Crête de la Plane, Sommet des Plauts, col de Sarraut

entre la dépression de Turriers et le Grand Vallon

La crête qui court depuis la Tête de la Plane jusqu'au Sommet des Plauts sépare le Grand Vallon de la dépression occidentale de Turriers. C'est un crêt* regardant vers le sud-est, qui est armé par les couches de base, marines, du Nummulitique. Ce dernier terrain en forme également tout le revers NW, qui est essentiellement constitué par des dalles structurales de grès ou de conglomérats  oligocènes (molasses rouges et grès verts basaux) jusqu'au thalweg du Grand Vallon inclus (voir plus loin dans cette page).

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est de la crête de la Plane vu de l'est, depuis les environs de Turriers (cliché original obligeamment communiqué par M. Claude Mauguier).
Dn = surface de discordance de la transgression marine nummulitique ; s.U = synclinal de l'Ubac ; le cliché est pris presque selon l'axe de ce pli, que l'on voit donc se dessiner auusi bien dans le Bajocien de La Garenne que dans le Nummulitique de la Tête de la Plane.

La splendide  coupe naturelle de l'abrupt sud-oriental de la crête, qui domine Turriers, montre que les calcaires à Nummulites y reposent directement sur les formations marneuses du Jurassique supérieur (Argovien). L'érosion anté-nummulitique a donc enlevé ici tout le Crétacé ainsi que le Tithonique.

image sensible au survol et au clic

Le versant sud-est de la crête de la Plane vu du sud, depuis les environs de Gierre (sud de Turriers)
ØP = chevauchement de la Plane (et de la Tête du Pape).


Coupe longitudinale par rapport à la crête de la Plane (perpendiculaire aux plis NW-SE, mais orientée à peu près parallèlement au Grand Vallon)
Cette coupe montre que la succession de la crête de la Plane se continue par celle de Roche-Cline, de l'autre côté du col des Rouyères.
Elle montre aussi les rapports entre le chevauchement de la Tête du Pape et celui de la Plane, qui en est le prolongement probable et le fait que le synclinal de l'Ubac représente un crochon* synclinal induit par ce chevauchement.
Les localités désignées entre parenthèses, en bas de coupe, ne sont pas situées sur le tracé de la coupe mais dans le Grand Vallon.

Du côté septentrional le revers de la crête des Plauts tombe, par des pentes boisées qui sont souvent des dalles structurales, sur l'extrémité nord-orientale du Grand Vallon.

voir l'aperçu d'ensemble sur les abords du Grand Vallon
image sensible au survol et au clic

Le col de Sarraut, versant nord-est vu depuis la N 551, 1,5 km à l'ouest de Gigors.

Ce versant de la crête des Plauts révèle une structure relativement complexe que l'aspect de son versant opposé ne laisserait pas soupçonner :

a) à l'est du col de Sarraut les couches nummulitiques sont reployées par le synclinal du Bois de l'Ubac, de sorte que la succession est renversée dans les hautes pentes de Gaudissart ; toutefois les pentes les plus basses qui font immédiatement face au village de Gigors, sont garnies par des calcaires nummulitiques disposés à l'endroit (elles doivent donc s'enfoncer par chevauchement sous les Terres Noires de Gigors).


version plus grande de cette image
Deux coupes transversales au Grand Vallon, dans le secteur du col de Sarraut et de Saint-Barthélémy
Ces coupes correspondent à peu près à la perpective du cliché ci-dessous.
N.B. l'axe du synclinal de l'Ubac (*) n'est pas perpendiculaire à la coupe mais au contraire presque orienté selon son plan : il ne s'agit pas d'un pli couché plongeant vers la gauche mais d'un pli déversé ouvert en direction de l'observateur.

b) à l'ouest du col de Sarraut, jusqu'à Saint-Barthélémy, le Grand Vallon est creusé dans la lèvre méridionale de la faille qu'il suit plus à l'ouest depuis Faucon : le tracé de la cassure court sur son versant nord à quelques centaines de mètres du fond de vallon et ne le rejoint que nettement à l'est du col, là où il s'ouvre sur la dépression de Turriers, peu à l'ouest de Gigors.

Dans ce versant nord du vallon les couches de molasses rouges se montrent affectées de plis dont les axes sont orientés sensiblement N20 et qui montrent une schistosité N120, sécante (donc postérieure à ces plis) : cette dernière est sans doute associée à la formation du synclinal de l'Ubac.


image sensible au survol et au clic

L'extrémité amont (nord-orientale) du Grand Vallon vue d'avion, du SW depuis l'aplomb du village de Faucon, c'est-à-dire presque dans l'axe de la vallée.
f.gV =faille du Grand Vallon ; ØrC = surface de chevauchement de l'écaille de Roche Cline sur l'écaille du Sapet (on voit les rapports entre leurs terrains constitutifs dans la coupe du ravin de l'Échelle) ; s.U = synclinal du Bois de l'Ubac, d'axe NW-SE (orthogonal au regard).
a) La rive sud-est du vallon (moitié droite du cliché) est constituée par des dalles structurales de Molasse Rouge oligocène des écailles de Faucon. Ces couches plongent vers le vallon avec un pendage insuffisant pour qu'elles puissent s'engager sous la nappe en rive nord-ouest.
b) Sur l'autre rive les couches de Jurassique de la nappe de Digne, bien loin de se redresser pour monter en chevauchement sur celles de la rive gauche, pendent doucement vers la vallée.
En fait les couches de l'une et l'autre des deux rives sont tranchées presque verticalement par la faille du Grand Vallon dont la composante verticale de son rejet consiste en un affaissement de son compartiment NW.
Au niveau de Saint-Barthélémy on observe, le long du tracé de la faille du Grand Vallon des affleurements de gypses triasiques qui représentent une montée diapirique*. Elle se situe à l'endroit où le tracé de cette faille décrit une incurvation modeste mais brutale : lors du jeu en coulissement dextre de la faille cette déviation de son tracé a sans doute occasionné là une zone d'ouverture qui a favorisé la montée de ce matériel depuis la base de la nappe.

c) plus au sud-ouest sur la transversale du col des Rouyères la coupe naturelle fournie par l'entaille du ravin de l'Échelle montre que la succession du sommet de la crête repose en chevauchement sur du Tertiaire qui apparaît en fenêtre*, au fond du ravin, en contrebas du col des Rouyères. Elle appartient donc, comme celle du sommet de Roche-Cline (qui la prolonge au sud-ouest du ravin), à une écaille de Roche-Cline qui chevauche l'écaille du Sapet. La géométrie d'ensemble de ces « écailles* » imbriquées, et notamment les crochons* qu'elles ont induit, indiquent qu'elles se sont déplacées de l'E-SE vers l'W-NW.

image sensible au survol et au clic

La crête des Plauts et le Grand Vallon vue d'avion, prise du nord-ouest, depuis l'aplomb du col du Buissonnet (Serre Brouchon).
f.gV = faille du Grand Vallon ; s.U = synclinal du Bois de l'Ubac (son axe plonge en direction de l'observateur) ; ØrC = chevauchement de l'écaille de Roche-Cline.
Le versant nord-ouest de la crête est en grande partie constituée par des dalles structurales de grès nummulitiques qui plongent vers le Grand vallon.
L'entaille du ravin de l'Échelle permet de voir, en fenêtre*, le Nummulitique de l'écaille du Sapet, sous le chevauchement de l'"écaille de Roche Cline". Mais, au front nord-ouest de cette lame chevauchante, la surface de chevauchement se perd entre les strates des molasses rouges (elle est cachetée* par leurs couches les plus élevées : voir la coupe ci-après).

 


Coupes de la partie sud-ouest de la crête des Plauts (extrait de la publication n° 075)
Ces coupes, toutes transversales à la crête, ont été assemblées pour donner une vue globale de la structure.
La coupe par le ravin de l'Échelle, au sud-ouest du col des Rouyères, montre comment s'y termine vers l'ouest le chevauchement de Roche Cline (ØRC) : il se perd, entre les bancs de la Molasse Rouge supérieure, dont la succession n'est pas perturbée, plus à l'ouest. Cette géométrie de "cachetage frontal" du chevauchement est une des données qui portent à conclure que les chevauchements des écailles de Faucon (écailles du Sapet et de Roche Cline) ont fonctionné pendant le dépôt des molasses rouges oligocènes.


cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuilles Laragne et Seyne.

Carte géologique simplifiée des environs de Turriers
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des autres cartes de la section Gap-Digne


Venterol

Gigors
Bréziers
Grand Vallon

LOCALITÉS VOISINES

Turriers

Roche du Caire

Roche Cline
Gautière

 accueil section GAP-DIGNE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 20/09/17