Faucon-du-Caire

la partie médiane du Grand Vallon
voir l'aperçu d'ensemble sur les abords du Grand Vallon

Entre le Col de Sarraut et le hameau de La Roche (en amont du Caire) les deux rives du Grand Vallon sont très dissemblables par la nature de leurs roches comme par la disposition tectonique de celles-ci :
- en rive droite affleure le matériel liasique (calcaires argileux gris sombres) de la nappe de Digne, plus précisément à sa partie désigné comme "lobe nord-occidental" de cette dernière ;
- en rive gauche affleurent dans tout le versant, jusqu'aux crêtes, les couches tertiaires gréso-argileuses grises ou rouges de l'autochtone de cette nappe, lesquelles sont d'ailleurs imbriquées par les chevauchements des écailles de Faucon.

Cela est dû à ce que le thalweg suit pratiquement le tracé (masqué sous les alluvions) de la faille du Grand Vallon. Mais cette dernière ne correspond pas, comme on s'y attendrait, à la surface de charriage de la nappe : c'est en fait un accident sub-vertical, qui abaisse en rive NW la surface de base de la nappe jusque sous le niveau du fond de vallée : en effet ce rapport de juxtaposion horizontale avec le Tertiaire de la rive SE s'observe au NE de Faucon, où la cassure s'engage, à partir de Saint-Barthélémy, dans le versant nord du vallon.

En rive gauche (sud-orientale) du Grand Vallon on voit, à la latitude de Faucon-du-Caire, que les couches tertiaires sont séparées en deux ensembles par une bande de Terres Noires qui affleure en rive droite du ravin de la Bouchouse. Ces Terres Noires représentent la base de l'écaille du Sapet qui se prolonge vers le SE au dessus de sa surface de chevauchement qui suit pratiquement le fond du ravin : cette unité tectonique repose sur un autochtone qui forme les collines de rive gauche (SW) du ravin (Villaron, Pré de Dame) jusqu'au col de la Chatonnerie, au pied sud du sommet du Sapet.

image sensible au survol et au clic

Le village de Faucon, vu de l'ouest (depuis l'embranchement de la route d'accès depuis la N.651)
ØS = chevauchement du Sapet : il est masqué sous les alluvions torrentielles dans les limites du champ de la photo mais les Terres Noires de la semelle de l'écaille du Sapet reposent sur la Molasse Rouge autochtone de Chéramé, qui affleure à droite des limites du cliché (voir le cliché suivant).
Les calcaires à Nummulites de la base de la succession tertiaire est limitée ici à un seul banc d'épaisseur métrique ; la série de couches marines gréso-conglomératiques qui fait suite est épaisse de près de 200 m.
f.F = faille de Faucon : c'est un décrochement sénestre, satellite de la faille majeure du Grand Vallon (dont le tracé passe sous les alluvions en avant gauche du village).
s0 indique le pendage des couches : elles sont sub-verticales dans la butte 945, qui domine le village parce qu'elle sont tordues en un crochon anticlinal à axe très plongeant vers le nord, ce qui indique un cisaillement sénestre.

La succession des couches d'âge tertiaire de l'écaille du Sapet, qui affleure en aval du village en rive gauche du Grand vallon débute par les couches marines des calcaires à Nummulites (c.N) auxquels succédent de puissants grès verts à lits de conglomérats puis des marnes rouges à lits gréseux.

Par contre la succession autochtone qui affleure plus en aval du Grand Vallon, autour de la bosse de Chéramé, en diffère sensiblement. En effet elle repose directement, en discordance* sur les Terres Noires, par des couches basales, gréso-conglomératiques des molasses rouges de l'Oligocène, sans aucune trace de calcaires marins nummulitiques. Elle est donc totalement continentale et correspond à une situation paléogéographique originelle plus méridionale, telle que la trangression marine, qui avançait grossièrement vers le SW, n'y est pas parvenue.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche du Grand Vallon, en aval de Faucon, à l'est de Pierre Pouillouse, vue de l'ouest, depuis la ferme du Plan (orientation inverse de la coupe ci-après),
montrant le contact stratigraphique direct de l'Oligocène sur les Terres Noires (flanc nord-est de l'anticlinal de Pierre Pouillouse)
D = surface de discordance (on a souligné de pointillés quelques bancs des Terres Noires pour mieux faire apparaître l'angle de discordance) ; cgl = conglomérats à matériel calcaire local, à la base de l'Oligocène ; m.r = premiers niveaux de la Molasse Rouge : grès gris alternés de marnes rouges : noter l'appui en onlap* de leurs bancs sur les conglomérats qui tapissent la surface de discordance ; g.v. = lentille de grès verdâtre dans la partie inférieure de la Molasse Rouge.

Du point de vue tectonique ces couches tertiaires autochtones sont par ailleurs affectées, entre Faucon et La Roche, par deux anticlinaux E-W (du Défens et de Pierre Pouillouse), accessoirement séparés par une faille E-W (f. de Valentin).


Coupe de la rive gauche (sud-orientale) du Grand Vallon, entre Faucon et Le Caire (localisation sur la carte en fin de page) figure agrandissable
ØS = surface de chevauchement de l'écaille du Sapet (on la retrouve, abaissée par la faille de Valentin, dans le compartiment du Défens).
Cette coupe, parallèle à la vallée, est perpendiculaire aux plis NW-SE post-oligocènes ; mais elle est complètement transversale par rapport au mouvement de mise en place de l'écaille du Sapet et son tracé passe presque le long de la crête de partage des eaux entre Vermeil et Grand Vallon, où il n'est que faiblement oblique à celui de la faille occidentale de Vermeil. De ce fait la manière dont cette dernière interfère avec les plis n'a pu y être représentée que de façon très schématique : on trouvera en fin de page une représentation plus fidèle de la géométrie complexe qui en résulte au niveau de La Roche dans le versant de rive gauche du Grand Vallon.

En rive droite (occidentale) du Grand Vallon les couches de la nappe de Digne gagnent progressivement en altitude en raison de leur pendage vers le nord. Il en va se même pour leur surface de charriage qui apparaît au jour en bas de versant un peu plus de 1 km au nord du hameau de La Roche. Elles recouvrent là les marnes rouges du Tertiaire autochtone par une surface qui correspond à la base du Lias mais qui se complète vers le SW par une semelle de gypses et de dolomies triasiques.

image sensible au survol et au clic

Les deux rives du Grand Vallon, au sud de Faucon, vues du sud vers le nord, depuis la crête de la Roche des Prises (100 m au nord du col 1155 de la piste forestière du Barrican)
En rive droite (à gauche) le Trias et le Lias de la nappe de Digne reposent presque à plat sur les molasses rouges de son autochtone relatif au dessus du hameau du Plan.
Cette surface de charriage (ØD) s'abaisse progressivement vers le nord jusqu'à s'enfoncer, à Faucon, sous le niveau du fond de vallée, où elle se connecte sans doute "en bord de tiroir" à la faille subverticale du Grand Vallon (f.gV).
Elle est décalée, peu avant La Roche, par une faille extensive mineure (f) : elle se dispose sensiblement dans le prolongement de la faille de Valentin de la rive gauche mais a un rejet vertical de sens inverse.
À l'extrême gauche le matériel gypseux des pentes de La Roche représente le prolongement nord-occidental de l'écaille du Sapet (éc.S), poussé là sur l'autochtone par le chevauchement plat de la Fougère (ØF).
En rive gauche, cet autochtone lui-même est ployé par l'anticlinal du Défens (a.D) et sectionné, au sud de la Roche des Prises, par la terminaison septentrionale de la faille occidentale de Vermeil (f.Vw) : on voit que son tracé représente assez vraisemblablement le prolongement méridional de celui de la faille du Grand Vallon.
Dans les couches de l'Oligocène on a distingué quatre faciès principaux : cgOl = conglomérats grossiers à matériel calcaire local ; g.v = grès gris et verts ; m.b = marnes bariolées rouges et blanches ; m.r = molasses rouges gréseuses. .

En aval du hameau de La Roche la vallée s'étrangle entre les arêtes rocheuses de la Fougère, en rive droite et de la Roche des Prises, en rive gauche (voir la page "Le Caire"). Cette barrière rocheuse correspond en fait à une zone disloquée, d'ailleurs complexe, qui est orientée transversalement à la vallée et qui, en rive droite, marque la fin des affleurements de la nappe de Digne : plus en aval l'autochtone affleure dès lors sur les deux rives du Grand Vallon.

image sensible au survol et au clic

Le goulet qui étrangle le Grand vallon en amont du Caire
, vu d'aval, depuis la route forestière de Vermeil (en rive gauche).
ØD = surface de chevauchement de la nappe de Digne ; ØS = chevauchement de l'écaille du Sapet (?) ; f.i1, f.i2, f.i3 = failles inverses à vergence SW (vers l'avant gauche) mais fortement pentées vers le nord , qui affectent l'autochtone (plus précisément le flanc NE du synclinal du Caire).
Le cadre rouge délimite le secteur agrandi à la page "Le Caire" .



Carte structurale simplifiée des montagnes à l'est du Caire (extrait de la publication n° 075)
A--A = tracé de la coupe ci-dessus.



Carte géologique simplifiée des montagnes de rive gauche de la Durance au sud de Remollon
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
cartes géologiques à 1/50.000° (*) à consulter : feuilles Laragne et Seyne.

Tallard

Venterol - Piégut
La Plane, Les Plauts
La Saulce

LOCALITÉS VOISINES

Roche Cline

La Motte du Caire

Le Caire
Vermeil
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section GAP-DIGNE

début de la page

sommaire de GEOL_ALP
Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 15/07/17