vallon des Muandes

Rive gauche de la Clarée en amont de Laval

Le large vallon des Muandes, que draine le Torrent de Brune, est le plus septentrional des vallons affluents de rive gauche de la Clarée.

image sensible au survol et au clic

Les vallons des sources de la Clarée vus du NW d'avion.
a.G = anticlinal de la Gardiole.


Il est entièrement ouvert dans les formations sédimentaires houillères du coeur de l'anticlinorium briançonnais. Son débouché aval dans la vallée de la Clarée, aux Drayères, correspond au secteur où se terminent en pointe vers le sud les affleurements des formations permiennes qui se développent plus au nord en formant les crêtes de Rochachille - Roche Château (voir la page "Rochilles").

image sensible au survol et au clic

Le fond de la vallée de la Clarée, vu des pentes du Lac des Béraudes (lieudit L'Infernet).
Ps = Permien supérieur ("formation de Rochachille") ; Pi = Permien inférieur(formation de Baume Noire) ; hs.cg = Houiller supérieur ("Stéphano-Permien") ; hm.sg = Houiller moyen schisto-gréseux ("formation du Chardonnet").
ac.D = accident des Drayères.


Ces couches permiennes, qui se font remarquer par leurs teintes bariolées de rouge disparaissent du fait de la discordance cartographique qui fait reposer les quartzites triasiques, du nord au sud, sur des couches de plus en plus anciennes (jusque sur le Houiller moyen au niveau du débouché du torrent des Béraudes).

Il faut noter en outre que la succession permienne repose stratigraphiquement, au niveau de Roche Château, sur des niveaux attribués au sommet du Stéphanien. Par contre cette succession vient en contact du côté est avec le Namurien-Westphallien des Muandes par l'intermédiaire d'une cassure N-S, l'accident des Drayères. Cet accident, qui ne se suit plus au sud du débouché du torrent des Béraudes, est de nature et d'interprétation plutôt énigmatique (il est sans doute anté-alpin, fini-hercynien car il semble cacheté par les quartzites triasiques).

La direction presque E-W du vallon et surtout de ses crêtes bordières les amènent à recouper orthogonalement les multiples plis secondaires qui affectent les alternances monotones de lits argilo-schisteux et de bancs de grès plus ou moins conglomératiques des couches du Houiller (voir la coupe d'ensemble à la page "Gardioles"). Toutefois ces plis sont difficiles à voir car ils sont assez fortement couchés vers l'est, de sorte que, dans le vallon, leurs flancs ont des pendages proches de la pente du versant.

image sensible au survol et au clic

Les basses pentes de la Crête des Muandes, vues du SW depuis les pentes du Lac des Béraudes


Dans la partie inférieure de la crête des Muandes le pendage des plans axiaux de ces plis se redresse progressivement : ceci a pour effet que les bancs y sont tranchés plus orthogonalement par la pente topographique et qu'ils y sont ainsi mieux visibles.


Les charnières anticlinales de l'épaulement soutenant le Lac Long, vue du NW.



Coupes des basses pentes de la crête des Muandes , en rive gauche de la Clarée (cf. cliché ci-dessus), par R. FABRE 1982.
Ces coupes (surtout les n° 16 et 17) montrent que l'érosion a enlevé l'essentiel des flancs normaux des plis et que les barres rocheuses qui traversent le versant en oblique correspondent à la seule partie résiduelle, proche de la charnière, de ces flancs de plis.


Du côté septentrional le vallon des Muandes est limité par la crête de partage des eaux entre Maurienne et Briançonnais. Elle court depuis le versant occidental du Mont Thabor (page "Thabor ouest") jusqu'au fond de la vallée de la Clarée (secteur des Rochilles) en passant par les sommets de la Roche du Chardonnet , de Roche Château et de Rochachille (voir la page "Rochilles").

image sensible au survol et au clic

Le vallon des Muandes vu du NW depuis le sommet de Roche Château.
En arrière du col de la Madeleine la totalité du vallon est creusée dans les couches du Houiller schisto-gréseux de la formation du Chardonnet (Namurien - Westphallien), ici pauvre en bancs volcaniques.


Elle donne une coupe continue des formations schisto-gréseuses paléozoïques de cette partie nord-orientale de la zone houillère (couches du Houiller et du Permien inférieur).

image sensible au survol et au clic

Le versant septentrional de la crête de partage des eaux entre Isère (Neuvache) et Durance (Clarée), vu du NE depuis le sommet du Mont Thabor (cliché original obligeamment communiqué par Mr. H. Widmer).
Sur cette vue plongeante on parvient à distinguer quelques uns des replis affectant les bancs gréseux du Houiller : si ces plis sont visibles ici on le doit en partie à la grosse taille de ces bancs, mais aussi à l'orientation de cette face de la Pointe de Névache, qui est passagèrement presque orthogonale à la direction du regard (cette coupe naturelle tranche toutefois leurs axes en oblique, ce qui exagère d'ailleurs un peu le dessin des charnières).
N.B : Le tracé suggéré (sans doute à tort) par cette image pour l'accident des Drayères diffère de celui retenu sur la feuille "Névache" de la carte géologique au 1/50.000°.



aperçu général sur la stratigraphie du Briançonnais
aperçu général sur la tectonique du Briançonnais

cartes géologiques au 1/50.000° à consulter : feuille Névache

Carte géologique simplifiée des montagnes entre Névache et Bardonecchia
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074
catalogue des cartes locales de la section Briançonnais




(La Sétaz)

(Haute Neuvache)

(Grande Montagne)
Les Rochilles

LOCALITÉS VOISINES

Thabor ; Lavoir

Les Cerces

Les Gardioles

Valle Stretta
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Briançonnais

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 18/11/17