en discordance (D) très faible par les couches du Lias (lacune du Rhétien et de l'Hettangien). La succession se poursuit directement par des termes du Crétacé moyen et supérieur de la série des schistes lustrés, sans accident tectonique discernable.


Les rapports originaux entre ces deux unités et la manière dont elles se sont imbriquées sont largement énigmatiques (peut-être correspondent-elles à une juxtaposition originelle de deux blocs basculés effondrés au Jurassique, transformée en chevauchement lors des compressions ultérieures).

image sensible au survol et au clic

Le Grand Argentier et le vallon de Fréjus (l'amont est à gauche) vus du nord-est, depuis les baraquements de Fréjus.
u.Fr = unité de Fréjus ; u.PN = unité de la Punta Nera (Ø = sa surface de chevauchement) ; u.A = unité du Grand Argentier ; f.Ar = faille d'Arrondaz , u.Ar = unité briançonnaise d'Arrondaz ; f.t = faille extensive transverse.
Le tireté qui sépare l'unité de la Punta Nera de l'unité à matériel ligure de la Pointe de Fréjus ne correspond à aucun accident tectonique visible sur le terrain : cette limite est apparemment transitionnelle.
Le tireté (Ø) qui sépare l'unité de la Punta Nera de l'unité du Grand Argentier correspond à une surface de chevauchement renversée dans sa partie basse qui emprunte un grand ravin. Dans sa partie haute cette surface de chevauchement est recoupée par une faille à fort plongement vers le sud (vers l'arrière gauche) qui tranche brutalement les dolomies noriennes, transversalement aux surfaces de stratification.


L'unité de la Punta Nera repose vers l'est, en série renversée, sur l'unité à caractère franchement ligure qui forme les pentes de la pointe et du col de Fréjus. Mais il n'est pas possible, sur le terrain, de placer un accident tectonique séparant clairement la succession de cette unité et celle de la Punta Nera (en fait il semblerait qu'il y a plutôt, entre les deux, un raccord globalement synclinal).

Pour les rapports entre ce chaînon et celui des Rois Mages, voir le schéma ci-dessous et la page "Rois Mages".

Bloc diagramme schématique

montrant les rapports entre les diverses unités, d'une part superposées par charriage et, d'autre part, juxtaposées par le jeu du faisceau des failles N-S tardives du couloir d'Arrondaz

Faille des Acles (f.A) = faille d'Arrondaz (f.Ar) ; "faille de la Clarée" (f.Cl) = faille du Jeu (f.J).
Pour simplifier on a omis de représenter la faille du Séru - Lenlon)

Noter l'obliquité de ces failles par rapport aux axes de plis qui reploient les nappes.

Les couleurs sont celles de la carte structurale schématique, ci-dessous.

Carte structurale schématique

En brun rouge les failles extensives du grand linéament du Briançonnais oriental :
f.L = faille de Lenlon (= faille du Séru et du Lac Rond de Sainte Marguerite) ; f.Cl = faille de la Clarée (= faille du Jeu) ; f.A = faille des Acles (= faille du Pas du Roc).

Carte structurale schématique
des confins orientaux du Briançonnais au nord de Névache
(même carte, de plus grande taille, et légende)


aperçu général sur la Maurienne // aperçu général sur la rive gauche de la Maurienne
cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache

Sarrasins

Val Fréjus

(Scolette crêtes Fréjus)
Haut Charmaix

LOCALITÉS VOISINES

(Roche Bernaude)

Bardonecchia

N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Maurienne

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 31/10/16