Girieux, ravin sud de Tenaison
la partie septentrionale du vallon de Proveysieux

En amont de Proveysieux le large val de ce nom se poursuit jusqu'au Col de la Charmette, mais il change complètement de caractère à partir du Pont du Gua. Tout d'abord les étendues herbeuses ou cultivables qui correspondent au colmatage par les alluvions glaciaires ne s'élèvent pas au delà de Pomaray et de Planfay. Mais surtout sa partie orientale est de moins en moins profondément creusée, et ce par le seul ravin secondaire de Champbelin qui ne remonte que moins de 2 km au nord de Planfay. Au delà elle se transforme en une zone de replats boisés, dont le principal est celui de la prairie de Girieux. Cette succession de replats qui s'étend jusqu'à l'est du Col de la Charmette, est fortement surélevée par rapport au vallon de Tenaison : c'est par des escarpements boisés qu'elle domine le fond de ce vallon, qui prend au contraire la forme d'un étroit sillon.

image sensible au survol et au clic

La rive gauche (orientale) du vallon de Proveysieux et le chaînon de la Pinéa, vus du sud - sud-ouest, depuis les falaises du plateau de Sornin (le fond du vallon de Tenaison est masqué derrière les Rochers de l'Église).
a.R = anticlinal du Rachais ; s.G = synclinal de Girieux (branche orientale du synclinal de Proveysieux) ; f.gP = faille du Grand Poyat ; d.mF = décrochement du Mont Fromage ; d.L = décrochement de la Combe de Léra.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple.
Le tracé de la surface du chevauchement de la Chartreuse orientale (Ø3) s'élève du sud (à droite) vers le nord (à gauche), jusqu'à être sectionnée par la surface d'érosion sur la ligne de crête entre la Pinéa et Canaple. Ce plongement est visiblement parallèle à celui de l'axe du synclinal de Proveysieux.

Ce changement topographique découle d'une modification tectonique qui est l'apparition, au coeur de cette partie septentrionale du synclinal de Proveysieux, d'un repli anticlinal, l'anticlinal du Mont Rachais. Ce pli prend naissance peu au nord de Planfay sous l'aspect d'une voûte anticlinale de calcaires sénoniens dont l'axe s'élève rapidement vers le nord ; mais cette voûte se couche à l'horizontale au nord du point coté 1206 de l'échine rocheuse boisée du Mont Rachais, à partir duquel cet anticlinal prend la forme d'un pli en genou déjeté vers l'ouest. Les calcaires sénoniens de cette voûte se prolongent vers le nord, avec la même disposition, par l'épaulement boisé du Bois Chourot puis par celui des Plats, à la latitude de Canaple.

image sensible au survol et au clic

La crête prolongeant la montagne du Charmant Som vers le sud, vue de l'ouest depuis le sommet des Rochers de Chalves (N.B. : le fond du ravin de Tenaison est masqué par l'épaulement urgonien de premier plan.
f.gP = faille du Grand Poyat , ØC = chevauchement de Canaple ; d.mF = décrochement du Montfromage ; Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale.
a.F = anticlinal du Fournel ; s.G = synclinal de Girieux ; a.R = anticlinal du Mont Rachais.


1/ À l'est de l'anticlinal du Mont Rachais le Tertiaire repose sur le Sénonien par l'intermédiaire de marnes oligocènes. Il est conservé dans un synclinal de Girieux qui est au contraire assez ouvert et dont la route forestière qui permet de gagner depuis Planfay la prairie de Girieux donne une coupe oblique.


Coupe schématique des pentes au nord de Planfay portant la position structurale des divers points d'observation de l'excursion du fascicule n°1T).
Noter, au point 3, les petites failles inverses, parallèles à la surface (Ø3) du chevauchement de la Chartreuse orientale ; le point 6 correspond à peu près au collet proche du point 1244.

À l'est de Girieux les pentes se redressent en formant le versant ouest de la crête qui court depuis Canaple jusqu'à La Pinéa. Celui-ci est échancré sous le Montvernet par un vallonnement dont la partie inférieure est empruntée par le sentier Vermorel. Il est en fait déterminé par le décrochement dextre du Montfromage, qui le traverse en biais et abaisse jusqu'à son fond les affleurements de calcaires du Fontanil de sa lèvre sud-orientale, qui constituent la semelle du chevauchement de la Chartreuse orientale.

Ce versant est en outre parcouru par la falaise urgonienne de l'écaille de Canaple, qui est précisément interrompue par ce vallonnement (ce qui permet le passage du sentier).
- Au nord du décrochement elle affleure presque au sommet de la crête du Montfromage (où elle porte un chapeau de Sénonien) et repose sur des escarpements de Sénonien plissotés qui dessinent globalement un anticlinal déversé vers l'ouest : ils représentent le prolongement méridional de la voûte de l'anticlinal du Fournel, c'est-à-dire le pli le plus occidental rattachable à la Chartreuse médiane (voir la page "Charmant Som ouest").
- Au sud du vallon la falaise urgonienne dessine un net saillant vers l'ouest, qui correspond sans doute d'assez près au miroir de faille car des couches de molasse presque verticales affleurent jusqu'à proximité de son pied. C'est le décalage dû au décrochement qui explique ce fait que l'écaille de Canaple repose directement sur le contenu miocène du synclinal de Girieux. et que le Sénonien de l'anticlinal du Fournel disparaisse, son prolongement passant sans doute sous le chapeau chevauchant de La Pinéa.



Panorama du versant nord-ouest du chaînon de la Pinéa, vu de la prairie de Girieux.
Ce panorama donne une vue perpendiculaire aux structures (dont aucune n'est donc observable en coupe). Mais cette perspective a l'avantage de bien montrer le plongement généralisé des lignes et surfaces structurales vers le sud.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale (au nord du décrochement du Montfromage il est masqué derrière l'épaule ouest de ce sommet) ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple (au sud du décrochement son tracé est masqué par les échines boisées à substrat miocène).
Le Sénonien supérieur calcaire (SC) affleure largement au nord du vallon du sentier Vermorel. Il y dessine la voûte de l'anticlinal du Fournel (ou plus exactement d'un repli du flanc ouest de cet anticlinal). Au sud au contraire il est masqué sous le chevauchement de la Chartreuse orientale, car celui-ci, décalé par le décrochement, y avance plus fortement vers l'ouest.



Le sentier Vermorel quitte les molasses du fond du petit vallon de Montvernet pour s’élever à flanc de versant vers le sud en suivant pratiquement le toit de l'écaille de Canaple (à la limite entre Lumachelle de cette dernière et calcaires du Fontanil de la semelle du chevauchement de la Chartreuse orientale). Puis il franchit l'épaisseur des calcaires du Fontanil en décrivant quelques lacets, avant de traverser vers l'est l'Hauterivien jusqu'à rejoindre l'extrémité nord des affleurements urgoniens du sommet.



Coupe du versant nord-ouest de la Pinéa

La falaise inférieure du versant occidental de la crête de la Pinéa est donc constituée par la lame urgonienne (disposée à l'endroit) de l'écaille de Canaple. Celle-ci se prolonge encore au sud de la ravine de Léra, au pied du rocher 1235 en rive gauche du haut Ruisseau d'Abos : le ressaut d'Urgonien qui s'intercale là entre calcaires du Fontanil chevauchants et molasse chevauchée en est le dernier affleurement bien visible.

image sensible au survol et au clic

Le versant ouest de la Pinéa, vu de l'ouest - sud-ouestr, depuis les pentes du Sappey de Proveysieux.
Ø3 = chevauchement de la Chartreuse orientale ; ØC = chevauchement de l'écaille de Canaple. ; d.L = décrochement de Léra ; s.G = synclinal de Girieux ; a.R = anticlinal du Rachais ; s.T = synclinal de Tenaison ; s0 = schémas indiquant le pendage des strates.


Mais la poursuite de cet Urgonien de l'écaille de Canaple est encore jalonnée plus au sud par deux petits copeaux émergeant sous les éboulis du pied des escarpements, le dernier sous la butte 1106 du Bois Ronzier. On est sans doute là bien près de son ultime terminaison, qui semble se faire par effilement tectonique et débitage de cette lame en copeaux disjoints.

En définitive on assiste donc, immédiatement au sud de la Pinéa, à la disparition totale de la Chartreuse médiane, qui s'avère progressivement débordée, vers le sud, par l'avancée relative du front du chevauchement de la Chartreuse orientale.

 La géométrie de cette disparition pourrait porter à l'attribuer simplement à un enfoncement "en tunnel" du matériel de la Chartreuse médiane sous ce chevauchement. Mais en ce cas l'érosion devrait faire réapparaître des témoins de cet ensemble intercalaire plus au sud, notamment à la faveur de la remise au jour dans le Vercors du soubassement du chevauchement du Moucherotte, qui représente le prolongement vraisemblable de celui de la Chartreuse orientale. Or il n'y a là aucun dispositif structural qui paraisse pouvoir prétendre représenter l’équivalent de celui de la Chartreuse médiane.

Il est donc plus plausible de penser que la disparition de l'ensemble chartreux médian correspond à un effacement véritable du grand anticlinal du Couvent, qui lui confère plus au nord son individualité soit par un amortissement pur et simple, soit par sectionnement en biseau : cette dernière interprétation est celle que suggère la coupe de la gorge de la Vence à l'Infernet (voir les pages "Aig. de Quaix" et "Néron").


2/ À l'ouest de l'anticlinal du Mont Rachais les calcaires sénoniens du flanc ouest de ce pli n'affleurent que dans la partie haute des escarpements qui forment la rive orientale du ravin du torrent de Tenaison. À leur pied au contraire la route D.105 reste dans le Miocène du flanc est de ce pli et ne montre même que des bancs tous très calcaires qui sont attribuables à la base de la formation (c'est-à-dire au Burdigalien). La schistosité et la stratification y sont souvent difficilement discernables l'une de l'autre, mais on peut particulièrement bien analyser leurs rapports aux alentours du point coté 992 des pentes ouest du Bois Chourot.

Trois kilomètres au nord de Pomaray (c'est-à-dire un peu moins de 4 km sous le col de La Charmette), aux abords du point coté 992 la route est directement surplombée par un abrupt formé par des petits bancs molassiques qui montrent un pendage très fort vers l'ouest (ils appartiennent toujours au flanc est du synclinal de Tenaison). Il s'agit plus précisément des calcaires gréseux assez durs qui appartiennent à la partie inférieure de la formation (étage « Burdigalien* »).

Ces affleurements présentent une assez forte schistosité, à pendage est (presque orthogonale aux couches), dont les plans de clivage sont espacés d'une dizaine de centimètres, comme les strates, ce qui peut aisément conduire à prendre cette schistosité pour la stratification. Le pendage de cette schistosité témoigne du déversement vers l'ouest du plan axial du synclinal. La schistosité est du type "espacé" (microlithons* épais de 10 cm en moyenne) et sa présence est sans doute due à la proximité de la charnière synclinale, laquelle est comme on le sait l'un des secteurs où la compression est la plus intense dans un pli.

image sensible au survol et au clic

L'un des affleurement de molasse dans l'entaille de la route de la Charmette, vu du sud (d'aval vers l'amont).
s0 = surfaces de stratification ; s1 = surfaces de schistosité.
Ici l'un des bancs montre un phénomène de réfraction de la schistosité qui indique clairement que l'on est ici dans le flanc droit d'un synclinal (= du flanc ouest d'un anticlinal) déversé vers la gauche (vers l'ouest), dont la charnière doit se trouver du côté gauche de cet affleurement (voir schéma ci-après, orienté en sens inverse de cette vue).


Le talweg du torrent de Tenaison s'encaisse en suivant pratiquement, presque jusqu'au col de la Charmette, le cœur molassique du synclinal de Tenaison (voir la page "Charmette").

En rive opposée (ouest) le chemin qui monte aux anciennes carrières du Crozet**. traverse des affleurements de même nature que les précédents, mais à pendage plus modéré et de sens opposé, qui montrent des rapports schistosité - stratification moins ambigus.

**Ces grandes carrières sont les jumelles nord de celles de Grandchamp, au revers est des Rochers de Chalves. Maintenant abandonnées depuis près d'un siècle, elles exploitaient une poche karstique de sables et argiles réfractaires, d'âge Éocène-Oligocène, analogue en plus grand à celle du versant nord du col de la Charmette. On y voit encore quelques affleurements de sables mais l'énorme cavité d'exploitation (100 m de diamètre et 50 m de profondeur) est envahie par la végétation. Elles ont fait l'objet d'une étude de Alain SCHRAMBACH ("Massif de la Chartreuse. les gisements de roches et de terre rubéfiées : minerais et terre réfractaires", 38 pages, 29 figures ; 2010 inédit).


image sensible au survol et au clic

Le versant ouest du vallon de Tenaison, entaillé par le chemin du Crozet, vu du nord (de l'amont vers l'aval = en sens inverse du cliché précédent)
Affleurement montrant les clivages qui affectent les calcaires burdigaliens : noter la torsion sigmoïde des surfaces de schistosité (conformément aux schémas classiques...). Les rapports schistosité - couches indiquent sans ambiguïté que la charnière du synclinal se trouve du côté gauche de cet affleurement.


En fait les couches sont surtout ici dans une situation symétrique par rapport au plan axial du synclinal de Proveysieux (voir le schéma ci-après).


Schéma illustrant les rapports entre les deux affleurements représentés ci-dessus (coupe supposée vue d'amont vers l'aval, comme sur le cliché précédent mais à l'inverse de celui de la D105).
Les schistosités symétriques et leurs réfractions sont cohérentes avec un plan axial du synclinal de Proveysieux incliné d'environ 70° vers l'est ( = pli modérément déjeté vers l'ouest).



carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuille Grenoble

Carte géologique du secteur de la Pinéa

Les dépôts quaternaires sont supposés enlevés

version plus grande
version très grande

carte géologique du secteur situé immédiatement plus au nord (environs du Charmant Som).


 Carte géologique simplifiée de la Chartreuse au sud du Charmant Som.
(fond topographique d'après la carte IGN au 1/100.000°)

carte cliquer sur les imagettes Légende

Rochers de Lorzier

Charmette

Canaple
Rochers de Chalves

LOCALITÉS VOISINES

Pinéa

Proveysieux

Aiguille de Quaix

Quaix
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant à cette dernière.

 accueil section Chartreuse

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 11/01/19