Montagne d'Arclosan

terminaison méridionale du chaînon de la Tournette
aperçu d'ensemble sur le chaînon de la Tournette

L'extrémité méridionale du chaînon de la Tournette domine du côté occidental le replat de Montmin installé sur les couches marneuses du Berriasien-Valanginien et qui se termine vers le sud en surplombant la Trouée de Faverges. Elle forme, au sud de la pointe de la Bajulaz et du col des Frêtes, la crête rocheuse acérée de La Beccaz, où elle culmine, puis elle se subdivise en deux au sud du Crêt des Mouches (la crête occidentale, plus saillante, se terminant par les abrupt sud de la pointe de Chariande).

image sensible au survol et au clic

L'extrémité méridionale de la crête de La Tournette vue du SW depuis la Dent des Portes (Trélod).
d.C = décrochement de Charvet ; a.V = anticlinal du Varo ; s.A = synclinal d'Arclosan. C'est par un effet de perspective que ces deux plis semblent se placer bout à bout : le premier est en arrière et au dessus du second.


Au sud de la crête transversale qui joint ce sommet à celui de Banc Fleury ces deux arêtes parallèles délimitent le vallon d'Arclosan : c'est un val suspendu* drainé vers le sud mais qui est tranché à son extrémité aval par les escarpements boisés du revers oriental de la bosse de l'Arpettaz. Ce sens de drainage n'est pas dû à ce que le synclinal d'Arclosan plonge dans cette direction (de façon d'ailleurs peu caractérisée) mais plutôt à ce qu'il y est sectionné par la faille d'Arcalod, qui décale et abaisse son fond : elle fait ainsi buter l'extrémité des affleurements de son cœur sénonien contre les terrains hauteriviens du flanc NW du trans-synclinal de Serraval, que l'érosion a profondément affouillé en contrebas des falaises urgoniennes.

image sensible au survol et au clic

La montagne d'Arclosan
vue d'enfilade, du sud, devant le reste du chaînon de la Tournette.

f.Aw et f.AE sont les deux failles N-S qui affectent les flancs du synclinal d'Arclosan. Observer la différence d'épaisseur du Sénonien inférieur, de part et d'autre de la faille occidentale et le fait que cette dernière ne se prolonge pas dans le Sénonien supérieur de Banc Fleury.
f.pC désigne la faille du Plan du Chouet, qui est la branche la plus occidentale du faisceau de failles de l'Arcalod : cette faille est plus récente que la faille orientale d'Arclosan, puisque elle la tranche obliquement.
f.V = faille des Vorets.
Noter que, dans la partie basse du cliché, le regard est plongeant : cela fait prendre pour une coupe presque verticale la surface topographique, accidentée de ravins, qui s'avance pour passer sous l'observateur et donne ainsi au Sénonien inférieur une épaisseur apparente exagérée.


Un aspect remarquable de ce synclinal d'Arclosan est qu'il s'avère affecter en réalité le contenu d'un graben, ouvert par distension avant le Sénonien supérieur. En effet les failles qui limitent sur chaque flanc le cœur sénonien du pli, et notamment la faille occidentale, présentent deux caractères qui étayent bien cette interprétation :
a) le Sénonien inférieur présente une épaisseur beaucoup plus importante dans le compartiment oriental, effondré, de la faille occidentale ;
b) le le tracé de celle-ci se perd vers le haut avant d'atteindre le niveau de base des couches du Sénonien supérieur (ce qui témoigne de son cachetage* à l'époque correspondante).

D'autres observations de détail, interprétables dans ce contexte, peuvent être effectuées le long du sentier montant aux chalets d'Arclosan : elles sont localisées sur les deux figures ci-après :


 

 

Observations relatives à la faille occidentale (on a indiqué le tracé du sentier montant aux chalets d'Arclosan) :


1 - cachetage par le Sénonien supérieur ;
2 - décalage de la surface de cassure, à l'occasion du passage d'un banc d'urgonien à son supérieur (géométrie interprétable par des glissements couches sur couches, du type de ceux qui se produisent lors du plissement) ;
3 - encroûtements de dépôts conglomératiques qui s'appuient sur le miroir de faille et s'interstratifient dans le Sénonien en s'éloignant de ce dernier.

image sensible au survol et au clic

La faille ouest d'Arclosan (fwA), le long du sentier, en aval des chalets.
Les numéros 2 et 3 désignent les points d'observations significatives

On trouvera ci-après le schéma interprétatif qui a été proposé (M. Gidon 1998, publication n° 185)

 

 

Formation de la structure observée

1 - Formation d'un graben, qui est cacheté par les dépôts du Sénonien supérieur et du Nummulitique
2 - Formation du synclinal d'Arclosan par fermeture du remplissage du graben (basculement et torsion des failles).

Le sommet de la Beccaz n'est pas emplacé dans sa position topographique par rapport à celui du crêt des Mouches (il n'est pas sur la même transversale). On l'a indiqué là dans le but de montrer comment se comprend l'attitude qu'y prennent les couches et la surface de faille, du fait du déversement du flanc oriental du pli.

Au nord du vallon d'Arclosan la bande de Sénonien qui correspond au cœur du synclinal d'Arclosan se poursuit dans le versant occidental de la crête rocheuse de La Beccaz.

image sensible au survol et au clic

La crête de La Beccaz et la montagne de la Tournette, vues du sud depuis le sommet du Crêt des Mouches.
Les dalles structurales correspondant aux surface de strates urgoniennes (s0) sont largement dégagées, mais on voit que leur pied est tronqué : en effet les calcaires argileux sénoniens s'engagent dessous par le jeu de la faille orientale d'Arclosan (f.AE), qui pend ici d'environ 45° vers la droite.
A l'arrière-plan les couches hauteriviennes dessinent sans ambiguïté l'anticlinal du Varo (a.V) dont l'urgonien de la Pointe de la Bajulaz constitue la voûte (plus de détails à ce sujet à la page "Tournette sud").


Mais l'érosion affecte différemment la structure en mettant ici en relief l'Urgonien du flanc est du pli, lequel subit d'autre un basculement vers l'ouest tel que les couches y sont presque verticales (environ 70° vers l'ouest) : ce basculement correspond au fait que, dans sa partie haute, la structure synclinale se déverse vers l'ouest. Dans le même temps la faille orientale, également basculée, conserve à peu près son pendage par rapport aux couches (c'est-à-dire de 65° environ) et prend, de ce fait un pendage vers l'est de l'ordre de 45° est.

image sensible au survol et au clic

Les crêtes septentrionales d'Arclosan (flanc oriental du synclinal d'Arclosan) vues du nord-est, depuis la Pointe des Frêtes (l'orientation est inversée par rapport au schéma interprétatif ci-dessus)
La falaise urgonienne qui est sub-horizontale à gauche (à l'est), au Rocher d'Arclosan correspond au fond du synclinal d'Arclosan, s.A. Au contraire à la Beccaz les couches sont basculées vers la droite jusqu'à un pendage proche de la verticale parce qu'elles appartiennent au flanc oriental du synclinal.
Ce basculement affecte aussi la faille est d'Arclosan, dont le tracé est visible sur le versant opposé de la crête (cliché précédent), de sorte que sa surface de cassure est inclinée à seulement 45° vers l'est : c'est pourquoi son miroir est localement mis à nu, en fenêtre, à la faveur d'une profonde ravine au pied des abrupts orientaux de la Beccaz : elle y forme une belle dalle structurale.


Coupe du synclinal d'Arclosan au niveau de la Beccaz.
F.AW
= faille ouest d'Arclosan ; F.AE = faille est d'Arclosan ; s0 = surface de stratification à la limite supérieure de l'Hauterivien.
Le petit schéma en haut à droite rappelle les deux étapes : 1 = graben anté Sénonien supérieur ; 2 = plissement déversé vers l'ouest.

Plus au nord encore, à la latitude de la Pointe des Frêtes, le cœur synclinal (Sénonien et Urgonien) se développe seulement dans le versant occidental de la crête de la montagne et son rôle morphologique disparaît (la crête du chaînon est sculptée dans l'Hauterivien du flanc oriental de ce pli). En outre, dans ce versant ouest de la crête, les couches du cœur synclinal sont tranchées obliquement par le décrochement dextre du Charvet, qui modifie beaucoup les rapports entre structure et topographie : au nord de cette faille transverse le cœur sénonien du synclinal affleure au flanc des abrupts presque totalement urgoniens du versant occidental de La Tournette, (voir la page "Tournette sud").

aperçu d'ensemble sur le chaînon de la Tournette
Pour en savoir plus consulter les publications n° 181 et 185

Carte géologique très simplifiée des montagnes au nord de la Trouée de Faverges
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Carte géologique à consulter : feuille Annecy-Ugine

La Forclaz

Tournette sud

Sulens
(Entrevernes) LOCALITÉS VOISINES Serraval

(Charbon)

Faverges

(Cons)
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 9/01/17