Les Sermes

rive orientale du vallon de La Ruchère et gorges du Guiers Vif en aval du Petit Frou

En aval du Petit Frou la vallée du Guiers Vif s'engage, orthogonalement à ses couches, dans le flanc oriental de l'anticlinal médian de la Chartreuse. Pour rejoindre le fond du vallon de la Ruchère la route D.520c parcourt, à flanc, la rive sud de la vallée. Jusqu'au village des Sermes elle recoupe, dans le sens stratigraphiquement descendant, les couches du Crétacé inférieur, puis, à partir du village jusqu'à l'embranchement du chemin menant au hameau du Planay, le Tithonique du coeur de l'anticlinal médian. Elle traverse là le chevauchement de la Chartreuse médiane et rentre, au delà du pont du Planay (coté 629), dans les affleurements de Sénonien du flanc oriental de la Chartreuse occidentale.

La succession de ces bandes de terrain, orientées grossièrement N-S, y est en outre perturbée par les deux cassures parallèles de La Ruchère qui appartiennent au faisceau de failles NE-SW qui prolonge vers l'ouest du grand décrochement de l'Alpette.

image sensible au survol et au clic

Les montagnes de rive gauche de la vallée du Guiers Vif en aval du Petit Frou (secteur des Sermes), vues du nord, depuis le sommet de la Cochette (la gorge du Petit Frou est masquée, à l'extrème gauche du cliché, par le soubassement de la Roche Veyrand ; le tracé de la D.520c est indiqué par une fine ligne blanche continue).
f.cM (en jaune) = faille du col du Mollard ; f.S = faille (secondaire) des Sermes ; a.M = anticlinal médian.
Prolongements occidentaux du décrochement de l'Alpette : d.A1 = décrochement nord de La Ruchère (branche Sermes - Reverdys) ; d.A2 = décrochement sud de La Ruchère (branche du Grand Village) ; d.D = décrochement du Pas Dinay ; d.E = décrochement des Éparres.


 La route D.520c contourne notamment, par un tournant très saillant, coté 670, un puissant éperon rocheux, formé par le crêt des calcaires du Fontanil qui descend des Rochers du Pas Dinay (voir la page "Château du Gouvernement"). La fracturation due à la faille sud de La Ruchère est déjà observable à l'ouest du tournant, dans l'entaille de l'encorbellement et à sa sortie. Mais c'est entre cet éperon et le village des Sermes que la succession des couches berriasiennes marno-calcaires du flanc du pli est le plus perturbée par le passage de la faille nord de La Ruchère.


image sensible au survol et au clic

Détails des gorges du Guiers Vif en aval du Petit Frou, vus du nord-ouest, depuis le village de Corbel.
d.A1 = décrochement de l'Alpette : faille nord de La Ruchère (des Sermes-Reverdys) ; d.A2 = décrochement sud de La Ruchère (du Grand Village) ; d.D = décrochement du Pas Dinay; d.s = faille de l'entrée orientale du tunnel.


Ces cassures traversent en biais le versant boisé, où elles décalent successivement l'axe de l'anticlinal médian puis le tracé du chevauchement de la Chartreuse médiane. On perd leur tracé précis au delà du thalweg du Riou Brigoud, dans les pentes de sa rive gauche, qui soutiennent le villages de La Ruchère mais il est clair qu'elles sont responsables du décalage vers le SW de la limite occidentale de affleurements de Sénonien au sud du village des Reverdys.

 En fait cette imprécision est due surtout au manque d'affleurements, qui sont largement masqués par de la moraine au niveau de ces villages. De plus on manque de repères stratigraphiques pour détecter un décalage des couches au sein du Sénonien du flanc oriental de l'anticlinal de la Chartreuse occidentale. Néanmoins l'on ne retrouve, plus à l'ouest, dans l'Urgonien du revers est des Rochers du Frou et du Quartier, que des prolongements à rejet très atténué de ces cassures : cela signifie que ces failles subissent là un amortissement* lors de la traversée du chevauchement de la Chartreuse médiane. Il donc est à présumer cet amortissement résulte du même processus que celui concernant le décrochement du Pas Dinay, c'est-à-dire d'une conversion partielle du mouvement coulissant en un mouvement chevauchant : la partie du compartiment méridional située sous l'accident Ø2 subit, de ce fait, un moindre déplacement vers le sud-ouest (voir le schéma correspondant, à la page "La Ruchère").



Carte géologique schématique, en couleurs, du secteur de la Ruchère et du nord du Grand Som
, depuis le Guiers vif jusqu'à la crête de partage des eaux avec le Guiers mort.


Le hameau des Sermes lui-même est perché sur un éperon de Tithonique que la route entaille en corniche. Ces couches affleurent là au coeur de l'anticlinal médian, surhaussé par la faille N-S du col du Mollard car on est ici dans le compartiment ouest de cette dernière (cette cassure passe dans la zone de prairies immédiatement à l'est du hameau, avant d'être recoupée et décalée, plus au sud, par le faisceau des décrochements).

 Du côté est du village une faille N-S secondaire abaisse de quelques décamètres les couches, immédiatement à l'est du tournant saillant de la D.520c, de sorte que ce sont les calcaires marneux du Berriasien basal qui affleurent dans l'entaille du chemin qui monte au maisons supérieures des Sermes ; cette faille des Sermes a la même orientation et le même sens de rejet vertical que la faille N-S du col du Mollard, de sorte qu'on peut la considérer soit comme le prolongement de cette dernière, soit comme une cassure secondaire, satellite.

Entre les Sermes et le ruisseau de Dixhuitrieux (hameau du Planey) la route traverse le couloir tectonique du chevauchement de la Chartreuse médiane : elle en donne une coupe qui montre la complexité de détail des lames tectoniques que cet accident débite (pour l'interprétation de cette structure qui prolonge celle de la rive nord du Guiers se reporter à la page "Thivelet")


Détail des affleurements le long de la route D.520c entre Les Sermes et le Planey.

Ø' = branche satellite occidentale du chevauchement de la Chartreuse médiane ;
Ø2 = chevauchement principal de la Chartreuse médiane (noter, entre les deux, le débitage en lames obliques aux couches) ;

DA = faille des Sermes - Reverdys (d.A1 de la carte d'ensemble) = branche la plus septentrionale de la faille de la Ruchère (prolongement occidental du décrochement de l'Alpette).

 

Depuis le village des Sermes on bénéficie par ailleurs d'une vue exceptionnelle sur la rive droite du Guiers Vif : (voir les pages "Corbel" et "Roche Veyrand").

La vue, vers l'amont, du fond de la vallée montre en particulier la falaise de La Coche, qui s'abaisse en continuité apparente jusqu'aux gorges du Petit Frou. Or elle est en réalité formée de deux tronçons de constitution différente (calcaires du Fontanil à la Coche et Urgonien au Frou qui sont mis bout à bout par le rejet vertical dû aux failles de décrochement qui sont vues d'ici pratiquement dans leur enfilade.

image sensible au survol et au clic

même fenêtre < image muette > nouvelle fenêtre
Les pentes sud occidentales du chaînon de la Roche Veyrand vues de la rive gauche du Guiers Vif, depuis Les Sermes.
f.cM = faille du Col du Mollard.
Système des failles de décrochement associées au décrochement de l'Alpette : dA1 = décrochement de l'Alpette, branche septentrionale (principale) Sermes-La Ruchère ; dA2 = décrochement de l'Alpette, branche secondaire méridionale ; dS2 = décrochement supérieur de Sous-la-Roche ; dP = décrochement du Pin.
dT = décrochement de la Tournette.
(pour la nomenclature utilisée sur ce cliché, voir aussi le revers est de la montagne, notamment à la page La Fracette

Noter le décalage et l'obliquité entre le tracé la gorge du Petit Frou et le celui de la branche principale du décrochement de l'Alpette


Cette disposition topographique remarquable résulte des effets combinés des décalages induits par les failles de décrochement et du recul des falaises sous l'effet de l'érosion. Le schéma ci-après permet de mieux visualiser la géométrie de ce dispositif, dans lequel un déplacement horizontal s'exprime finalement, dans le paysage, par un décalage vertical apparent. Il n'explique toutefois pas pourquoi l'érosion a précisément agi juste assez pour qu'il y ait coïncidence d'altitude entre les deux falaises juxtaposées (pour plus de commentaires voir l'article"failles inapparentes" de la page "reliefs de failles").

Il est encore plus étrange de remarquer que cette coïncidence se trouve également réalisée, par le jeu de deux autres failles différentes, au Pas Dinay (voir la page "La Ruchère") et entre le sommet de la Cochette et le col de la Cluse (voir la page "La Cochette").

 Structure de la rive droite du Guiers Vif, au niveau du Petit Frou

Schéma interprétatif montrant comment le décrochement de l'Alpette induit, à l'emplacement de la ligne de falaise, un rejet vertical qui a pour résultat de juxtaposer les calcaires du Fontanil (au NW) à l'Urgonien (au SE).

NB. Pour simplifier on a représenté le décrochement comme s'il était orthogonal à l'axe du pli, alors qu'il fait avec lui un angle de 45°.

figure agrandissable
voir l'aperçu d'ensemble sur la vallée du Guiers Vif .

 


Carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Montmélian.

Carte géologique simplifiée (fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

Col des Égaux

Corbel

Roche Veyrand
Grand Frou

LOCALITÉS VOISINES

Petit Frou

La Ruchère

Crête des Éparres

Château du Gouvernement
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 16/11/17