Le Glaizil, Chauffayer, Saint-Eusèbe

Le Champsaur septentrional entre Poligny et le confluent Drac - Séveraysse

 

En amont (au sud) du confluent de la Séveraysse (issue du Valgaudemar) avec le Drac, le Champaur s'élargit (surtout en rive droite) au pied de ses bordures montagneuses, tandis que le Drac continue à y couler au fond d'une entaille relativement étroite et encaissée. Ce domaine montre principalement un soubassement d'alluvions quaternaires, car les reliefs qui étaient, plus au nord, sculptés dans la couverture sédimentaire mésozoïque (notamment en Beaumont) s'y effacent totalement. Ceci résulte en grande partie du plongement vers le sud des axes des plis et en particulier des voûtes anticlinales liasiques, disposition qui ne laisse plus guère affleurer que les Terres Noires.


Le Champsaur, en aval de Saint-Bonnet, vu du SE depuis les pentes occidentales du Pic Queyrel.



Les pentes de la rive occidentale du Champsaur, au dessus de Lesdiguières et du Glaizil, sont constituées à cette latitude par le versant oriental du chaînon de la Montagne du Faraut, qui constitue la partie septentrionale de la barrière orientale du Dévoluy.

image sensible au survol et au clic

La vallée du Drac à son confluent avec la Séveraysse vue du nord-est, depuis la crête du Rocher de l'Aigle (arête sud du Grun de Saint-Maurice).
La localité de Chauffayer est cachée par les rochers de premier plan à gauche du cliché
(pour les commentaires structuraux voir les pages "Saint-Firmin" et "Faraut est")


Le village de Chauffayer est situé sur un vaste plateau tout-à-fait horizontal qui est une terrasse alluviale dont les matériaux ont été déposés par le Drac à une époque où son cours était encore barré plus à l'aval. Son altitude, à peine supérieure à celle de la terrasse de Pellafol, montre qu'il s'agit simplement du prolongement de cette dernière en amont du verrou du Motty.

image sensible au survol et au clic

Le Champsaur septentrional vu du sud depuis le col de Chétive.
glR = alluvions glaciaires plaquées sur les hautes pentes (glaciation de Riss) ; mW2 = moraine du maximum atteint par la langue du glacier du Valgaudemar au Würm II ; flW2 = alluvions fluvio-lacustres wurmiennes "d'obturation", déposées dans la dépression située en amont de la langue glaciaire : flW2i = sables et cailloutis inférieurs ; flW2m = limons lacustres du niveau moyen ; flW2s = cailloutis supérieurs ; flW3 = alluvions fluviatiles de la terrasse de Chauffayer déposées après la fonte de l'extrémité de la langue glaciaire du Valgaudemar.


 

Carte schématique de l'extension des glaciers au Champsaur au Würm :

en blanc les langues glaciaires :
1, 2, 3 = stades de retrait du Würm (1 = maximum atteint au Würm II ; 3 = maximum atteint au Würm III).

tirets = dépôts d'obturation du Würm
pointillés = moraines rissiennes
hachures obliques = secteurs jamais englacés

figure de taille normale
extrait de Guy Monjuvent 1978


La terrasse de Chauffayer occupe le cœur de l'amphithéatre de moraines déposé par la langue du glacier descendant du Valgaudemar au maximum de Würm. Ce cordon morainique la ceinture au nord comme au sud, en suivant le versant nord de la Séveraysse dans le secteur de La Broue et en se fermant vers l'amont entre Aubesagne et Pouillardenc (mais il s'interrompait du côté du Dévoluy où le front glaciaire s'appuyait sur les pentes du Glaizil et où l'écoulement des eaux du Drac empêchaient donc tout dépôt morainique).
La terrasse elle-même est le résultat du colmatage d'une dépression, centrée sur ce village, qui était celle de l'ombilic frontal creusé par cette langue de glace , lorsqu'elle a été libérée par la fonte de cette dernière. Plus tard la terrasse a été entaillée par le lit du Drac, qui s'est encaissé sur place, lorsque le barrage qui retenait ses eaux en aval de Pellafol à cédé.

En amont du Pont de La Guinguette, entre cette localité et le confluent de la Séveraissette, le lit du Drac entaille des alluvions fluvio-lacustres "d'obturation" qui constituent le soubassement du plateau de Saint-Eusèbe: elles ont été déposées antérieurement à celles de Chauffayer, pendant l'avancée et le stationnement des glaces du Würm II, en amont du barrage créé par le glacier du Valgaudemar (voir le schéma cartographique ci-dessus).
Au sud de Saint-Eusèbe le haut de ce plateau est garni par des alluvions glaciaires émises par le front des langues glaciaires de la Séveraissette et du Champoléon. Les ravins actuels, qui entaillent le rebord de ce plateau, servent de chenal d'écoulement pour des laves boueuses, alimentées par ce matériel morainique argileux, qui s'étalent en bordure du lit actuel de la rivière.


Le rebord du plateau de Saint-Eusèbe
(secteur des Lauzons) vu de la rive gauche du Drac, depuis la N.85, 2 km en amont de La Guinguette.



Coupe transversale au lit du Drac
Les "alluvions fluviatiles" de la photo correspondent au niveau 1 de la coupe, les niveaux 2 et 3 étant pratiquement masqués par le garnissage de matériel morainique ayant flué sur la pente supérieure du versant.


La bordure orientale du Champsaur, au sud du Valgaudemar, est constituée par les contreforts du massif du Pelvoux. Ils sont ici de nouveau incisés d'ouest en est, par une vallée issue de ce massif, celle de la Séveraissette, qui en débouche à La Motte en Champsaur. Le chaînon du Petit Chaillol, armé par le socle cristallin, s'avance en promontoire vers l'ouest entre cette vallée et celle de la Séveraysse, jusqu'au Banc du Peyron où il tombe brutalement sur les villages des Costes et de La Motte (voir la page "Saint-Firmin").

image sensible au survol et au clic

La vallée de la Séveraissette à son débouché dans le Champsaur vue du sud-ouest, depuis les collines morainiques entre Villardon et le Serre, au sud-ouest de La-Motte-en-Champsaur.
s.pa = surface de la pénéplaine anté-triasique (renversée) ; ØM = chevauchement de Moussière ; Øi = chevauchement inférieur du Petit Chaillol (ces deux accidents sont d'âge hercynien).
En avant-plan les alluvions morainiques du plateau de Saint-Eusèbe ne dessinent pas de belles moraines mais enserrent des dépressions qui correspondent sans doute à des "kettles", résultant de la fonte sur place de loupes de glace noyées dans l'épandage morainique lors du retrait du front glaciaire.


 



Carte géologique simplifiée du Champsaur septentrional
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074.


aperçu général sur la géologie du Champsaur

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuilles La Mure et "Saint-Bonnet"

(Sambut, Beaufin)

Aspres lès Corps

Saint - Firmin
(Crête de Faraut)

LOCALITÉS VOISINES

Petit Chaillol

(col du Noyer)

Saint- Bonnet

Infournas
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section DRAC

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Page d'accueil générale du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/06/16