Girieux, Planfay, Tenaison
le haut vallon de Proveysieux (au nord de Pomaray)

Le versant occidental de la crête de la Pinéa tombe par de raides pentes boisées sur le vallon de Planfay (Ruiseau de Champbelin). Celui-ci est séparé du fond du vallon de Tenaison par l'échine boisée du Mont Rachais, qui s'abaisse et meurt vers le sud au NE de Pomaray. On est là dans le domaine de la Chartreuse orientale, plus précisément dans le synclinal de Proveysieux, qui se subdivise en deux au nord de Pomaray. La molasse miocène de la branche orientale de ce pli majeur se poursuit vers le nord jusqu'au delà du replat des prairies de Girieux, qu'il détermine ; sa branche occidentale, que suit le cours du ruisseau de Tenaison, est empruntée par la route D. 105, du col de la Charmette.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche (orientale) du vallon de Proveysieux et le chaînon de la Pinéa
vus du sud - sud-ouest, depuis les falaises du plateau de Sornin.
a.R = anticlinal du Rachais ; s.G = synclinal de Girieux (branche orientale du synclinal de Proveysieux) ; f.gP = faille du Grand Poyat ; d.mF = décrochement du Mont Fromage ; d.L = décrochement de la Combe de Léra.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple.
Le tracé de la surface du chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3) s'élève du sud (à droite) vers le nord (à gauche), jusqu'à être sectionnée par la surface d'érosion sur la ligne de crête entre la Pinéa et Canaple. Ce plongement est visiblement parallèle à celui de l'axe du synclinal de Proveysieux.

Ces molasses sont séparées de celles de la branche synclinale du col de La Charmette (voir la page "Charmette") par les calcaires sénoniens du Mont Rachais qui dessinent un pli en genou déjeté vers l'ouest. Ils se prolongent vers le nord, avec la même disposition, par l'épaulement boisé du Bois Chourot puis par celui des Plats à la latitude de Canaple.


Coupe schématique des pentes au nord de Planfay portant la position structurale des divers points d'observation de l'excursion du fascicule n°1T).
Noter, au point 3, les petites failles inverses, parallèles à la surface (Ø3) du chevauchement de la Chartreuse orientale.

La partie raide du versant appartient par contre à la Chartreuse orientale : elle est séparée des basses pentes par la surface du chevauchement de la Chartreuse orientale. Cette dernière est soulignée par le fait qu'il s'y intercale une lame urgonienne, disposée à l'endroit : elle ne correspond donc pas au flanc oriental du synclinal de Proveysieux mais se poursuit effectivement vers le nord en se raccordant à l' "écaille de Canaple" (voir la page "Canaple") et par conséquent à une imbrication de deux chevauchements.

L'écaille de Canaple, essentiellement constituée d'Urgonien supérieur, est une tranche de terrains qui a dû être détachée du flanc est de l'anticlinal du Charmant Som par un effet d'un entraînement sous le chevauchement de la Chartreuse orientale et traînée sous la masse de cette dernière. Ce déplacement vers l'ouest l'amène à reposer au nord (latitude de Canaple) sur le flanc ouest de l'anticlinal du Fournel et plus au sud (latitude de La Pinéa) sur le synclinal de Génieux, auquel ce pli fait suite du côté est.




Panorama du versant ouest du chaînon de la Pinéa, vu de la prairie de Girieux.
Ce panorama donne une vue perpendiculaire aux structures (dont aucune n'est donc observable en coupe). Mais cette perspective a l'avantage de bien montrer le plongement généralisé des lignes et surfaces structurales vers le sud.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale (au nord du décrochement du Montfromage il est masqué derrière l'épaule ouest de ce sommet) ; fC = chevauchement de l'écaille de Canaple (au sud du décrochement il est masqué par les échines boisées à substrat miocène).
Le Sénonien supérieur calcaire (SC) affleure largement au nord du vallon du sentier Vermorel. Il y dessine la voûte de l'anticlinal du Fournel (ou plus exactement d'un repli du flanc ouest de cet anticlinal). Au sud au contraire il est masqué sous le chevauchement de la Chartreuse orientale, car celui-ci, décalé par le décrochement, y avance plus fortement vers l'ouest.




Coupe du versant ouest de la Pinéa

Le thalweg du ruisseau de Tenaison s'inscrit, de Pomaray jusqu'au col de la Charmette, dans les molasses miocènes du coeur du synclinal de Tenaison. Elles sont réduites à cette latitude à une bande étroite car les deux flancs du pli sont assez redresssé, surtout le flanc oriental, presque vertical. Le long de la route du col de la Charmette les affleurements qui sont interrompus ou médiocres entre le pont du Gua et Pomaray deviennent par contre presque continus en amont jusqu'au col.

Trois kilomètres au nord de Pomaray, aux abords du point coté 992 des pentes du Bois Chourot (c'est-à-dire un peu moins de 4 km sous le col) la route est surplombée par un abrupt formé par des petits bancs molassiques qui montrent un pendage très fort vers l'ouest (ils appartiennent toujours au flanc est du synclinal). Il s'agit plus précisément des calcaires gréseux assez durs qui appartiennent à la partie inférieure de la formation (étage « Burdigalien* »).

Ces affleurements présentent une assez forte schistosité, à pendage est (presque orthogonale aux couches), dont les plans de clivage sont espacés d'une dizaine de centimètres, comme les strates, ce qui peut aisément conduire à prendre cette schistosité pour la stratification. Le pendage de cette schistosité témoigne du déversement vers l'ouest du plan axial du synclinal. La schistosité est du type "espacé" (microlithons* épais de 10 cm en moyenne) et sa présence est sans doute due à la proximité de la charnière synclinale, laquelle est comme on le sait l'un des secteurs où la compression est la plus intense dans un pli.

image sensible au survol et au clic

L'un des affleurement de molasse dans l'entaille de la route de la Charmette, vu du sud (d'aval vers l'amont).
s0 = surfaces de stratification ; s1 = surfaces de schistosité.
Ici l'un des bancs montre un phénomène de réfraction de la schistosité qui indique clairement que l'on est ici dans le flanc droit d'un synclinal (= du flanc ouest d'un anticlinal) déversé vers la gauche (vers l'ouest), dont la charnière doit se trouver du côté gauche de cet affleurement (voir schéma ci-après, orienté en sens inverse de cette vue).


 On observe, par ailleurs, ces mêmes couches de calcaires burdigaliens en rive ouest du vallon de Tenaison (face au point coté 992 de la route), le long du chemin qui monte aux anciennes carrières du Crozet (où a été exploitée une poche karstique de sables et argiles réfractaires, analogue en plus grand à celle du versant nord du col de la Charmette). Ils sont là dans une situation symétrique, vis à vis de ceux de la route, par rapport au plan axial du synclinal de Proveysieux (cf schéma ci-après).

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du vallon de Tenaison, entaillé par le chemin du Crozet, vu du nord (de l'amont vers l'aval = en sens inverse du cliché précédent)
Affleurement montrant les clivages qui affectent les calcaires burdigaliens : noter la torsion sigmoïde des surfaces de schistosité (conformément aux schémas classiques...). Les rapports schistosité - couches indiquent sans ambiguité que la charnière du synclinal se trouve du côté gauche de cet affleurement.



Schéma illustrant les rapports entre les deux affleurements représentés ci-dessus.
Les schistosités symétriques et leurs réfractions sont cohérentes avec un plan axial du synclinal de Proveysieux incliné d'environ 70° vers l'est ( = pli modérément déversé vers l'ouest).


En amont du point coté 992 la route suit pratiquement l'azimut de ces couches et ne montre donc, pendant près de deux kilomètres, que des bancs similaires, toujours très calcaires (où la schistosité et la stratification sont plus ou moins discernables selon les points).

 On atteint ainsi un passage en entaille en amont duquel un pont fait quitter la branche la plus orientale du vallon : le pendage de la stratification ( de l'ordre de 60° vers l'ouest) y est bien visible grâce à la présence de petits lits marneux (qui sont d'ailleurs porteurs de traces variées, dues aux mouvements de l'eau lors de leur dépôt).

Au delà du pont et dans les deux lacets qui font suite en rive ouest du thalweg principal, la route coupe transversalement des couches miocènes, formées de molasse plus argilo-sableuse et de bancs de conglomérats, qui appartiennent toujours au flanc est du synclinal, mais sont d'un niveau stratigraphique plus élevé. Dans le dernier kilomètre avant l'arrivée au col la route suit de nouveau l'orientation des bancs de molasse (toujours inclinés vers l'ouest), tandis que l'on voit à travers le sous-bois, les dalles du Sénonien sous-jacent affleurer en rive opposée du thalweg.

Ce secteur est visité par les itinéraires du fascicule1T


carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Grenoble

Carte géologique du secteur de la Pinéa

Les dépôts quaternaires sont supposés enlevés

version plus grande

voir la carte géologique du secteur situé immédiatement plus au nord (environs du Charmant Som).


 Carte géologique simplifiée de la Chartreuse au sud du Charmant Som.
(fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

carte cliquer sur les imagettes Légende

Rochers de Lorzier

Charmette

Canaple
Rochers de Chalves

LOCALITÉS VOISINES

Pinéa

Mont-Saint-Martin

Proveysieux

Quaix
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 5/11/17