Mont Fleuri, Mont Charvet, Chombas

le chaînon des Aravis au sud de la Pointe Percée

Au sud-ouest de la Pointe Percée la crête principale du chaînon des Aravis est encore couronnée, jusqu'au Mont Charvet (sauf brièvement, au col des Verts), par une dalle d'Urgonien presque continue qui est dénudée en dalles structurales fortement inclinées vers le NW. Cette dalle est entaillée, en coup de gouge, par deux ébauches de cirques glaciaires (de Chambas et du Mont Charvet), mais l'érosion du fond de ces derniers n'a pas mis à nu l'Hauterivien comme dans les vallons plus méridionaux (Tardevant, Paccaly).

Entre le Mont Charvet et l'Ambrevetta la crête principale du chaînon devient presque N-S et s'écarte ainsi, en sens anti-horaire, de l'azimut, plus NW-SE, des couches. Comme elle conserve son altitude moyenne, alors que les couches pendent fortement vers le NW, elle se trouve de ce fait amputée de son Urgonien, qui n'affleure plus que de plus en plus à l'ouest (et plutôt en contrebas), sur les arêtes secondaires orientées SE-NW. Sur l'arête qui se détache au Mont Fleuri de la crête principale du chaînon l'Urgonien affleure à 500 m du sommet et y forme le fort épaulement de la Mamule.

  image sensible au survol et au clic

Le versant nord-occidental de la crête des Aravis, au sud de la pointe Percée, vu de l'ouest, depuis le sommet du Mont Lachat de Châtillon.
f.pP = faille de la Pointe Percée ; f.G = faille de la Grangeat (? = prolongement sud-occidental vraisemblable, s'amortissant de la gauche vers la droite).
Noter l'ampleur des pentes correspondant à des dalles structurales d'Urgonien.

Comme toutes les autres crêtes secondaires du chaînon des Aravis cette arête de la Mamule est donc sculptée orthogonalement à la direction des couches, en travers des bancs de la succession Hauterivien-Nummulitique, dont le pendage est bien plus fort que la pente du fond de vallon : de ce fait c'est la base stratigraphique de cette succession qui forme, du côté sud-est, la crête principale et, paradoxalement, l'on monte dans la succession en descendant crêtes et vallons vers le nord-ouest (voir la page "Aravis nord").
image sensible au survol et au clic

L'extrémité nord-occidentale des crêtes transverses au chaînon des Aravis au nord de la Combe de Tardevant
vu du sud-ouest, depuis les chalets de Paccaly (les différents sommets indiqués se dressent chacun sur une des quatre crêtes parallèle qui se succèdent sur ce flanc du chaînon des Aravis)
f.pP = Faille de la Pointe Percée : On n'en voit que des tronçons successifs car elle court, en travers des vallons, en s'éloignant, du NE vers le SW, de la crête principale du chaînon des Aravis ; f.aN = faille des Aiguilles Noires (faille satellite de la précédente) 

Entre le sommet du Mont Fleuri et l'épaulement de La Mamule la crête hauterivienne est presque horizontale sur près de 500 m. ; par contre à La Mamule elle s'affaisse rapidement, avec une déclivité presque parallèle au plongement des couches. Un relief montrant une rupture de pente similaire est réalisé sur l'arête de Tardevant où l'arête est presque horizontale entre l'Ambrevetta (où elle se branche sur la crête du chaînon) et la Pointe de Tardevant ; mais là, l'épaulement urgonien a été plus fortement abattu et les Aiguilles Noires qu'il forme ont donc une altitude moindre.

image sensible au survol et au clic

Le versant occidental du chaînon des Aravis entre la Combe du Mont Charvet et celle de Tardevant vu du nord-ouest, depuis le sommet du Mont Lachat de Châtillon (le nœud d'arêtes de l'Ambrevetta est caché derrière la pointe de Tardevant)
La lèvre sud-est de la faille de la Pointe Percée (f.pP) (partie amont du versant) est soulevée par rapport à la lèvre nord-ouest (partie aval du versant).

  Ce changement brutal de pente des arêtes secondaires est bien sûr lié au changement de roche ; mais on peut rapprocher de son existence dans cette position le fait que tous les sommets de la crête principale ont, comme le Mont Fleuri, une altitude proche de 2500 : cela suggère qu'il était peut-être intervenu, avant le creusement des vallons du versant NW, un aplanissement du même genre que celui qui est général à la marge occidentale des massifs subalpins septentrionaux (voir à ce sujet la page spéciale) : si l'érosion n'avait pas écrêté alors la montagne au dessus de l'altitude de 2500 m l'Urgonien conservé en ce cas à l'aplomb du Mont Fleuri et de l' Ambrevetta y formerait un sommet rocheux nettement plus élevé que la Pointe Percée.

À La Mamule les deux flancs de la crête donnent une coupe naturelle bien dégagée de la base de l'Urgonien : elle montre de très intéressantes particularités. On y voit en effet se développer un système de failles qui n'intéressent que la tranche de couches de l'Urgonien basal et qui y réalisent, à l'échelle de la centaine de mètres, un dispositif du type classiquement connu sous le nom de "blocs basculés"*.


Le versant sultradauphinois-occidental des rochers de la Mamule vus de la Pointe de Tardevant
interprétation par le schéma ci-après


figure plus grande
U1, U2, U3 et U4 désignent les niveaux successifs de l'Urgonien (dans l'ordre ascendant).
F3a = faille de la Pointe Percée

Ce dispositif est "cacheté" par les niveaux supérieurs de l'Urgonien et s'amortit vers le bas dans les couches de l'Hauterivien supérieur (particulièrement marneux) : il s'agit par conséquent de failles de tassements synsédimentaires. Leur jeu traduit donc le fait que la dalle urgonienne, en cours de dépôt, était l'objet d'une traction horizontale tendant à l'entraîner vers l'est : on peut y voir les effets d'un affaissement du bord de la plate-forme carbonatée où se déposait cette formation, dont le talus se trouvait précisément du côté est à cette époque.

Le banc perturbé (U1) remis à l'horizontale
pour mettre en évidence la disposition originelle des blocs, au moment de la sédimentation, et leur cachetage par les membres U2 et U3 (dont la base est formée par la vire herbeuse supérieure).


Schéma interprétatif 
(consulter la publication n°166)

Contexte structural :
N.B. : Seule la moitié gauche (Ambrevetta - Aiguilles Noires) de la coupe ci-après concerne le secteur étudié dans cette page : il correspond plus précisément à la rive nord-est du vallon de Tardevant. Son orientation est conforme aux figures ci-dessus.


Coupes du versant oriental des Aravis selon la ligne de partage des eaux Arly - Arve
ØCB = chevauchement de Croise Baulet ; ØM = chevauchement de La Miaz ; ØA = chevauchement d'Areu ; ØMa = chevauchement de Magland. s.A = synclinal d'Arpenaz ; a.A = anticlinal d'Arpenaz.
Failles extensives anciennes : f.G = faille de la Grangeat ; f.pP = faille de la Pointe Percée. 



Carte géologique très simplifiée des environs de La Clusaz
redessinée sur la base de la carte géologique d'ensemble des Alpes occidentales, du Léman à Digne, au 1/250.000°", par M.Gidon (1977), publication n° 074

Vue d'ensemble sur le chaînon des Aravis septentrionales

carte géologique au 1/50.000° à consulter : feuilles Annecy-Bonneville et Cluses

Mont Lachat de Ch.

Les Annes

Pointe Percée
Grand Bornand LOCALITÉS VOISINES Sallanches

Paccaly

La Giettaz

Croise Baulet
N.B. Les localités entre parenthèses appartiennent à une autre section du site et leur page s'ouvrira avec l'en-tête correspondant.

 accueil section Bornes

début de la page

sommaire de GEOL_ALP

Aller à la page d'accueil du site
Dernières retouches apportées à cette page le 20/03/17